Elisabeth ROTTEN (1882-1964)

Une militante frénétique de la cause humanitaire et pédagogique et citoyenne du monde

par Martine Ruchat

 

Pour ses 70 ans, en 1952, Walter Robert Corti écrit un article dans la Neue Zürcher Zeitung du 15 février pour l’anniversaire d’Elisabeth Rotten, décrivant cette réunion qui regroupe les fidèles de la « province pédagogique » – clin d’œil à Goethe et son ouvrage La vie de Wilhelm Meister – soit : John Dewey, Maria Montessori, Martin Buber, Adolphe Ferrière et Bernard Drzewieski.
 D’entrée, il fait le portait d’une combattante, d’une courageuse, qui tient le « flambeau de cette pédagogie », mais aussi d’une âme modeste, tendre et fragile de cette « citoyenne de la liberté et de l’esprit ». Il faut donc expliquer son cheminement, ses alliances, ses soutiens (et ils sont bien présents ce jour-là), ses peines également. Au travers de sa correspondance, c’est également une femme active voire une activiste qui se révèle, grande épistolière qui ne passe pas un jour sans écrire des lettres sinon des articles (tôt le matin jusqu’à passé minuit) au risque de perturber son sommeil comme elle le confie souvent à son ami Corti. Dans une lettre du 30 août 1946 à Corti elle parle d’elle comme étant hektisch, un mot qu’on pourrait traduire par trépidante, survoltée, frénétique voire fébrile.

Elisabeth Friederike est née le 15 février 1882 à Berlin de parents suisses et protestants. Son père est ingénieur. Leur maison est ouverte aux étudiants suisses en difficulté. Elle a fait sa scolarité obligatoire dans cette ville. Puis elle y entreprend des études de germanistique, de philosophie et de langues modernes (elle parle parfaitement l’allemand, le français et l’anglais : sa correspondance en atteste !). Pendant sa formation elle a l’occasion d’entendre des conférences de deux grands pédagogues allemands : Hermann Lietz et Gustav Wynecken. Elle étudie également à Heidelberg, Montpellier et Marbourg, où elle soutient sa thèse de doctorat en philosophie sur Les archétypes de Goethe et l’idée platonicienne et en 1913, elle va enseigner à l’Université de Cambridge qui est déjà une université prestigieuse.

Éclate la Première Guerre mondiale; elle s’établit alors en Suisse à Saanen, dans les Pré-alpes bernoises d’où elle écrira une grande partie de sa correspondance.

Elle travaille avec la Croix-Rouge suisse dans l’agence des prisonniers de guerre créée par le Dr Frédéric Ferrière pour venir en aide aux prisonniers de guerre, avant de repartir à Berlin et gérer l’Office for Relief for « Alien enemies » (Office de secours pour les « ennemis étrangers »), mis en place par le comité international de la Croix-Rouge (CICR). Là, elle se voue à l’assistance aux prisonniers de guerre allemands et fonde, avec le professeur Friedrich Siegmund-Schultze, le Bureau d’aide et d’information aux Allemands expatriés et aux étrangers en Allemagne. En 1915, elle participe à la Haye à la création de la Women’s International League for Peace and Freedom (la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté). En 1915 également, elle participe au Congrès international des femmes de la Haye et collabore à la fondation de la Ligue internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté.

Congrès de la Women’s International League for Peace and Freedom à La Haye en 1915

Elle garde des contacts avec cette association en participant à plusieurs de ses congrès, notamment en 1919 à Zurich. Cette année-là, elle est co-fondatrice (notamment avec Albert Einstein) d’une importante organisation pacifiste allemande, Bund Neues Vaterland, qui deviendra plus tard la Ligue allemande des Droits de l’Homme (Deutsche Liga für Menschenrechte). Elle a repris la direction de la petite revue mensuelle Der Neue Bund « pour les dépanner », comme elle l’écrira à Corti depuis sa maison de Saanen, le 5 décembre 1944. Elle participe, après la première guerre mondiale à l’aide internationale des Quakers comme jeune suissesse de l’étranger.

