Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer.

Alors que Carleton a tout juste trois ans, son frère aîné cinq et sa jeune sœur un an, elle décide de suivre une formation dans la seule institution alors existante pour l’étude des jeunes enfants, le Kindergarten training collège, une école de jardinières d’enfants ouverte depuis peu à Chicago sous l’impulsion d’Elizabeth Harrison qui s’inspire directement des théories et méthodes de l’allemand Friedrich Froebel, l’inventeur du « jardin d’enfants » :

Nous ayant inscrit d’office, mon frère aîné et moi, dans le jardin d’enfant, et après avoir placé ma petite sœur chez une nourrice, elle se plongea dans ses études et obtint son diplôme de jardinière d’enfants en un an. Par la suite, elle a enseigné à son tour dans le Kindergarten training college et elle a commencé à fréquenter le club des femmes et à écrire des articles pour des journaux et magazines.

Marion Foster-Washburne devient rapidement une ardente partisane de l’éducation des femmes et des enfants, et elle est avide de savoirs en pédagogie. Militante du Chicago Woman’s Club, elle fait par ailleurs partie de l’association Froebel de Chicago. Outre les cours qu’elle donne au sein du Kindergarten training teachers college, elle est aussi instructor (monitrice) à l’American school of household economics (école d’enseignement ménager) de Chicago. Elle devient de plus une des proches collaboratrice du colonel Francis Wayland Parker, qu’elle rencontre sans doute par l’intermédiaire de sa femme, Mary Frances Stuart, féministe convaincue, très active au sein du Chicago Woman’s Club.

Francis Wayland Parker dirige à l’époque la Cook County normal school, une école normale d’instituteurs de pointe à Englewood dans la banlieue proche de Chicago, imprégnée des méthodes d’éducation nouvelle (la Progressive education) avec en annexe, faisant office de champ d’expérimentation, une école élémentaire privée où Marion Foster-Washburne place ses deux fils aînés.

Brochure de et sur F. Parker, « Talks of teachning », Library of university of Minnesota, 1902

En 1897, à la mort prématurée de son fils aîné Norman, Georges Foote Washburne quitte brutalement son cabinet médical et part pendant trois ans rejoindre la ruée vers l’or dans le Klondike comme chirurgien dans une compagnie minière pendant que sa femme s’installe avec ses trois autres enfants chez son père dans le West side de Chicago.

Lorsqu’en 1899, Francis Parker démissionne de la Cook County normal school pour accepter la charge de l’Institut de pédagogie fondé au sein de l’université de Chicago par Mrs. Emmons Blaine, Marion Foster-Washburne le suit, devenant une de ses instructors et s’occupe de la rédaction du journal pédagogique, The course of study, créé par ce dernier.

Son fils Carleton se retrouve alors, comme il le dira lui même dans son autobiographie, « enrôlé » dans l’école nouvelle privée créée, comme cela avait le cas pour la Cook County normal school, en annexe de l’Institut comme terrain d’application. Comme l’écrira en 1902 Marion Foster-Washburne dans une notice posthume consacrée à Francis Parker, cette petite école était pensée « comme une communauté idéale où chaque enfant exerçait, selon ses dispositions, les fonctions de citoyens ».

Marion Foster-Washburne s’inscrit parallèlement au département de philosophie et de psychologie et se lie d’amitié avec jeune professeur, John Dewey, de quatre ans son aîné, qui y avait été nommé en 1894 avant qu’il ne fonde toujours au sein de l’université, deux ans plus tard, son école expérimentale de pédagogie considérée comme un des berceau de la Progressive education, pour finalement reprendre la direction de l’Institut de pédagogie à la mort de Francis Parker en 1902. Marion Foster-Washburne est aussi très liée à la femme de Dewey, Alice Chipman, elle aussi philosophe et très engagée dans la lutte pour le droit des femmes.

