Résumé du chapitre 2

Comment un prêtre irlandais rêve de sauver les gamins des rues italiens grâce à un « village d’enfants »

Avec la guerre, le Vatican charge en 1943 un prêtre irlandais d’organiser l’aide aux populations civiles dans les zones de combats en Italie. Il découvre alors l’ampleur du dénuement des enfants des rues et mène des actions d’accueil. Il s’aperçoit que ceux-ci refusent d’aller dans des structures traditionnelles, de type orphelinat, et décide de créer avec eux un village d’enfants à Civitavecchia s’inspirant du modèle américain de Boy’s town du père Flanagan. C’est cette expérience que deux déléguées suisses de l’Uise, vont soutenir, en 1945, en Italie. Elles mettent en place un parrainage d’enfants avec la collaboration d’une antenne de l’Uise en Amérique latine. Le Don suisse et l’American Relief for Italy viendront compléter cette aide. Le cas italien met ainsi en exergue une filiation catholique des villages d’enfants, mais aussi la nouvelle géopolitique des secours qui, dans une surenchère d’entr’aide, redistribue la carte diplomatique de l’après-guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.