Le fonds de l’UISE aux archives d’Etat de Genève

Une culture suisse en acte

Par Mathias Gardet

L’Union internationale de secours aux enfants, UISE est fondée le 6 janvier 1920. Le 20 septembre 1946, elle prend le nom d’Union internationale de protection de l’enfance, UIPE, suite à la refonte de leurs structures ainsi que l’absorption de l’Association internationale de protection de l’enfance. Avant sa disparition en 1986, ses archives sont déposées partiellement aux Archives d’Etat de Genève dans l’annexe rue de la Terrassière.

Vue de la façade d’entrée de l’annexe des Archives d’Etat de Genève située au 52, rue de la Terrassière

Ce lieu de conservation n’est pas seulement une opportunité liée à l’adresse de son siège social. Si l’origine de l’Union est à rechercher du côté d’une association anglaise, le Save the Children Fund (fondé à Londres en mai 1919 et dont la mission était de centraliser les informations sur la situation des enfants dans les pays d’Europe, en particulier d’Europe centrale, et de récolter des fonds pour leur porter secours), et de sa fondatrice Eglantyne Jebb qui en fut l’instigatrice, c’est la Suisse qui est en est le berceau. L’UISE est ainsi fondée en janvier 1920 avec la collaboration du Comité international de secours aux enfants à Berne (créé le 28 mars 1919) et sous le patronage du Comité international de la Croix-Rouge à Genève.

Toute internationale qu’elle soit, l’UISE est progressivement gouvernée, gérée et administrée par un cercle de personnalités genevoises de renom qui en constitue la commission de direction : que ce soit l’avocat et délégué du Comité international de la Croix-Rouge, CICR, Théodore Aubert (1878-1963) ; l’ancien instituteur, devenu secrétaire général de la fondation Pro juventute, Otto Binder ( 1893-1966) ; le chartiste et chef du secrétariat du CICR, Etienne Clouzot (1881-1944) ; le médecin et vice-président du CICR Frédéric Ferrière (1848-1924) relayé à sa mort par sa nièce activiste dans le domaine social, notamment en faveur des émigrants, Suzanne Ferrière (1886-1970) ; le directeur du Bureau international contre l’alcoolisme docteur Robert Hercod ; le professeur et théologien réformé Adolf Keller (1872-1963) ; la psychologue Marguerite Loosli-Usteri (1893-1958) ; le professeur de langue et littérature latines à l’université de Genève et conseiller d’Etat, André Oltramare (1884-1947) ; le docteur en droit et secrétaire de l’Union depuis 1939, Georges Thélin (1890-1963) ; le banquier Edouard Vidoudez (1884-1951)…

Par ailleurs comme en témoigne le fonds d’archives de l’UIPE, les informations et rapports sont centralisés à Genève puisque son comité exécutif est l’arbitre suprême en matière de décisions et d’orientations à donner à l’Union. Toutefois, notre immersion à trois, puis tour à tour individuellement, dans l’inventaire et les liasses de documents de l’UIPE nous a fait prendre la mesure et l’étendue de son réseau ainsi que de la multiplicité de ses correspondants et de ses implantations à l’international dès l’entre-deux guerres et de façon accélérée dans l’immédiat après-guerre. Les dossiers classés par continents : Europe, Amérique, Afrique, Asie puis par pays (Afrique du Sud, Albanie, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Bolivie, Bulgarie, Canada, Corée, Danemark, Ethiopie, etc.) montrent l’intensité des échanges et la mise en place progressive de comités locaux ou de délégations très actives, en s’appuyant souvent sur un réseau de personnalités Suisses émigrées à l’étranger ou bien même parfois provoqués par l’envoi de délégués recrutés, financés et missionnés à l’étranger par le siège de l’Union à Genève. Les nombreuses correspondances et rapports ainsi réunis se sont révélés une véritable mine d’informations et nous ont permis non seulement de retrouver certains acteurs clés familiers de notre histoire mais aussi de confirmer le rôle déterminant de l’UISE-UIPE dans la convocation de Trogen, de nombreuses connexions ayant été établi au préalable par son intermédiaire.

Ce fonds est d’autant plus riche qu’on peut y détecter cette maladie particulièrement développée dans les grandes organisations internationales et semblerait-il particulièrement chez les Suisses qui fait le bonheur des historiens ce sont les rapports pléthoriques demandés à tous ses délégués envoyés sur le terrain ou à leur correspondants locaux. Dans les instructions retrouvées dans les archives il est ainsi bien précisé que le délégué doit faire des rapports réguliers, une fois par semaine, ou en tout cas sans faute tous les 15 jours, en double exemplaires et il n’est pas question de rédiger quelques lignes, ils doivent être consistants, facilement 5 pages dactylographiés, parfois plus. Chaque document reçu est annoté et numéroté selon une rigueur bureaucratique très pointilleuse :

L’UISE est en ce sens intransigeante, la consigne donnée et rappelée à chaque départ en mission est très précise : tous les délégués doivent faire parvenir au siège de Genève des rapports réguliers, numérotés qui plus est, une fois par semaine, ou tout du moins sans faute tous les 15 jours, en double exemplaire. Les délégués doivent de plus répondre dans les plus brefs délais à tous les courriers eux aussi numérotés et, en cas d’urgence, envoyer des télégrammes.

