Les communautés d’enfants à l’épreuve de la “question allemande” (1946-1951)

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite “de transition”, en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les “Unaccompanied Children” en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de “colons de race germanique”… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

L’Allemagne devient donc au fil des années un enjeu majeur de la reconstruction éducative en Europe. Quand elles se regroupent à partir de la conférence des directeurs de villages d’enfants à Trogen, en Suisse, en juillet 1948, au sein de la FICE (Fédération internationale des communautés d’enfants), les communautés d’enfants mettent à leur agenda la question de l’Allemagne. Dans le pays, des villages d’enfants ont en effet essaimé depuis 1947 et sont alors connus des milieux pédagogiques internationaux, notamment deux à la forte charge symbolique : la Kindersiedlung Pestalozzi de Wahlwies d’abord, près du lac de Constance, faisant presque face au Village Pestalozzi de Trogen dont il s’inspire, situé sur l’autre rive, ainsi que le Friedensdorf, le “Village de la paix”, situé à Nuremberg, en Bavière, dans la ville phare du nazisme, où se tenait chaque année le Reichsparteitag, en somme une ville chargée d’histoire et désormais emblème de la rédemption d’un peuple.

Picture Post, 24 avril 1948

Pour autant, cet intérêt pour l’ancien pays ennemi ne va pas sans question. Cela tient visiblement au caractère relativement spécifique de l’état de la jeunesse au sortir des années de guerre et dans un après-guerre lui-même sous restrictions. Les experts internationaux restent ainsi préoccupés devant la situation des jeunes Allemands ainsi que des très nombreux enfants des pays de l’Est qui sont alors sur le sol allemand, sans parent ni patrie. Ils sont perçus comme un danger social à venir si aucune action n’est entreprise. Une des difficultés réside également dans la partition du pays en quatre zones et son occupation par des puissances étrangères, puis chemin faisant de la guerre froide. Au sortir de la guerre, le pays reste en outre encore mis au ban des nations. Alors, dans ce cadre, comment se construit la question allemande au sein des mouvements pédagogiques internationaux ? Comment s’établissent les villages d’enfants dans ce pays à partir de 1947 ? Font-ils réseau entre eux et avec les autres villages d’enfants européens en train de se regrouper ? Peut-être plus qu’ailleurs, la situation de l’enfance exige un renouveau pédagogique et une refondation sur des bases démocratiques, tandis que ces millions d’enfants à secourir auraient besoin d’une atmosphère bienveillante et familiale, d’un cadre émancipateur et démocratique pour compenser les années de violence et leur situation instable.

À partir des archives de certaines communautés d’enfants et de celles des organismes internationaux qui suivent avec attention l’installation des villages d’enfants, il est ainsi possible de suivre une partie de ce processus de dénazification de la jeunesse et de reconstruction éducative de l’Allemagne jusqu’au seuil des années 1950. L’histoire des communautés d’enfants de l’après-guerre de ce pays, largement méconnue encore, croise alors celle, déjà très fournie, de l’histoire des réfugiés et des personnes déplacées. Comme un fil rouge, la trajectoire de certains acteurs illustre la progressive réintégration de l’Allemagne dans la reconstruction de l’Europe, à travers le mouvement international des communautés d’enfants.

La “dénazification de la jeunesse infestée”

Avant même la fin de la guerre, la jeunesse allemande est un enjeu pour les experts des pays Alliés et l’éducation est vue comme un des leviers de la reconstruction. On constate la montée d’un progressif intérêt pour la question allemande au sein des réseaux éducatifs internationaux, surtout avec les revers militaires allemands et les premières victoires alliées, qui donnent confiance pour penser le relèvement de l’après-guerre. Si dès 1940 est fondé aux États-Unis le United States Committee on Educational Reconstruction, siégeant à New-York, c’est à partir de décembre 1943 que celui-ci conçoit les premiers projets d’une organisation internationale de l’éducation, avec pour buts de promouvoir la coopération entre nations démocratiques et de contribuer à la reconstruction des systèmes éducatifs, selon Denis Mylonas. Ces initiatives finiront par se réaliser à travers la CAME (Commission des ministres alliés de l’éducation), puis l’Unesco, sans pour autant que le sort de l’Allemagne soit d’emblée prioritaire puisqu’il est surtout au départ question des “pays libérés”.

C’est peut-être davantage sur le sol européen que la réflexion sur l’éducation en Allemagne prend forme et propose une éducation moderne, démocratique et empruntant à l’éducation nouvelle au service de la jeunesse du pays. Ainsi, en Angleterre, un petit groupe d’experts fonde en 1943 le German Educational Reconstruction Committee, composé de pédagogues britanniques mais aussi de quelques émigrés allemands, au profil d’opposants politiques au nazisme. On y retrouve notamment le sociologue et historien socialiste Fritz Borinski, émigré en Grande-Bretagne depuis 1934, ou encore le germaniste et historien de la littérature Werner Milch, parti en 1939 vers la Grande-Bretagne après être passé par la Suisse. Les archives du GER, conservées à l’Institute of Education, à Londres, témoignent des différentes réflexions et de la place accordée aux expériences pédagogiques, certes en grande partie dans le milieu scolaire, mais également auprès des enfants déplacés et déportés, pour qui l’école reste alors une affaire secondaire à l’heure de trouver un toit et se remettre de la guerre et des souffrances des privations. Basé au 80, Fellows Road, à Londres, le GER se réunit et émet des projets et des plans pour l’après-guerre, des brochures sont publiées également. En 1944, par exemple, une petite brochure est éditée en anglais par l’International Publishing Company, basée à Londres, au prix modique d’un shilling, pièce alors à l’effigie de George VI, sous le titre Education in Post-War Germany.

Minna Specht (années 1930)

Son auteure est une pédagogue allemande réfugiée en Grande-Bretagne depuis 1938 : Minna Specht (1879-1961). Son parcours se dessine au croisement de l’éducation nouvelle et d’une éducation militante, socialiste. Issue d’une famille aisée mais déclassée par la mort prématurée de son père, Minna (diminutif de Wilhelmine ou Wilhelmina) entreprend d’abord des études à Hambourg pour devenir enseignante ; elle réussit un examen pour l’enseignement secondaire des jeunes filles. Après avoir enseigné jusqu’en 1914, elle reprend des études à l’université de Göttingen, se consacrant à la philosophie, à l’histoire puis aux mathématiques. C’est là qu’elle se lie avec Leonard Nelson, philosophe, avec qui elle fonde la Ligue internationale de la jeunesse (die Internazionaler Jugendbund) en 1917.

Leonard Nelson (Philosophische politische Akademie).

En 1922, Minna Specht prend la direction d’une école nouvelle à la campagne (Landererziehungsheim), la Walkemühle, située à Adelshausen, près de Melsungen, dans le Land de la Hesse, qui vient d’être ouverte. Cette école accueille des enfants mais également des jeunes adultes ; en 1933 par exemple, selon le site de la Walkemühle, 36 personnes sont inscrites, dont 24 enfants. Surtout, à partir de 1925 et la constitution de la Ligue pour la lutte sociale internationale (ISK – Internationale Sozialistische Kampf-Bund), qui se substitue à la Ligue internationale de la jeunesse, les élèves sont formés dans l’idée de bâtir une élite politique, un “ordre jésuite du prolétariat”, marxiste certes mais refusant le déterminisme au profit d’une croyance en l’individu, comme le souligne Stéphane Garcia dans les Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier. Comme l’athéisme et le sacrifice financier, l’ascétisme est de rigueur dans la formation des militants et il faut ainsi renoncer au tabac, à l’alcool, adopter le végétarisme et rester célibataire. La pédagogie, quant à elle, repose sur une méthode socratique, basée sur le dialogue critique, la production de documents de réflexion des élèves sur eux-mêmes comme sur leurs camarades, mais aussi des évaluations régulières de chaque militant.  

Minna Specht et de jeunes militants, Walkemühle, années 1930 (Staadtarchiv Göttingen)

Dès 1927, à la mort de Nelson, Specht prend la direction de l’ISK. En 1931, elle est également éditrice de la revue du mouvement, Der Funke (L’Étincelle). Elle s’engage très rapidement contre le nazisme et en 1932, elle est ainsi une des signataires du Dringender Appell für die Einheit, signé par des scientifiques (dont Albert Einstein), artistes et personnalités politiques, qui appelle à la formation d’un front unique réunissant socialistes et communistes face au nazisme.

Mais l’école est finalement confisquée par les nazis au pouvoir en juillet 1933, afin d’y former des cadres du parti.

Walkemühle, années 1930 (http://www.stolpersteine-melsungen.de/fileadmin/user_upload/Christiane/Juedischer_Friedhof/Walkemuehle/20080630.MG.HNA.12.pdf)

Specht et des élèves fuient vers le Danemark et ouvrent une autre école, avant de devoir fuir à nouveau en 1938, cette fois au Pays de Galles, devant la pression nazie sur le pays, avec une dizaine d’enfants. En 1940, elle est détenue sur l’Ile de Man en tant qu'”ennemie étrangère” car de nationalité allemande. Libérée en 1941, elle poursuit à Londres son activité de pédagogue tout en réfléchissant à la question de la rééducation de la jeunesse en Allemagne, avec pour leitmotiv l’éducation nouvelle au sein des communautés d’enfants, comme le montre son implication dans le numéro spécial d’octobre 1944 de The New Era, paru sous le titre Children’s Communities (experiments in democratic living), où elle relate son expérience d’école en exil, notamment la vie communautaire avec la mise en place d’un conseil des enfants.

