Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli

Les deux modèles américains précurseurs des républiques d’enfants

par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Le point de départ de cette réflexion a été le symposium organisé à l’AREF 2010 dans lequel notre petit groupe de recherche s’était penché sur la rencontre internationale de directeurs de villages d’enfants organisée au village d’enfants de Trogen, dans l’Appenzell Suisse, sous l’égide de l’Unesco, du 5 au 10 juillet 1948. Cette réunion, qui avait réuni 14 délégués appartenant à 6 pays, 11 experts, 12 observateurs et 4 participants à titre divers, avait donné naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants et à une définition commune des dites communautés : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ».

Or, nous avions été frappés dans les quinze exposées de terrain présentés en inauguration de cette rencontre par les références fréquentes au système des « républiques d’enfants ». Certaines expériences, comme celle du couple Henri et Henriette Julien à Moulin-Vieux dans l’Isère ou celle du prêtre Don Antonio Rivolta à Santa Marinella près de Civita Vecchia en Italie, évoquant la mise en place au sein de leurs communautés d’un gouvernement et d’un tribunal élus et constitués uniquement par des enfants, d’une monnaie intérieure gérée par ce derniers. Nous avions été marqués aussi, dans les débats d’experts qui ont suivi ces exposés de terrain par les critiques parfois virulents à l’encontre de ces systèmes de républiques d’enfants qualifiés d’artificiels, pouvant créer chez les enfants des tendances à l’introspection et considérés peu propices à leur réintégration dans les positions socio-économiques qu’ils sont appelés à occuper une fois devenus majeurs.

Cherchant alors à remonter le temps à partir des références évoquées par les personnes présentes ou convoquées à cette réunion de Trogen, nous avons essayé de pister quelles avaient pu être les sources d’inspiration explicites ou implicites pour ce modèle très discuté des républiques d’enfants. Très rapidement sont apparus, de par leur ancienneté, leur renommée et leur longévité deux modèles américains : l’un datant de la fin du XIXe siècle, la George Junior Republic ou Freeville créée en 1895 ; l’autre des lendemains de la première guerre mondiale, Boy’s Town, fondée en 1917.

Une plongée dans les archives d’Adolphe Ferrière de l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève, nous a confirmé la prégnance et le rayonnement de ces deux expériences, sachant l’influence qu’exerçait Adolphe Ferrière en Europe pour le recensement et la diffusion des méthodes d’éducation nouvelle et qu’il avait été lui-même invité à Trogen, invitation qu’il avait due décliner pour des raisons de santé. Adolphe Ferrière avait ainsi conservé sur ces deux initiatives américaines de nombreuses coupures de presse qui lui avait notamment servi de support pour la seconde édition de son ouvrage L’autonomie des écoliers, qui cette fois-ci porte comme sous-titre « dans les communautés d’enfants » et consacre un chapitre inédit aux « républiques d’enfants. »

Coupure de presse conservée dans le fonds Ferrière

Cette influence et l’aspect précurseur des deux modèles américains est par ailleurs confirmé dans les nombreux articles rédigés sur cette question des républiques d’enfants, par Daniël Quirin Robert Mulock-Houwer, directeur du village d’enfants de Zandbergen à Amersfoort (dans les Pays-Bas) répertorié comme communauté par la FICE, par ailleurs nommé en 1957 secrétaire de l’Union internationale de protection de l’enfance (dont le siège est à Genève) et président de l’association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (fondée en 1951).

Deux expériences largement mythifiées et autoréférencées

Malgré leur ancienneté (l’une plus que centenaire, l’autre qui vient de l’être), leur longévité (elles ont non seulement perduré jusqu’à aujourd’hui sous les mêmes noms et sur les mêmes lieux, mais ont aussi essaimé dans différents états) et leur ancrage historique toujours revendiquée célébrant leurs origines et leurs fondateurs (comme le montrent les sites internet de Freeville et de Boy’sTown), ces deux républiques d’enfants sont encore des points aveugles de la recherche en histoire de l’éducation. A part les travaux méconnus ou datés de Jack M. Holl, de Urs Honauer ou encore de Anja Hofmann, tous les ouvrages et films, relativement nombreux, relatant ces deux expériences ont été ou bien rédigés par un des fondateurs ou bien cherchent à en faire l’apologie. Malgré cet aspect panégyrique et dans l’attente de recherches plus précises et avec la juste distance à partir des archives, il est d’ores et déjà possible de dresser un bref portrait de chacune de ces deux initiatives.

