Peggy VOLKOV (née Webb, 1899-1973)

Une femme discrète au cœur des réseaux éducation nouvelle

Par Mathias Gardet

A partir des souvenirs personnels rédigés à notre attention par sa fille Sophie Annetts et quelques bribes d’archives

J’ai croisé Peggy Volkov dans les archives de la conférence internationale des directeurs de village d’enfants tenue à Trogen en 1948. Elle y participe en tant qu’experte et représentante de la New Education Fellowship, étant rédactrice en chef de sa revue : The new era in home and school. Elle prend à plusieurs reprises la parole durant les débats et interpelle même avec vigueur les participants à ces journées sur le sens de leur action. Le texte de son intervention figure ainsi parmi les documents dactylographiés diffusés par l’Unesco. Je suis alors parti sur ses traces, convaincu que sa biographie ne serait pas difficile à reconstituer. C’était peu la connaître !

A ma grande surprise, malgré les nombreux travaux de recherche effectués sur la New Education Fellowship où elle apparaît effectivement en filigrane dès l’entre-deux-guerre et malgré une incursion à l’Institute of Education de Londres où son nom figure en en-tête de la revue The new era comme adjointe de rédaction puis comme principale responsable, ma collecte d’informations à son sujet est restée bien maigre. Je ne savais toujours pas pourquoi cette anglaise avait un nom à consonance russe, rien de ses origines sociales, ni de son parcours scolaire et professionnel en dehors de son rôle de plus en plus reconnu au sein de la revue. La seule archive était l’article, rédigé juste après sa mort, par son successeur, Jim Annand, dans la revue New Era de 1973, accompagné de quelques témoignages de ses amis et collègues. Tous insistent sur la difficulté de donner des éléments concrets sur son itinéraire étant données sa modestie, sa discrétion et sa volonté de rester toujours en arrière plan. Ils se rappellent de son rire qui en contraste avec sa personnalité était tonitruant et s’élevait parfois du fond d’une salle de réunion, ainsi que de l’odeur de ses cigarettes qu’elle tenait constamment du bout des doigts.

Effectivement en feuilletant tous les numéros de la revue et les opuscules, en épluchant méticuleusement les correspondances conservées à l’IOE, c’est à peine si l’on trouve sa signature. C’est en la pistant systématiquement sur le net que finalement j’ai trouvé une première piste, par un chemin détourné.

La BBC, sur son site, a créé une rubrique consacrée à la vie quotidienne des Anglais durant la seconde guerre et sans doute, suite à un appel lancé sur ses ondes, a publié une série de lettres de l’époque envoyées par les auditeurs. C’est ainsi que j’ai découvert une correspondance de Peggy Volkov à sa mère, racontant une scène du bombardement de Londres, vécu en direct depuis les fenêtres de son appartement de Latimer House, à Church Street, dans le quartier de Chiswick.

Poursuivant ma navigation sur le net, avec cette fois-ci un point d’ancrage grâce à une adresse, je suis alors tombé sur le site d’une petite galerie présentant les œuvres d’une artiste anglaise, Anthea Craigmyle, parmi lesquelles figurait une série de dessins venant en fait illustrer la publication des lettres de sa mère, Molly Rich, femme de pasteur dans le même quartier de Chiswick et qui racontait sous le titre Un presbytère sous le  blitz, ses souvenirs des mêmes événements au même endroit. Une illustration d’ailleurs représentait la course affolée d’une femme brandissant une icône dont la légende précisait qu’il s’agissait de la nounou des Volkov. 

Fort de cette accointance, j’ai donc envoyé un message à Anthea Craigmyle en lui demandant plus d’information sur la famille Volkov qu’elle semblait avoir connu. Elle m’a répondu rapidement en me disant que si elle avait peu de souvenir de Peggy, elle était en revanche restée en contact avec ses filles avec qui elle était effectivement dans sa jeunesse voisine de palier et m’a donné les coordonnées d’une d’entre-elles : Sophie Annetts.

C’est alors qu’à commencé une délicieuse correspondance à la fois par mails et petites cartes de vœux, qu’ont l’art de savoir cultiver les Anglais, même sans s’être jamais rencontrés.