Dans son opuscule Education in Post-War Germany, elle envisage cette fois surtout l’éducation des jeunes Allemands sous le prisme de l’éducation scolaire, du primaire jusqu’à l’université. Sa préface est assurée par Gilbert Murray, linguiste, philologue classique et professeur de grec à l’université, mais aussi ancien président entre 1928 et 1939 de la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations. Dans cette préface, Murray pose l’étendue du problème : “The re-education of Germany is notoriously one of the most disturbing problems of the post-war settlement.”

Séance plénière de la Commission internationale de coopération intellectuelle, Palais des Nations, Genève, août 1939. Murray est au centre, table du fond (Archives des Nations-Unies, Genève).

Après s’être attachée à recenser les différents degrés d’endoctrinement de la jeunesse allemande, ainsi que les méthodes pour y parvenir, mettant en évidence que les enfants n’ont pas été entraînés à la guerre mais éduqués à celle-ci, Minna Specht aborde la question de la rééducation par un chapitre sur les futures écoles telles qu’elles devraient être pensées dans la période de transition. Une place y est faite pour le self-government, à travers lequel enseignants et élèves bâtiront des communautés éducatives démocratiques, ainsi qu’à la compréhension mutuelle et à la formation des enseignants.

Si cette brochure aborde surtout la question d’un point de vue scolaire, d’autres documents du GER attachent une importance aux enfants réfugiés, déplacés et déracinés (uprooted children) et à leur prise en charge à venir en Allemagne. Là encore, dans une étude non datée sur l’enfant déraciné en Allemagne, des homes d’enfants sont envisagés, notamment pour les plus jeunes, dans lesquels les enfants pratiqueront le selfgovernment, vu comme un outil d’auto-discipline, à même de contribuer à une atmosphère éducative, vu également comme le moyen de pallier au manque d’éducateurs puisque les enfants seraient censés y être plus autonomes.

Minna Specht, 1946 (AdsD/Friedrich-Ebert-Stiftung)

En septembre 1945, Minna Specht se rend en Suisse, plus précisément à Zurich, depuis Londres où elle réside encore. Elle participe en effet à la première conférence d’une organisation internationale encore balbutiante : les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre ou SEPEG. Fondées l’année précédente, celles-ci proposent de réunir des experts internationaux, d’organiser des conférences, de contribuer à former des équipes de spécialistes de l’enfance victime de la guerre au service des pays dévastés et ainsi « désintoxiquer la jeunesse du virus de la guerre » par des moyens médico-pédagogiques, tel que dessiné dans leur manifeste. Il n’était pas prévu d’inviter de représentant des pays de l’Axe à ce stade, mais Minna Specht est néanmoins conviée, spécialiste triée sur le volet et invitée à titre individuel. Elle y retrouve sur place une compatriote et camarade de l’ISK : Nora Platiel. Née Eleonore Block, à Bochum en 1896, celle-ci est une avocate, juive et socialiste. Secrétaire d’Elisabeth Rotten en 1918-1919, elle  intègre l’ISK au cours de ses études de droit à Göttingen, tandis qu’elle passe également quelques mois à l’école Walkemühle en 1925. Nora Block émigre à Paris en 1933 où elle continue de militer pour l’ISK, qui y a établi son quartier-général en exil. Après avoir vécu plusieurs mois sans revenu, elle travaille pour le Comité d’assistance aux réfugiés (CAR), qui avait été fondé en 1936 par le Consistoire central des israélites de France. C’est sans doute dans ce cadre qu’elle rencontre à Paris Isaac Pougatch et Juliette Pary, avec qui elle restera liée jusqu’après la guerre. En mai 1940, elle fait partie des Allemandes internées au camp de Gurs, les “indésirables”. Libérée, elle collabore alors à l’accueil des réfugiés en zone sud. Elle réussit à fuir, in extremis, vers la Suisse en 1943 où elle passe illégalement la frontière. Elle y bénéficie du soutien de l’OSEO (Œuvre suisse d’entr’aide ouvrière – Schweizerische Arbeitshilfswerk) et de sa présidente Regina Kägi-Fuchsmann. Après avoir travaillé pour cette organisation, elle repart en Allemagne en 1949 et s’installe à Kassel. En 1951, elle devient la première femme présidente d’un tribunal en Allemagne.

Dans son récit des premières SEPEG pour la revue belge Service social en 1945, Aimée Racine, juriste et sociologue, directrice de l’École centrale de service social à Bruxelles, se remémore les interventions de Minna Specht et de Nora Platiel :

(…) deux femmes remarquables, qui avaient joué un rôle de premier plan dans la vie sociale et politique de leur pays. Préoccupées des mêmes problèmes que nous, animées d’une bonne volonté immense, elles nous semblaient à certains moments écrasées plus encore que nous par le récit des crimes de leurs compatriotes.

La question de l’enfance allemande est très présente dans les discussions lors de la conférence de Zurich. C’est un problème qui tient particulièrement à cœur à Oscar Forel, vice-président mais principal animateur des SEPEG, qui alors qu’il préparait la conférence avait ainsi écrit au psychiatre Leo Kanner, professeur au Johns Hopkins Hospital, à Baltimore. Celui-ci s’est annoncé aux SEPEG de septembre et après lui avoir tressé des louanges pour son traité de psychiatrie infantile, Child Psychiatry, paru en 1935, Forel lui propose une thématique pour son intervention. Il s’agit même d’une requête car la section médico-pédagogique a mis à l’ordre du jour de ses travaux “le problème si important et si angoissant du rôle de la psychiatrie infantile et de l’hygiène mentale en général dans la désintoxication, la rééducation et l’éducation de la jeunesse allemande.” L’idée serait de discuter cette question si particulière entre médecins, devant ce “problème qui réclame impérieusement une solution.” Finalement, Kanner ne viendra pas, mais la question sera effectivement discutée.

D’abord au cours des travaux de la troisième section des SEPEG, dite “médico-psychologique”. La “dénazification de la jeunesse infestée” y est en effet considérée comme une des tâches les plus urgentes pour assurer la paix. Outre une éducation faisant la part belle à la formation d’un nouveau citoyen européen, un travail médico-pédagogique doit s’engager auprès des jeunes Allemands « contaminés ». Différentes voies sont alors explorées, entre placement de type familial et action médico-psychologique. Par exemple, le Dr Jeanne Jadot-Decroly propose de faire adopter des enfants par d’autres enfants, au sein de familles d’adoption qualifiées. L’idée est que tous ces enfants doivent être entourés d’amour familial mais aussi “de sens patriotique positif et constructif”, selon le rapport des séances de la section, assuré par le Dr René Dellaert. Sur ce point du placement en famille à des fins de rééducation, c’est un autre psychiatre, André Repond, qui dirige alors la clinique de Malévoz, qui avance un autre exemple. Celui-ci a en effet fait placer, sous son contrôle, les enfants du comte Ciano lors de leur expatriation d’Italie chez des paysans valaisans. Il en aurait retiré la conclusion d’une très grande plasticité chez ces enfants qui ont subi une nouvelle atmosphère affective et idéologique.

Feuille d’avis de Neuchâtel, 14 juin 1945

Henry V. Dicks

Une autre approche est exposée ces jours-là, plus globale, qui est celle menée en Allemagne par les Britanniques. Elle est conduite par Henry Dicks, psychiatre, directeur de la Tavistock Clinic à Londres, venu la relater à Zurich. Il est alors chargé d’étudier scientifiquement le fond de la mentalité allemande et remédier à la nazification des esprits. Celui-ci, tirant profit de l’expérience des méthodes psychologiques et psychanalytiques développées pendant la guerre en Angleterre, notamment auprès de l’armée, compte lutter contre certaines tendances développées chez les jeunes (soumission, projection de tendances paranoïdes, hyper-virilisation, etc.) en s’appuyant sur une nouvelle politique familiale, sur l’éducation ainsi que sur le relèvement du symbole maternel en vue de faire entrer les conceptions démocratiques parmi la jeunesse allemande.

Derrière tous ces exemples, plusieurs sections de travail ont également examiné les différentes formes de placement d’enfants ainsi que le problème du “réenracinement” de ceux-ci. En effet, certains enfants victimes de la guerre sont appelés à être placés parce qu’ils n’ont plus de famille identifiée, parce qu’ils ne peuvent être reçus dans des familles car estropiés, névrosés, tuberculeux… Parmi les solutions évoquées ces jours-là à Zurich, l’une d’entre elles retient l’attention : le projet de créer en Suisse un village d’enfants Pestalozzi. Ce sera le village international de Trogen. Alors que celui-ci est encore à l’état de chantier, il est d’ores et déjà prévu par les experts de répandre ce futur modèle en Europe et d’établir de telles institutions où “comme dans tout village, il y aurait des maisons, une école, une église, des salles de réunion, des ateliers, des jardins, et en plus un bureau médico-pédagogique dirigé par des spécialistes. Les mêmes villages pourraient être créés, avec l’aide des Suisses, dans les pays éprouvés eux-mêmes”, relate Aimée Racine.