La George junior republic, inaugurée en 1895 dans une petite commune rurale près d’Ithaca (état de New-York) au nom prédestiné de Freeville (ou Libreville), est fondée par William Reuben George (1866-1936).

Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

Comme toutes les figures mythifiées de fondateurs, on ne sait finalement pas grand-chose de sa biographie, à part le fait qu’il a grandi dans une ferme près de Freeville jusqu’à l’âge de 14 ans, époque où ses parents décident de s’installer à New-York. Il ne s’agissait pas de modestes paysans, puisqu’ils s’installent dans l’Upper East Side, un quartier au nord-est de l’île de Manhattan, parfois surnommé le « District des bas de soie » (Silk Stocking District), car il est habité par une population très riche, le prix de l’immobilier se situe parmi les plus élevés des Etats-Unis. Malgré des prédispositions semblerait-il pour les études, William Reuben George abandonne sa formation scolaire au collège. Après avoir été tenté d’embrasser la carrière militaire en effectuant un bref séjour au sein de la National Guard, il se lance finalement dans les affaires, comme fabricant de boîtes de bijoux avec plus ou moins de succès. Devenu un petit notable, il participe à la Charity organization society de New-York. Ces Charity organization societies, fondées dans les principales villes du pays, sont des organismes fédérateurs d’œuvres de bienfaisance qui orientent en grande partie les politiques sociale d’assistance, c’est dans ces creusets qu’apparaissent les premières professionnelles du travail social, les social worker, comme le montre les ouvrages de Mary Richmond, par la suite traduits en France.

En 1890, William Reuben George organise pour des enfants des quartiers populaires de la ville des séjours d’été dans le cadre des campagnes pour le Fresh air, qui correspond à la croisade sanitaire pour le plein air et aux premières colonies de vacances développées en France à la même période. Pour ce faire, il renoue des contacts familiaux et de voisinage et obtient de l’un de ses cousins le prêt d’un vieux bâtiment de ferme dans la commune de Freeville, près de son lieu de naissance. Après cinq années de séjours estivaux, il décide de fonder une colonie permanente dont la devise sera « Nothing without labour » (« Rien sans travail ») et qu’il va baptiser de façon fort modeste « George junior republic ».

Monnaie intérieure de la George Junior republic

Nous ne nous attarderons pas sur la légende institutionnelle qui raconte par une série d’anecdotes et de rencontres providentielles comment il a eu l’idée et comment il en est arrivé là. Ce récit des origines officialisé très rapidement dans un ouvrage autobiographique et colporté encore maintenant sur le site internet de l’institution rassemble à s’y méprendre à tous les récits de fondateurs d’œuvre, basé sur le moment de révélation après découverte d’un enfant dans la rue.

Une chose est sûre, c’est qu’à partir de 1896, l’alliance effectuée avec Thomas Mott Osborne, administrateur des prisons de New-York, philanthrope militant et chose pratique directeur d’une grande entreprise d’engrais agricole, garantit à la George junior republic naissante non seulement des effectifs réguliers, des moyens et une notoriété.

Portrait de Thomas-Mott-Osborne

Sans jamais évoquées ses sources d’inspirations, William Reuben George décide d’adopter pour sa fondation le principe du self government, qu’il va mener très loin puisque, tout en gardant la supervision générale de sa République, il institue un système de gouvernement entièrement élu et composé d’enfants avec un président, un town’s meeting, un tribunal avec juges de cour, procureur, greffiers et avocats, un corps d’officier de police, une assemblée législative (la junior republic association).

Tribunal des enfants de la George Junior Republic

Et même une prison et ses gardiens.