C’est la seconde version de la biographie de Peggy Volkov de 5 pages rédigées par Sophie Annetts avec l’aide de ses sœurs et traduite par mes soins qui sert de base à ce portrait. À des fins de meilleure compréhension, certains passages et ont été réordonnés. Le texte original, entre guillemets, est agrémenté et complété des quelques photographies envoyées par la famille et les bribes d’archives rassemblées ici et là

« Peggy est née le 16 septembre 1899. Elle était l’aînée. Il y eut ensuite Noël, Julia (connue sous son surnom de Doolie) et après un long intervalle (dû à la longue absence des hommes durant la Première guerre mondiale) Frances, née en 1916. »

Noel, Doolie et  Peggy Webb en 1907, collection privée de Sophie Annetts

« Ses parents Fleetwood Parkhurst Webb et Ethel Jean Potts se sont mariés en 1898. Son père était un brasseur de vinaigre. Sa mère Jean (comme tout le monde l’appelait) était la deuxième de cinq enfants. James Potts [le grand-père maternel] était gérant de domaine pour un grand propriétaire foncier situé dans le comté de Cumbria au nord-ouest de l’Angleterre. Il avait un grand intérêt pour le savoir et l’éducation. Il envoya Jean à Edimbourg pour faire ses études secondaires puis, exceptionnellement pour l’époque, suivre des études de médecine à l’Université d’Aberystwyth. Je dis « exceptionnellement » parce qu’on s’attendait à ce que la plupart des jeunes femmes dans les années 1890 se marient et, de fait, Jean a abandonné ses études pour épouser le frère de son meilleur ami. Peut-être a-t-elle regretté par la suite cette décision, ce qui expliquerait pourquoi elle était si déterminée à ce que ses propres enfants reçoivent la meilleure éducation. »

« Les trois premiers enfants sont nés à Westbury-on-Trym dans la banlieue nord de la ville de Bristol. Peggy a été instruite à la maison par sa mère où, entre autres choses, elle a appris le français. Peggy nous disait qu’à l’âge de neuf ans, elle traversait les Downs jusqu’à sa nouvelle école dans le quartier de Clifton. Elle n’était pas contente quand elle a commencé l’école parce que les professeurs lui demandaient de lire à haute voix en public devant toute la classe car elle savait déjà si bien le faire. Ils ont déménagé ensuite à Belgrave Place au numéro 7 et à partir de 1909 elle est allée au collège (Clifton High School) où elle est restée jusqu’à son entrée à Cambridge, au Newnham College en 1918. »

« Probablement sous l’influence de sa mère, Peggy a commencé à son tour des études de médecine. Une fois de plus, elle s’est retrouvée à étudier des choses qu’elle connaissait déjà et commença à s’ennuyer. Malheureusement, nous ne saurons jamais combien elle dût batailler afin de convaincre ses parents qu’ils acceptent qu’elle change d’orientation. »

« La personne qu’elle a dû convaincre était son enseignante en langues modernes, Jane Harrison, qui avait accepté de la prendre à la condition qu’elle apprenne l’écriture cyrillique et qu’elle arrive à lire Anna Karenina dans le texte durant ses vacances d’été. Son français était déjà bon. Après avoir terminé ses études à Cambridge, elle est partie à Paris pour intégrer l’École des Langues Orientales de la Sorbonne où elle a obtenu son diplôme. Nous avons recueilli par petites brides quelques souvenirs : elle nous a dit avoir aimé cette vie parisienne à la fois au niveau académique et social et nous a avoué qu’elle était tombée amoureuse de la France. »

« Une fois finies ses études en France, elle est retournée pour faire son doctorat au Westfield College de Londres. Sa thèse portait sur un poète russe, [Fiodor Ivanovitch] Tiouttchev. Pendant ses études, sa professeure avait insisté sur le fait que, même si son russe académique était bon, elle devrait absolument côtoyer et discuter avec des autochtones, en profitant de la présence de nombreuses familles de réfugiés russes, installées à Londres au début des années 1920. »

« Que vous croyiez ou non au «coup de foudre», c’est ce qui lui est manifestement arrivé. Dès qu’elle a aperçu Nicholas Volkov à travers la rampe d’un escalier, sa vie romantique a commencé. Elle a fini par épouser Nick. Si d’un côté la puissante mère aristocratique de ce dernier avait sans doute l’impression que la fille d’un brasseur de vinaigre représentait une mésalliance, de l’autre, les parents de Peggy étaient loin d’être convaincus qu’un réfugié sans le sou, fusse assez bien pour leur fille. »