En 1919, elle est à Genève pour la Conférence internationale sur l’éducation y donnant une conférence sur « Les essais d’une nouvelle éducation en Allemagne », qui fit sensation. Elle devient cette même année membre du présidium de la Ligue allemande pour la Société des Nations (Deutsche Liga für Völkerbund) jusqu’en 1933, une association pacifiste qui milite pour le projet d’une future Société des Nations. Elle collabore de manière étroite avec la Société des amis, les Quakers, de 1919 à 1923, dans un vaste programme d’aide alimentaire (Quakerspeisung) organisé par les Quakers en Europe centrale.

“Quakerspeisung” (Quaker feedings) Food Relief Program, après la première guerre, destiné surtout aux enfants

Elle adhère à la société en 1930 : elle devient donc Quaker. Elle participe à la revue de Hans Wehberg, Friedenswarte, lui faisant bénéficier, écrit encore Corti dans son article de 1952, de sa «capacité étonnante de traductrice ».

Dans cet esprit pacifiste et social, Elisabeth Rotten s’engage dans les mouvements pédagogiques de l’après-guerre visant un renouveau de l’éducation, notamment dans le mouvement Bund entschiedener Schulreformer (Union des réformateurs scolaires radicaux). Elle œuvrera jusqu’en 1933 à plusieurs essais de réformes pédagogiques en Allemagne. Elle est notamment rédactrice, dès 1920, de la revue militante pour la réforme, Internationale Erziehungs-Rundschau. Elle dirige également la Deutschen Liga für Völkerbund jusqu’à l’année 1921, ainsi que la Revue Internationale de l’Education des années 1920 et 1921.

Elle rencontre ainsi de nombreuses grandes figures de la pédagogie avec lesquelles elle entame des échanges épistolaires fournis. Elle est notamment une amie de Carleton Washburne. En 1921, elle fonde, lors du premier congrès de l’éducation nouvelle à Calais en 1921, avec Adolphe Ferrière, Béatrice Ensor, John Dewey, Maria Montessori et Alexander Sutherland Neill pour ne citer qu’eux, la Ligue Internationale pour l’Education Nouvelle, dont elle sera vice-présidente jusqu’en 1949, qui regroupe des éducateurs et pédagogues progressistes.

Elle est fondatrice et rédactrice de la version allemande de la revue Pour l’Ere nouvelle, Das werdende Zeitalter, et anglaise, The New Era, avec Ensor et Neil. En 1924, elle participe à la création de l’École internationale de Genève et l’année suivante du Bureau international de l’éducation (BIE) avec Adolphe Ferrière, Édouard Claparède et Pierre Bovet notamment. Elle en sera la première directrice adjointe avec Adolphe Ferrière. Elle y noue des contacts avec plusieurs femmes engagées dans les causes pacifistes et de l’enfance, notamment Mary Butts, secrétaire générale du BIE, membre elle aussi de la Société des Amis (Quakers). C’est logiquement au centre de la photo de groupe de la VIIe conférence internationale de la Ligue Internationale pour l’Éducation Nouvelle (ou New Education Fellowship) en 1936 qu’elle figure aux côté de Ferrière  :

Et en 1937, elle fonde l’Association suisse Montessori avec Jean Piaget ; elle y est vice-présidente jusqu’à sa mort en 1964. Elle se dira être «  montessorienne ». Il est impossible de citer tous les noms des “plus grands de l’époque” avec lesquelles elle a été liée, note encore Corti dans son article de 1952. Elle est l’auteure de nombreux articles et livres.

En 1934, de Berlin, elle rentre s’installer au pays, à Saanen, d’où elle poursuit tous ses engagements militants (féministe, pacifiste, pédagogique) en donnant des conférences (notamment sur la dimension pacifiste de l’éducation), écrivant des articles et déployant une abondante correspondance avec certaines personnalités et avec des organisations. Nombre de ses lettres sont de véritables programmes d’actions, numérotés point par point et avec force soulignements de couleurs.