Bâtiment du Tribunal des enfants et de la prison
Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

Prison et ses gardiens
Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

Le système fonctionne de plus en économie autarcique avec banque, monnaie, magasin général et comptoir de change. Il y a une maison d’édition, une imprimerie, un journal The junior Citizen, une bibliothèque, une école toujours gérés par les enfants. Y est dispensée une formation professionnelle avec un hôtel, une chocolaterie, une blanchisserie, une usine de fabrication de carreaux de ciments, des ateliers bois et de fer, une forge, une ferme, avec encore une direction ou tout du moins une co-direction assurée par les jeunes citoyens de cette république en miniature.

Imprimerie
Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

Menuiserie
Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

 

Boy’s Town est inaugurée en 1917 à Omaha dans le Nebraska puis transférée en pleine campagne à proximité de la ville en 1921.

Elle a été créée par Edward Joseph Flanagan (1886-1948) né en Irlande, lui aussi dans une commune rurale près de Roscommon au centre du pays. Il grandit dans une ferme dont son père est métayer au sein d’une famille nombreuse, il a en effet un frère et trois sœurs aînées, dont une, Nellie, a émigré aux Etats-Unis chez des cousins à New York. Eddie est de constitution chétive et de santé fragile. Comme son frère Patrick, il se destine à la prêtrise, mais son état de santé et la constante menace de la tuberculose font que son parcours est plusieurs fois interrompu. Il commence ses études dans un séminaire à New York en allant rejoindre sa sœur Nellie mais, tombé gravement malade, il tente de se remettre en poursuivant ses études sous des climats plus cléments à Rome. Manque de chance il arrive en Italie durant le pire hiver qu’est connu la ville, à nouveau malade, il suspend ses études pour finalement les reprendre et les terminer à Innsbruck, dans le Tyrol autrichien, le grand air et l’altitude lui permettant cette fois-ci d’arriver au bout et d’être ordonné prêtre en 1912. Il rejoint alors son frère Patrick, qui avait été entre temps nommé évêque dans le Nebraska. Il tente tout d’abord à Omaha une expérience d’hôtel des travailleurs destinés aux nombreux saisonniers dont la misère a été décrite dans le roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère. Devant l’échec de ses tentatives d’améliorer le sort de ces gens de passage, il finit par s’occuper de l’enfance vagabonde, nombreuse à errer dans les rues de la bourgade d’Omaha ; faisant référence au bon vieil adage : « Il faut commencer avant que l’argile se soit durci dans sa forme définitive. » Il fonde tout d’abord un home d’enfants puis, devant l’afflux des pensionnaires, il décide de s’installer sur un domaine de 38 hectares, à Overlook Farm, à l’Ouest de la ville.

Là encore, sans faire référence à aucune source d’inspiration et sans aucune allusion à l’expérience antérieure de William Reuben George, il fonde une commune autogérée qui sera d’ailleurs reconnue comme telle par le gouvernement fédéral en 1934, avec son propre bureau de poste et cachet postal.

Le gouvernement est là encore entièrement élu et composé par les enfants. A l’issu d’une campagne électorale, un maire est nommé parmi eux pour un an, ainsi que 17 commissaires (deux d’entre eux étant chargés par exemple de l’éducation et de la santé « publique ») et quatre conseillers municipaux. Un tribunal et une police d’enfants sont désignées, la Boy’s town compte elle aussi un économat, une banque, une école, une bibliothèque, une station de radio, un journal (le Boystown Times), une école, une bibliothèque, un garage, un boystown-cine et même un cirque fonctionnant selon le même système du self government.

 

Une propagande orchestrée de main de maître

Le silence des travaux historiques sur ces sujets est d’autant plus surprenant qu’il est inversement proportionnel à l’efficacité promotionnelle de ces fondateurs.

Dès1902, William Reuben Georges rédige un premier ouvrage intitulé Nothing without labour, dans lequel photos à l’appui il pose les principes de son oeuvre et qu’il reprendra dans une longue série de publications.

De la même façon Edouard Flanagan accepte en 1938 que le réalisateur Norman Taurog vienne tourner in situ un film qui s’intitule tout simplement Boy’s town, son propre rôle étant interpréter par le plus populaire et plus baraqué Spencer Tracy.

