Mais que fait donc Walter Rober Corti à New-York en 1948 ?

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un personnage important de notre histoire.

Corti en visite au village de Trogen. Rapport d’activité de 1947

 

D’abord parce qu’il est un des fondateurs, sinon LE fondateur du Village d’enfants Pestalozzi de Trogen comme modèle international (sur le plan idéologique indéniablement), mais aussi parce qu’il est en lien avec presque tous les acteurs et actrices de cette histoire. Il est porteur d’un projet qui lui tient à cœur et pour lequel il donnera beaucoup de son temps et de sa personne, entre 1944 et 1948, et même après cette date. Or, cette année, alors qu’en juillet a lieu la rencontre des directeurs et experts à Trogen réunis par l’UNESCO et que le village Pestalozzi sera désigné comme le centre de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) créée à ce moment-là, Corti n’y est pas : il est aux Etats-Unis.

Le voyage de Walter Robert Corti, prévu depuis de longs mois, est un voyage de propagande dans le but de récolter des fonds américains, notamment pour ouvrir une nouvelle maison à Trogen. Les ambassades et la communauté suisse seront en particulier visées. L’argent transitera à travers la Fondation Pestalozzi qui d’ailleurs avance une partie de celui nécessaire à son voyage. Pendant toute cette période, d’avril à novembre (6 mois prévus qui deviendront 8 mois), Corti reste proche de ses amies Marie Meierhofer et Elisabeth Rotten, au travers d’une correspondance fournie, tentant de rester, malgré la distance, présent au village. C’est que tous les trois, ils tiennent à leur projet idéaliste et pacifiste de « compréhension internationale à travers l’éducation ». Nonobstant, Corti laisse sur le continent ses amies aux prises avec les institutions caritatives, notamment Pro Juventute. Au cours de ces mois, l’enjeu est l’usage qui est fait de l’image du village devenu mondialement connu par ceux qui l’utilisent comme un moyen publicitaire pour donner une place à la Suisse dans cette reconstruction  de l’Europe, dans une politique désormais de guerre froide.

Avant son départ pour New-York, le 24 mars 1948, Corti est à Paris et rencontre Bernard Dzrewieski. Ils discutent de cette réunion prévue à Trogen en juillet et de l’organisation de cette « fédération des communautés d’enfants ». Le 2 avril, il a encore rendez-vous avec Willy Lauper, président du comité exécutif de l’Association Village Pestalozzi, et il a avec lui une « franche discussion » sur la question financière, dont il le remercie dans sa lettre du 3 avril, écrite depuis Rotterdam. Dans cette même lettre, il lui confie qu’il n’a plus aucune réserve financière personnelle ; sa richesse serait uniquement sa bibliothèque. Mais l’éditeur Conzett & Huber lui aurait assuré à son retour de lui redonner sa place d’éditeur au DU. Pour l’heure, Corti a reçu 20.000 frs qu’il pense pouvoir largement rembourser par l’argent qu’il récoltera. A peine parti, il se propose même de demander une rallonge de 5.000 Frs. Il est alors en totale confiance. Mais il s’inquiète déjà de sa santé :

Ce voyage comporte naturellement beaucoup de risque que je dois assumer tout seul. J’ai perdu tout assurance quant à ces questions étant donné ma longue maladie et un séjour à l’étranger à l’époque. S’il devait m’arriver quelque chose, il ne resterait plus rien pour ma femme et mon enfant ; ma seule possession de valeur, c’est ma bibliothèque, écrit-il à Willy Lauper.

Ce jour même, il monte sur le bateau Nordam et vogue vers New-York.

 

Au fil des lettres, Corti semble prendre conscience de son erreur d’être parti dans une période essentielle de la vie du Village Pestalozzi. Avec la distance, on y verrait même aujourd’hui une erreur de tactique, voire un faux-pas évident. Il n’est donc pas présent à la conférence de juillet, alors que se joue là le rôle de « son » village en tant que modèle fédéraliste et supranational dans la fédération en voie de constitution, ainsi que des enjeux financiers et la réputation de la Suisse dans la reconstruction de l’Europe. Ne seront d’ailleurs non plus pas de la partie Adolphe Ferrière et Paulus Geheeb qui sont pourtant en Suisse à cette époque. Tous deux auraient également pu influencer les débats vers les idéaux démocratiques et pacifiques, dont ils sont porteurs. Car ce ne sont pas que les témoignages qui ont donné forme à cette réunion, mais bien un consensus sur des définitions (notamment de la république ou communauté d’enfants), sur la formation des éducateurs, sur les maux psychologiques des enfants victimes de la guerre, entre autres sujets abordés. Symboliquement, l’absence du fondateur Corti, alors que son village est choisi par l’Unesco comme lieu de cette première conférence des directeurs de communautés d’enfants, étonne ce d’autant plus que des Américains, eux, sont présents, comme Carleton Washburne, mais aussi Robert Stanforth, membre de la commission des Etats-Unis pour la reconstruction internationale de l’éducation, à qui revient la tâche de réunir tous les rapports de la conférence. Dans le contexte des tensions entre les fondateurs et les promoteurs que représente Pro Juventute, l’absence de Corti laisse les mains libres à ces derniers même si Rotten, Meierhoffer et parfois Olgiati veille au grain. Mais sera-ce suffisant ?

Bien qu’ayant traversé l’océan, « Buss », comme l’appelle son amie Marie Meierhoffer dite Maïti dans ses lettres, est constamment préoccupé par le développement du village d’enfants Pestalozzi à Trogen. Maïti demeure une informatrice de premier plan qui dès le 22 avril 1948 lui rend compte du « fiasco » que sont désormais les séances du comité de l’association sans lui : « Qui va faire quoi pour administrer ? », s’interroge-t-elle tout en regrettant déjà qu’il ne soit pas là, malgré le soutien de Willy Lauper (qui, écrit-elle en marge de sa lettre, est agacé car « les choses ne se passent pas comme il voudrait »). Celui-ci pense d’ailleurs, qu’il faudrait un homme nouveau pour diriger l’entreprise (est-ce que le directeur du village, Fritz Wezel, pourrait jouer ce rôle, se demande-t-il ?). Or, précise-t-elle dans sa lettre, « le village Pestalozzi n’est pas une entreprise ordinaire » puisque chaque « vent politique ou confessionnel se remarque ». En quelque sorte, le village d’enfants est « comme un sismographe qui enregistre ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur du pays » ! Elle ne croit pas à une organisation sans friction compte tenu de la situation délicate du village d’enfants (toujours ces tensions entre deux camps les idéalistes que sont les fondateurs et les réalistes que représente essentiellement Pro Juventute qui mène les campagnes de promotion). Mais elle croit encore et toujours au « chemin de intérieur » et à l’« éducation des éducateurs » pour avancer ; le Village d’enfants Pestalozzi n’est pas, ajoute-t-elle, une entreprise placée sous contrôle policier ! Déjà, elle pense qu’à son retour Corti pourra diriger ce développement « de l’intérieur » par des séminaires et des cours. Quant à lui, il s’imagine venir y vivre avec sa famille, ce qui résoudrait en partie ses problèmes financiers et assurerait sur place un « chef idéologique ». Ce que ne souhaite à l’évidence pas l’autre camp des réalistes.

Ces huit mois passés sur le continent américain seront pour lui une « expérience difficile », peut-être pourrait-on écrire « douloureuse ». Corti cumule les échecs sur les récoltes de fonds ; puis sa santé se détériore et il a l’ennui de sa famille. Or malgré tout, entre visites, conférences, entretiens, repos obligés pour cause de maladie, rédaction de ses articles et écriture de sa correspondance, il fait bien à New York ce qu’il a à faire.

La vertu de l’engagement

Tout d’abord, Corti a rendez-vous avec son interlocuteur principal de la Fondation Pestalozzi, Herman Charles Honegger. Celui-ci a été averti de sa démarche et il s’est engagé à l’aider financièrement. Or, leur premier contact se passe plutôt mal. Honegger aurait refusé immédiatement de l’aider et « de la façon la plus incorrecte », écrit à Meierhofer, dans une lettre non datée, un Corti sans aucun doute extrêmement blessé. Puis subitement, le président de la Fondation Pestalozzi aurait opéré un retournement en acceptant le contrat. A travers les échanges épistolaires, le portrait de ce philanthrope est plutôt négatif.

Gygax, Friedrich (1902-1992)

Déjà en 1947, les offensives publicitaires d’Honegger aux Etats-Unis ont inquiété le Consul général de Suisse à New-York, Friedrich Gygax, qui écrivait au Conseiller de la Légation le 5 décembre : « J’éprouve quelque appréhension à voir cette œuvre louable mise ainsi en vedette aux Etats-Unis. Car il est à craindre que des gens dépourvus de scrupules n’en tirent parti, sous le couvert de bienfaisance, pour poursuivre des buts égoïstes. La « Journée des mères » est un exemple frappant de la manière dont une initiative noble peut être exploitée et prostituée à des fins commerciales».

La lettre de Gygax, au Vice-consul, Richard Pestalozzi, le 20 mai 1948, fait référence aux difficultés que Corti rencontre avec Honegger. Rapidement Corti prend conscience que l’esprit du philanthrope est en totale contradiction avec celui qu’il cherche à faire advenir au Village Pestalozzi. Honegger a besoin de se valoriser et pratique des « méthodes commerciales à l’Américaine » (c’est-à-dire dire des « ventes à haute pression ») et Corti n’aime pas cela ! C’est inélégant et « non-suisse », selon lui. Il considère Honegger comme un « chasseur ». Gygax suggère à Corti de se détacher « de manière urgente » de la Fondation Pestalozzi et ceci par principe.

Il est prêt à l’aider et en parlera à des amis. Un Suisse important de New-York (Walter Stünzi) lui a également conseillé de rencontrer un ministre qui s’est lui-même brouillé avec Honegger. Et son ami de collège Alfred Schwarz s’étonne que Pro Juventute fasse des affaires avec ce Honegger : il en parlera à son oncle Ulrich Wille, président de la fondation Pro Juventute !

