Walter CORTI (1910-1990)

Un idéaliste, pacifiste et visionnaire

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un Suisse, né à Zurich le 11 septembre 1910, un dimanche. Il a passé son enfance à Dübendorf. Ses ancêtres, originaires du nord de l’Italie, se sont installés à Stabio au Tessin. Son grand-père a quitté le Tessin pour s’installer en Suisse allemande, à Winterthur, au milieu du XIXe siècle où il avait une entreprise de construction. Son père Arnold est chimiste et naturaliste ; il est directeur de la fabrique Flora à Dübendorf tout en poursuivant des recherches en entomologie. Sa mère Helene Corti-Stamm est une Allemande de la région de Westphalie qui a été formée en tant que « Bethelschwester », soit diaconesse, par le célèbre pasteur évangélique Friedrich von Bodelschwingh, pratiquant pendant sa vie dans ce même esprit de « mission intérieure ». Walter est le cadet de trois frères. La vie familiale est libérale, laissant à chacun sa pensée en fonction des preuves obtenues sans jamais abandonner son libre-arbitre. Il se dit lui-même un enfant sensible et insatiablement curieux avec un désir précoce de devenir médecin.

Or, l’école est pour lui un fardeau, y compris l’école nouvelle à la campagne de Glarisseg, sur le bord du lac de Constance, où il a fait sa scolarité en 1925. Une école pourtant très ouverte au selfgovernment des enfants comme en témoigne une présentation qui en avait été faite par Adolphe Ferrière :

Présentation de l’école nouvelle de Glarisseg par Adolphe Ferrière dans la Revue Illustrée, n°19, 1911

Pour lui, l’école est « un vol jamais vraiment reconnu pris sur le temps enchanté de l’enfance », comme il l’écrit dans une courte biographie conservée à la bibliothèque de Zurich. Au Gymnase, il ressent encore l’école comme une « atteinte à la richesse royale de son temps libre ». Dès l’âge de 19 ans, le jeune Walter Robert Corti s’intéresse à la philosophie et à la théogonie, influencé qu’il est par les travaux de Carl Gustav Jung. Il lit de nombreux ouvrages philosophiques et se joint au mouvement « pan-idéaliste»; il est même chef de groupe de la jeunesse pan-européenne. Ce mouvement, fondé par le comte Richard Coudenhove-Kalergi (1894-1972), créé à l’issue d’un congrès de l’Union paneuropéenne internationale en 1926, vise une union des états européens dans le but d’assurer une paix en Europe.

Grâce à la compréhension de l’Institut privé Sinai Tschuloks, Corti prépare la maturité fédérale qu’il obtient en avril 1930. A côté de ses études, et de ses intérêts philosophiques et politiques, il écrit également des pièces de théâtre. Dans l’ouvrage consacré à Marie Meierhofer, Ein Leben im Dienst der Kinder, édité en 2009 par M. Hüttenmoser et S. Kleiner, on apprend que c’est à l’occasion de la représentation d’une de ses pièces, en 1930, à laquelle Marie Meierhofer assiste « Die Versuchung des heiligen Antonius oder Krisis der Liebe » (La tentation de Saint Antoine ou la crise de l’amour), qu’ils se rencontrent et tombent amoureux. Ils décident pourtant, pour protéger leur liberté, de faire leurs études de médecine chacun de leur côté.

Marie Meierhofer et Walter Corti (à droite). Article du Soir Illustré du 24 oct 1946

Corti commence donc ses études de médecine en 1931 et rêve déjà d’un nouveau type de médecine qui permettra, au XXe siècle, de combattre la «peste de l’esprit» : « Si le 19e siècle a maîtrisé l’électricité et les dangers bactériologiques, alors il revient à notre siècle de développer un nouveau type de médecine pour combattre les pestes de l’esprit », écrit-il dans un texte édité dans les Gesammelten Schriften. Déjà, il imagine, dans un idéalisme pratique, de créer un village d’érudits qui mèneraient ensemble une réflexion sur un moyen d’éviter la guerre. Selon son curriculum vitae, il adhère au Cercle d’études des langues romanes de sa ville et il est actif dans les mouvements d’étudiants luttant contre la dépolitisation de l’université. Il est d’ailleurs président dès 1931 de l’association des étudiants en médecine de l’université de Zurich. Le 10 mars 1932, à la Conférence des étudiants chrétiens d’Aarau, il fait une communication sur « L’homme et la foi chrétienne », une analyse audacieuse quant au sens du vrai, où, raconte-il, il aurait mis tout le monde contre lui ! Parallèlement à ses activités étudiantes et chrétiennes, il passe ses deux propédeutiques. Et c’est lors d’un cours de répétition militaire, comme soldat sanitaire d’infanterie, qu’il apprend la nouvelle de la mort de son père, le 18 octobre 1932, qu’il considérait comme son « meilleur camarade » sur tous les chemins qu’il a poursuivis. Il a 22 ans.