      John Dewey et sa femme Alice Chapman-Dewwey vers 1902

En 1901, au retour de Georges Foote Washburne, malade et sans le sou, la compagnie minière pour laquelle il travaillait ayant fait faillite, la famille s’installe dans une petite ferme à Elkhart, de l’autre côté du lac Michigan à environ 170 km à l’Est de Chicago puis à Elgin dans la grande banlieue Ouest de cette même ville. Marion Foster-Washburne devient alors le principal soutien économique de la famille en étant financée par le Chicago Woman’s Club pour devenir son « educational editor » ; elle participe de plus à l’édition du Mother’s magazine (La revue des mères) et devient le « school editor » des deux principaux journaux de la ville The Chicago Evening Post et The Chicago Herald. Elle écrit enfin une série d’essais de pédagogie basés tout d’abord sur sa propre expérience de mère au foyer puis de plus en plus théoriques : Work and Play en 1903, Every day essay, Study of child life et A Little fontain of life en 1904, Family secret en 1907 et rédige des livres pour enfants : The House of the North shore en 1909, Indian Legend en 1915.

Carleton Washburne, dès ses premières études et de par les engagements de sa mère et l’entourage de cette dernière, a donc baigné dès son plus jeune âge dans une ambiance éducative progressiste qui le marque pour longtemps comme il le reconnaîtra dans son autobiographie : 

L’intérêt précoce de ma mère a eu une profonde, mais aussi tardive, influence sur ma propre carrière. […] Durant mon enfance et mon adolescence, il y avait d’innombrables discussions autour de l’éducation durant les repas de famille ; des grands éducateurs étant fréquemment nos hôtes ; ma mère entretenait une correspondance suivie avec des hommes comme Granville Stanley Hall, William James, et d’autres, et passait son temps à lire et à écrire dans le champ de l’éducation, en en parlant librement et de façon ressentie avec nous, ses enfants.

C’est pourtant, dans un premier temps, l’exemple de son père et de son grand-père maternel que Carleton Washburne choisit de suivre. Après deux années d’études préparatoires à l’université de Chicago, il intègre ainsi le Hahneman medical college spécialisé en homéopathie. Au bout d’une année supplémentaire, il semble cependant réaliser qu’il s’est trompé de voie, il abandonne la carrière médicale, convaincu – répètera-t-il à qui mieux mieux – qu’« il n’avait pas envie de passer sa vie à travailler avec des gens malades », et obtient une équivalence pour passer son diplôme de physiologie en 1912 à l’université de Standford en Californie, sa famille venant de déménager à Pasadena. Cette même année, il rencontre Heluiz Bigelow Chandler, une étudiante des beaux-arts venue de Philadelphie, qu’il épouse le 15 septembre à Los Angeles en vertu d’un contrat de mariage qui fait scandale à l’époque, bien que la législation en la matière dans cet Etat soit relativement libre, le jeune couple devant s’y reprendre à deux fois pour trouver un officier de l’état civil qui accepte de le signer. Commenté dans plusieurs journaux locaux, cet événement alimente même les commentaires de la presse Outre-Atlantique. Un entrefilet du journal Le Matin, paru le 28 septembre 1912, s’amuse ainsi de ce « contrat de mariage dernier cri » dans lequel il est précisé que « le mari reconnaît n’avoir aucun droit de contrôle sur sa femme » et vice-versa, que « si le mariage est stérile, l’un ou l’autre des contractants pourra s’estimer libre et se remarier » et que enfin « tout lien conjugal cessera d’exister le jour où l’amour d’un des époux pour l’autre aura disparu ». Scénario qui n’aura pas l’occasion de se présenter puisqu’ils resteront très unis jusqu’à la mort de Carleton Washburne en 1968.

Carleton Washburne et sa femme Heluiz Chandler lors d’une visite à Florence en 1945

C’est à cette époque que l’orientation professionnelle de Carleton Washburne prend un tournant décisif, suite à une annonce aperçue par inadvertance dans la vitrine d’une teachers agency (sorte d’agence d’emplois pour enseignants), en décembre 1912, qui propose un poste de maître dans une école rurale publique à La Puente district, à environ 30 km au sud de Los Angeles. Il peut postuler malgré son manque de formation dans ce domaine, une loi permettant dans cet État à tous les universitaires, quelque soit leur diplôme, d’enseigner dans les écoles élémentaires.