Ce même jour, le 20 mai, Honegger écrit à Willy Lauper, membre de Pro Juventute et président du comité de travail de l’association Village Pestalozzi (sans d’ailleurs que Corti n’en soit informé) pour lui faire part de son étonnement que le service rendu par amitié à Corti soit vu comme une obligation de sa part et de la décision de Corti de n’avoir plus de lien entre l’association du village Pestalozzi et sa Fondation (ils ne doivent donc plus utiliser l’adresse de la Fondation Pestalozzi de New-York). Or, à l’évidence Honegger ne va nullement interrompre ses relations avec Pro Juventute (de la correspondance avec Lauper en est la preuve dans les archives fédérale à Berne). Cette lettre affecte les membres de l’Association du Village d’enfants Pestalozzi, ce qui meurtrit Corti qui ne veut bientôt plus remuer cette histoire et qui, de surcroît, rencontre à nouveau des problèmes de santé (ses résultats aux examen médicaux sont mauvais). Or, dans la mesure où la mission de Corti reposait grandement sur la fondation Pestalozzi d’Honegger, elle a déjà échoué.

Qu’à cela ne tienne, il voudrait fonder une nouvelle association internationale des villages d’enfants qui n’aurait plus aucun lien avec Honegger, mais pour cela, il faudrait qu’il ait les pleins pouvoirs. Il faudrait lui donner carte blanche et il demande à Maïti de questionner Lauper à ce sujet, concluant que « les possibilités de ce pays sont énormes, mais qu’il faut y travailler ». Il attend une réponse pour s’avoir comment s’orienter. Dans une lettre du 22 mai, Meierhofer encourage Corti à ne pas se laisser déprimer par ce qu’il a vécu avec Honegger. Elle lui suggère d’avoir moins d’égard pour ProJuventute et elle demandera à Lauper qu’il obtienne une accréditation du Conseil fédéral à Berne stipulant que Corti est en mission pour avoir ainsi plus de pouvoir. Elle l’encourage ardemment, car, écrit-elle, « Finalement, c’est TON village d’enfants et tu as les pleins pouvoirs en Amérique. Alors si tu ramènes quelque chose, c’est l’essentiel ».

Le 24 mai Honegger écrit à son « Dear Mister Corti » pour le rassurer sur le remboursement de l’emprunt. Pour Corti ce prêt est une chose « la plus pénible de sa vie », comme il le lui écrit, tout en reconnaissant qui aurait eu de la peine à vivre sans cet argent. Au mois de mai, une nouvelle lettre d’Honegger laisse entendre qu’il inclut dans le rapport de sa fondation plusieurs pages sur le Village Pestalozzi. Le 31 mai, dans une longue lettre à Rotten, Corti lui fait part de ses impressions « de près et de loin ». Il lui confie sa « douleur de la prise de conscience, que la distance permet ». La solitude lui pèse énormément et cette impossibilité d’agir sur son œuvre également : « Je ne me plains pas d’être ici, mais je souffre quand même. Je ressens parfois mon séjour ici comme un véritable sacrifice. » Mais encore plein d’espoir, il lui écrit : « Si ma santé résiste, j’espère revenir avec trois maisons et de nombreux nouveaux amis. A Concord et à Boston, j’essaie de gagner une maison Thoreau pour faire en sorte que dans chaque village d’enfants dans le monde existe une maison Thoreau » (en référence à l’expérience de Henry David Thoreau relatée dan son ouvrage Walden ou la vie dans les bois publié en 1854). Et de l’encourager à rester à Trogen :

Ils ont déjà voulu m’éjecter de façon formelle et matérielle et toi, on dirait qu’ils veulent te rendre la vie impossible jusqu’à ce que tu t’en ailles toi-même : reste, c’est tout ce que je peux dire. Pour nous reviendra un temps constructif. Mais de ProJu, il n’en est absolument rien venu sur le plan des idées et de l’esprit. Cela est et reste notre enfant quel que soit le nombre de plumes qu’ils nous aient enlevé.

Indéniablement Corti est amer et peut-être même carrément déprimé ! Mais il compte sur ses deux amies Elisabeth Rotten et Marie Meierhofer.

Aux Etats-Unis, Corti approche également divers groupe d’intérêt – Rockfeller, Carnegie, Marshall Field – et médiatique, notamment le journaliste et écrivain Walter Lippman. Une « Société américaine pour l’amitié avec la Suisse » vient d’être créée et certains membres sont prêts à reprendre à leur compte l’idée du Village Pestalozzi et ainsi remplacer la Fondation Pestalozzi d’Honegger qui périclite (dans sa lette du 31 mai à Rotten, Corti écrit que les gens quitteraient le bateau et qu’Honegger paierait des cotisations de membres de sa propre poche !).

Walter Lippmann photographié par Granger en 1940

Cette nouvelle société est financée par des entreprises suisses, mais elle doit d’abord se consolider avant de s’impliquer pour le Village Pestalozzi. Corti est allé rencontrer M. Stünzi de cette association, mais ce dernier ne veut pas se mettre en opposition avec Honegger et par conséquent, il ne veut pas s’engager. Pour Corti, qui l’écrit à Gygax, le 1 juin 1948, c’est encore une rencontre « sans grand succès ». Il espère que les choses pourront prendre une bonne tournure sans avoir l’air de conspiration contre Honegger. Corti n’a pas dit son dernier mot, mais il a perdu du temps avec le président de cette fondation américaine. Il cherche à convaincre encore Gygax de s’occuper de la collecte de fonds pour le Village Pestalozzi (avec un espace de stockage pour la propagande et pour faciliter le dédouanement). Celui-ci nomme l’Australienne Imogène White pour s’en charger; mais, précise Gygax, il ne sera pas responsable de ses actes. Elle devient donc la représentante du Village Pestalozzi aux Etats-Unis et c’est elle qui réalise désormais les collectes pour le village. Elle négocie avec des consuls, notamment celui de Saint-Louis et avec le vice-consul Pestalozzi. Elle est en lien avec le consul général W. Schilling qui lui envoie le nom des Suisses de Chicago. Le vice-consul Pestalozzi est d’accord de collaborer avec Corti, mais là encore le consulat ne prendra aucune responsabilité ; il veut bien recevoir les dons ! Quoi qu’il en soit, cela redonne des ailes à Corti qui est d’accord de s’engager pour des collectes, mais aux « bons endroits » et de la « bonne manière ». Il faut y aller avec prudence et éviter des éclats qui nuisent à l’image de la Suisse, conclut-il sa lettre à Gygax. En 1949, Imogène Whyse sera à Charleroy à Marcinelle dans l’A.G de la FICE, en tant que « déléguée observatrice », où elle proposera un Festival mondial des jeunes à St. Gall-Trogen.

Le 2 juin 1948, une nouvelle lettre de Maïti répond aux lettres d’indignation de Corti d’être toujours sans réponse des gens de Pro Juventute et qui l’informe qu’ils ont été tous « complètement pris » par l’action des petits mouchoirs porte-bonheur (Tüchli-Aktion). Donc il n’y aurait aucune mauvaise volonté de Willy Lauper, le rassure-t-elle, lequel est sans arrêt en déplacement pour convaincre les sections et les gouvernements de donner la permission aux élèves d’aller les vendre. Mais il semblerait, selon elle, que les gens soient « fatigués de donner ». Elle lui transmet également des nouvelles du village qui devient, écrit-elle, avec l’arrivée des Finlandais « vraiment international » (ils sont arrivés le 23 mai 1948 en train à Bâle après un long voyage) : « Il faut l’existence d’un certain nombre d’enfants et de nations pour que le travail spirituel fasse son œuvre ». L’Assemblée générale s’est bien passée, bien que, souligne-t-elle, Binder n’aurait parlé qu’affaire – alors que justement les affaires financières et matérielles marchent bien – et qu’il n’y aurait pas eu de temps pour parler de l’esprit du Village. Elle ajoute : « On remarque en de telles occasions à quel point tu manques. Pour moi, il est évident que tu doives venir vivre au Village ; quelque soit l’avis de Pro Juventute, on ne va pas le leur demander ». Elle lui communique l’avis de F. Dolder, chef de la publicité à Pro Juventute, qui pense que le temps des grandes actions est terminé et qu’il faut s’occuper maintenant des choses dans la durée, avec des actions plus limitées. Elle pense aussi à une association internationale du village Pestalozzi avec un bureau à Trogen et à développer des activités à l’étranger. Grâce au rapport qu’elle a fait à l’A.G. de l’Association du village, elle dit avoir gagné en influence en son sein et à Pro Juventute (elle pourrait maintenant « taper un peu sur la table » pour obtenir des choses de Pro Juventute).

Enfin, elle compte beaucoup sur la réunion de juillet à Trogen.

Début juin, Corti se rend compte que l’idée de Binder a été de l’éloigner du village. Sa lettre confidentielle écrite à Lauper du 8 juin est une longue plainte (doublé d’un rapport qu’il a écrit, mais ne veut pas faire circuler !). D’abord, il lui parle de sa maladie (qui reprend) : il se sent au « bord de l’épuisement », mais surtout, il se sent « fatigué, amer, déçu ». Puis, il lui confie « l’incroyable prétention de Binder » qui revendique la paternité du Village d’enfants, sa « susceptibilité » également, lorsqu’il est mis en doute, et encore son propre éloignement de Trogen en habitant Zurich, et sur le manque de reconnaissance à l’égard de Consett&Huber, les éditeurs de DU, qui « ont tant fait pour le Village d’enfants ». Il envisage – mais est-ce un rêve ? – d’être hébergé avec sa famille à Trogen (qu’on lui accorde logement et couvert) et que Conzett&Huber continuent de financer ses écrits et conférences, facilitées à l’étranger par l’association du Village d’enfants Pestalozzi. Ce droit de regard sur tout ce qui se passe au village, sans avoir de véritable statut, lui permettrait également de terminer son ouvrage sur le village. Et de proposer à Lauper qu’il en parle avec Meierhofer, Fischli et Rotten, en qui il a « toute confiance ». Encore une dernière question : « Pense-t-il qu’il soit trop dangereux pour les gens de l’association » (sous entendu les réalistes) ? Il attend son avis. Il le supplie même de faire quelque chose et de ne pas rester dans son mutisme : « Ma propre création commence à endommager mon âme, pour parler de façon biblique », lui écrit-il. Il s’étonne également de la présence du nom de Honegger sur le prospectus anglais concernant le Village d’enfants et se demande s’il est toujours en lien avec lui. Certes de New-York, Corti ne peut pas tout contrôler et ce lien maintenu entre New-York et Trogen avec Honegger risque d’entacher les relations de Corti avec Lauper. Se construit un embrouillamini de questions financières, de pouvoir et de confiance, difficile parfois à démêler. C’est d’ailleurs cette lettre de Corti du 8 juin qui mettra le feu aux poudres, puisque Lauper la fait circuler dans tout le comité au grand dam de Corti!