Deux ans plus tard, en 1934, il se rend au cercle Eranos à Ascona, un cercle d’intellectuels intéressés à la psychologie, au symbolisme et au lien entre l’Orient et l’Occident, créé l’année précédente par la théosophe Olga Fröbe-Kapteyn. Il y rencontre notamment Martin Buber (l’auteur en 1938 de Ich und Du, traduit Je et Tu) et Jung.

Une conférence lors des Journées d’Eranos de 1938 de Paul Masson-Oursel. À gauche : C. G. Jung écoutant

Il poursuit ses études de médecine à Zurich, Vienne, Berlin, Hambourg et Francfort jusqu’en 1937 pour devenir Hirnforscher (chercheur sur le cerveau). Il souhaiterait travailler comme médecin interne au Bürgholzli de Zurich. L’hôpital psychiatrique du Bürgholzli est alors dirigé par Hans Maier, professeur de psychiatrie à l’Université de Zurich et fondateur du service de psychiatrie infantile de Stephansburg, un partisan des idées eugéniques de l’époque.

Hôpital psychiatrique du Burghölzli à Zurich

Or, la première année déjà, Corti doit abandonner son poste d’interne pour cause de tuberculose diagnostiquée le 19 juin 1937 à Francfort. Il subit deux interventions chirurgicales. On lui déconseille de vouloir à tout prix passer ses examens finaux de médecine. Pour Corti, vont suivre des années de cure dans différents sanatoriums et hôpitaux. Définitivement, il doit tourner le dos à la médecine et à ses projets de recherches sur le cerveau. Il s’oriente alors vers la psychologie et la philosophie – en particulier celle de la responsabilité –, tout en s’intéressant à l’art, la littérature, l’anthropologie et à l’éducation qu’il conçoit, à l’instar des psychologues John Dewey et Edouard Claparède, comme une action politique.

En 1940, il gagne le concours du Journal universitaire suisse sur le thème « La guerre en Europe ». En 1942, sur le conseil de ses amis, il présente un manuscrit pour le prix de littérature « Conrad Ferdinand Meyer » qu’il obtient. Corti donne des conférences à l’Institut de psychologie de Zurich et dans son séminaire sur l’analyse des comportements humains Il est également collaborateur à la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), un quotidien zurichois proche du Parti radical démocratique, un parti de droite, connu à l’étranger grâce à un vaste réseau de correspondants et pour ses rubriques économiques, culturelles et étrangères. Selon le dictionnaire historique de la Suisse, la NZZ se veut garante de l’esprit de résistance bourgeoise contre le national-socialisme et contre le communisme.

Dans cette période de guerre, Corti rêve toujours de paix.

Il collabore également dès 1942 au DU (« Tu » ou « Toi », renvoyant probablement à la conception de Martin Buber de la relation à l’autre), une revue mensuelle, fondée par l’écrivain et journaliste suisse alémanique Arnold Kübler et éditée par Conseth & Huber.

Cette revue culturelle se présente comme une revue d’ « intérêt pour l’autre » et d’amitié, tournée également vers l’enfance. DU va jouer un rôle important dans la promotion du projet d’un village d’enfants et dans le soutien personnel à Corti (notamment financier) jusqu’en 1957. Il semble selon un article d’Adolphe Ferrière que Corti enseigne alors la biologie au Polytechnicum de Zurich. Jeune paneuropéen, il est mu par un fort sentiment pacifique qui le rapprochera dès 1944 d’Elisabeth Rotten qui sera un soutien constant pour son projet de Village d’enfants et une grande amie. Elle le présentera dans son article de 1947 An International Village for War Orphans at Trogen, Switzerland comme « Un jeune biologiste et un esprit élevé, écrivain et amoureux de l’enfance » (« A young and high-spirited Swiss biologist, writter and lover of childhood »). Et dans une lettre du 31 août 1945, à Maria Montessori, où elle le présente avec son projet :

L’initiateur est un de mes jeunes amis plein d’entrain, Walter Robert Corti, de Zurich. Il a lui-même souffert de problèmes de santé qui ont détruit beaucoup de ses projets de vie; mais ils lui ont laissé son esprit intact et lui ont donné une force et une impulsion intérieures pour sauver et réhabiliter les enfants les plus abandonnés et leur donner, si nos plans réussissent comme prévus dans sa vision, peut-être de meilleures chances qu’à ceux qui ont eu une vie dite « normale ».