Ecole rurale du district de La Puente avant sa rénovation en 1921

Malgré les difficultés rencontrées sur le terrain – il se retrouve à devoir gérer une classe de 35 élèves de cinq niveaux différents -, il décide de poursuivre son expérience l’année suivante, après avoir reçu une offre plus alléchante de Tulare county. L’emploi est mieux rémunéré mais l’école rurale nettement plus éloignée, à environ 320 km de Los Angeles et de San Francisco. Ce qui l’intéresse c’est la proposition de s’occuper d’une classe spéciale qui a été créée pour tous les enfants en difficulté et qui comprend cette fois-ci 17 élèves de 8 à 15 ans.

Bien qu’il présente par la suite, dans ses nombreux écrits, ce revirement comme étant le fruit du hasard, on ne peut manquer d’y voir l’influence décisive de sa mère. Dès le 7 septembre 1913, cette dernière active en effet son réseau de relations, envoyant une lettre à John Muir, écrivain américain déjà célèbre pour ses écrits naturalistes, dans laquelle elle lui demande conseil, lui faisant part de la nouvelle nomination de son fils à Tulare où elle entend bien, dit-elle, « établir naturellement ses quartiers », après avoir divorcé de son médecin de mari pour s’installer avec le jeune couple, envisageant au départ de chercher un logement (même une cabane !) au sein du tout proche Sequoia National Park, à la condition tout de même que la neige n’y tombe pas trop drue !

Malgré l’enthousiasme de sa mère, ces premières expériences pédagogiques font pour Carleton Washburne l’effet d’une douche froide. Même s’il a au départ carte blanche et peut expérimenter tant bien que mal, avec l’aide de sa mère et de sa femme, des recettes d’éducation nouvelle comme le self-government, l’éducation sexuelle et l’individualisation des tâches, il est souvent désemparé devant le niveau scolaire de ses élèves, les conditions précaires et les orientations très traditionnelles, voire très disciplinaires, de l’enseignement qui y est imparti, étant parfois rappelé à l’ordre par les responsables des deux écoles qui jugent ses méthodes peu orthodoxes. C’est cependant par l’intermédiaire du principal de l’école de Tulare qu’il découvre semble-t-il une brochure récente rédigée par le pédagogue Frederic Burk, une autre figure déjà renommée de la Progressive education. Il s’agit d’une monographie de 25 pages intitulée Remedy for lock-step schooling (Comment remédier au système scolaire verrouillé), publiée en 1913 par l’école normale d’instituteurs de San Francisco que dirige Frederic Burk depuis 1899.

Photographie du Dr. Frederic Lister Burk (1862-1924) le président fondateur de la San Francisco State Normal School de 1899 à 1924
source : Institution University Archives, J. Paul Leonard Library, San Francisco State University

Ce texte se veut à la fois un pamphlet dénonçant les « principaux maux et handicaps » de l’instruction traditionnelle dans les écoles primaires et notamment l’abandon massif de la part des écoliers qui en découle, et présente en contrepartie les avantages de sa méthode basée sur un système d’individualisation de l’enseignement avec des livres de texte adapté par sujet et par matière aux potentialités de chacun des élèves. Carleton Washburne, très inspiré par ces propositions, contacte alors Frederic Burk et réussit après une série d’entretiens à intégrer dès l’automne 1914 son équipe enseignante au sein de l’école normale de San Francisco ainsi que celle de l’école élémentaire privée qui lui est adjointe et qui sert de terrain de stage et de formation pour les normaliens. En 1916, il reprend parallèlement ses études à l’université de Californie, à la Berkeley School of Education où il obtient dans un temps record son doctorat en éducation en 1918.