John Dewey, photographié en 1946

A New-York, Corti cherche à approcher le philosophe John Dewey qui a alors 89 ans. Il lui écrit depuis son hôtel, le 11 juin, et il lui fait part de son admiration pour lui et pour son « œuvre libératrice ». Corti est d’ailleurs en train de traduire son ouvrage How to think en allemand (qui paraîtra chez Horme, sa maison d’édition). Il lui demande une interview, « parce que la situation désastreuse des orphelins de la guerre en Europe l’oblige à le faire », lui écrit-il. Il lui transmet la sympathie de ses amis suisses et en particulier d’Elisabeth Rotten, qui lui envoie ses salutations « les plus cordiales ». Il lui précise la façon admirable dont Rotten l’aide dans la construction du village pour les orphelins de guerre et lui explique sa présence aux Etats-Unis, pour six mois, afin d’établir une amitié entre le peuple américain et leurs « leaders spirituels », et le projet du village d’enfants qui est désormais devenu un modèle international. L’écho est formidable, lui écrit Corti, avec déjà une cinquantaine de plans et de mises en œuvre sur tout le continent, précise-t-il. Bernard Dzrewieski, son ami, est en train de réunir les directeurs de villages à Trogen pour en faire une fédération, lui annonce-t-il. Ces projets nécessitent des recherches de fonds par les enfants eux-mêmes et la construction d’une coopération internationale entre les enfants du monde. C’est Dzrewieski qui l’a prié de venir la lui présenter, ce qu’il ferait volontiers dans le courant du mois.

Dans une très longue lettre à Maïti (sans date) il lui rend compte de sa visite à John Dewey. C’est d’ailleurs le seul point positif de sa lettre qui une fois encore est une longue plainte, tout en prétendant « qu’il est, pour la plainte, le plus incapable de tous » ! Quoi qu’il en soit, il veut lui dire l’essentiel de ses difficultés. Soit : qu’il serait arrivé au plus mauvais moment aux Etats-Unis, une année électorale marquée par une méfiance à l’égard de l’aide à l’Europe ; que, concernant le village d’enfants Pestalozzi, on pense en Amérique que la Suisse peut aisément le construire elle-même ! (Corti pense que c’est une critique à l’encontre du Don suisse et de la Croix-Rouge) ; que de ce fait, les récoltes d’argent sont désormais plus difficiles ; que Honegger cherche néanmoins toujours à réunir 30 mille dollars. En conclusion, Corti pense qu’ils ont raté l’occasion de faire de la propagande aux Etats-Unis pendant les années 1944-1946. Cela aurait été un bon moment pour intéresser les donateurs potentiels à l’éducation internationale et à faire de Trogen un modèle ; Carleton Washburne, Joseph Lauwerys (directeur de la commission d’enquête sur les problèmes spéciaux d’éducation dans les pays libérés et professeur d’éducation à l’Institut d’éducation de Londres) et Rotten ne l’avaient-ils pas en ce temps déjà dit ? Et de se souvenir que lui aussi en avait parlé « à l’époque », au Conseiller fédéral Ernst Wetter qui dirige la Fondation mondiale Pestalozzi, fondée le 27 septembre 1947 à Zurich.

Depuis New-York, Corti se rend compte que les critiques des adversaires ont dès le début paralysé et retardé cette idée. Et de reprendre dans sa lettre toute l’histoire comme s’il se la racontait à lui-même et mesurait soudainement toutes les difficultés affrontées, notamment en lien avec les « gens de la Croix-Rouge, des SEPEG qui auraient calomnié le Village de Trogen, tout en en érigeant à l’étranger : Wahlwiess et Civita Vecchia, qui auraient, écrit-il, appris l’existence de Trogen que par ces dénigrements ! Pour Corti, toutes ces routes auraient dû être empruntée par eux-mêmes. Et c’est sans compter Pro Juvenute !

On le sent une fois de plus amer sur ce qu’il appelle les « grenouillages » des Helvètes.

C’est également à une autocritique qu’il se prête, se confiant à son amie : « J’ai bien vu aussi que je ne suis pas apte à ensorceler les gens de manière à ce qu’ils m’écoutent avec sympathie». Mais, son espoir reste de « reculer pour mieux sauter » (en français dans le texte), c’est-à-dire de défendre leur position en tentant de réconcilier SEPEG et Croix-Rouge, et de s’allier avec Georges Thélin de l’UIPE, « amicalement ». Pour Corti, ce qui compte c’est de « traiter l’enfant comme tel et la pauvreté comme telle ». Cette idée, il veut la faire valoir auprès de l’Unesco, de l’ONU et des Etats-Unis. Il compte également beaucoup sur les conférences de juillet à Trogen en espérant que le projet ne s’effondrera pas à cause de divergences. Mais pour l’Amérique, selon le pédagogue Alwin Johnson, qu’il a rencontré chez Dewey, « L’époque de la sollicitation sentimentale et caritative est terminée ». Maintenant c’est le début de la publicité pour les « républiques d’enfants autogérées démocratiquement ». Un village d’enfants fait par charité sentimentale serait même selon ce pédagogue une véritable « tromperie par les sentiments ». Il semble, écrit toujours Corti dans sa longue missive, que le pédagogue américain ait eu vent des difficultés à Trogen, sous entendu qu’on y serait trop sentimental ! De surcroît Johnson aurait conseillé de ne pas entrer dans la politique mondiale, mais d’avoir le courage d’aller de l’avant et de justement aller chez Staline chercher 32 enfants avec des éducateurs courageux, cela jouerait comme un « élan libérateur » pour l’Amérique « viscéralement anti-russe », car « tôt ou tard, la Russie vivra en paix avec les USA », lui aurait-il confié ! Bref, il faut surtout être concret, écrit Corti à Maïti et pour l’heure, il a besoin d’informations précises pour avancer et être pris au sérieux. Car, lui écrit-il, « Ici règne une terrible exactitude, ils n’arrêtent pas de me demander des chiffres et ils sont étonnés que je ne les aient pas. Ils veulent tout voir, jusque et y compris les objets que les enfants ont faits eux-mêmes ? ». Il lui faut des photographies, des films, du matériel anecdotiques que le directeur de Trogen Fritz Wezel lui a promis d’envoyer. Mais seules lui arrivent les lettres d’Hans Fischli, de Holger Hofman et de sa femme Anuti avec des informations et des notes d’Arthur Bill.

Corti demande à Maïti de lui envoyer un rapport « sur tout ce qui a été tenté par Pro Juventute en Amérique » ; « des doubles des lettres officielles s’il y en a » ; « les adresses de tous les Américains qui se sont intéressés au Village d’enfants […] Un décompte exact de tous les financements parvenus des Etats-Unis et une liste des dons en nature. ». Il veut être informé régulièrement des versements qui proviennent des Etats-Unis. Pour lui, l’idée de fonder une association des amis américains de tous les villages d’enfants et de se séparer d’Honegger demeure. Pour cela, il lui demande de façon urgente (souligné par lui) un double de la lettre de démission présumée d’Honegger et la réponse de Pro Juventute : « Envoyez-moi, s’il vous plaît, aussi les lettres que Honegger écrit éventuellement sur moi. Je chercherai alors immédiatement un nouveau compte à Lake Success ce qui serait le mieux pour des réductions d’impôts ». Corti a le sentiment d’être mal traité par l’Association du Village d’enfants Pestalozzi et par Pro Juventute, et se dit être parfois envahi « par une véritable folie de persécution dans cette ville satanique » ! Il lui écrit :

Plus j’apparais comme le père spirituel du village, plus j’ai l’impression que ceux qui ont le pouvoir veulent me faire sortir du paysage. A tel point que ma propre situation, malgré tous mes efforts jusqu’à la supplication, n’a jamais été discutée. Pourtant, j’ai eu le temps de m’engager. Je crois que Binder n’a pas envie que j’habite à Trogen, mais cela peut être lié à de semblables raisons que celles qui l’on conduit à rejeter Elisabeth Rotten de façon difficilement qualifiable. Elisabeth Rotten qui est la seule personne suisse dont Dewey cherche à avoir des nouvelles. Je crois que ça il faut que vous le tiriez enfin au clair. J’ai posé la question très ouvertement à Lauper et évidemment qu’il se défile. Il faudrait aussi m’aider et je pourrais alors m’occuper de 3 ou 4 numéros du DU de cette année et ainsi pouvoir continuer à vivre et à arriver à quelque chose sur le plan économique, mais cela me paraît peu vraisemblable, car mes forces ne suffisent juste pas. Cette intention que j’avais se réalisera difficilement.

Depuis New-York, Corti rédige également des textes pour Conzett & Huber et des articles dans les Nouvelles du Village Pestalozzi où, dans le numéro de mai 1948, il discute et réfute les objections faites aux « transplantages » en masse des enfants (conflit constant avec le Dr Oscar Forel et les SEPEG). Les difficultés avec le village d’enfants lui pèsent toujours plus : Willy Lauper ne lui répond pas (Corti sent que ses nerfs vont craquer) ; il voudrait pouvoir parler avec Hans Fischli de ses plans, qui l’inquiètent; il pense qu’un centre d’éducation culturel américain serait à envisager à Trogen. Malgré son succès « catastrophiquement bas » aux Etats-Unis, il pense que ce n’est pas entièrement de sa faute et qu’il a encore beaucoup à contribuer pour le Village d’enfants Pestalozzi.