La conférence inaugurale des SEPEG est pleine de débats sur les actions à mener pour décontaminer la jeunesse allemande mais elle peine à masquer les incertitudes des acteurs. C’est ce que laisse penser à nouveau Aimée Racine :

Pour l’Allemagne, après avoir entendu des orateurs de différentes nationalités et notamment deux émigrées allemandes, j’ai l’impression que personne ne voit encore clair, que personne ne sait comment s’atteler à cette tâche énorme et angoissante. Il faut à la jeunesse allemande des éducateurs. Qui seront-ils ? Tout le monde s’accorde pour reconnaître que des maîtres étrangers, surtout s’ils appartiennent au camp des vainqueurs, n’auraient aucune chance d’être entendus. Des Allemands recrutés dans le pays ? Comment être sûrs d’eux ? Des Allemands émigrés ? Ils ont vécu depuis des années au loin et n’ont pas partagé les épreuves de leurs compatriotes ; eux aussi ne seront pas écoutés. Alors ?

Comme un symbole, au printemps 1946, Minna Specht est chargée d’ouvrir à nouveau une école nouvelle prestigieuse : l’Odenwaldschule, à Oberhambach. Cela se fait semble-t-il à la demande de ceux qui l’ont fondée en 1910, Paulus Geheeb et Edith Cassirer, s’étant tous rencontrés à Zurich en septembre 1945 lors des SEPEG. Ces derniers avaient quitté l’école en 1934 pour émigrer en Suisse avec des élèves et des collaborateurs et y fonder l’École d’humanité. En 1946, Minna Specht est nommée à la tête de l’Odenwaldschule par les autorités américaines de la zone d’occupation, non sans souhaiter réorienter l’école dans un sens plus social, pour ne pas qu’elle soit une école élitiste, ainsi que la placer au diapason des préoccupations du pays à l’égard des enfants réfugiés. En janvier 1947, l’Odenwaldschule compte 165 élèves internes, dont un tiers sont des réfugiés venant de l’Est et au total deux tiers des élèves sont des déplacés, qui ont dû quitter leur foyer et leur région.

Minna Specht et des enfants polonais de l’Odenwaldschule, été 1946 (photo Ruth Bratu)

En mai de cette année-là, une équipe des SEPEG, où l’on retrouve notamment Oscar Forel,  Elisabeth Rotten ou encore Rodolfo Olgiati, se rend à l’Odenwaldschule à l’invitation de Minna Specht pour une série de conférences et débats en guise de formation pour des éducateurs et travailleurs sociaux allemands venant de toutes les régions du pays et issus de groupements politiques et professionnels divers.

Le processus de réintégration de l’Allemagne semble enclenché.

Une mosaïque de villages d’enfants

Pour répondre à l’intense problème de l’enfance abandonnée et errante d’Allemagne, comme à la dénazification de la jeunesse, une des voies suivies semble être la fondation de villages d’enfants, dont beaucoup prétendent au label de villages dits “Pestalozzi”. La référence au village d’enfants de Trogen est constante, laissant penser que la diffusion de cette expérience s’est assez naturellement diffusée dans des cercles pédagogiques et humanitaires allemands, sans doute par le biais de la proximité linguistique puisque les articles de Walter Corti sous forme d’appel au développement de ces villages, dès 1944, l’ont d’abord été en langue allemande. La proximité géographique est certainement aussi un élément de compréhension de cet attrait pour le modèle de Trogen. Enfin, l’Association des villages Pestalozzi a également entrepris un travail de propagande important du village de Trogen, jusqu’en Allemagne.

Suivons donc depuis la Suisse les premiers pas de ces villages allemands. En effet, dès l’été 1946, les autorités fédérales sont averties de différents projets de fondation de villages d’enfants Pestalozzi sur le sol allemand, diplomatie oblige et quête de subsides aidant. Le premier de ces villages, à moins que ce ne soit le plus emblématique, est la Colonie Pestalozzi de Wahlwies, en zone d’occupation française. 

Il est presque installé en regard du village Pestalozzi de Trogen, à quelques dizaines de kilomètres seulement, à l’extrémité occidentale du lac de Constance, formant comme un tandem de part et d’autre de la frontière, comme le soulignera une revue locale des années 1950 :

Bodensee Hefte, 3 mars 1957

L’initiative vient en fait d’un Suisse, Erich Fischer, et d’un Allemand, le Comte Adalbert von Keyserlingk. Le premier est un musicologue, originaire de la région de Wahlwies. Il est né en effet en 1887 à Kreuzlingen, à côté de Constance, où se situe la frontière entre la Suisse et l’Allemagne. Après avoir suivi des études secondaires à Constance, il fait ses études de musicologie à Berlin. Il devient en 1907 assistant au Phonogramm-Archiv de Berlin, qui avait été fondé en 1900 par le professeur de psychologie Carl Stumpf en vue de collectionner des enregistrements de type ethnomusicologiques. Il rédige en outre des essais sur la musique exotique. A partir de 1914, Fischer s’est également tourné vers le renouveau de vieilles mélodies folkloriques. Il est par ailleurs secrétaire du Comité Nansen à Zurich, bureau chargé d’établir des documents d’identité et de voyage pour des apatrides depuis les années 1920.

Adalbert Graf von Keyserlingk, s.d.

Le comte Adalbert von Keyserlingk, quant à lui, est né en 1905 à Breslau, en Basse-Silésie, aujourd’hui en Pologne (Wroclaw) et représente un autre courant et une autre inspiration dans l’histoire du village d’enfants. Élève de Rudolf Steiner, il en devient un de ses disciples en anthroposophie, attentif notamment au développement d’une agriculture qui tiendrait compte des rythmes naturels, la biodynamie. En 1939 il est mis en prison par les nazis, avant d’en être libéré et envoyé sur le front en qualité de médecin. Revenu de la guerre, il souhaitait ouvrir une ferme et des terrains agricoles pour handicapés de guerre ; il convertit son projet en village d’enfants pour orphelins. Médecin au village Pestalozzi de Wahlwies, il le quittera néanmoins en 1949.

Inspirés semble-t-il du modèle de Trogen, au moins “spirituellement” est-il précisé à plusieurs reprises, les deux hommes passent une partie de l’année 1946 à négocier l’acquisition d’un terrain et ouvrent finalement le village Pestalozzi de Wahlwies en janvier 1947, dans une certaine précarité matérielle.

Erich Fischer, s.d. (https://www.openpr.de/news/142161/Die-Idee-vom-Kinderdorf.html)

En août 1946, un protocole d’accord est d’abord signé avec les autorités françaises d’occupation quant à l’acquisition d’un terrain dans le district de Stockach. Il s’agit d’un ancien camp de travail forcé pour femmes, ouvert par les nazis en 1936, qui a servi également de site d’entraînement militaire. Un extrait du journal d’Erich Fischer, qui figure sur le site du Kinderdorf, livre sa première impression après sa visite :

15.8.46 à Wahlwies. Les soldats français cantonnés dans le camp ont refusé de me laisser entrer. Je ne peux faire qu’un court tour du camp après avoir présenté mon passeport suisse. Caserne dans un état misérable, le tout extrêmement négligé, dans l’usine d’origine, cependant utile et tout à fait adapté à notre plan (…). Très bel emplacement surplombant le lac de Constance, des crêtes boisées, derrière les Alpes !

D’après les archives fédérales suisses, une réunion se tient le 22 août 1946 dans une salle de la mairie de Blumberg, en vue de la fondation d’une colonie d’enfants. Le comité réuni ce jour-là est entièrement masculin. On y retrouve les deux promoteurs du village d’enfants, Erich Fischer et Adalbert von Keyserlingk. À leurs côtés : Fritz Brunner, qui est alors le président du Pestalozzianum de Zurich, institution suisse fondée en 1891 et dédiée au soutien à la formation scolaire et à la recherche sur cette figure de la pédagogie qu’est Pestalozzi ; des représentants du ministère de l’Intérieur, en charge des questions scolaires et éducatives, du Land de Fribourg, des représentants du district de Donauerschingen, ainsi que le maire de Blumberg.

Dès le départ, l’idée est de fonder une colonie sous l’égide de Pestalozzi, “eine Pestalozzi Siedlung für Kinder“, pour des enfants orphelins et sans foyer. L’une des premières questions est celle des finances pour cette nouvelle institution, dont il est prévu qu’elles proviennent de personnalités mais aussi d’entreprises suisses et allemandes, dans l’idée d’établir un budget pérenne, mais aussi des colis alimentaires remis par l’entremise du Don suisse. Pour la partie pédagogique, il est prévu de s’appuyer sur des enseignants suisses. Sans doute pour rassurer l’assistance du jour et répondre à une question du chef de district de Donauerschingen, Fischer assure que l’éducation serait fondée sur une base chrétienne mais supra-confessionnelle, ainsi que sur une base supra-naturelle sans pour autant qu’elle soit anthroposophique.