« Ils partirent tous les deux s’installer à Cambridge où Nick a obtenu un diplôme en géologie ou en géographie. Ces études lui furent d’une grand utilité pour les différents emplois qu’il occupa par la suite. Pendant ce temps, Peggy devint lectrice puis éditrice adjointe d’un journal universitaire. »

« Quand ils sont revenus à Londres, Peggy a réussi à obtenir un poste d’éditrice adjointe au sein de la revue The New Era in home and School, sous l’égide de sa fondatrice Beatrice Ensor. Sa première expérience à Cambridge l’a aidée à obtenir ce poste. »

« Nick quant à lui, a travaillé de 1930 à 1939 comme arpenteur pour une compagnie de train, ainsi que pour un grand constructeur de building puis pour une entreprise de Ciment Fondu. Leur vie sociale comprenait des membres des familles russes et les nombreux amis qu’ils avaient connus à Cambridge et grâce au travail de Nick. »

« En 1933 je suis née. Peggy a eu la chance de pouvoir conserver son emploi à la New Era, bien qu’il soit inhabituel à l’époque pour les femmes mariées de certains milieux de continuer à travailler, sans parler de celles qui avaient eu un bébé. D’un autre côté, il était accepté que les ménages aisés aient une nounou pour s’occuper des enfants. Nyanya donc fut ma nourrice et resta avec nous à la naissance des jumelles et ce jusqu’à la guerre. »

« Bien que peu d’entre nous se souviennent de l’emploi qu’effectuait Nick, Peggy s’occupait non seulement du travail d’édition de la revue, mais participait aussi à l’organisation de réunions et d’événements internationaux de la New Education Fellowship. »

En cherchant dans les archives et en regardant méticuleusement la grande photo publiée sur le site de l’Institut Jean-Jacques Rousseau de la VIIe et dernière grande conférence de l’entre-deux-guerre qui se déroule en Angleterre à Cheltenham du 31 juillet au 14 août 1936, j’ai effectivement fini par repérer Peggy Volkov. Présence discrète, elle est debout à l’extrême gauche, cigarette à la main elle semble toujours sur le qui-vive. 

« Les personnes qu’elle a rencontrées et auxquelles elle a correspondu au cours de son travail étaient souvent des penseurs et des écrivains importants de cette période d’avant-guerre. »

« Nous vivions dans un appartement au dernier étage dans Gloucester Road, à West Kensington lorsque les jumelles sont nées en 1938. Par une grande chance et avec l’aide de nombreux amis, ils ont fini par dégoté une maison géorgienne de quatre étages, Latimer House, à Church Street, dans le quartier de Chiswick. (Le loyer était de £ 2. 10 shillings par semaine et est resté à ce prix jusqu’à notre départ en 1957. Il n’a jamais été augmenté). »

« Et puis la guerre est arrivée. En tant qu’enfants, nous avons été évacués vers Wiltshire, à 132 km au Sud-Ouest de la Capitale. Peggy et Nick sont restés à Londres et cela a dû être très dur pour eux de venir nous rendre visite pour devoir ensuite repartir. »

La lettre datée du 16 novembre 1940 à sa mère retrouvée sur le site de la BBC, témoigne effectivement du danger vécu au quotidien par les habitants restés dans la capitale. Peggy y évoque le fameux « blitz » et en particulier le bombardement du quai de Chiswick vécu en direct depuis ses fenêtres de Latimer House en présence de son mari Nick, de trois réfugiés belges, dont deux femmes avec des nouveaux nés et une enceinte, et Nyanya, la cuisinière russe :