Oscar Forel, années 1950
Extrait d’une photographie tirée de Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure (http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45)

C’est alors que le médecin Oscar Forel, resté dans le silence depuis six mois répond à Corti, le 14 juin 1948. Il adopte le ton de la surprise : mais pourquoi donc Corti prend-il si tragiquement son avis sur le village ? « Ne peut-on pas avoir différents avis sur les problèmes qui se posent ? ». Forel reconnaît que Trogen, grâce à la propagande, a obtenu une grande reconnaissance et que des cercles larges s’y sont intéressés, mais pour lui l’objectif reste que l’aide aux enfants se fasse sur place, dans les pays mêmes. Il ne veut pas faire de ces enfants victimes de la guerre, des enfants déplacés, c’est-à-dire transplantés et donc déracinés pendant des années, en les éloignant de leur pays d’origine et de leur langue. De plus, le médecin psychiatre s’inquiète de ce que le village Pestalozzi étant devenu un « lieu de pèlerinage », les enfants souffrent de ces constantes visites. Il écrit : « Trogen est venu un lieu de pèlerinage. Ou bien ces milliers de visiteurs viennent observer les enfants, ce qui doit être pesant pour eux, ou alors ils ne les regardent pas, et donc leur visite a peu de sens ». Et d’ajouter : « A mon avis, on parle et on écrit beaucoup trop sur Trogen et cela est en contradiction avec la réserve qui convient aux Suisses ». Enfin, nouvel argument, le nombre d’enfants (130) ne représenterait guère face au centaine de milliers d’enfants victimes de la guerre et Forel de s’interroger sur le prix journalier pour chacun d’eux ? Deux autres arguments ferment la liste : « Je me suis demandé de façon récurrente, comment Pestalozzi se serait situé face à Trogen ». Que croyez-vous, lui demande-t-il, provoquant ? « A votre solution n’aurait-il pas préféré ce que mon père a vu en Pologne : des enfants qui vivent dans de vrais villages de leur patrie ? ». Mais bon prince, il affirme vouloir venir à Trogen, tout en pensant que son avis n’en sera pas modifié, n’ayant pas les compétences en la matière, mais se défendant d’avoir des préjugés, ajoutant que l’exposé de Corti fait au SEPEG sur l’éducation internationale n’aurait pas été comprise et aurait fait qu’augmenter leurs objections. Mais il veut bien une rencontre entre spécialiste, 2 ou 3 de chaque partie avec 10 ou 20 points à mettre en discussion.

Le 29 juin, Corti répond à Forel par une lettre de quatre pages dactylographiées. Il le remercie pour sa lettre qui lui laisse quelques espoirs de pouvoir se rencontrer, en tout cas sur le « plan du sentiment ». Sa proposition d’une entrevue est une ouverture, mais il regrette amèrement qu’il n’abandonne pas sa vision noire sur son œuvre. Il lui écrit : « Vous pouvez me traiter avec mépris si cela vous convient ». Mais poursuit-il, il tentera de ne pas le prendre personnellement, tout en regrettant le dénigrement de toute son œuvre, pour laquelle il a consacré des années de sa vie. Il lui signale que tout ce qu’il a semé lui a coûté beaucoup de temps et qu’il en prendra encore pour répondre point par point à ses objections. Soulignant à chaque fois l’argumentaire.

Pour Corti « aucun homme raisonnable » ne va contredire la thèse que l’aide aux enfants doit se passer sur le lieu même. Mais celle-ci ne remplit que la moitié de ce qu’il est possible de faire. Et de rappeler que Trogen a été construit comme un modèle pour d’autres projets dans les pays eux-mêmes. Il semblerait, selon des gens qualifiés, qu’il n’y a pas d’autres modèles dans le monde que le village Pestalozzi. Et de donner quelques exemples : la première lettre de l’étranger est venue d’Henriette Szold de Palestine en 1944. En 1945, le journaliste et résistant Yves Farge s’est rendu au village pour s’informer sur ce modèle. L’idée du Village s’est ainsi répandue. Des villages se sont créés également en dehors de ce modèle comme des bourgeonnements et Corti de regretter que certains Suisses, aient pu critiquer ce qui était en train d’advenir. La fondation de village d’enfants à l’étranger sur le modèle de Trogen n’est pas contradictoire avec l’existence de Trogen en Suisse, qui d’ailleurs n’aura jamais plus de 400 enfants. Trogen n’empêche pas les œuvres à l’étranger et de surcroît, le village Pestalozzi encourage toute forme d’aide à l’enfance et à l’éducation sur le long terme, assène presque Corti. Et de rappeler à Forel, comme une preuve tangible, la lettre du 11 août 1945 reçue de Washburne, lequel confirmait la primauté d’un bon entourage et d’une bonne éducation, que cela soit dans son propre pays ou dans un autre pays où l’enfant a été déplacé. Corti dit regretter que les Etats-Unis, le Canada et l’Australie n’aient pas créé de tel village, ce qui aurait épargné un grand nombre de morts (100’000 plutôt que 8’000 enfants auraient pu être sauvés).

Certes le problème linguistique principal à Trogen est la langue commune du village (Corti invite Forel à apporter une solution à ce fait, ainsi d’ailleurs qu’à tous les autres problèmes !). Les enfants sont donc élevés dans leur langue maternelle avec des maîtres de leur propre langue. Les enfants Polonais nazifiés réapprennent le polonais. Des enfants garderaient même leur dialecte, un phénomène qui a été attesté, précise Corti, par des sociologues (dès septembre 1948, l’allemand est introduit comme langue du Village). Corti dit se battre avec succès depuis des années contre le concept de « déracinement » qui est pour lui « pseudo-scientifique », mais « très utilisable pour ses qualités sentimentales et démagogiques ». « Les enfants ne sont pas des plantes », souligne-t-il. L’enfant qui n’a pas de foyer dans son pays ne peut pas se développer, alors qu’il peut le faire à Trogen, parce qu’il a un foyer. Sur le confort, Corti s’étonne de ne voir ce point que sous un angle négatif. Tous les visiteurs de l’étranger ne le voient que comme un « standard sain de confort ». Quant à l’éloignement du pays d’origine, cela ne joue, selon Corti, plus de rôle dans un monde moderne : une colonie de Polonais à New-York, n’est pas plus éloignée qu’une colonie de Polonais à Londres. Sur la question des « enfants déplacés », Corti rappelle à Forel qu’à Trogen, on garde les enfants jusqu’à ce qu’ils soient capables de fonctionner par eux-mêmes et puissent revenir dans leur patrie. Ce terme aurait un sens, si les enfants devenaient apatrides, or la question est complètement résolue (il se demande même comment on peut la poser !).

A l’argument de Forel que des milliers de visiteurs viennent en pèlerinage à Trogen ce qui gênerait les enfants qui se sentent regardés et s’ils ne le sont pas qu’elle sens alors à cette visite ?, Corti lui répond que Trogen fait partie des lieux de Pestalozzi et si en deux ans, le village a eu plus de visiteurs que toutes les fondations Pestalozzi, c’est qu’on vient voir un village qui a vu le jour « grâce à l’amour et la volonté du peuple suisse ». Questionnés par Corti, les enfants ne semblent pas en être troublés ! Il aurait même entendu dire à plusieurs reprises que les millions de visiteurs de Buchenwald et d’Auschwitz devraient plutôt venir à Trogen !

Sur le coût, Corti est clair : la construction du village a coûté 3 millions, libre d’hypothèque. Mais le village appartient pour toujours à l’enfant pauvre. C’est cette idée qui a entraîné ces dons du peuple suisse. La journée d’un enfant coûte 9 Frs 50, mais d’autres charges sont prises par l’Etat comme celle de l’écolage ou celle des pompiers, ce qui diminue le coût. La vie économique du village n’en est qu’à ses débuts et, pour Corti, les coûts vont diminuer avec le temps. D’ailleurs des gens du métier contrôlent les comptes et les dépenses. Une fois encore, il invite Forel à proposer une solution pour faire baisser les coûts.

Corti voit dans l’argument du nombre réduit d’enfants secourus à Trogen face aux centaines de milliers de victimes une fausse question. Comparant avec l’expérience de Pestalozzi à Stans : que représentaient 50 enfants face à la misère des enfants à l’époque napoléonienne « une goutte d’eau sur une pierre brûlante » ? C’est pourtant bien de là qu’à surgit un mouvement qui a traversé le temps. Aujourd’hui, il y a 116 enfants à Trogen « aidés sur un long terme et formés de manière essentielle à ce que nous croyons ».

Connaissant bien Pestalozzi, Corti pense qu’il « l’aurait approuvé du plus profond de son âme ». Car toutes ses questions remontent au principe fondamental de Trogen : « l’éducation à un [esprit] supranational et humain ». Comment Oscar Forel ne peut-il pas voir cela ! Quant au père de Forel, Corti pense « qu’il n’aurait pas parlé du village avant de l’avoir vu et qu’il l’aurait approuvé de tout son être » ! Corti lui-même a beaucoup appris d’Auguste Forel, il pense qu’il aurait été à ses côtés. Et de regretter que son fils considère cette œuvre avec des aprioris et de manière superficielle sans s’en être informé.

Sur la contradiction entre la publicité sur Trogen et la discrétion « qui convient aux Suisses », Corti répond qu’ils ont le droit et le devoir d’éclairer les gens sur le village d’enfants, puisqu’ils n’ont pas réussi à éclairer les cercles qui justement devraient avoir le plus grand intérêt pour cette entreprise. Il vise évidemment directement son correspond Oscar Forel et les SEPEG. Et de conclure cette lettre, qui s’apparente à un règlement de compte, sur l’espoir que Forel appréciera, malgré les propos un peu raides, tout en regrettant de ne pas être au congrès de l’Unesco pour parler avec lui.