En 1944, le 1er août, il publie dans la revue DU son article sur le Village Pestalozzi qui sera considéré comme l’amorce de cette grande aventure que va être la construction du village : « Ein Dorf für die leidenden Kinder » (« Un village pour les enfants qui souffrent»).

Portrait de Corti dans le journal Heim und Leben du 4 nov 1944

Sans Walter Robert Corti, il n’est pas sûr que l’on pourrait aujourd’hui encore se glorifier d’une œuvre qui a traversé le temps puisque l’établissement, même transformé dans ses buts, est encore en activité aujourd’hui. Néanmoins, il n’est nullement assuré que Corti ait toujours pu maîtriser son projet, ce qui, peut-être, explique qu’il quitte assez rapidement le devant de la scène, le laissant à d’autres hommes (et femmes) plus habiles en politique (y compris humanitaire) qu’en idées humanistes. Dans une lettre du 1er août 1946 à Otto Binder, directeur de la fondation Pro Juventute, il écrit dans un rapide historique les débuts du Village Pestalozzi :

Nous n’avions trouvé aucun président et c’est là qu’a commencé ma tragédie du village d’enfants. Dans tout le cercle de ceux qui se sont annoncés, aucun n’avait formulé aussi peu de conditions pour la présidence que moi, pour cause de complète inexpérience dans ces choses et en raison de ma santé, et last but not least pour des questions de but de ma vie. Je m’étais alors établi à Zurich pour écrire un livre scientifique.

Corti se sent tiraillé entre le Village Pestalozzi et ses travaux scientifiques qui sont sa vocation, il le sent. En août 1946, il pense qu’il pourrait déménager à Trogen et continuer à s’y maintenir en bonne santé, poursuivant dans sa lettre à Binder : « Alors les trois choses pourront encore s’accomplir : le travail à la rédaction comme revenu (litt. « corbeille à pain » n.d.t), la participation à la vie du village auquel je suis attaché de façon désormais irréversible et la production scientifique ».

 L’année où est posée la première pierre du Village Pestalozzi, en 1946, il se marie avec Anna Bonzo, fille d’un violoniste hongrois, qu’il a connue chez Marie Meierhofer à Oberägeri. Ensemble ils auront trois filles et un garçon. En tant que fondateur du Village, il est président de l’Association Village Pestalozzi de 1944 à 1950. Puis président d’honneur et en 1956 bourgeois d’honneur du Village d’enfants.

Corti lors de l’inauguration du village de Trogen. Article de Neue Zurcher Zeitung du 23 avril 1946

Corti avec les enfants Polonais blond la veille de Noël à Trogen. Article dans Die Tort Zürich du 1er janvier 1947

Corti à Trogen, article de Du de 1947

La création par Olga Fröbe-Kapteyn d’une immense bibliothèque pour l’étude des archétypes, a probablement influencé Walter Robert Corti dans son idée de constituer lui aussi, dès 1950, des archives et une grande bibliothèque de philosophie génétique qu’il conçoit comme un lieu de l’esprit libre dans un monde encore libre, auquel il a toujours rêvé. Progressivement, il y réunira 30.000 volumes. En 1950 et 1951, il est proposé par Hans Wehberg, professeur de droit international pacifiste et éditeur de Frieden-Warte pour le prix Nobel de la paix.

Walter Corti 1955. Fonds Village d’enfants Pestalozzi

En 1953, il édite son ouvrage Die Mythopoesis des werdenden Gottes (La mythologie poétique du devenir Dieu). L’année suivante, il publie un nouvel article dans la revue DU qui est un appel à la fondation d’une académie où devrait être posées les grandes questions de l’époque et notamment la suppression des guerres. Soit : pourquoi l’homme est-il l’assassin de l’homme ? Pourquoi son moteur est-il tellement la haine et si peu l’amour ? Comment est-il possible que les peuples aient été amenés à dépenser des sommes inimaginables pour la fabrication d’armes et pour se tuer réciproquement avec ces mêmes armes ? Est-ce seulement la peur qui les étreint ? Et n’y a-t-il pas aussi un sombre et inconscient désir de victoire qui les mènera à leur propre puissance et propre glorification ? Est-ce qu’il doit toujours y avoir des guerres parce qu’il n’existe pas de moyen pour les supprimer ? Est-ce qu’on examine les causes de la guerre avec autant de zèle et autant de soins que la structure de l’atome ? Où donc sont les instituts de recherche dédiés à cette cause ? Pourquoi ne dépensons-nous pas des millions et des millions pour ces instituts?