La réponse des autorités françaises d’occupation, le 31 août, est faite de nombreuses réserves, à la fois d’ordre financier, puisqu’elles ne verseront rien, mais aussi sur le plan du personnel, exprimant leur crainte devant le fait que soient recrutés des parents adoptifs ou des employés issus des nombreux réfugiés de l’Est, engageant les promoteurs à recruter dans la zone. Les Français exigent donc de pouvoir donner leur consentement sur le recrutement, y compris du personnel médical. Les fondateurs souscrivent un bail avec le district pour une location initiale de dix ans, selon le site du Kinderdorf – encore que les sources diffèrent, un article de 1947 de la Croix-Rouge mentionnant un bail de quinze ans.

Archives de la zone d’occupation française, La Courneuve (1BAD447/1)

Le village Pestalozzi sera donc sous tutelle de l’administration française en Allemagne. Du reste, la cohabitation semble au départ complexe, les autorités d’occupation prélevant pour les besoins des soldats de nombreuses denrées alimentaires (volaille, lait, légumes) mais aussi des vélos, des radios, seulement réaffectés en cartes d’alimentation.

Le site paraît en tous les cas adapté aux projets de Fischer et Keyserlingk. Il offre du terrain et une organisation en baraquements, qui seront autant de maisons pour les groupes d’enfants prévus. L’état des bâtiments est assez misérable lors de l’installation, ayant notamment été pillés après avoir cessé d’être utilisés. Comme pour de nombreux villages d’enfants, les débuts pour le moins chaotiques sur le plan matériel sont l’occasion d’un récit fondateur censé sublimer ces conditions et mettre en avant le dévouement de ses acteurs et le bien-fondé de l’œuvre. Au cours de l’année 1947, un membre de la Croix-Rouge suisse-Secours aux enfants arrive à Wahlwies et en livre un récit :

L’aspect extérieur de la colonie n’offre assurément pas un spectacle réjouissant encore. Mais admirons les grands efforts accomplis pour nettoyer le terrain, cultiver le jardin, réparer les baraques. Des volontaires pleins d’idéal — écoliers et étudiants — collaborent avec dévouement à la restauration de la colonie. Ils forment une communauté cordiale et se contentent d’une vie modeste, œuvrant avec joie pour la création de ce nouveau foyer. Cette bonne volonté ne suffit pas. Il faut encore bien des matériaux pour faire de la colonie un site agréable et utile : du carton à toiture, des assiettes, des lits, une machine à laver, de la peinture pour les salles et les maisons. C’est pourquoi la direction de la colonie de Wahlwies a sollicité l’aide du Secours aux Enfants de la Croix-Rouge suisse. Nous voudrions accorder notre appui à cette œuvre, mais il nous faut pour cela trouver des parrains et marraines disposés à la soutenir financièrement. Wahlwies a donc été inscrit dans les nouveaux parrainages symboliques de la Croix-Rouge suisse Secours aux Enfants et c’est pourquoi nous vous entretenons des projets de cette colonie.

Kinderdorf Wahlwies, 1947 (https://www.pestalozzi-kinderdorf.de/sites/default/files/all_users/pdf/wir-kinderdorf_geschichte.pdf)

En mars 1947, les premiers enfants réfugiés arrivent, lorsque la première baraque est réparée. Il s’agit de cinq frères et sœurs.

“Wie alles begann”, (https://www.pestalozzi-kinderdorf.de/sites/default/files/all_users/pdf/wir-kinderdorf_geschichte.pdf)

La plupart des enfants des premières années seront des orphelins originaires de l’est de l’Europe, venant de camps du Danemark après avoir y fui sans doute devant l’avancée des troupes soviétiques.

Enfants arrivant au Kinderdorf de Wahlwies, 1947 (site du Kinderdorf)

Au début de l’année 1948, les 12 baraques sont progressivement utilisées, 22 enfants et 15 adolescents peuplent alors les lieux. Dans la colonie de Wahlwies, le modèle est familial et l’idée est de forger une communauté. Les enfants sont ainsi répartis par groupes dans des maisons, y vivant avec un couple de “parents”, le village étant supervisé par le “Großvater” (grand-père) Erich Fischer. Ainsi, Adalbert von Keyserlingk est lui-même, avec sa femme Marylis, elle-même Heilpädagogin de profession, chargé en plus de son activité de médecin d’une “famille” de onze enfants, dont l’âge varie de 4 à 11 ans.

Le travail constitue là comme ailleurs une vertu cardinale de l’institution, chargé de redonner un nouveau sens à la vie des jeunes, d’autant qu’il faut à la fois produire pour survivre ou mieux vivre mais aussi vendre à l’extérieur pour assurer quelques financements. Des ateliers de tissage et de poterie ont été installés au centre du village, tandis qu’à l’instar d’autres villages d’enfants, par exemple à Dobbs Ferry, près de New-York, l’entretien des chaussures est capital : un jeune apprenti travaille dans un autre atelier destiné à réparer les chaussures des habitants du village. Fidèle aux principes du travail de la terre, de rapports harmonieux avec la nature et de biodynamie tirée de la méthode Steiner, la colonie possède des terres cultivables, qui produisent des légumes directement consommés, mais aussi des plantes médicinales, qui sont vendues à l’extérieur. Dans la même optique de la survie ainsi que de petit profit, un clapier abrite une race de lapins angora qui doit permettre en mélangeant avec de la laine de mouton filée dans le village de confectionner des tissus chauds. En 1947, il est aussi prévu la construction et le développement d’une forge, sous la conduite d’un forgeron. Cette année-là, dans le quotidien suisse Die Tat en date du 11 septembre, une annonce paraît, passée par l’intendant du village Pestalozzi de Trogen, afin de trouver une enclume de 100 à 150 kg environ, précisant que “si à Trogen nous devons également faire face à des difficultés matérielles, ceux qui ont des travaux à mener en Allemagne ne sont pas égaux”…

Kinderdorf, 1947 (https://www.pestalozzi-kinderdorf.de/sites/default/files/all_users/pdf/wir-kinderdorf_geschichte.pdf)

Selon un rapport du Centre d’activité pour le développement des villages d’enfants Pestalozzi en Allemagne” de juin 1947, si la colonie de Wahlwies est encore de dimension modeste, elle a déjà retenu l’attention et “son développement est suivi avec intérêt, tant en Allemagne qu’à l’étranger”. En février 1948, un communiqué de presse du BIE (Bureau international d’éducation), basé à Genève, relaie cet intérêt et mentionne une diffusion du modèle : “Depuis la fondation de la colonie de Wahlwies, d’autres plans de villages d’enfants ont commencé à se réaliser dans les parties les plus diverses de l’Allemagne.”

Les premiers pointages, par exemple dans un numéro des Cahiers du Musée social paru en France en 1948, font apparaître effectivement un premier frémissement. Ainsi, en Thuringe, en plein centre du pays, un village d’enfants a été ouvert à Wilhelmstahl, pour 80 enfants, dans les bâtiments d’un ancien home d’enfants, qui ne possède ni terrain cultivable ni atelier et doit entièrement reposer sur des dons. À Berlin, un Village d’enfants Pestalozzi serait en projet, dans la région boisée du lac Dämeritz. En Bavière, des colonies d’adolescents sont prévues, à partir du travail agricole et artisanal, trois d’entre elles accueillant déjà à cette date quelques enfants. À Hambourg également, plusieurs villages d’enfants sont prévus, sous l’initiative de la Société des villages d’enfants Pestalozzi locale. De même qu’en Westphalie et et dans le Rhin septentrional, la construction de villages a commencé. L’Allemagne des villages Pestalozzi est encore à ce stade un vaste chantier… 

La première mise en réseau de ces initiatives éparpillées date sans doute de juin 1947, quand est mis sur pied depuis Zurich un “Centre d’activité pour le développement des villages d’enfants en Allemagne”, à l’initiative de l’Association du Village Pestalozzi, fondée en 1946 en Suisse. Divers contacts ont alors été tissés, par courrier, à partir d’août 1947 avec des groupes et personnalités s’intéressant aux villages. L’appui est avant tout technique puisque le Centre se serait doté à ce moment donné d’un économiste et d’un architecte afin de prêter son appui à la réalisation de plans de construction de projets d’exploitation, comme par exemple pour le Jugenddorf Deutsch-Evern.

Tout un travail de propagande est également réalisé et en mars 1948 sont ainsi organisés des séjours en Suisse – sous-entendu au village Pestalozzi de Trogen – pour cinq rédacteurs en chef de journaux d’Allemagne du sud. Des conférences se sont tenues également en Allemagne pour sensibiliser à la question de la rééducation de la jeunesse allemande, tandis qu’en juin 1948, une journée de travail des groupes allemands s’intéressant aux communautés d’enfants et d’adolescents à été organisée avec la collaboration de la Bayerische Jugendsiedlung (Colonie de jeunesse de Bavière). Au cours de l’année 1948, des personnalités de l’éducation en Allemagne font ainsi un voyage d’études jusqu’en Suisse.

La Suisse, 30 décembre 1948

Le principal animateur du Centre d’activité est Holger Hofmann, un Suisse, journaliste, membre de l’Association pour le Village Pestalozzi mais aussi du Bureau intermédiaire de secours pour les allemands victimes de la guerre, basé pour sa part à Genève. Il a rédigé pour ce dernier en 1946, Die Notlage der europäischen Kinder nach dem Kriege (La situation difficile des enfants européens après la guerre).