Une correspondance par dessus l’océan

C’est alors qu’a lieu à Trogen du 5 au 11 juillet la rencontre, prévue par Bernard Drezwieski et l’UNESCO, de tous les directeurs des communautés d’enfants. De loin, Corti suit la conférence et Maïti l’informe qu’elle y parlera des enfants victimes de la guerre (son rapport sera d’ailleurs traduit en anglais par Pro Juventute). Grâce à ses lettres, il suit l’évolution du village ; elle lui annonce l’arrivée à Trogen des enfants finlandais, alsaciens (installés dans la maison offerte par le groupe de Bâle : Les Cigognes) et ceux de Normandie (dans une deuxième maison française). En septembre, elle compte aller chercher trente-deux enfants grecs.

Or pendant ce mois de juillet 1948, Corti sent que son village lui échappe et il tente toujours d’y voir clair dans le jeu de Willy Lauper. Il pense que celui-ci ne comprend rien à ses propres difficultés aux Etats-Unis ; il ne semble plus autant fiable. Le 6 juillet, Lauper écrit à Corti à propos de la diffusion de sa lettre du 8 juin. Il la justifie par le fait qu’elle concernait tout le comité, et que la mention d’Honegger était également utile pour le comité. Il réfute l’idée d’avoir voulu prendre sa place et de « s’annexer le village d’enfants » ; d’ailleurs ne va-t-il pas remettre son mandat de président, suite à un examen général de la situation, après le 12 juillet ? Mais Lauper termine sa lettre sur un point positif : la conférence des directeurs de villages d’enfants de l’Unesco à Trogen prendra une tournure très positive avec la fondation d’une « Fédération internationale de villages d’enfants », dont le secrétariat sera à Trogen et Marie Meierhofer a été désignée comme secrétaire. Il pense qu’il en a été certainement déjà été informé.

Le même jour, c’est également Marie Meierhofer qui donne des nouvelles à son ami Buss depuis la conférence de Trogen : « Je n’ai jamais autant souhaité que tu sois là », lui écrit-elle. Tout en reconnaissant qu’elle « conspire » constamment avec Elisabeth Rotten, lui faisant part de leurs remarques : « On n’a jamais vu de façon aussi claire à quel point les braves gens de Pro Juventute sont limités ». Elle pense que de faire le secrétariat à Trogen est une bonne idée et que si Corti arrive à faire une maison américaine à Trogen, on pourrait également construire un village chinois, car il y a un professeur Chinois à la conférence, et cela sans se sans préoccuper des bureaucrates !

Dans une lettre non datée à Meierhofer, mais probablement de juillet, Corti se dit à « bout de forces ». Il aurait donné son accord à des méthodes qu’Edwin Arnet de la NZZ définissaient comme « nazies », mais il n’avait pas le choix (de quoi parle-t-il donc ? est-ce en lien avec Pro Juventute, avec Wille dont les lien avec le nazisme n’étaient pas secret ?). De surcroît, il peine à supporter que Binder et Pro Juventute s’attribuent la réalisation de Trogen ne leur accordant qu’une « idée confuse » ! Il pense que le temps est venu de se défaire de Pro Juventute et de faire avec l’argent à disposition un grand plan de récolte de fonds sur des bases démocratiques (souligné dans le texte). On sent à travers l’océan gronder le fondateur : « Le Village d’enfants n’est pas une œuvre de Pro Juventute, mais du peuple suisse. Ça, je peux le prouver de mille manières et vous verrez bien comment le peuple suisse réagit aux manigances d’une institution. Cela fait quatre ans que je vois les mêmes choses. Le bureau est notre ennemi permanant et les Binder, Lauper et Hegglin représentent un monde totalement différent de celui qui m’a fait imaginer le Kinderdorf ».

Willy Lauper en particulier a, selon Corti, jeté bas son masque et il n’a plus confiance en lui.

L’enjeu semble être toujours le lien que Pro Juvenute continue d’avoir avec Honegger et ceci dans son dos. La cerise sur le gâteau est la décision de ne pas attribuer les 60’000 frs prévus à la construction d’une maison juive à laquelle Corti a travaillé depuis quatre ans, destiné selon Manfred Hegglin, secrétaire de l’association, à « un usage approprié ailleurs ». Et de lui rappeler les propos de Salomon Guggenheim : « Les décideurs actuels du Kinderdorf ne semblent pas très intéressés par la maison juive ». Corti dit même avoir entendu que les décideurs du village d’enfants Pestalozzi avaient montré des attitudes antisémites. « Tout mes efforts ont été saboté », se lamente-t-il. Mais il croit encore à un chemin vers la liberté loin de la « mystique collective » de Fischli et de la « loi du bureau de Pro Juventute ». Et de reprendre son idée : « On a besoin de quelques têtes éclairées à Trogen même, qui conduisent l’entreprise sur des bases démocratiques et on a besoin d’une atmosphère saine et forte dans laquelle les membres ne sortent pas des séances en étant complètement déprimés parce que leur liberté intérieure a été constamment violée ». Corti semble encore une fois prendre toute la mesure de l’usage qui est fait du village : un discours de prestige d’un côté et de l’autre l’abandon des « vraies orphelins de guerre ».

Dès le lendemain de cette semaine dense à Trogen, le 15 juillet, Maïti, malgré son épuisement et sa fatigue du congrès, écrit à son « cher Buss » pour lui annoncer « beaucoup de bonnes choses ». Tout d’abord l’étonnement que fut la démission de Lauper « en toute loyauté ». Il était surmené et n’arrivait plus à « servir de tampon » entre l’Association du village d’enfants et Pro Juventute : « Il a remarqué à la réunion de l’Unesco qu’il n’arriverait plus à maîtriser la chose et il disait lui-même qu’il était trop jeune pour se faire casser dans un travail comme cela ». Mais il a réussi à ne pas démissionner de Pro Juventute et il restera le représentant de Pro Juventute au comité d’action. Il s’agit donc de trouver un autre président. Rodolfo Olgiati n’est pas opposé à reprendre ce poste (Corti avait pensé dès le début à lui comme chef du village !). De plus, il connaît bien la question des récoltes de fonds au cas où Pro Juventute se retirerait. Bref, elle est ravie de voir que cela se construit ; elle lui envoie un plan d’organisation pour connaître son avis, tout en regrettant de devoir discuter par dessus un océan ! Comme Elisabeth Rotten devient secrétaire de la FICE et que Corti continue de consacrer toutes ses forces au village, «  le vieux groupe de fidèles pourra continuer à porter l’entreprise », conclut Marie Meierhofer dans sa lettre.

Concernant la construction d’une maison commune au village, pour y organiser des congrès et des formations (pour maîtres, psychologues, médecins, étudiants, travailleurs sociaux, etc..), Meierhofer pense, après avoir parlé avec M. Standforth de Washington, représentant des organisations de bienfaisance américaines pour l’Europe, que cette maison pourrait être un lien avec l’Amérique et qu’on pourrait tenter d’obtenir de l’argent de l’UNICEF ou de l’UNESCO (elle a estimé à 400’00 ou 500’000 francs soit 100’000 ou 125’000 dollars). Standforth souhaiterait rencontrer Corti à New-York lorsqu’il y sera de retour dans trois semaines. Le lendemain, Corti reçoit encore de son amie une courte lettre l’informant que les négociations avec Olgiati continuent et qu’elles sont prometteuses. Mais le 19 juillet, une nouvelle lettre de Maïti en réponse à celles de Corti (des 12 et 14 juillet concernant des propositions pour des récoltes de fonds), laisse envisager une réponse négative d’Olgiati. Elle suggère alors que Corti reprenne cette fonction, avec un administrateur pour alléger sa tâche, car il n’y a pas de doute qu’on le veut au village, lui écrit-elle, comme pour le rassurer. Si cette question n’était pas envisageable avec Pro Juventute, maintenant les choses ont changé. Mais il faut faire en sorte que Pro Juventute poursuive l’action commencée avec les « mouchoirs de bonheur » (les Tuschli)) et les recherches de fonds pour 1948, qui couvriront les dettes à Pro Juventute (Binder a avancé 150’000Frs au printemps) et les frais courants pour 1948. Il s’agit d’opérer la transition ; ne pas se séparer soudainement de Pro Juventute et se garder de se faire plus d’ennemis. Et Maïti de lui raconter l’échange d’arguments avec Oscar Forel pendant la conférence auxquels, il n’a pas été répondu de manière suffisante, pense-t-elle. « Notre village n’a pas particulièrement brillé », lui avoue-t-elle en énumérant les attitudes de certains : « Lauper était timide et il a fait une figure plutôt pitoyable en présentant la chose de façon mécanique » ; « Bill était également timide et Wetzel est resté en arrière fond. En plus, il faisait un temps épouvantable, ce qui fait que les gens n’ont pas eu la véritable impression de notre village ». Elle-même serait arrivée trop tard et n’aurait pas pris la parole. Tu nous as manqué, lui confie-t-elle, une fois encore. Mais Bernard Drezwieski aurait remis les choses en place à la conférence de presse ; ce qui fait que tout a semblé juste dans la presse, le rassure-t-elle. Et de conclure sa lettre sur sa propre fatigue, ses occupations (entre son déménagement, sa pratique médicale, les enfants de Trogen à examiner, des conférences à donner), ses difficultés de sommeil tant elle est préoccupée par toutes ses affaires avec Olgiati. Et en perspectives encore deux voyages : le 8 août à Paris et le 10 août à Londres. Elle enchaînera début septembre avec la conférence à Paris pour le comité de coordination des villages d’enfants ; puis la Grèce. Elle lui conseille de ne pas trop regarder en arrière et en particulier les choses négatives et se réjouit de pouvoir parler avec lui.

