Résume du chapitre 1

Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants (UISE) envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Éducation nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une République en miniature.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.