En juillet 1948, le Centre d’activité dresse un premier tableau récapitulatif des communautés d’enfants et d’adolescents en Allemagne qui lui sont connues et “ayant de nombreux points communs avec le Village Pestalozzi de Trogen”. Si certaines sont en relation avec celui-ci, elles n’en dépendent cependant ni juridiquement ni financièrement. Le classement respecte les zones d’occupation et est donc divisé en quatre parties, elles-mêmes subdivisées en deux types : “en exploitation” et “en construction ou à l’état de projet”. 

Ce qui frappe au premier abord est l’ampleur du recensement, qui couvre les quatre zones, donc sans oublier la zone soviétique. Au total, 37 “communautés d’enfants”, dont 24 déjà en exploitation. Dans cet archipel, la zone britannique est de loin la mieux dotée, à moins que ce ne soit la mieux renseignée, devant la zone américaine, puis la zone russe et enfin la zone française. Est-ce dû aux différences d’appréhension de la rééducation en Allemagne, par exemple du pragmatisme anglais voulant que les Allemands se réapproprient le plus rapidement possible leur héritage culturel et plus largement leur démocratisation, comme l’a mis en évidence Bénédicte Vincent ? Au contraire, la faible importance numérique des communautés d’enfants de la zone française  – deux seulement, la Pestalozzi Siedlung de Wahlwies ainsi que le Kinderdorf Pestalozzi de Berlin Hessnwickel – s’explique-t-elle par un plus grand encadrement et de fait des contraintes plus fortes, empêchant de nouvelles expériences pédagogiques ayant pourtant cours également en France ?

S’il est impossible de conclure sur ce point sans aller plus loin au cœur des archives des zones d’occupation, remarquons en tous les cas la grande variété des appellations des communautés d’enfants : certaines d’entre elles sont certes nommées Kinderdorf, village d’enfants, mais la plupart sont des Jugendsiedlung (Colonie de jeunesse), Kinderlager (Camp d’enfants), Jugendlager (Camp de jeunesse), Kinderheim (Home d’enfants), voire Waisenhaus (orphelinat). Seuls les centres projetés sont destinés, selon le recensement, à devenir Kinderdorf Pestalozzi ou Pestalozzidorf, sans doute parce qu’ils sont en relation avec l’Association Pestalozzi et les réseaux germano-suisses, mais pour l’heure ils sont encore des institutions de papier ou des chantiers. 

Polnische Kinder besuchen das Kinderdorf Alt-Rehse Foto: Deutsches Historisches Museum

Kinderdorf Alt-Rehse, autour de 1950.

Le modèle est donc peu fixé, même si la plupart de ces villages sont destinés aux mêmes enfants : orphelins, déplacés et apatrides. De même, cette instabilité se repère dans les conditions d’installation (bâtiments et terrains) comme au travers des multiples nécessités auxquelles doivent faire face tous les établissements. Si le modèle est celui de Trogen, les villages nés en Allemagne épousent les contours des contraintes locales et conjoncturelles. S’il existe beaucoup de terrains militaires qui peuvent être réutilisés du fait du départ des troupes, il faut également négocier avec les autorités d’occupation pour obtenir un terrain qui avait été confisqué. Souvent, les bâtiments sont dans un état matériel déplorable du fait des bombardements mais aussi de quelque temps d’abandon et des frais importants sont nécessaires à leur réfection. Quelques installations militaires non détruites ont pu être investies également (fortins, stands de tir, etc.) mais là, c’est la construction de bâtiments qui coûte beaucoup d’argent. En plus, l’insécurité monétaire dans laquelle est plongée l’Allemagne permet rarement des acquisitions fermes, à l’heure où vient d’être créer le Deutschemark dans les zones britannique, américaine et française, en juin 1948. Et cette situation oblige souvent à penser à des sites où les enfants et les jeunes des villages pourront travailler, par le jardinage, l’artisanat, les petites industries… Au final, les baraques sont de mise un peu partout, restes d’installations militaires. Parfois, néanmoins, on reconvertit d’anciens bâtiments, comme en zone russe : un ancien home d’enfants à Mariesfeld, dans le Meklembourg ; une ancienne école de médecine, à Alt-Rehse ; un château, à Wilhemsthal, dans le Thuringe, qui a vu naître le premier village d’enfants de la zone, en 1947.

Kinderdorf Wilhelmstahl, s.d. Le lever des couleurs obligatoire (Archives Fritz Metzner)

Tous les villages d’enfants semblent manquer de tout, principalement de vêtements, de literie, de chaussures, parfois de denrées alimentaires, du mobilier, des livres… Ceci les rapproche des villages d’enfants des autres pays européens, bien souvent encore à la recherche de subsides mais aussi d’aide et de denrées en cette année 1948. Ils ne bénéficient pas non plus tous des mêmes structures de gestion et des mêmes supports financiers ; certains d’entre eux s’appuient sur une association locale, tandis que d’autres bénéficient du soutien de l’Armée du Salut ou de la Croix-Rouge par exemple.

Dans cette constellation, l’un des plus emblématiques villages d’enfants de l’Allemagne d’après-guerre se situe à Nuremberg, en Bavière, alors en zone d’occupation américaine. Selon un rapport de l’American Friends Service Committee, il serait une émanation de la seconde conférence de la jeunesse, tenue à Munich à l’été 1947, parmi les premiers signes de la réintégration de l’Allemagne parmi les nations.

Seconde conférence internationale de la jeunesse, Munich, 1947 (Courrier de l’Unesco, juin 1949).

Pose de la première pierre par Elisabeth Rotten, Friedensdorf 1948 (Archives fédérales, Berne J2.15-02#1969/7#308* Villages d’enfants)

À l’heure où sont recensés les premiers villages d’enfants, est ainsi posée la première pierre du Friedensdorf (Village de la Paix) et sur la liste de l’Association du village Pestalozzi il est alors précisé : “Construction d’une première maison en cours”. Pendant ce temps-là, environ 40 jeunes de 14 à 20 ans sont placés dans un home voisin. La première pierre est officiellement posée en juin 1948, par Elisabeth Rotten, qui représente à elle seule à la fois le Don suisse, le Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les Quakers.

Friedensdorf, Nuremberg, 1949 (Archives fédérales, Berne J2.15-02#1969/7#308* Villages d’enfants)

Au Friedensdorf, il s’agit de bâtir, au sens propre, des bâtiments pour héberger les jeunes, mais également dans un sens plus figuré les fondations d’un monde nouveau, pacifié, en formant de jeunes compagnons artisans et travailleurs manuels, bâtisseurs eux-mêmes de la paix future. Aidés de jeunes volontaires venus de différents pays (Allemagne, Suisse, Suède, Hollande, Danemark, Finlande…), des Quakers et du Service civil international, dans une communauté éducative et laborieuse, les jeunes Allemands du Friedensdorf œuvrent ainsi à leur “désintoxication”. Parrainé alors par de nombreux Suisses, dont des personnalités proches du village Pestalozzi de Trogen, tels Elisabeth Rotten, Walter Corti mais également Edwin Arnet ou encore Rodolfo Olgiati, le Friedensdorf est une communauté de jeunes qui se veut démocratique, reposant sur un auto-gouvernement des jeunes, qui prennent leurs décisions.

Friedensdorf, Nuremberg, 1949 (Archives fédérales, Berne J2.15-02#1969/7#308* Villages d’enfants)

Comme un autre symbole, l’école Walkemühle a rouvert ses portes en 1945, reprise par l’Œuvre suisse d’entr’aide ouvrière – OSEO (Schweizerische Arbeiter Hilfswerks – SAH), sous la forme d’un home pour enfants orphelins. En 1947, la Walkemühle devient une communauté éducative pour les Faucons (die Falken), mouvement de jeunesse socialiste, sous le patronage de l’ancienne directrice de l’école, Minna Specht, et dirigée par Anna Beyer, une autre membre de l’ISK.

Anna Beyer, s. d.

Specht inaugure au printemps 1947 la nouvelle école de cadres du mouvement, réorientée après le retrait de l’OSEO. Mais à l’automne 1948, la formation des Faucons est interrompue à nouveau, cette fois pour accueillir des enfants extraits du blocus de Berlin. En février 1949, la Walkemühle se dote d’une constitution, sur le modèle des Républiques d’enfants des Faucons rouges de la République de Weimar.

Minna Specht et des membres des Falken, Walkemühle, 1947 (Zurich, archives OSEO – Wiederaufbau Deutschland – 871.43)

En 1948, tout semble rassemblé pour que les villages d’enfants d’Allemagne intègrent le réseau international des communautés d’enfants en voie de constitution.