Or, une nouvelle « affaire » est démasquée. Il s’avère qu’Otto Binder a pressé Willy Lauper de se retirer pour mettre à la place Manfred Hegglin qui serait de fait un adversaire du village d’enfants Pestalozzi. Les difficultés avec la commune de Trogen qui ne veut plus vendre le terrain pour construire la maison commune viendraient des stupidités que ce dernier a pu raconter. Par une lettre du 25 juillet à Corti, Marie Meierhofer lui dit regretter qu’il ne soit pas là pour convaincre les « Bourgeois de la commune et autres personnages hésitants ». Lauper qui était perçu jusqu’à présent positivement est désormais tombé totalement en disgrâce. Maintenant, il ne peut même plus répondre à Corti ! Le malheur est clairement la dépendance du village d’enfants Pestalozzi à Pro Juventute et à Binder. Certes, semble-t-elle penser tout haut, « Du point de vue du droit nous pourrions demander son licenciement, mais qui fera alors le travail et est-ce que Binder va accepter cela sans de nouveau tout laisser tomber ? ». Une réunion est prévue entre Binder et Olgiati : qu’en va-t-il en sortir ? Marie Meirhoffer devient, dans cette lettre, presque suppliante :

Jamais tu ne nous as autant manqué qu’aujourd’hui. Buss, j’ai une prière pressente, une prière de nous tous, mais avant tout de moi ; moi qui voit peut-être le plus clairement : ne reste pas trop longtemps éloigné. C’est toi qui es l’âme du tout et ils te respectent tous. Je sens bien que tu as des possibilités là-bas et je trouverais juste que tu puisses développer tes forces là-bas où tout est plus généreux sans te faire étouffer par toutes ces petitesses ici. Mais d’un autre côté, tu ne dois pas laisser tomber notre village. Tu dois penser à agir à Trogen, même si ce n’est peut-être que d’une façon passagère. C’est mon avis et je pense que je ne me trompe pas et que les ennemis lèveraient la tête en triomphant, tant que tu es loin (ou si tu ne reviens pas de si tôt, ou ne reviens pas ?).

C’est qu’elle a besoin de sa collaboration pour des plans de réorganisations et elle lui conseille d’écrire un article sur la manière dont le village est vu depuis l’Amérique et également d’écrire à Fritz Wezel et à Arthur Bill, et à tous les autres qui soutiennent le village « intérieurement et extérieurement » : « Ecris-leur aussi une fois pour leur montrer ton attachement au village et pour leur redonner du courage ». Et de conclure par une description du village d’enfant (Kinder Dorf, KD) :

Pour le moment cela grouille d’enfants français, belges et italiens en vacances. Il y a environ 100 petits Français et Belges, de magnifiques enfants et de magnifiques maîtres (éducateurs) et 20 garçons d’une école de marine italienne. Nos enfants KD sont dans des familles suisses et les Français et Polonais d’Orletta en France. Roger est en place, c’est un joli et sain travail qu’il fait et c’est malheureux de penser comment il est critiqué. J’ai examiné les Finlandais ce sont de bons enfants, mais eux aussi ont plus souffert que ce qu’on pourrait croire à première vue. La plupart étaient rachitiques, l’un d’entre eux avait reçu un tir à la tête et était aveugle d’un œil. Tous ont été en danger de mort, une forte akrocyanose, de l’anémie enfin le topo habituel comme pour les autres. David Sainen le père de la maison est très sympathique comme sa femme et la maîtresse. C’est un champion de ski. La pièce finlandaise avec des meubles de Schaffhouse a aussi quelque chose de touchant, ce lien entre les éléments de là-bas et d’ici. On a aussi fait une étable pour des grands moutons à laine qui avait été offerts par une amie du KD de la Suisse orientale et qui avait envoyé avec l’étable et les moutons, un ébéniste. Tu devrais de nouveau pouvoir jeter un oeil dans le KD, c’est une grande communauté variée et si heureuse. Il s’y trouve tellement de solidarité, d’engagement et de force, mais les dangers ne sont pas petits et ne sont pas à sous-estimer. Nous devons les connaître et les affronter au bon moment. C’est plus vite détruit que remis en état.

Le 27 juillet, Corti reçoit une lettre d’Oscar Forel, en réponse à sa lettre du 29 juin, qui l’amène à conclure que leur discussion est « infructueuse ». Forel n’est pas convaincu par ses arguments et dit ne rien vouloir changer à sa position de sa lettre du 14 juin, malgré la visite qu’il a faite à Trogen pendant deux jours de la semaine de conférence entre le 5 et 11 juillet. Pour Forel, le Village Pestalozzi n’a « rien d’un village », parce qu’un village est un « corps historique, organique et social », bien qu’il reconnaisse que l’architecte ait fait le maximum à partir du projet de Corti. C’est une « colonie d’enfants », lui écrit Forel qui, selon lui, rappelle les foyers éducatifs de la campagne avec tous les avantages et désavantages. C’est une solution pour des « individus choisis » et non une solution de masse comme le demanderait le besoin de masse provoqué par une époque d’après-guerre. Et de refaire l’historique : le premier appel de Corti de 1944 qui parlait « des plus pauvres d’entre les pauvres ». Or, plutôt que de simples orphelins, ce sont bien des « pauvres en esprit », des « enfants psychopathes », des « enfants difficiles à éduquer », « ceux qui ont besoin de pédagogie curative et d’être assistés ». On lui aurait parlé que d’un seul de ces enfants qui demandait beaucoup d’attention et de soin, et les éducateurs de la maison des Polonais lui auraient même dit qu’il avait été choisi par Corti pour faire un département de pédagogie curative à Trogen ! Forel insiste : Corti n’avait-il pas au départ l’idée d’avoir un grand nombre d’enfants ? Les 116 enfants sont une réalisation modeste pour des dépenses de 3 millions pour un prix par jour 9frs 50 ! Et de lui demander des comptes : les dons sont-ils compris dans ces sommes ? Et le terrain de la commune de Trogen et la livraison de nombreux donateurs ? Et qu’en est-il des intérêts de ces trois millions ? Concluant par le sentiment que si l’on comptait tout, on arriverait à un tout autre prix par jour. Forel, propose de faire calculer par un expert comptable, le prix journalier effectifs par enfant.

Et le psychiatre vaudois d’ajouter plusieurs points à sa lettre sous forme d’addendum.

Il reconnaît que l’action de l’Association Village Pestalozzi a favorisé voire déterminé la construction à l’étranger de « lotissements ». Il reconnaît que c’est une chose précieuse, mais cela n’enlève rien à son premier argument sur le fait que l’aide aux enfants doit se faire dans les pays concernés. L’addendum 2 commence par une citation de la lettre de Corti : « C’est ainsi que les enfants polonais nazifié apprennent de nouveau le polonais ». Mais écrit Forel, ne l’apprendrait-il pas mieux en Pologne ! Quant au déracinement, contesté par Corti, c’est pour lui, une affirmation et non une preuve. Ce déracinement poursuit Forel, on peut le motiver et le justifier en prenant l’exemple des enfants placés dans des grandes écoles en Angleterre ou en Suisse, en les appelant « citoyens du monde ». Concernant la réponse de Corti sur Pestalozzi, Forel la trouve complaisante vis-à-vis de lui-même, car « Pestalozzi avait quelque chose d’essentiellement neuf a montré, dans le principe, vous non ». Il poursuit non sans une certaine violence dans ses propos : « Pestalozzi fut un réformateur génial, un révolutionnaire ; ce que vous faites à Trogen, c’est de l’assistanat et de l’éducation normale ». Et encore : « La comparaison avec les 50 enfants à Stans est boiteuse » : « Vous êtes un samaritain au meilleur sens du terme. Pestalozzi lui était un réformateur, fondateur de la pédagogie moderne qui s’est étendue dans le monde entier ». Sur l’argument financier qui décidément passe mal, Forel insiste encore : certes, ces 3 millions, ne nuisent nullement à quelqu’un, mais avec une telle somme, on aurait pu apporter une aide infiniment plus grande au pays victime de la guerre. Pour Forel, le rôle de la Suisse est la formation du personnel, les cours de perfectionnement et l’appui à des initiatives qui marchent à l’étranger. Finalement Forel pense que Corti surestime la signification de sa position purement personnelle. Mais il est vrai qu’en privé, j’ai parlé d’un « Landi-baby-hollywood ». Poursuivant sur un ton sarcastique et presque calomnieux, Forel ajoute que Corti aurait une prédilection pour la controverse, tout en considérant la leur terminée, jusqu’aux réponses de Corti et en se prêtant à une « rencontre personnelle », après son retour d’Angleterre où il part le lendemain.

Corti va-t-il répondre ?

Or ce même 27 juillet une nouvelle difficulté va venir de la FICE. Par une lettre à Corti, Marie Meierhofer lui explique que le Dr. Préaut veut « tirer la couverture à lui » et Hans Z. Hoxter (qui était expert à la conférence de juillet à Trogen) voudrait reprendre le secrétariat de la FICE qui est entre les mains d’Elisabeth Rotten. Elle était, elle-même, prête à le reprendre tant elle n’a pas confiance en lui. Elle en parlera à Drezwieski lorsqu’elle sera à Paris et elle lui suggère qu’il lui écrive également. A nouveau la situation est devenue difficile politiquement et financièrement. Meierhofer écrit à Corti : « Tu le vois il y a partout des luttes de pouvoir et des intrigues et il faut être à la hauteur. Si seulement nous avions plus de temps, de forces et d’argent. Je n’ai jamais été dans de telles difficultés financières comme maintenant, cela provient du fait que j’ai laissé tombé ma pratique depuis si longtemps, mais ça je ne le dis qu’à toi ». Mais elle sait bien que si elle la reprend cela marchera, car cela a toujours marché. Pour l’heure, elle attend sa nomination de la part du médecin cantonal de Zurich.

