Georges THELIN (1890-1963)

Un protestant influent à la croisée des réseaux

Par Mathias Gardet

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (12)

Né le 30 octobre 1890 à Morrens, dans le canton de Vaud, Georges Thélin est le fils du pasteur Henri Thélin. Après des études secondaires à Lausanne, il entreprend une licence de sociologie puis des études de droit à Genève. En 1917, il soutient une thèse intitulée La liberté de conscience : étude de science et d’histoire du droit. A partir de cette date, il entame une collaboration avec l’Institut Jean-Jacques Rousseau participant à une section « qui doit préparer des agents intelligents pour les services de solidarité sociale qui s’occupent de l’enfance » et assure dorénavant régulièrement les sessions juridiques concernant « la protection de l’enfance ». Il devient par la suite président du conseil d’administration de l’Institut.

Programme de l’Institut J.J. Rousseau où figure G. Thélin, archives de l’Université de Genève, files/9013/9824/8498

En 1919, Georges Thélin part en Angleterre selon les uns pour faire des stages dans le travail social, selon les autres comme délégué de la Croix-Rouge pour s’occuper des prisonniers de guerre. C’est à Londres qu’il rencontre sa future femme, Hélène – la fille du psychologue genevois Théodore Flournoy -, avec qui il a cinq enfants. C’est aussi à Londres, le 1er mars 1920, qu’il est recruté par le Bureau international du travail (BIT) qui est le secrétariat permanent de la toute nouvelle Organisation Internationale du Travail créée en 1919 comme associée à la Société des Nations dans le but d’instaurer une paix universelle et durable sur la base de la justice sociale. Thélin retourne alors en Suisse car le siège de l’organisation internationale s’établit à Genève durant l’été 1920. Il est titularisé six mois plus tard, après avoir été affecté au Service des publications, au sein duquel il est d’abord chargé de l’édition des Informations quotidiennes en français puis, à partir de 1922, de la revue du BIT Informations Sociales. Le recrutement de Thélin correspond à la politique d’ouverture en direction des Églises et des organisations chrétiennes menée à cette période par le directeur du BIT Albert Thomas.

Georges Thélin est en effet un protestant convaincu et de plus en plus actif dans les réseaux de cette mouvance. Il adhère au mouvement des Amis de la pensée protestante fondé en 1923 et participe à la fondation du Service de presse protestant romand dont il préside pendant 30 ans le comité de 1925 à 1955. Il est co-directeur pendant plusieurs années du Christianisme social et rédacteur du Messager social dont il assume la direction avec Robert Ostermann de 1929 à 1936.

Entre 1926 et 1928, il est alors progressivement affecté au sein du BIT au maintien et au développement des relations avec les Eglises protestantes et les organisations internationales privées. Il apparaît notamment comme l’intermédiaire principal du BIT et de son directeur auprès du pasteur Elie Gounelle, au sujet du projet d’Institut international du Christianisme social adopté à Stockholm.

Parallèlement, Georges Thélin préside la section Genève de la Nouvelle société helvétique, une société créé en 1911 de revivifier l’helvétisme en dépassant les frontières notamment linguistique des cantons. Il crée aussi l’Association genevoise pour la Société des Nations juste après la création de l’ONU dont il devient le président. C’est un pacifiste déclaré, adversaire de toute proposition visant un accroissement du budget militaire et en faveur d’un statut pour les objecteurs de conscience.

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (12)

Le 15 septembre 1940, en raison du transfert du BIT à Montréal, il prend les fonctions de secrétaire général de l’UISE. Durant son mandat, il crée la Délégation en France et effectue de nombreux voyages aux Indes, en Amérique du Nord et du Sud, en Europe Sud-orientale. Il est alors également président du Comité genevois du Comité suisse d’aide aux enfants d’émigrés.

Coupure de presse Le progrès Haute-Savoie Savoie Ain, n°2950, 1er mars 1957, archives UISE, 92.3.164

Il prend sa retraite en 1957 mais reste un militant féministe engagé. Très actif depuis les années 1920 dans les campagnes suffragistes genevoises, il avait été membre du comité d’action de l’Alliance de Sociétés Féminines Suisses, il écrivait régulièrement dans son organe officiel Femmes suisses et Le mouvement féministe. Lors des campagnes fédérales de 1950-1957, il réclame à nouveau le suffrage féminin et assiste en 1959 à l’introduction du suffrage féminin dans son canton natal Vaud, suivi de près par ceux de Neutchâtel puis de Genève. Il ne connaîtra pas en revanche le laborieux dénouement lors de la votation populaire fédérale du 8 février 1971 permettant enfin l’introduction du suffrage féminin au niveau fédéral.

Affiches suisses contre (1940) puis pour (1959) le suffrage féminin, site SWI Swissinfo.ch

Il meurt chez lui à Genève peu après avoir fêté son 73e anniversaire, le 6 novembre 1963. En guise d’hommage La tribune de Genève du 7 novembre 1963 déclare que bien qu’il soit né dans le canton de Vaud, « il avait l’esprit Genevois d’ironie pince-sans-rire qui surprenait chez un homme si sérieux en apparence. »

Coupure de presse Le messager social, 25 novembre 1963, archives UISE, 92.33.82

Sources

Archives de l’UISE à Genève

  • Dossier de personnalités 92.104.1 (12)
  • Dossier 92.33.82
  • Dossier 92.3.164

Bibliographie

Georges Thélin, « La préparation aux œuvres de protection de l’enfance », article paru dans Femmes suisses et Le mouvement féministe, organe officiel des publications de l’Alliance nationale des sociétés féminines suisses, juin 1918, p. 74-75.

L.W., « Georges Thélin », Avis de décès paru dans Femmes suisses et le Mouvement féministe, novembre 1963, p.3

Aurélien Zaragori, « Un parcours entre deux mondes : Georges Thélin, l’Organisation Internationale du Travail et les milieux protestants internationaux (1926-1940) », Chrétiens et sociétés, 22-1, 2015, p. 221-246.

Maurice Zermatten, « Qu’est-ce que la « Nouvelle Société helvétique » ? », Feuille d’avis du Valais et journal de Sion, 21 décembre 1965, p.1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.