Tournage du film de Norman Taurog in situ

Ce dernier obtient pour ce rôle un oscar qu’il offre en remerciement au père Flanagan qui créée alors un musée du film au sein de sa République, exposant notamment le fameux oscar. Par ailleurs un petit film de propagande sort et est souvent projeté en même temps que le film, dans lequel on retrouve cette fois-ci le vrai père Flanagan mais aussi des enfants qui sont les héros du films sans que l’on sache  s’il s’agit-il d’acteurs recrutés pour continuer à jouer le rôle des enfants ou bien de vrais pensionnaires qui avaient été recruté par Norman Taurog pour jouer leur propre rôle dans le film. Le film de fiction s’avère être en tout cas un outil diffusion du modèle très performant puisque tant le père Don Antonio Rivolta qui fonde une Repubblica dei ragazzi à Santa Marinella près de Civittavecchia en Italie en 1945 que le père Jésus Silva Mendez qui fonde la Ciudad de los muchachos de Bemposta en Gallice en 1953, raconte tout deux que c’est la projection de ce film qui a été déterminante pour se lancer à leur tour dans ce type d’institution, qu’ils ont calquée sur ce modèle.

Ces deux expériences américaines et le rayonnement qu’elles vont connaître nous conduisent à formuler quatre remarques

1) Tout d’abord, on ne peut qu’être frappé par le champ d’expérimentation extrême qu’elles constituent du fait de la population qu’elles accueillent au démarrage. Comme il s’agit de petits orphelins, de petits vagabonds ou de petits délinquants, il semble que tout soit permis, la seule efficacité demandée à ces deux institutions est de prouver leur capacité à garder un œil sur eux. Ainsi, les deux seuls moments où les deux œuvres sont réellement mises en danger, outre les difficultés économiques qu’elles rencontrent, c’est quand un de leur pensionnaire leur a échappé. Dans les huit principes énoncés par William Reuben George figure ainsi l’avertissement suivant :

Dès lors qu’un garçon ou une fille est accepté(e) dans la République, accrochez-vous à lui (elle) jusqu’au bout, quelque soit son degré de nuisance. Les succès de la République de jeunes ont pu être réalisé grâce à l’opiniâtreté de ses éducateurs : s’accrocher au jeune jusqu’à ce qu’il soit tué ou qu’il guérisse. Et jusqu’à présent, personne n’a été tué.

En dehors de ce problème de surveillance, il est possible de faire abstraction et même extraction de la famille qui est comme niée, comme gommée et substituée dorénavant par le nouveau cadre de la prise en charge. Dans le cas de Reuben George, le fondateur est appelé par les enfants « Daddy » et ses proches collaborateurs « uncles » ou « aunts ».

Dans celui de Boy’s Town, Edouard Flanagan est de par son statut de prêtre tout naturellement le « père spirituel ».

Ces figures deviennent alors presque messianiques et sont présentées comme des pédagogues de génie sans que l’on s’inquiète de leur formation antérieure : fabricant de bijoux et expériences militaires pour le premier, comptable dans une usine de conserve et prêtrise pour le second. On s’inquiète peu aussi des conditions de démarrage relativement misérables de ces deux expériences, des bâtiments à moitié en ruine, voués à la destruction ou bien une friche à bâtir, étant entendu que les bâtisseurs seraient les propres enfants.

Tranchée creusée par les garçons de la République
Photo tirée de la brochure “The Junior Republic. Its history and ideals”, W.R. George, NY, 1910, Appleton & Cie

2) On ne peut qu’être marqué par la force de séduction et d’attraction qu’ont ces deux républiques reposant en grande partie sur le mythe de la rédemption et de la métamorphose institutionnelle, avec une mise en récit qui est toujours la même de l’événement déclencheur : le rencontre providentielle avec un gamin des rues, le dialogue qui s’en suit et le changement presque miraculeux du bad guy en good boy. Une revue de presse des principaux journaux au tournant du XIXe siècle démontre à la fois la renommée de ce type d’expériences. La Georges junior Republic est ainsi raconté en 1897 dans Le petit français illustré, en 1898 dans Le magasin pittoresque, en 1901 dans La Foi et la vie, en 1908 dans La bibliothèque universelle et revue suisse, en 1912 dans Le journal de la jeunesse, en 1913 dans la revue L’enfant.