C’est toujours par l’intermédiaire de Frederic Burk, qu’il a l’opportunité d’expérimenter pleinement sur le terrain ses propres conceptions pédagogiques qui feront sa réputation, en devenant directeur d’une école mixte à Winnetka, une petite bourgade située au bord du lac Michigan à environ 20 km de la ville de Chicago. Il s’agit d’un exemple typique d’une community school à l’américaine, c’est à dire une école créée et pratiquement administrée par une communauté d’habitants. L’originalité de l’école de Winnetka, mise en place dès 1911-1912, repose tout d’abord sur le fait que les notables de cette banlieue très chic de Chicago, des industriels aisés notamment, semble développer un très fort investissement communautaire local, bien qu’ils aillent travailler à Chicago, voulant faire de leur bourg une sorte de New England village idéalisé. Par ailleurs, ils choisissent finalement, non pas de fonder une institution privée avec leur propres subventions comme c’est le cas la plupart du temps ailleurs, mais plutôt d’investir l’enseignement public. Pour ce faire, ils noyautent tout d’abord le Board of education (département de l’Instruction publique), instance locale décisionnaire en matière de politique éducative publique et financent sur leur propres deniers la construction de nouveaux locaux prestigieux dont la construction est confiée à l’agence d’architectes Dwight Heald Perkins, William K. Fellows et John L. Hamilton.

La Skokie School construite en 1916 et renommée en 1922 Hubbard Woods School

Ils imposent leur choix au niveau du recrutement du personnel pédagogique, en la personne tout d’abord d’un certain E.N. Rhodes en 1914 qu’ils finissent par licencier puis, en 1919, de Carleton Washburne, un des membres de la communauté, Edouard Yeomans, un fabricant de pompes, ayant lu une brochure de Burk, Monograph C., sur ses expériences d’éducation individualisée et lui ayant demandé conseil.

Carleton Washburne, c. 1925
© Winnetka Historical Society

Fort de sa nouvelle autorité de principal de l’école Winnetka, Carleton Washburne ne se contente plus d’appliquer librement dans une classe ses méthodes, il entend plus ambitieusement faire de son école un « laboratoire éducatif » (Educational laboratory comme il l’écrira lui même dans un article paru dans la revue New Era en 19261 avec l’ensemble de son personnel enseignant, qui serait la première étape d’une vaste réforme du système éducatif américain : le « plan Winnetka » appelé aussi parfois « système Winnetka ». Il réussit pour ce faire à mobiliser la plupart de ses enseignants, qui deviennent presque ses disciples, pour entreprendre collectivement la réorganisation du curriculum, rédiger toute une série de livres de texte individualisés, faits sur mesure, les enfants pouvant, grâce à ce nouveau matériel pédagogique soigneusement étalonné, s’auto-instruire (self-instruction) selon leurs avancements ou leurs retards dans les différentes matières à différents niveaux, puis procéder ensuite à une auto-évaluation (self-corrective) avec l’aide de test diagnostiques (diagnostic test).

Ce travail individuel concentré sur la première partie de la journée est combiné l’après-midi avec des activités créatives réalisées en groupes en se focalisant à la manière de John Dewey sur les intérêts de l’enfant afin de favoriser leur « conscience sociale ». Par ailleurs des entretiens collectifs sont réalisés dans des assemblées organisées et dirigées par les enfants eux-mêmes.

A partir de 1926, est fondée en annexe une école complémentaire, la Skokie junior High school, réservée aux élèves les plus avancés sous la direction d’un assistant de Washburne, Simon Rae Logan. La méthode du self-government qui y est appliquée est plus poussée ; dans une optique d’apprentissage à la citoyenneté, les jeunes sont invités à recréer en miniature la vie communautaire d’une société adulte. Après avoir rédigé leur Skokie constitution et élu leur comité de directeurs (board of directors), ils doivent s’organiser en clubs, corporations et micros coopératives de travail (labor unions) : un bureau biologique des abeilles produisant du miel et encourageant l’étude de la nature, une société d’élevage de poissons, de poules et de lapins fabriquant leurs propres cages, une garderie pour des petits enfants de 3-4 ans gérée par les jeunes, un magasin de fournitures scolaires, un syndicat de laveurs de vaisselles… Ils éditent leur propre journal et frappent leur propre monnaie gérée par une Credit Union.