Les archives de l’Union sont là pour témoigner que ces instructions sont suivies à la lettre au risque de rappels sévères et insistants.

Or, malgré son énoncé, cette Union est un conglomérat d’intérêts nationaux parfois divergents. Le siège est à Genève et son comité directeur est composé en majorité de personnalités genevoises de renom (universitaires, médecins, banquiers, avocats et autres notables) qui, du fait de leur position sociale, doivent souvent composer avec la politique fédérale, quand ils ne l’influent pas eux-mêmes directement.

L’essentiel des collectes effectuées par le siège de l’Union se fait en Suisse et c’est bien sous cette étiquette que l’aide envoyée est perçue : elle vient « de Genève ». Même si la Suisse est un îlot prospère et épargné des décombres de la guerre avec de ce fait un fort sentiment de dette morale et de réparation matérielle envers ses homologues européens ruinés par le conflit, cela reste un petit pays d’autant que coexistent à la même époque de nombreux organismes humanitaires qui chacun procède en plus ou moins bonne intelligence à des appels à la générosité de donateurs dont les réseaux finissent par se recouper : Caritas, le Comité international de la Croix-rouge, le Don Suisse, Pro Juventute… Les instances administratives de ces différentes associations s’imbriquent en partie les unes dans les autres, avec des représentants désignés dans les conseils de chacune d’entre elles et parfois des adhésions ou des patronages. Ces connexions facilitent des appuis logistiques ponctuels en terme de locaux, de moyens de transports et peut conduire à certaines actions menées en commun, mais elles provoquent aussi des relations de concurrence et des tensions parfois acerbes entre organisations.

Le comité directeur de l’UISE initie la plupart du temps son activité humanitaire à l’extérieur en mandatant sous sa tutelle directe des délégués, comme c’est le cas pour l’Espagne ou l’Italie, qui sont souvent nommés dans le cercle de relations proche, voire même familial, des administrateurs. Leurs frais de missions (salaires, loyers, nourriture) sont pris en charge par le siège mais à la condition qu’ils soient économes. Ces délégués sont chargés de coordonner la distribution des aides reçues quand le pays où ils sont envoyés se trouve dans une situation de crise humanitaire, mais ils peuvent aussi, nous l’avons vu, procéder à leur tour à des collectes quand ils sont envoyés dans un pays à la situation plus stable, ils contribuent alors à démultiplier les capacités d’aide de l’Union. Alors que le siège de l’Union parvient difficilement à envoyer de Genève en Italie, à partir de 1944, un train de farine et de sucre puis au compte goutte les années suivantes des denrées alimentaires et des médicaments, c’est un convoi continu de cargos et bateaux vapeurs transportant à chaque fois plusieurs dizaines de tonnes de vêtements, de vivres et de médicaments qui achemine l’aide venue surtout d’Argentine, mais aussi du Pérou, du Paraguay, de l’Uruguay et du Chili, grâce la campagne coordonnée par la déléguée Anita de Sandelmann, une argentine d’origine allemande qui avait connu Georges Thélin dans les années à Genève alors qu’elle travaillait au Bureau international du Travail. Le succès de sa mobilisation s’explique par la présence de fortes communautés d’origine italienne dans cet hémisphère.

L’UISE est enfin composée de plusieurs comités nationaux, certains d’entre eux issus de l’activité d’une délégation, d’autres plus anciens créés en même temps que l’Union en 1919-1920. Si ces derniers se placent sous la bannière de l’UISE, ils revendiquent néanmoins une forte autonomie quant aux choix de leur politique d’intervention et à la gestion de leur budget, comme en témoigne leur intitulé divers. Ariane Flournoy et Claire Wenner vont ainsi développer des contacts privilégiés avec la Rädda Barden suédoise, la Red Barnet danoise, le comité national d’Afrique du Sud et d’Australie, le Save the Children fund anglais puis canadien et enfin plus tardivement le Save the Children federation de New-York. A part le cas de l’Afrique du Sud plus incongru, se dessine donc bien derrière cette action humanitaire, le jeu diplomatique des pays alliés qui usent là de leur influence, c’est d’ailleurs à travers les différentes ambassades que s’établissent les contacts et une partie des transferts. Il s’agit là encore de tonnes de vivres, vêtements et de matériel médical acheminés par bateaux ou par avions cargos. Comme l’a analysé l’historien Sébastien Farré le ravitaillement humanitaire effectué dans l’immédiat après-guerre est une continuation de la politique par d’autres moyens, les Etats-Unis se proclamant par exemple le « grenier de la démocratie ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.