Une intégration progressive parmi les communautés d’enfants

Au moment où est élaboré un recensement des villages d’enfants en Allemagne par l’Association du village Pestalozzi, de son côté, l’Unesco tente de fédérer les villages d’enfants à l’échelle européenne. L’organisation internationale projette en effet une conférence des directeurs de villages d’enfants, auxquels elle souhaite joindre des experts de la question de l’enfance victime de la guerre, à l’été 1948, au village Pestalozzi de Trogen. Sur une liste établie à la mi-avril 1948, qui tient sur trois feuillets, figurent vingt-six villages européens. Tout un monde et une géopolitique se déploient, dans lesquels se dévoilent principalement trois pays, qui à eux seuls groupent la quasi-totalité des villages d’enfants d’après-guerre connus : la France, l’Italie mais aussi, et c’est plus surprenant, l’Allemagne. Pour cette dernière, cinq villages d’enfants sont répertoriés et susceptibles d’y être représentés à la future conférence : la Kindersiedlung de Wahlwies, les Kinderdörfer de Berlin-Spandau, de Wilhelmstahl et de Alt-Rehse, ainsi que l’Odenwaldschule, à Post-Hoberhambach, rouverte et dirigée depuis 1946 par Minna Specht.

Pour autant, une liste qui va suivre, éditée peu de temps après, ne comporte plus aucun village allemand. En effet, l’Allemagne, pays occupé, n’est pas encore membre de l’Unesco et à ce titre, passé l’effet du recensement initial qui se voulait exhaustif, il a été décidé de n’en inviter finalement aucun représentant. Certes l’Allemagne est encore mise au ban des nations, mais la question est loin d’être tranchée et devient directement politique à l’heure où se dessine dans le paysage européen une « question allemande ».

Courrier de l’Unesco, mars 1948

Dès le printemps 1948, des pourparlers sont en effet engagés entre l’Unesco et les autorités d’occupation quant à un programme en faveur de l’Allemagne et si aucun accord n’est encore trouvé en mars, l’étude se poursuit, tandis que des pourparlers de même nature sont prévus avec le Japon. Le 5 avril 1948, le Conseil exécutif de l’Unesco a approuvé des mesures à prendre pour l’Allemagne : des méthodes destinées à faire connaître au peuple allemand les buts et les activités de l’Unesco, le développement des échanges  de publications entre l’Allemagne et les autres pays, des études sur la révision et l’amélioration des manuels scolaires, l’étude des possibilités d’échange de personnes entre l’Allemagne et le monde extérieur et notamment par la présence d’experts allemands à certaines réunions techniques convoquées par l’Unesco.

La reconstruction éducative de l’Allemagne devient un enjeu majeur pour les pays alliés. Ainsi, du côté des États-Unis, le président Truman fait envoyer sur place une figure des villages d’enfants : le père Edward Flanagan, fondateur de Boy’s Town. Celui-ci atterrit en Europe en avril 1948 afin d’étudier la jeunesse des zones d’occupation américaines en Autriche et en Allemagne. Il passe d’abord un mois en Autriche puis atteint le 9 mai l’Allemagne pour une tournée de deux semaines.

Arthur Noyes, “Father Flanagan arrives for tour of U.S. Zone”, Stars and Stripes, 11 mai 1948.

Mais Flanagan meurt subitement le 15 mai d’une crise cardiaque à Berlin.

Tandis que l’organisation de la conférence de Trogen entre dans sa dernière ligne droite, la présence d’un.e représentant.e de l’Allemagne devient également non pas une possibilité mais une nécessité. Cela répond à un changement parmi les pays alliés puisque depuis septembre 1947, le psychiatre canadien John W. R. Thompson a été nommé par Julian Huxley conseiller de l’Unesco pour la « rééducation des anciens pays ennemis » et est devenu délégué de l’organisation pour l’Allemagne, s’immisçant lui-même dans les préparatifs de la conférence de Trogen. 

John W. Thompson, années 1940 (http://expertwitnessagainsttorture.com/j-w-thompson-the-origins-of-the-nuremberg-code/)

Thomson illustre bien les nouvelles circonstances de l’après-guerre et son personnage a fait l’objet d’une biographie minutieuse de la part de l’historien Paul Weindling. Né aux États-Unis, il est en fait un homme cosmopolite, possédant plusieurs nationalités et parlant également plusieurs langues. Ses études de médecine l’ont en effet porté au Mexique, en Suisse, en Écosse, en Californie, en Allemagne. De 1935 à 1944, il enseigne à Madrid et Harvard puis s’engage dans les forces aériennes canadiennes. En 1945, il devient directeur de recherche pour une agence d’information britannique, étudiant le travail technique des Allemands pendant la guerre. En 1946, il entre au service du ministère britannique des affaires étrangères, chargé de la formation internationale et des crimes scientifiques de guerre.  

En juin 1948, John Thompson intervient dans l’organisation de la conférence des directeurs de villages d’enfants à Trogen, qui doit avoir lieu quelques jours plus tard. Il avance auprès de Bernard Drzewieski le nom d’une observatrice allemande qui pourrait être présente ces jours-là, pouvant représenter d’une certaine façon le nouveau visage du pays : Minna Specht, de l’Odenwaldschule.

Télégramme à Bernard Drzewieski (archives Unesco 371.935.063″48’067)

Si une enquête des services de l’Unesco sur le pedigree et les antécédents de Specht valide son choix, d’autant que l’Odenwaldschule est considérée comme une « forme de village d’enfants » par la section de l’Éducation de l’Unesco, encore faut-il obtenir l’assentiment des autorités d’occupation ainsi qu’un financement. Mais celui-ci ne viendra pas des États-Unis, qui gouvernent la zone d’occupation, car ils ne financent pas les voyages d’observateurs allemands pour les conférences internationales, contrairement aux nouvelles orientations de l’Unesco en faveur de l’Allemagne… Finalement, Minna Specht ne sera pas du voyage en Suisse alémanique.

Néanmoins, lors de cette conférence de Trogen, la question des villages d’enfants en Allemagne est évoquée, indirectement, notamment  sous la forme d’une conférence de Gwendolyn Chesters, ancienne de l’UNRRA et alors au ministère de l’Enfance à Londres, qui met en relief la problématique des enfants déplacés, à partir de données empiriques qu’elle a collectées en Allemagne sitôt après la fin de la guerre. Elle passe ainsi en revue les conséquences psychologiques de la guerre et de ses suites sur les enfants et adolescents, tout en s’interrogeant d’après ce qu’elle a observé sur les mesures de traitement prises à leur égard. Bien souvent, il aura été ainsi constaté que pour ces enfants privés de famille et de patrie, le placement collectif fut difficile tant ils n’avaient jamais fait l’apprentissage de la coopération, au contraire de la plupart des placements en famille.

Sur le plan géopolitique, l’Allemagne est devenue en quelques temps un des points de cristallisation de la guerre froide. Le 23 juin 1948, le blocus de Berlin a démarré. En août, Thomson organise une conférence de presse, lors de laquelle il annonce l’ouverture d’un bureau permanent de l’Unesco à Stuttgart, prévoyant d’en installer également dans les zones anglaise et française. Ceci entraîne de fortes réactions, notamment de la Pologne. 

À l’issue de la conférence de Trogen, le comité de direction de la FICE nouvellement élu avait prévu de se retrouver dès le mois de septembre, au siège de l’Unesco, pour sa première réunion. Alors, le 4 septembre 1948, à 9h30, à Paris, Robert Préaut, René de Cooman, Marie Meierhofer, Elisabeth Rotten, Ernesto Codignola, Henri Julien et Arthur Bill ouvrent la seconde réunion du comité, accompagnés de Bernard Drzewieski et de Thérèse Brosse, qui représentent l’Unesco. Après avoir passé en revue des articles des statuts afin de fixer la forme et le fonctionnement de la toute jeune association, on en vient l’après-midi à la question des correspondants nationaux. C’est le président Préaut qui pose de manière abrupte “la question allemande”. Après avoir rappelé qu’un comité de coordination s’est formé en zone britannique, il en appelle néanmoins à la prudence, afin de ne pas heurter l’Union soviétique ; la création d’une coordination interzone n’est pas souhaitable, pense-t-il.

Mais autour de la table tout le monde ne partage ni cette prudence, ni cet intérêt pour l’Allemagne. René de Cooman pense par exemple qu’il n’y a pas à accorder tant d’intérêt à l’Allemagne, quand tant d’enfants restent à protéger dans les pays dévastés. Ce n’est pas l’avis d’Elisabeth Rotten, même si le compte rendu reste sobre et retranscrit simplement son point de vue. Pour sa part, elle est déjà en contact avec au moins une communauté d’enfants : le Friedensdorf, installé à Nuremberg, en “terre nazie”, mentionne le compte rendu, comme pour mieux souligner la force symbolique d’un Village de la paix dans la ville-même du nazisme. L’exemple est bien choisi pour illustrer la dénazification par l’éducation, qui passera aussi par les communautés d’enfants. Du coup, le président Préaut propose d’ouvrir les portes de la FICE à “toute communauté digne de ce nom”. Mais il évoque également la nécessité d’un effort spécial en vue de la fondation d’une école de cadres pour les quatre zones en Allemagne : “ce serait créer une pépinière de missionnaires qui pourrait ensuite implanter dans les différents établissements l’esprit communauté d’enfants”, explique-t-il. Il propose même de faire visiter à des représentants soviétiques cette future école et “d’en apprécier l’esprit”. Rotten propose quant à elle d’envoyer au Friedensdorf une équipe qui aurait été formée à Trogen et qui constituerait le noyau de l’école. L’enthousiasme de la discussion est alors tempéré par Drzewieski, car selon lui l’Unesco ne peut verser d’argent à l’Allemagne qui est encore mise au ban des nations ; elle ne pourrait le faire qu’en passant par des organisations privées volontaires qui affectent ensuite des fonds à des institutions allemandes déterminées. Puis la discussion sur les comités nationaux et l’implantation de la FICE se poursuit vers d’autres pays. Il est alors question de l’Espagne, du Portugal… L’affiliation des communautés d’enfants de l’Allemagne attendra.