« Learning by doing », la banque des élèves de Winnetka
© The Rotarian magazine, septembre 1941

Avec l’aide de Flora J. Cooke (collaboratrice du Colonel Parker à la Cook County’s elementary school et amie de sa mère), Carleton Washburne crée enfin en 1932 une sorte d’école normale privée pour instituteurs accolée à son école (Graduate Teachers college), reproduisant à l’envers le tandem complémentaire : école d’application – école de formation qu’il avait déjà connu dans son enfance chez Francis Parker, John Dewey ou plus tard chez Frederic Burk.

Le plus étonnant n’est pas tant l’énergie déployée par Carleton Washburne pour mener contre vents et marées son entreprise au niveau local, combattant parfois avec fougue les réticences de certains parents ou notables méfiants devant ces innovations, mais surtout les efforts incessants réalisées par ce dernier pour que son système d’éducation rayonne au delà de Winnetka tant au niveau national qu’international. Dès le début des années 1920, il écrit de façon prolifique plus d’une centaine d’articles dans les principales revues pédagogiques d’avant-garde dans le domaine de l’éducation nouvelle : La nouvelle éducation, Pour l’ère nouvelle, The New Era, L’éducateur, L’éducation, L’éducation libre, le Progressive education bulletin, The elementary school journal, Journal of educational psychology, Journal of educational research et rédige plusieurs ouvrages.

Son école reçoit des centaines de visiteurs et devient un des lieux de rendez-vous à la mode, presque obligé, de tous les voyages éducatifs entrepris par des pédagogues et autres hommes politiques ou cultivés étrangers en tournée en Amérique.

En 1926, il fait à son tour un voyage d’études dans toute l’Europe pour visiter les principaux lieux repérés de l’éducation nouvelle : en Angleterre, chez Edward Frances O’Neill dans sa Prestolee School, ou John Haden Badley dans son école de Bedales ; en Belgique chez Ovide Decroly dans son « École pour la vie, par la vie à la campagne » ; en France chez Roger Cousinet et son réseau de La nouvelle éducation ; en Tchécoslovaquie chez Frantisek Bakule dans son institut sur les hauteurs de Prague… Une tournée dont il tire un ouvrage intitulé News schools in the old world (écoles nouvelles du vieux monde) dans lequel il expose librement son opinion ; une manière subtile de se positionner de façon surplombante dans le panthéon international de l’éducation nouvelle.

Par ailleurs, dès 1927, il rejoint la Ligue internationale d’éducation nouvelle (la New éducation Fellowship, créée depuis 1921), lors de son quatrième congrès qui a lieu à Locarno du 3 au 15 août, où il se déplace en force avec huit membres de son équipe enseignante (sept jeunes femmes et un homme) et dans lequel il fait une longue conférence sur sa technique Winnetka qui est très remarquée et abondamment commentée dans les revues spécialisées.

Il continue dans la foulée par une virée expresse en Union soviétique, pays qu’il n’avait pu visiter l’année précédente faute d’obtention d’un visa et sur laquelle il rédige un article, publié dès l’année suivante simultanément en anglais, en français et en allemand dans les différentes versions de la revue de la Ligue internationale d’éducation nouvelle sous le titre « Ce qu’il y a de bon et de mauvais dans l’éducation en Russie ».

En l’espace d’une dizaine d’années, Carleton Washburne réussit donc à faire de sa méthode pédagogique une expérience à la pointe citée non seulement par tous les pédagogues de renom mais aussi commentée par les grands quotidiens, devenant ainsi, à l’instar de Francis Parker ou de John Dewey, une des figures incontournables de la Progressive education en Amérique. En janvier 1928, la revue The new era, publie son portrait en pleine page à l’égal de ses aînés Adolphe Ferrière, Paulus Geheeb, Stanislaus Shatzky, ou Elisabeth Rotten.