Le 3 août, Corti doit rendre régler encore quelques problèmes avec Honegger, concernant les finances. Il lui rappelle que les enfants hébergés à Trogen sont les « cas les plus lourds de la guerre » qui auront besoin d’aide longtemps, même s’ils ont une meilleure apparence après une année. De surcroît même si le « peuple suisse » porte la « part du lion » dans les prestations, il faut de l’aide étrangère pour terminer le village, puisque Trogen est devenu le siège de la FICE et donc un véritable « modèle ». En août 1948, d’après les informations venant de Pro Juventute, Honegger aurait déjà versé 25’000Frs ; Corti lui en demande le détail. Sur la demande d’Honegger, ni son nom, ni celle de sa fondation ne devait apparaître dans le prospectus, mais celui-ci a été réalisé avant cette déclaration et son nom apparaît donc 30’000 fois. Corti lui demande s’il exige une mise au pilon de 30’000 exemplaires !

Le 7 août 1948, Corti répond à Forel, à ce « Cher Docteur » ; il revient sur nombre d’éléments en commençant par regretter que malgré sa lettre, il soit resté sur sa position (l’a-t-il d’ailleurs lue ?). Il lui donne un exemple parmi d’autres, celui de l’argument de l’aide des enfants dans leur propre pays qu’il ne rejette pas bien au contraire. Par ailleurs, Forel a comparé Corti à Pestalozzi, or jamais celui-là n’a cherché à se comparer, et de surcroît il l’a fait pour le démolir de façon méchante. Celui qui connaît, ne serait-ce qu’un petit peu Pestalozzi, ne ferait jamais de tel dénigrement d’une personne, ajoute Corti. Non seulement Forel ne serait pas objectif, mais il serait mal intentionné, alors que Corti cherchait juste son amitié : « Ce que je cherchais est votre amitié et vous la rejetez. » Allant jusqu’à regretter que le fils d’Auguste Forel n’accepte pas une main tendue avec sincérité et se moque d’une œuvre suisse, lui qu’on appelle « le Suisse ». Il ne trouve pas son humour très drôle, ni d’ailleurs son activisme contre le Village. Si Forel estime qu’il se trompe, il pourrait l’aider, car il est ouvert et prêt à apprendre encore. Corti refuse qu’ils se considèrent comme des adversaires, mais estime que le niveau de discussion reste stérile et de signer : son « attristé » Corti.

Le 20 août, Corti écrit deux lettres : une à Maïti et l’autre à Olgiati. La première est courte et plutôt sombre. Il n’arrive pas à se prononcer sur le « ramdam » qui se passe à Trogen ; il ne peut se défaire de l’idée que Binder a voulu l’éloigner en l’envoyant en Amérique. Il n’a pas non plus de nouvelles de Fischli pour la nouvelle construction. Il conclut sa lettre : « Tout va très mal ». La seconde lettre est plus offensive, il la considère comme une « conversation par dessus l’océan ». Il dit être dans un « moment difficile », parlant d’échec de la première tentative du village d’enfants, même si le village existe maintenant, lui n’y est plus vraiment. Cette lettre est essentielle pour comprendre l’embrouillamini de ces mois, mais aussi sa propre prise de conscience, écrivant : « Malheureusement je suis tombé entre les mains d’un chercheur de fonds qui est un fin tacticien contre lequel je suis impuissant. Je vois pour ma douleur combien d’auteurs souffrent aussi de cela, cela doit avoir une fin. Le village d’enfants Pestalozzi doit devenir libre et il doit revenir à une humanité de fond correcte ». Avec la distance, Corti reconsidère une fois de plus l’histoire récente. Mais tout d’abord, il lui déconseille de venir aux Etats-Unis (c’est le plus mauvais moment disent « les gens du métier ») ; de surcroît tout ce qui n’est pas américain (souligné par lui) n’est ici pas reçu avec sympathie : « Année électorale, bataille en Israël, isolationnisme grandissant, tension avec la Russie, fatigue vis-à-vis de l’Europe. Tu as sûrement entendu parlé du résultat catastrophique, mais quoi qu’il en soit le pays est grand et tu trouveras certainement d’autres cercles dans lesquels on peut fonctionner de façon efficace ». Revenant sur la crise au village qui a suivi son propre départ, elle est pour lui une preuve que celle-ci n’est nullement liée à sa « psychologie compliquée » (comme cela a été dit !), mais que cela a été un argument utilisé par le clan Binder pour marquer une opposition de méthodes. Et Corti de regretter que comme « faible président de l’association », il ait « avalé toutes les prétentions et chantages venant de Binder ». Or, s’il ne l’avait fait, le projet n’aurait jamais abouti « tout ce serait cassé depuis longtemps et comme cela au moins le village a pu voir matériellement le jour ».

Pour Corti, l’esprit de la conception ne s’est pas éteint, malgré le fait qu’il ait été dépossédé du pouvoir, et d’ailleurs, affirme-t-il, tout ce qui marche l’est grâce à cet esprit. A l’évidence, il cherche par sa lettre à encourager Olgiati à prendre la présidence du comité d’action. Certes, il comprend ses réticences avec la liquidation du Don suisse et d’autres projets alléchants et sa famille et peut-être même, se demande Corti, qu’il est « fatigué de constamment naviguer sur des bateaux incertains ». Mais, il pense que sa « chère femme » a un penchant pour Trogen et que lui-même serait à la hauteur de la tâche. Corti revient sur la demande qu’il lui avait faite en 1944 et lui rappelle qu’il lui avait répondu que son cœur était vers le village d’enfants et que sa raison était vers le Don suisse. Aujourd’hui, Olgiati pourrait se laisser tenter par Trogen, car maintenant « Trogen est à la fois une chose concrète et un symbole », lui affirme Corti. Poursuivant : « Si on le mène comme il faut comme modèle, il rayonne dans tout le monde et il est un lien dans le monde entier. Cet aspect doublé d’une œuvre œcuménique pourrait te tenter ». Corti va encore plus loin en reconnaissant qu’il lui manquait, à lui-même, la base physique et économique pour réaliser entièrement son idée et qu’ils ont dû faire face aux adversaires, jusqu’à Forel qui n’a pas vu qu’une amitié était possible entre Trogen, comme modèle-mère, et les établissements-filles qu’il va visiter. Mais peut-être, espère-t-il, qu’avec une « pleine personnalité » à Trogen tout peut changer. Il pense que lui, Olgiati, peut assainir et restaurer cette croissance du Village « dans le juste, le naturel et le joyeux », loin de cet « appareil autoritaire qui est fermé aux aspects spirituels », sous entendu Pro Juventute. Distinguant l’écart de pensée entre lui et Olgiati (« Tu vis en premier lieu dans une vision du monde magique et moi dans une vision du monde rationnel»), Corti (face au quaker qu’est Olgiati) réaffirme la ratio :

Notre village d’enfants a été créé dans cet esprit rationnel et on ne peut pas affaiblir cette idée. Ce n’est pas une création magique ni confessionnelle, ni d’une façon ou d’une autre politiquement confessionnelle, mais une création purement humaniste. Celle-ci souligne les choses communes du niveau rationnel (les droits de l’homme au-delà de toutes les appartenances, de races, de langues de confessions et politiques).

Pour Corti la conception (qu’il suppose à Olgiati) d’une religiosité magique, pour que les hommes soient « justes », s’écarte de la sienne, à savoir que « les hommes doivent avoir l’esprit commun de la raison pour construire la communauté de tous les hommes ». Un développement philosophique s’en suit citant Bergson et le concept de « société fermée » (qu’il attribue à la vision magique). Son idée de créer une maison des sciences à Trogen « cœur et cerveau (Herz und Hirn) va dans le sens d’apporter des lumières sur ces questions. Corti ne semble pas avoir totalement abandonner son rêve :

Je me suis imaginé une fois que nous logerions à Trogen, Drezweski Elisabeth, toi et moi, et que nous travaillerions ensemble à toutes ces choses dans le but d’une œuvre concrète, que donc Trogen ne soit pas la gloire d’un appareil à récolter de l’argent, mais aussi un centre intellectuel. Ce qui serait le mieux, c’est que la représentation de la Suisse à l’Unesco y ait son siège et qu’on arriverait à avoir une maison juive, indienne et chinoise. Ce n’est que comme cela que nous apprendrons à aimer ce qui est autre sans nous perdre dans des entreprises missionnaires. Ce qu’il y a de commun ce n’est pas l’esprit chrétien ou musulman, mais la ratio de la vie de l’âme et de l’esprit. C’est justement dans les « révélations » qui sont à la base des formes historiques du magique qu’elles soient celles du Coran ou du Manifeste communiste, c’est ça qui séparent les autres et les endurcis les uns- vis-à-vis des autres.

Et de conclure sur ce qui les rapproche : la franchise l’un avec l’autre et son assurance qu’il conduira Trogen de la bonne manière, et que sa conception du village lui perdurera même s’il devait mourir ! Corti a bien compris que « le front des gens de Pro Juventute » contre lui menace sa santé, et que par conséquent, il est possible qu’il se retire. Toute ses tentatives de s’intégrer au Village d’enfants Pestalozzi ayant été rejetées massivement : « Il faut bien que j’en tire les conséquences, aussi amères soient-elles ». Mais il ne s’avoue pas vaincu, puisqu’il dit écrire un livre sur le village qui dira « toute la vérité », c’est-à-dire l’ « abondance de beauté » de cette expérience. Maintenant, pense-t-il, le village d’enfants a besoin d’un directeur éclairé (gestig) qui s’accorde avec la conception libérale du village.

Le 22 août, Marie Meierhofer reprend la plume pour lui rendre compte du congrès à Londres auquel elle a assisté. Elle lui parle des recherches de Margareth Mead, du succès de la petite exposition faite sur le village Pestalozzi (tous les prospectus ont été pris) et de la conférence d’Elisabeth Rotten ; elle a également rencontré un couple d’Américain qui vont lui envoyer des livres du pédiatre américain Arnold Gesell qui a travaillé sur la psychologie du développement de l’enfant. Sur le front suisse rien à signaler : Olgiati n’a toujours pas donné sa réponse ; Rotten reprendra peut-être en janvier 1949 le secrétariat de la FICE (cela se décidera à Paris en septembre prochain). Pour se reposer, Meierhofer part 6 jours à la mer. Le 27 août, elle a reçu en rafale trois lettres de Corti (1, 13 et 21 août) dans lesquelles il semble avoir rendu compte de sa frustration du manque d’informations et de la dureté de sa situation. Et Maïti de lui répondre presque maternellement: « Mais cher Buss, les plaintes et les lamentations n’apportent rien du tout. Chacun qui veut faire des choses doit faire face aux difficultés ».