Le processus d’intégration se poursuit néanmoins et passe alors par un événement important dans l’histoire internationale des communautés d’enfants et fortement symbolique : la visite en Europe en avril-mai 1949 du petit maire du Children’s Village de Dobbs Ferry, près de New York. En avril, le jeune John Finnerty, seize ans, maire d’un village d’enfants aux États-Unis, envoyé spécial mais aussi propagandiste, a ainsi passé une journée et une nuit à la Kindersiedlung, après être resté quelques jours à Paris et sans doute avant de se rendre au Friedensdorf.

Archives de la Zone d’occupation française en Allemagne, La Courneuve (1Bad447/1)

En octobre 1949 a lieu à Charleroi, en Belgique la seconde conférence internationale de la FICE, au cours de laquelle se déroule également sa seconde assemblée générale. L’Allemagne n’est pas explicitement au programme de ces journées, mais le thème retenu, les enfants vagabonds, engage à évoquer le pays. 

Courrier de l’Unesco, 1er novembre 1949

Cette fois encore, comme à Trogen l’année passée, il n’y aucun représentant allemand des communautés d’enfants, ni autrichien d’ailleurs. Seule Elisabeth Rotten, lors de cette conférence internationale,  évoque le problème de l’enfance vagabonde en Allemagne. Elle y mentionne à la fois le constat édifiant du nombre d’enfants non accompagnés et abandonnés ainsi que certaines des initiatives prises pour eux.

Le 20 décembre dans l’après-midi, vient le temps de l’élaboration du programme pour 1949-1950, septième point inscrit à l’ordre du jour de l’assemblée générale. L’Allemagne arrive alors une nouvelle fois sur le tapis, à l’occasion d’une intervention de M. Calcoen, président de l’association “Éducation internationale”, composée d’anciens élèves du cours international de moniteurs de Genève et visant à l’enseignement de l’esprit international en mettant en contact les enfants avec une équipe d’éducateurs internationaux, “capables de travailler ensemble malgré les différences de race, de religion, de conception”, précise le compte rendu. L’Allemagne a été choisie comme lieu d’expérience, car considérée comme le pays qui aurait le plus besoin de cet enseignement. Mais le rapporteur déplore à la suite de son intervention l’absence d’éducateur allemand qui aurait pu approuver son idée… Kees Boeke, directeur de la communauté éducative de Werkplaats, à Bilthoven aux Pays-Bas et figure de l’éducation nouvelle, en profite alors pour faire remarquer qu’il serait bon que l’action de la FICE s’étende également en Allemagne, estimant se faire là l’interprète de beaucoup de délégués de l’organisation. Le président Préaut, toujours conciliant sur ce point, propose que le Dr Lehnartz, directeur du comité de coordination des œuvres sociales de la jeunesse allemande, qui avait été invité mais a dû décliner en raison de difficultés de visa, soit en charge de former un comité national allemand. L’assemblée approuve le projet sans opposition.

Das Echo aus unseren Dörfer, décembre 1949 (Trogen, archives du village Pestalozzi, brochures)

Quand elle décide après des discussions importantes de publier un journal international de la jeunesse de ses communautés d’enfants, en 1949, la FICE décide de le publier en trois langues : anglais, français mais également allemand. En décembre 1949 paraît le premier numéro de Das Echo aus unseren Dörfer, L’écho de nos villages dans sa version française. C’est alors un numéro publié à l’occasion de Noël et on voit dans le journal se succéder des vœux et des récits, qui à cette occasion viennent de plusieurs villages d’enfants, identifiés par appartenance nationale. C’est l’Allemagne qui ouvre le bal, plus précisément le Friedensdorf de Nuremberg, qui se présente alors comme une “République d’enfants”. L’article est signé d’un jeune garçon de 17 ans : Ewald Bartnik. Il donne quelques indications de sa vie passée et l’on y apprend ainsi qu’il est Berlinois, que sa mère est morte et son père a été tué sur le front. Comme les enfants des autres communautés du numéro, il relate la fête de Noël dans la sienne, se souvenant que l’an passé ce fut la première fête du village d’enfants, qu’elle fut très simple car la communauté était alors en pleine période de construction. Mais ils avaient néanmoins un arbre de Noël et même quelques cadeaux remis gracieusement par le gouvernement et des donateurs étrangers. Après lui s’expriment un enfant d’un village autrichien, un autre de la Cité de l’enfance de Charleroi en Belgique, des enfants finlandais placés au village international de Trogen, des enfants de la Bastide de Beau-Soucy, d’autres de Hollande, de Pologne…

En janvier et février 1950, le comité de direction de la FICE se réunit à nouveau, à la Maison de l’Unesco à Paris. Et à plusieurs reprises la question allemande est mise sur le feu. Elisabeth Rotten fait d’abord part aux participants de sa visite en Allemagne, en zone britannique et dans une partie de la zone américaine, en novembre et décembre 1949. Elle a noué contact avec plusieurs communautés d’enfants ainsi qu’avec le Dr Lehnartz, qu’elle estime être la personne connaissant le mieux les communautés d’enfants en Allemagne et à ce titre devrait être invité à les représenter à la FICE.

Surtout, le 3 février 1950, à 15 h, le comité de direction a invité une personnalité spéciale : Douglas Deane, de l’Organisation internationale des réfugiés (OIR). Celui-ci a été recommandé par Elisabeth Rotten, afin de parler d’une communauté d’enfants de la zone américaine, située à Bad-Aibling, en Bavière, et de son projet de la transformer en village international d’enfants. Rotten présente ce jour-là en quelques mots à l’assistance ce nouveau venu dans le concert des communautés d’enfants. Des recherches complémentaires permettent de saisir la trajectoire de Deane, au curriculum bien rempli jusque-là dans les domaines de l’éducation internationale et du secours aux enfants, qui a pris la tête du village d’enfants de Bad-Aibling à l’été 1949 et lui a fait prendre une toute nouvelle direction, en lien avec les expériences européennes en cours.

L’histoire de cette expérience de village d’enfants à Bad-Aibling a été précisément étudiée par Christian Höschler, sous le titre The IRO Children’s Village Bad-Aibling. A Refuge in the American Zone of Germany, 1948-1951. Il dresse un rapide portrait en forme de trajectoire de Douglas Deane. Celui-ci semble en effet différent de ses prédécesseurs en ce qu’il est un pédagogue et un humanitaire expérimenté. Né en 1909 en Australie, il est en effet dans les années 1930 professeur à l’École internationale, à Genève, notamment d’éducation physique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint et dirige le YMCA Auxiliary War Services canadien. En 1946, il travaille pour l’UNRRA puis l’OIR (Organisation internationale pour les réfugiés), dans la zone américaine en Allemagne.

En ce 3 février 1950, devant le comité de la FICE, il relate son expérience auprès de cinq cents enfants abandonnés en Allemagne, qui ont été rassemblés dans une ancienne caserne de la Luftwaffe. Deane décrit Bad-Aibling comme un “camp de transit”, qui a vu défiler pas moins de 1100 enfants en une année, dont une partie a été renvoyée dans leur pays d’origine et une autre partie établie définitivement aux États-Unis, Canada, Nouvelle-Zélande et Australie. Le personnel du camp est lui-même composé de personnes déplacées, qui quittent le camp également assez rapidement, ainsi que de volontaires issus principalement du YMCA et de l’American Friends Service Committee. En 1949, d’après Deane, les enfants venaient d’Europe de l’est : surtout des Polonais, également des Ukrainiens, Tchèques, Yougoslaves, Russes, Baltes. Au moment où il parle, le groupe le plus nombreux est devenu celui des Tchèques. Parmi tous ces enfants, beaucoup sont donc de passage, au plus jusqu’à 3 ou 4 mois, et Deane regrette de ne pouvoir réaliser une éducation suivie, d’autant qu’il a identifié deux groupes particulièrement difficiles : un qui se serait lui-même désigné du nom de “génération perdue”, parmi les enfants de 12 à 16 ans ; un autre constitué d’enfants illégitimes nés de soldats de diverses nationalités et de femmes “déplacées”, beaucoup plus jeunes que les premiers et composé de 200 enfants environ.

Deane ne le dit pas ce jour-là mais selon Höschler et que confirment les archives de l’OIR à Pierrefitte, le camp est en réalité appelé à fermer en juin 1950 et les enfants confiés aux autorités allemandes, en vertu de la progressive restitution du pouvoir et des institutions par les Américains. Deane est donc devant les membres du comité de direction parce qu’il a également une cause à plaider : que la communauté d’enfants de Bad-Aibling se pérennise et devienne un village d’enfants réellement international, sous le patronage de l’Unesco et de la FICE, tout en continuant à être financé par l’OIR. 