3) Cette dernière remarque renvoie à l’efficacité promotionnelle de ces fondateurs. Dès son premier ouvrage intitulé Nothing without labour, rédigé en 1902, William Reuben George rédige une sorte de visite virtuelle de sa propre institution, guidant pas à pas les visiteurs potentiels et dictant presque d’avance les impressions qu’ils pourront en tirer, or dans des articles postérieurs rédigés par ceux qui se sont rendus effectivement sur place, on retrouve presque mot à mot la leçon récitée avec maestria et conviction par le fondateur. C’est le cas par exemple de l’article rédigé par Henri Marty, professeur à l’école des Roches et commissaire international des éclaireurs de France, dans la revue L’éducation en 19131.

Ce n’est que bien plus tard que Henri Joubrel,ancien magistrat, permanent des éclaireurs de France, délégué général de l’association générale des éducateurs de jeunes inadaptés invite à se méfier de ces visites prémâchées et souvent menées tambour battant dans un article pour la revue Rééducation en 19512.

4) Le dernier point est aussi la force de répulsion que déclenche ces deux initiatives dans les années 1950 en Europe. Malgré le succès médiatique que continue à rencontrer les expériences qui s’affichent comme républiques ou villages d’enfants, de plus en plus nombreux sont ceux qui critiquent l’efficacité de ces méthodes. Après avoir fait un bref rappel sur l’expérience de Boy’s town dans un numéro antérieur

Revue Rééducation n°19, décembre 1949, p. 31-34

Henri Joubrel, dans ce même article publié dans la revue Rééducation de janvier 1951, affiche son scepticisme après une tournée effectuée auprès des communautés d’enfants italiennes. Il se moque tout d’abord du rôle soit disant effacé des éducateurs adultes en racontant l’anecdote du jeune maire d’un des villages visités qui avait été invité d’honneur au dîner du soir mais qui avait dû expliquer au moment du départ qu’il faudrait “le raccompagner” car il n’a pas le droit de “sortir seul”. Il s’interroge ensuite sur l’application de telles méthodes pour des jeunes qui sont passés en justice? » : « est-ce que les enfants ne sont pas, même entre eux, de mauvais juges, trop sévères la plupart du temps, parce qu’incapables de saisir les éléments environnants une infraction ? » ; et en général pour ceux qu’ils qualifient de « vrais inadaptés » que « l’on entrainerait à organiser eux-mêmes leur vie, selon les plus beaux principes d’amour et d’équité, et à qui l’on apprendrait à se diriger seuls ou même à diriger les autres, que seront-ils demain ? Des ouvriers d’usine, des manœuvres. Obligés d’obéir, de subir sans discuter. Accepterait-on donc d’en faire des déçus, des aigris, de profonds inadaptés ? »

Il en va de même, et de façon plus surprenante, pour Alfred Brauner qui avait pourtant lui même tenté des expériences de self-government pour les enfants victimes de la guerre en Espagne, puis au sein de l’OSE en 1939 au Château de la Guette et qui publie en 1950 un article très critique  dans la revue Enfance : « Les enfants prodiges nous intéressent, certes, mais nous nous demandons s’ils intéresseront leurs concitoyens à la charge de qui ils vivront très probablement. Notre tâche d’éducateur est de donner au monde des êtres capables, capables de gagner leur vie en contribuant à l’effort ensemble. Voilà ce qui suppose une éducation “sociale” »

  1. “La république de jeunes gens fondée par M. W. R. George (George junior Republic)”, p. 182-193 []
  2. “A propos de villages d’enfants”, n°28, p. 32-36 []

1 réflexion sur « Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli »

  1. Ping : Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens | L'internationale des Républiques d'enfants (1944-1954)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.