Dès décembre 1944, par une lettre à Corti, elle se propose d’entrer dans cette aventure de la création du Village Pestalozzi y occupant très vite une place essentielle, non seulement de promotrice et de publiciste, mais également de soutien à celui qui deviendra son grand ami : Walter Robert Corti. Mais également avec Marie Meierhofer.

En 1947, on la retrouve, à 60 ans, enseignante à la Haute École Pédagogique de Berlin et en 1948, déléguée du Don suisse pour les victimes de la guerre pour l’Allemagne du bureau pour les échanges culturels du « Don suisse ». De cette place, elle s’occupe en particulier des communautés d’enfants qui sont sponsorisées par le Don suisse : Children’s village Pax ; Gaudiopolis ; Otwock et Ziros en Grèce. En avril 1948, dans une lettre à Bernard Drzewieski de l’Unesco, elle rédige la liste des communautés dans la perspective de la conférence (liste qui se trouve dans les archives d’Adolphe Ferrière à la Fondation Archives Institut J.-J. Rousseau à Genève). Elle participe aux conférences de Trogen, de juillet 1948 et à la promotion du siège de la FICE dont elle sera brièvement la secrétaire. En 1950 avec Marie Meierhofer et Walter Corti, ils initient le comité national de la FICE.

Elisabeth Rotten prenant des notes pendant la conférence des directeurs de village d’enfants à Trogen en juillet 1948

Elle n’aura de cesse de présenter le village d’enfants Pestalozzi dans des articles, des conférences et de participer par une correspondance gourmande à tous les développements de son histoire, jusqu’à sa mort.

Visite d’Elisabeth Rotten à Trogen dans les années 1950

Visite d’Elisabeth Rotten à Trogen dans les années 1950

Visite d’Elisabeth Rotten à Trogen dans les années 1950

Lors de la démission de Corti de la présidence de l’Association Village Pestalozzi, et de la création de la Fondation Village Pestalozzi dirigée par Walter Stampfli, Corti dans son allocution (transcrite dans le rapport annuel de 1950) dira à propos d’Elisabeth Rotten : « Le bonheur de l’avoir rencontrée est une des faveurs les plus précieuses que la vie m’ait accordée. Elle est devenue, dans mes jours avancés, mon plus grand maître. Qu’il faisait bon de pouvoir présider à un cercle d’amis si admirables ! ».

Elle meurt à Londres le 2 mai 1964 à l’âge de 82 ans. Elle est enterrée à Saanen.

Sources [1]

Manuscrit, Zentralbibliothek, Zurich

Nachl. Rotten 4.1.1

Nachlass Elisabeth Rotten (im Nachlass Walter Robert Corti) 15.2.1882 – 2.5.1964

Fondation Archives Institut J.-J. Rousseau

Corti, W.R. Elisabeth Rotten siebzigjährig, Neue Zurcher Zeitung 15 février 1952 AdF/C/1/17

Archives IOE, Londres

WEF/A/II/64 Elisabeth Rotten, 1928,1949-1964

Bibliographie

Rapport annuel Village d’enfants Pestalozzi, 1950

Haenggeli-Jenni, Béatrice, “La Ligue internationale pour l’Education nouvelle : un réseau militant à la croisée de réseaux pacifistes et féministes de l’entre-deux-guerres (1920-1940)”, in Carole Carribon, Dominique Picco e al., Réseaux de femmes, femmes en réseaux (XVIe-XXIe siècle), Presses universitaires de Bordeaux, 2017, p. 295-314

Haenggeli-Jenni, Béatrice, Pour l’Ere Nouvelle : une revue-carrefour entre science et militante (1922-1940). Thèse de doctorat : Univ. Genève, 2011.

Site

Elisabeth Friederike Rotten, Dictionnaire Historique de la Suisse.

http://www.pestalozzi.ch/fr/qui-sommes-nous/lhistoire/le-cercle-des-fondateurs/elisabeth-rotten/

[1] Les articles et lettres en allemands ont été traduits librement par Bernard Walter (l’Orient, Vaud, Suisse).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.