Nous avons traversé des moments éprouvants depuis la dernière fois que je t’ai écrit. Mardi soir, nous avons entendu plusieurs bombes siffler mais pas de bruit d’explosion. Nick est sortit une première fois pour voir ce qui se passait, dix minutes plus tard il est sortit à nouveau et est revenu pour nous dire qu’il y avait un grand incendie sur le quai et qu’il avait peur qu’il y ait par la suite une série d’explosifs – encore un sale coup de « cet homme » (c’est maintenant son seul sobriquet (d’Hitler) utilisé ici à Chiswick.). Nick et moi nous nous sommes consultés avec inquiétude à propos des Belges et nous avons décidé qu’en cas de pluie de bombes, ils seraient autant en sécurité chez nous que dans un abri public – l’usine de levure, la Yeast Factory (ci-contre) est maintenant fermée au grand public – et que le transfert au refuge public avec les bébés dans les bras, pouvait être extrêmement dangereux. Nous avions à peine décidé cela quand la police est venue frapper à la porte en ordonnant à tout le monde de sortir immédiatement. Durant ces trois minutes, l’incendie avait atteint de grandes réserves de pétrole brut et de cire qui s’étaient enflammées comme dans un enfer. Nous devions sortir tels que nous étions – pas le temps de sauver quoi que ce soit. La seule chose que Nick a emporté est un portrait photographique agrandi de Sophie – (leur fille aînée) -. Il avait plutôt honte de cela par la suite; en effet c’était stupide d’emporter avec soi la chose qui était le plus facilement remplaçable dans la maison. Mais j’ai trouvé ce geste significatif et charmant. Tata (la cuisinière) avait pris avec elle un réveil et moi je suis parti les mains totalement vides, sans même mon sac à main, avec le passeport, etc. – c’est aussi assez caractéristique et pas aussi charmant!

Dessin de Anthéa Craymyle, voisine de pallier de la famille Volkov représentant les lamentations de la Nounou russe des Volkov durant le Blitz après le bombardement de la Latimer house où ils vivaient

Une fois que nous sommes arrivés dans la rue, le spectacle était des plus extraordinaires. Il faisait plus clair qu’en plein jour et un vent un très violent soufflait directement de la rivière, entraînant de grandes volutes de fumée et d’étincelles et des petits fragments brûlants de quatre à six pouces de long. Des flammes jaillissaient des quais et des usines et coulaient sur le toit de l’église en de grandes vagues qui ressemblaient plus à de l’eau qu’à du feu dans leur substance, si on faisait abstraction de leur couleur. L’église était complètement transparente, la lueur était tellement forte que la pierre semblait déjà éthérée – et chose la plus belle et la plus mystérieuse cela a été la rivière elle-même qui semblait comme illuminée, une masse de feu coulant avec des flammes de dix et quatorze pieds. Nous pensions que c’était de l’essence car la hauteur des flammes était incroyable. Ce n’est que plus tard que nous avons su que c’était à cause des magasins de cirage de l’entreprise Mansion Polish – et ainsi compris la nature solide du feu de la rivière. Derrière toute cette couleur, on entendait le grondement du feu lui-même – un bruit que j’ai vu décrit dans des récits de feux de forêt mais que je n’aurais jamais  pu imaginé. Tout était si étrange et si beau que je ne pouvais pas me sentir effrayée, seulement exaltée, comme on se sent lors d’un très mauvais orage. Mais quand nous nous sommes réfugiés à l’usine de levure, je me suis mise à trembler et j’ai été très contente de la tasse d’eau que l’un des ouvriers distribuait autour d’une énorme théière en émail. Le vicaire et le curé chancelaient en sueur, les bras pleins de croix et d’ornements d’église. (Nick fut aussi remercié pour avoir aidé dans l’Église tandis que le plomb fondu coulait du toit autour de lui.) Le vicaire s’exclama avec une sorte de gémissement «Seul un miracle peut sauver l’Église» – et  pour ma part, je m’étais résignée à perdre tout ce que nous possédions – et j’avais peur que les flammes ne jaillissent de la rue étroite et ne nous attrapent dans nos nouveaux retranchements. À ce moment là, le vent a tourné et a soufflé loin au large et une quarantaine de pompiers ont réussi à reprendre le contrôle total de la situation au petit matin, mais l’un d’eux qui a été dans le service d’incendie du Metropolitan pendant 20 ans m’ a dit qu’il n’avait jamais vu un tel feu. Le demi-mille depuis la rive du quai est maintenant désolé, à l’exception de quelques poutres métalliques tordues, d’une étrange grue méconnaissable ou de de quelques souches de bois carbonisé. Tout l’approvisionnement en beurre de l’Ouest de Londres est allé à l’ouest ainsi que de grandes réserves de céréales et semblerait-il paraît des pièces détachés d’avion venant des États-Unis…

« Nick s’est alors engagé, ses compétences techniques en arpentage, son sens de l’organisation et sa connaissance des propriétés du ciment et des métaux étaient toutes d’une utilité vitale dans l’effort de guerre. C’était un travail top secret en lien avec la planification du débarquement en France. Nick a changé son nom de famille durant cette période en Walker pour faciliter les contacts et contourner les inconvénients d’un nom à consonance étrangère. »