D’après les archives, son idée, qui se dévoile au cœur d’une réponse à une inspection sévère, dans un long argumentaire du 22 décembre 1949, serait pour lui de partir d’une sélection de certains enfants étrangers et ainsi de fonder une sorte de village Pestalozzi “inversé”, qui attirerait l’attention de l’Unesco. Comparant avec l’École internationale de Genève qu’il connaît pour y avoir enseigné, il imagine ainsi profiter de l’opportunité unique proposée à Bad Aibling afin de fabriquer des citoyens du monde avec ces enfants devenus apatrides forcés, issus de vingt nations, néanmoins que des garçons car il ne souhaite pas de co-éducation :

Think what could be done in the way of developing a truely international curriculum for these children. They could be taught first to become world citizens and then as they were resettled to become citizens of their adopted country, but they would never forget their first lesson and I’m sure would not simply  be “deraciné” but would become loyal citizens but able to guide their neighbours in seeing the truth in one world.

Depuis qu’il est arrivé à la tête du Village d’enfants de Bad Aibling, Deane a contribué à y introduire effectivement quelques éléments pédagogiques que l’on retrouve dans certaines autres communautés d’enfants. Deane est un pédagogue, ce que n’était pas son prédécesseur. Bad Aibling ressemble en de nombreux points à ses alter egos des États-Unis, basé sur une éducation de type familial, les groupes d’enfants étant placés sous la responsabilité de house parents. L’éducation est basée sur une pédagogie à partir de l’enfant, les plus jeunes vont à l’école – on y apprend notamment l’anglais -, tandis que l’ORT (Organisation Reconstruction Travail) est venue y participer à la formation professionnelle, mais aussi aux activités physiques et récréatives. Une attention est également portée au traitement thérapeutique imposé par la situation de certains enfants, de même qu’au processus de réenracinement, ce qui est une des spécificités du village d’enfants. Comme dans d’autres communautés d’enfants, une monnaie intérieure est en circulation, permettant les échanges sans engager le moindre Deutschemark, ainsi que la tenue d’un argent de poche pour les garçons et les filles du village.

Deane tient beaucoup également à l’éducation physique ainsi qu’à l’éducation à la compréhension internationale. En mai 1950, se tiennent à Bad Aibling le festival international des Sports de la zone d’occupation des USA. 

International Youth Sports Festival, Children’s Village de Bad Aibling, 27 mai 1950 (Courtesy of the Kautz Family YMCA Archives, University of Minnesota ; https://www.pri.org/stories/2016-08-12/its-not-just-olympics-sports-have-been-important-refugee-camps-decades)

La démocratie s’apprend au travers de quelques institutions électives mais également de la production à partir d’octobre 1949 d’un journal du village d’enfants, le Village News, rédigé et imprimé par les enfants. Tenu au départ en anglais et en allemand, une troisième édition, en tchèque, fait son apparition en 1950, afin de tenir compte de ce groupe majoritaire à Bad Aibling. Cette année-là, un second journal est édité au Children’s Village, le Children’s Echo, qui se veut le porte-parole d’une opposition constructive au sein du village.

Malgré les efforts de Deane, le village international ne parvient pas à se pérenniser et ferme ses portes en octobre 1951. À cette date, la République fédérale d’Allemagne a déjà rejoint l’Unesco, un an après qu’un comité national allemand de l’Unesco ait été admis. De même, Minna Specht a quitté l’Odenwaldschule cette année-là et rejoint en juillet 1952 l’Institut d’éducation de l’Unesco à Hambourg, auprès du Pr Merck. Elle restera jusqu’en 1959 membre de la commission allemande pour l’Unesco et aura pu observer comme un symbole presque final – le pays qu’elle a connu reste alors divisé en deux – l’affiliation du pays à l’internationale des communautés d’enfants : en 1956, l’assemblé générale de la FICE se tient à l’Odenwaldschule.

Sources :

Archives Robert Préaut, université Paris 8 Saint-Denis :
– comptes rendus de réunion du comité directeur de la FICE 1948-1950.
– dossier sur l’Allemagne 1947-1949.

Archives fédérales, Berne :
– J2.15-02#1969/7#308* : Villages d’enfants : Allemagne 1948-1951
– J1.248#1000/1326#42* : Schweizer Spende für die Kriegsgeschädigten 1945-1946.
– E5482#1970/327#17* : Schweizer Spende ; Aktionsaufträge, diverse Korrespondenzen betreffend Aktionen Deutschland 1945-1947.
– E2001E#1967/113#11712* : Kinderdorf Pestalozzi, Hambourg 1949

Archives Institute of Education, Londres, fonds du German Educational Reconstruction Committee :
– GER/3/1/2 : Principles of Educational Reconstruction in Germany 
– GER/3/1/3 : Welfare and Youth Welfare

Archives de la Zone d’occupation française en Allemagne, La Courneuve :
– 1BAD4.147/1 : Pestalozzi Siedlung Wahlwies 1948-1952

Archives de l’OIR, Archives nationales, Pierrefitte
– AJ/43/932. Village d’enfants de Bad Aibling. Généralités, organisation, personnel, 1949-1951
– AJ/43/933. Village d’enfants de Bad Aibling. Capacité, approvisionnements et transports, journal du village, etc., 1949 – 1951

Archives Unesco, Paris :
– 370.185 (43-15) Pestalozzi. Children Communities – Germany. Pestalozzi Siedlung Wahlwies

Bibliographie :

“Les villages d’enfants en Allemagne”, Les Cahiers du Musée social, 2-3, 1948, p. 86-87.

BROSSE Thérèse. L’enfance victime de la guerre. Une étude de la situation européenne. Paris: Unesco,1948.

DEFRANCE Corine, PFEIL Ulrich. « L’Allemagne occupée en 1946 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2006/4 (n° 224), p. 47-64.

FERTIKH Karim. « Une organisation pédagogique de la révolution. La ligue de la jeunesse et Ligue pour la lutte socialiste internationale dans l’Allemagne des années 1920 », in Dissidences [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : https://preo.u-bourgogne.fr/dissidences/index.php?id=265

HANSEN-SCHABERG Inge. Minna Specht – Eine Sozialistin in der Landerziehungsheimbewegung (1918 bis en 1951), Untersuchung zur pädagogischen Biographie einer Reformpädagogin. Studien zur Bildungsreform, 22. Francfort (1992)

HÖSCHLER Christoph. The IRO Children’s Village Bad-Aibling. A Refuge in the American Zone of Germany, 1948-1951. Dissertation, LMU München: Faculty of History and the Arts, 2017. 

HÖSCHLER Christian. International Families ? Community Living in the IRO Children’s Village Bad Aibling 1948-1951, in Henning BORGGRÄFE, Akim JAH, Nina RITZ, Steffen JOST in collaboration with Elisabeth SCHWABAUER. Freilegungen : Rebuilding Lives – Child Survivors and DP Children in the Aftermath of the Holocaust and Forced Labor. Göttingen : Wallstein Verlag, 2017, p. 105-114.

HÖSCHLER Christian. “Von der Selbstverwaltung zum Repatriierungsstillstand Ehemalige Soldaten der königlich-jugoslawischen Armee als Displaced Persons in Bad Aibling, 1946-1947”, in Christan PLETZING, Marcus VELKE (eds). Lager – Repatriierung – Integration. Beiträge zur Displaced Persons-Forschung. Leipzig : Digiost, 2016 (en ligne).

KALB Martin. “The Youth is a threat !”. Controlling the delinquent boy in Post-WWII Munich” in Journal of the History of Childhood and Youth, vol. 6, 2, 2013, p. 263-290.

LEUPOLD Anneliese. Das Pestalozzidorf Wahlwies. Stuttgart : Ernst Klett Verlag, 1966.

MOMBERT Monique. Jeunesse et livre en Zone d’occupation française en Allemagne 1945 à 1949. Sous le signe de la rééducation. Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 1995.

PHILLIPS David. Educating the Germans : People and Policy in the British Zone in Germany 1945-1949. London : Bloomsbury, 2018. 

PICARD Emmanuelle. Des usages de l’Allemagne : politique culturelle française en Allemagne et rapprochement franco-allemand, 1945-1963 : politique publique, trajectoires, discours. Paris : thèse de doctorat d’histoire, Institut d’études politiques, 1999.

REINISCH Jessica. The Perils of Peace. The Public Health Crisis in Occupied Germany. Oxford : OUP Oxford, 2013.

STARGARDT Nicholas. Witnesses of the War. Children’s Lives under the Nazis. London : Jonathan Cape, 2005. 

VAILLANT Jérôme. La dénazification par les vainqueurs : la politique culturelle des occupants en Allemagne 1945-1949. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 1981.

VINCENT Marie-Bénédicte. « De la dénazification à la réintégration des fonctionnaires. Comment construire une éthique de la fonction publique en Allemagne de l’Ouest après 1945 ? », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2014/1 (N° 121), p. 3-19.

VINCENT Marie-Bénédicte (dir.). La dénazification. Paris : Perrin, 2008.

WEINLING Paul. John W. Thompson – Psychiatrist in the Shadow of the Holocaust. New York : University of Rochester Press, 2010.

ZAHRA Tara. The Lost Children. Reconstructing Families after World War II. Cambridge : Harvard University Press, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.