Walter Corti à Trogen photo sd. Fonds Village d’enfants Pestalozzi

Après le Village d’enfants Pestalozzi, l’idée du village d’érudits de sa jeunesse est donc pour lui toujours d’actualité sous la forme d’un « village de gens instruits, lequel, à partir des recherches dans tous les domaines de la science, élaborerait une synthèse générale et compréhensible pour tous ». Pour Corti, c’est un lieu qui manque encore à l’humanité, un lieu qu’on nommerait « académie » en lien avec Platon, en quelque sorte une république des chercheurs comme il a créé, en 1946, une république d’enfants. Pendant les années 1955 et 1956, il élabore le plan de cette « académie ». En 1956, il publie encore son ouvrage sur le village : Der Weg zum Kinderdorf Pestalozzi.

Walter Corti à Trogen 1955. Fonds Village d’enfants Pestalozzi

L’année suivante, Walter Robert Corti est nommé Docteur Honoris Causa de philosophie de l’université de Tübingen.

Walter Corti 1955. Fonds Village d’enfants Pestalozzi

En 1962, un terrain est acquis par l’association Bauhütte des Akademie dans la commune d’Uetikon pour construire cette académie. Mais une réaction de citoyens s’oppose à sa construction. Alors, dès 1964, la famille Corti habite à Winterthur dans la maison du poète Hans Reinhart mise à sa disposition par les mécènes Peter et Balthazar Reinhart et il y organise des séminaires (une sorte de cercle de travail pour la recherche éthique) tout en poursuivant l’alimentation de sa bibliothèque dans la maison-même. L’année suivante, il conçoit l’exposition Tua res agitur à Zürich et à Winterthur sur l’histoire de la philosophie ; dans cette ville de laquelle il recevra le prix culturel en 1970.

Reportage lors d’une visite guidée effectué en mai 1966 par Walter Corti à travers l’exposition “Tua res Agitur” au Helmhaus de Zurich. ZHdK, Vertiefung Fotografie, VFO, Zürich

En 1976, il fait don de sa bibliothèque de 30.000 ouvrages à la Fondation académique pour la recherche éthique qui deviendra en 1989 le Centre éthique de l’Université de Zurich.

Il sera honoré du Prix Albert Schweizer et du Prix Carl Heinrich Ernst.

Il meurt le 12 janvier 1990 après une attaque cardiaque et il est enterré à Zürich au cimetière de Fluntern.

Sources

Manuscrit, Zentralbibliothek, Zurich

Biogr. Notizen, Nachl. W.R. Corti 2

Curriculum vitae, 1979, Nachl. W.R. Corti 2

Rotten, E. An International Village for War Orphans at Trogen, Switzerland, 1947 Nachl E. Rotten 7

Biographie

Corti (Walter Robert) Der weg zum Kinderdorf Pestalozzi, 1992

Corti (Walter Robert) Gesammelten Schriften, Baud I à V, éditeur Guido Schmidlin, Editeur : Paul Haupt.

Ferrière (Adolphe), « L’enfance européenne victime de la guerre », Voilà… revue de la famille suisse, octobre 1945.

Knoblauch, Urs, « 60 Jahre Kinderdorf Pestalozzi in Trogen – ein Beispiel der humanitären Schweiz »,
Horizons et débats, 7e année, n° 14, 16 avril 2007.

Robert Corti (1910-1990), Un penseur de notre temps, Postface du fascicule de Corti par Andrée Lappé, p.71.

Ruchat (Martine), “Des médecins suisses au congrès de psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale”, RHEI, 18, 2016

Théry (Franck), Construire l’Europe dans les années vingt. L’action de l’Union paneuropéenne sur la scène franco-allemande, 1924-1932, EURYOPA, études 7-1998, Institut européen de l’Université de Genève

Sites

www.wrcorti.ch

DHS, Dictionnaire historique suisse, Hans Maier ; Walter Robert Corti.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.