« Avant la guerre, Nick avait eu une liaison avec une amie de la famille et a finalement demandé à Peggy le divorce en 1942-43. Cela lui a brisé le cœur. Heureusement la guerre, le bombardement, le fait que le bureau de la New Era ait été détruit par une bombe incendiaire et que le reste des papiers et équipements aient été déménagés à Latimer House pendant toute la durée du conflit, enfin les arrivées et départs incessants de personnes logeant à Latimer House, l’ont maintenu si occupée qu’elle n’a guère eu le temps de s’attarder sur ses propres sentiments de perte. »

« Peggy avait en effet pour principe que si quelqu’un venait sonner à sa porte pour demander un lit pour dormir et qu’elle avait encore de la place, elle les accueillerait toujours. Comme une grande partie de Londres était dévastée, il y avait toujours un trafic constant de personnes à la maison. Il y avait des familles entières de Belges. Au plus fort d’une période de bombardements, elle avait logé cinq étudiants en médecine pendant dix-huit mois. Il y avait parfois des couples totalement inconnus, et il y a même eu un curé de l’église des environs. Heureusement pour tout le monde, la cuisinière russe qui s’était installée avec nous à la maison quand les jumelles étaient encore minuscules est restée encore quelque temps. Elle a fini par partir peu après le divorce et que les étudiants en médecine soient partis. Et moi je continuais à revenir à la maison. »

« Pendant ce temps et au plus fort des bombardements, il y avait déjà des gens qui se réunissaient pour planifier des alliances en vue de l’après-guerre pour la coordination pacifique et le sauvetage d’une Europe déchirée par la guerre afin d’aider les enfants et la société à se reconstruire. Le professeur Lauwerys et d’autres, y compris Peggy se retrouvaient dans le village de Burton Joyce, à environ 11 km de Nottingham. Ma sœur dit que ces réunions avaient été organisées au moment de la pleine lune, quand on savait que le bombardement de Londres seraient les plus intenses, afin d’éloigner Peggy et les autres du danger. »

« Maman avait aussi l’habitude de nous parler de ces réunions comme le démarrage de la coopération internationale. En 1945 [du 22 août au 1er septembre], une conférence d’été de la NEF s’est tenue à la Bryanston School, à Blandford dans le Dorset. [Le thème de la conférence était « Education à la vie dans la communauté internationale »] »

 

« Des gens de Grande-Bretagne et d’Europe se sont rassemblés pour la première fois depuis la guerre. Beaucoup ont amené leurs enfants et je me souviens avoir passé de bons moments sous le soleil chaud pendant que les adultes se saluaient et parlaient, parlaient… »

Programme de la conférence de Bryanston durant l’été 1945

« Mes sœurs et moi avons commencé à écrire quelques-uns des noms de personnes que nous estimions être des membres proches ou des amis de Peggy, mais cela devenait presque impossible. En mentionner un signifierait que nous en aurions oublié dix autres qui ont mangé à notre table de cuisine, partagé nos blagues, parlé de leur travail. Les anciens numéros de la revue New era permettraient de retrouver le nom de beaucoup d’entre eux, comme contributeurs ou critiques. »

« En 1946, il y a eu une rencontre internationale très importante à Paris. J’ai été emmenée et logé chez un couple âgé. J’avais treize ans. Il y avait une grande réception à la Sorbonne. Des gens importants de partout dans le monde étaient là. J’étais immensément fière de ma mère qui se faisait l’interprète pour tous les francophones. Elle avait une belle voix et on m’a dit que son français était agréable. »

Comme l’ont montré les documents retrouvés à l’IOE, elle a été aussi une des organisatrices de la seconde grande rencontre internationale de la NEF d’après-guerre qui eut lieu à Circenster dans le sud de l’Angleterre en août 1947. L’assemblée étant plus réduite, elle accepte cette fois-ci de poser au premier rang, bien que légèrement décentrée.