De loin, Corti assiste au remplacement du directeur Fritz Wezel, remercié élégamment par Arthur Bill (c’est-à-dire qu’on lui a proposé de donner sa démission !). Ancien maître primaire formé à l’école normale de Hoffwyl dans le canton de Berne, Bill est au début de la guerre pilote militaire, puis colonel d’état-major des troupes aériennes. Il est donc issu comme Otto Binder et Ulrich Wille de Pro Juventute de l’armée suisse ! Mais il est à Trogen comme enseignant et y voit un projet humaniste, idéaliste aux mains de « pragmatiques gestionnaires ». Or, comme l’écrit Rotten à Corti le 15 août 1948, à propos d’une intervention qu’il aurait faite à la conférence de Trogen concernant des cours d’histoire en allemand : « Le bon Bill n’a à l’évidence aucune expérience personnelle et en est resté à son idée que justement pour l’histoire l’enseignement commun était nécessaire ; or, la conception de l’histoire n’est pas la même pour tout le monde ! J’espère que se sont les idées personnelles de Monsieur Bill. Je ne sais pas qui aurait pu décidé une chose pareille et j’espère que cela n’a pas été pris en considération par la conférence ».

En septembre 1948, la nouvelle, reçue de sa femme Anuti, que le gouvernement hongrois veut reprendre les enfants est pour Corti « alarmante ». Car, comme il l’écrit à Marie Meierhofer, cela va se dire dans le monde entier et si les gens ne veulent plus envoyer les enfants à Trogen, cela donnera raison à Forel. D’autre part, des petits contribuables sont entrain de renoncer à leur soutien et cela leur donnera un argument supplémentaire. Cet événement mettra à l’épreuve les faiblesses et les forces des individus. Une fois encore, Corti reprend la critique de Binder et de ses récoltes de fonds qui ont paralysés toutes discussions, notamment sur les orientations politiques du village. Il pense que le Conseiller fédéral pour les affaires étrangères, Max Petitpierre, doit désormais s’engager pour être le « négociateur tutélaire ». La maison hongroise était pour Corti une des plus heureuses ; il ne semble avoir rien à leur reprocher, ce n’est pour lui qu’une démonstration communiste contre l’ouest. Pour la première fois, Corti serait prêt à revenir si la situation devenait désespérée. Il s’agit de réunir le matériel pour se défendre, bien que, ajoute-t-il, nous ayons peu d’armes contre « l’église communiste ».

Avant de partir pour l’étranger pour six semaines, au milieu du mois de septembre 1948, le 14 Olgiati écrit une longue lettre à Otto Binder pour lui faire part de son idée d’ « autonomie de la communauté », maintenant que la construction du village touche à sa fin. Il s’agirait alors de créer un lien direct avec une autorité de surveillance (qui fonctionnerait à la place de la direction et du comité de travail) avec un représentant de Pro Juventute et un directeur général responsable auprès de cette autorité, auquel seraient subordonnés, un directeur pédagogique et un directeur administratif. L’administration et le secrétariat qui sont à Zurich (sous entendu à Pro Juventute) passeraient ainsi à Trogen. Seule la récolte de fonds au niveau suisse devrait rester dans les mains de Pro Juventute. Olgiati propose par ailleurs de développer le bénévolat et le parrainage des enfants depuis la direction de Trogen. C’est donc une nouvelle organisation qu’il propose, sans d’ailleurs désigner ce « directeur général » dont dépendrait cette véritable « autonomie de la communauté ». A cette lettre, Binder répond positivement le 24 septembre : « Je suis complètement d’accord avec vous que désormais c’est la première tâche du comité de travail de l’association du village d’enfants d’examiner l’organisation et la structure du village d’enfants telle que vous l’avez présentée ». Est-ce une manière de se défiler ?

Le 12 octobre, Lauper écrit à Corti (avec copie au consul Gygax) pour lui faire part de l’avis du comité de « rentabiliser financièrement » son séjour, car son crédit décline lentement et les liquidités sont maigres. On l’encourage à rechercher encore des moyens financiers aux Etats-Unis (notamment du côté du consul Gygax) ; une partie du produit de la vente des mouchoirs et des coccinelles lui ont été envoyée et il reçoit de l’argent pour ses conférences. On lui propose de prolonger son séjour. Mais en retour, le comité veut désormais tous les 15 jours une information sur ses dépenses et ses gains. Lauper propose même que la tenue des comptes soit faite par le consulat ou par un petit comité créé dans cette perspective. Une lettre de Lauper du 3 novembre précise à Corti qu’il a bien été mandaté par le comité et qu’il doit poursuivre son action au-delà du 16 novembre, date qu’il avait prévu pour son retour ! Gygax est à nouveau aux Etats-Unis et Lauper conseille à Corti de prendre contact avec lui et d’élaborer un programme de travail pour la fin de l’année.

Le village d’enfants Pestalozzi ne pourra plus pourvoir à ses besoins.

Or, le 3 novembre 1948, comme prévu, Walter Robert Corti descend du bateau à Cherbourg.

Epilogue

A la fin de l’année 1948, Corti est malade et Adolphe Ferrière lui envoie ses bons vœux pour 1949 écrivant : « Quel courage vous avez, avec un organisme fragile, à affronter vents et marées !… »  Il lui demande des informations sur son voyage, car il a une « grande sympathie et admiration » pour lui et pour le village Pestalozzi : « « La sympathie appelle le besoin de « participation » : quels contacts ? Quels résultats obtenus ? ». Ferrière cherche des textes en français sur le village d’enfant Pestalozzi et le questionne sur les « cours pour les maîtres » qui y sont donnés. Il s’interroge sur ce Monsieur Arthur Bill qu’il ne connaît pas et sur les raisons de Fritz Wezel d’avoir quitté la direction ? Une fois encore, il voudrait savoir si les principes de l’éducation nouvelle sont appliqués à Trogen ; si Corti suit les développements des CEMEA, et les cours de vacances de Gattegno à Londres et s’il s’informe sur les écoles internationales ?

Que de questions  pour un Corti à peine revenu de New-York et de surcroît malade !

Un tournant dans l’histoire de Trogen aura lieu en 1949, qui n’est peut-être pas sans lien avec la politique helvétique, mais aussi à l’incapacité de Walter Corti de gérer pratiquement les relations dans l’imbroglio qui s’installe autour de l’image construite du Village. Les relations entre la Fondation Pestalozzi, le Département fédéral, les consulats et Corti rendent bien compte de l’intrication idéologique, politique et financière qui aura raison du fondateur, qui sera désormais évincer au profit d’une reprise en main du Village Pestalozzi devenant une fondation et de ce fait contrôlée par le conseil fédéral. Une lettre du 11 avril 1949 de Walter Robert Corti envoyée à Bernard Drezwieski rend compte de son état d’esprit au retour: jours sombres, mais horizon clair puisque le 1er mai, « nous allons à Trogen pour une demi-année et ensuite je serai prêt pour un nouveau départ ».

De son côté Adolphe Ferrière a des projets d’écriture dont il fait part à Corti en juillet 1949 ; une édition italienne de L’Autonomie des écoliers et une 2ème édition française de Maisons d’enfants de l’après-guerre. Dans les deux cas, il veut parler du Village Pestalozzi. Il en parlera aussi « sérieusement » au Congrès d’éducation nouvelle de Bruxelles du 10 au 17 juillet 1949 où Corti n’ira pas et pour lequel celui-ci ne semble pas lui avoir envoyé les informations promises dans sa lettre du 1er juillet. Ferrière lui rappelle dans une carte postale du 25 juillet que Corti lui avait écrit : « Seulement en cas de mort vous ne recevrez rien de ma part ». Ajoutant : « Je n’ai rien reçu. Etes-vous mort ? » R.S.V.P ! ».

Le 14 août 1949, Ferrière peut être satisfait. Corti lui a envoyé une lettre « très riche de contenu » et une brochure sur les USA « prodigieusement vivante ». Dans cette lettre il lui confirme son amitié : « Quand on a une amitié authentique, il n’y a pas de malentendu même si on ne se voit pas pendant longtemps ». Mais ils se verront, puisque Corti viendra à Genève. Ferrière prévoit de lui faire rencontrer Fred. Roquette, directeur de l’Ecole internationale de Genève, Guy Ryser du cours des moniteurs, Robert Dottrens de l’école expérimentale du Mail et Pedro Rossello du BIE.

On se réjouit de la suite.

Sources

Zentralbibliothek Zurich

Nachl W R Corti (les lettres utilisées couvrent l’année 1948 entre avril et octobre et la traduction a été assurée librement par Bernard Walter)

Dewey, John 055.020  

Drzewieski, Bernard , 055.054  


Ferrière, Adolphe, 059.002  


Forel, Oscar, 060.019 

Gygax, fritz, 066.040 


Honegger, H. C. , 073.031

Lauper, Willy, 085.007 

Meierhofer, Marie, 091.039  


Olgiati, Ruedi, 098.012  


Rotten, Elisabeth, 106.037  et 107.001 à 107.003 

Archives fédérales, Berne

E2200.521000/615, BD :8, Pestalozzi-Dorf, Trogen Children’s Aid, Kinderhilfe, notamment la lettre du Consul général de Suisse à New-York, Friedrich Gygax, au vice-consul, Richard Pestalozzi, le 20 mai 1948.

Lettre de Friedrich Gygax au conseiller de la Légation le 5 décembre 1947, E2200.163(-) 1973-64.

Le Département de politique fédérale E2200.44 (-) 1969/166 Volume 7

Village Pestalozzi, Trogen

Dossier 1949-1951 (date mise au crayon 1946-51)

G.53.42.1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.