Peggy Volkov à la conférence internationale de la New Education Fellowship de Circenster en août 1947 entourée du Dr JA Lauwerys (à gauche) et de David Jordan

« Latimer House a continué à être utilisé comme un centre communautaire pour les amis et des gens venus de partout dans le monde et les membres de la famille qui avaient besoin d’un lit pour une nuit, une semaine voire plusieurs mois. Nous avions l’habitude de dire que c’était un peu comme la gare de Paddington : dès que quelqu’un s’en allait, quelqu’un d’autre prenait sa place. »

« Le Bureau de la New Education Fellowship a déménagé au 1, Park Crescent. « 

« Je pense que cela vaut la peine de noter que Peggy ne gagnait pas plus de 250 £ par an en travaillant de la New era et quand Clare Soper a pris sa retraite de la NEF (maintenant connu sous le nom WEF) elle ne gagnait elle aussi pas plus de 250 £ par an. Je crois que cela a augmenté un peu ensuite. Je pense que c’était à peu près au moment où Jim Annand a pris la direction de l’ENEF. Si nous n’avions pas eu notre chère tante Doolie pour nous subventionner et garder notre maison et notre maison à flot, nous n’aurions pas pu continuer. »

« Pour revenir au sujet des amis de Peggy; elle avait beaucoup d’amis et de collègues, hommes et femmes. Elle les aimait mais d’une manière platonique, car elle aimait très facilement n’importe qui. Je sens qu’elle m’a transmis ce cadeau et je lui en suis reconnaissante. Quant à Nick, je pense qu’elle l’a aimé jusqu’au bout. »

En juillet 1948, Peggy Volkov participe à la grande rencontre des directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco dans le village d’enfants Pestalozzi de Trogen en Suisse et elle participe activement à la fondation de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) qui en découle.

« Elle m’a emmenée par la suite avec elle visiter la communauté d’enfants de Pomeyrol en 1949. J’avais seize ans. Je suis également allé visiter à Cannes, une autre communauté des Rayons de Soleil. Il y en avait aussi une autre en Alsace. Ils faisaient partie d’une organisation protestante, fondée pendant la guerre pour aider à cacher et protéger les enfants juifs, mais à l’époque nous avons visité des enfants orphelins et abandonnés de partout où il y avait besoin. »

« Elle a envoyé mes sœurs au home d’enfants à Charleroi, en Belgique. Elle a eu des contacts dans de nombreuses régions d’Europe. L’une des jumelles est allé travailler avec Margherita Zoebeli au Centre Italo Suisse de Rimini quand elle était étudiante. »

En février 1950, Peggy Volkov prend brièvement la présidence de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) en remplacement de Robert Préaut démissionnaire, avant d’être remplacée à son tour par le Belge René de Cooman lors de la 3e assemblée qui se déroule à Lyon les 24-29 septembre 1950.

« En 1959, Peggy a été invitée à se rendre en Australie pour faire une enquête sur l’éducation australienne. Nous ne savons plus si c’était sous les auspices de la NEF ou de l’UNESCO, il y a un désaccord entre ma sœur et moi. Ce n’est pas important. Elle était heureuse et intéressée d’y aller, mais on s’attendait à ce qu’elle donne des conférences et c’est ce qu’elle redoutait. Il est curieux qu’elle ait eu tant de bons amis, qu’elle ait su éditer et jouer avec les mots des gens, qu’elle ait su traduire avec plaisir d’une langue à l’autre en public, mais qu’elle ait été si hésitante à s’exprimer pour elle-même. »

« Au cours de ce voyage en Australie, qu’elle a profondément apprécié, elle s’est convertie au christianisme. C’était une vraie surprise pour nous tous qui la connaissions et l’aimions. Je me souviens de lui avoir écrit une lettre pour chercher à comprendre ce qui s’était passé en elle. En y repensant, je ne pense pas que c’était vraiment un changement par rapport à sa façon d’être depuis toujours. »

Du 28 décembre 1959 au 6 Janvier 1960 eu lieu la 10e conférence mondiale de la NEF à Delhi.

« Malheureusement, Peggy y est tombée malade et a passé beaucoup de temps à s’occuper dans l’appartement d’une dame charmante. Elle avait un ulcère dont nous n’avions aucune connaissance. »

« Elle a pris sa retraite et a transmis la New Era à d’autres. »

Peggy Volkov en 1962

« Elle est partie vivre à la campagne avec tante Doolie où elle a essayé de faire un peu d’enseignement. »

Peggy entourée de sa sœur Doolie et de sa fille Sophie vers 1960

« Elle était vraiment trop vieille et usée. Elle a regardé ses filles se marier. Elle a pris plaisir à voir ses huit petits-enfants. »

 cvb


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.