The New Era, vol.9, n°33, janvier 1928

Le 1er août de la même année, les éditions Nathan produisent une brochure sur La méthode Winnetka dans la collection « Education enfantine ». La revue La nouvelle éducation peut alors à juste titre proclamer que le nom de l’école de Winnetka « est maintenant connu de tous les pédagogues »2. Dès 1932, Carleton fait d’ailleurs partie du comité exécutif de la Progressive éducation association, fondée en 1919, présidée par John Dewey depuis 1926 et devenue cette même année la section américaine de la Ligue internationale d’éducation nouvelle, avant d’intégrer le headquarter committee de cette dernière en 1936, lors de la septième conférence mondiale qui se déroule à Cheltenham, en Angleterre en juillet-août.

Il devient ensuite président du comité exécutif (chairman) en 1937 (il finira par devenir le président général de ces deux instances, en 1939 pour la première et en 1947 pour la seconde). En 1938 enfin, 28 jeunes élèves de la High-school de Winnetka font un tour d’Europe sous la conduite de leur professeur Paul Delaporte et sont reçus partout en grande pompe.

Réfractaire à l’idée de s’affilier à une quelconque église, Carleton Washburne ne se présente pas pour autant comme un athée. Il reconnaît avoir subi l’influence de sa mère qui profondément marquée par la philosophie et la religion indoue devient théosophe, mais il choisit pour sa part dans les années 1930 d’intégrer la « Société des amis » en devenant quaker. Ces deux courants spirituels ont très fortement imprégné la New education fellowship au niveau international comme le montre l’appartenance des deux figures féminines marquantes du mouvement, Beatrice Ensor pour la théosophie, Elisabeth Rotten pour les quakers.

Cependant, malgré sa renommée à l’international, Carleton Washburne rencontre, à l’image du mouvement de la Progressive éducation aux Etats-Unis, des difficultés croissantes. S’il obtient encore en 1940, la construction de l’école de ses rêves près de Winnetka sur l’île aux Corbeaux (Crow Island) – « l’expression architecturale d’une philosophie éducative » dira-t-il dans une brochure promotionnelle – il s’agit bien d’un baroud d’honneur.

Depuis, le milieu des années 1930, il se heurte à une réaction de plus en plus défavorable au sein du Board of education local. La petite ville de Winnetka a en effet bien changé : le nombre d’habitants a presque doublé et ces derniers sont par la même moins impliqués dans cet idéal communautaire des origines. De plus, la crise économique qui frappe le pays depuis 1929 a engendré de nombreuses réserves sur les coûts jugés exorbitants de ce type de pédagogie individualisée. Enfin, les engagements de plus en plus idéologiques de la Progressive education association en faveur d’un ordre social nouveau et ses critiques à l’égard du système capitaliste, obligent Carleton Washburne à se défendre à plusieurs reprises à l’égard des notables industriels du lieu, certains l’accusant d’être un sympathisant communiste ou un gauchiste (a pinko), d’autant qu’il a effectué à deux reprises, en 1927 puis en 1931, des voyages en URSS et que sa mère, remariée depuis 1915 avec l’avocat et homme d’affaires William A. Wotherspoon, affiche haut et fort ses convictions socialistes ainsi que ses affinités pour les cercles indépendantistes indiens et le mouvement théosophique, le couple ayant entretenu par ailleurs une correspondance avec Lénine et Trotsky ; tandis que son petit frère John Noble a été fiancé puis a épousé la fervente bolchévique Bluma Zalaznek (alias Krauz).

En 1943, il est sollicité par l’US army pour une mission d’épuration des systèmes éducatifs et des manuels scolaires des pays soumis au fascisme. Après une formation de trois mois à l’école for military government de Charlottesville

Charlottesville, officiers et experts civils suivant un cours à la School of Military Government at the University of Virginia. Photographie John Collier, avril 1943. Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D.C. 20540

Charlottesville, officiers et experts civils suivant un cours à la School of Military Government at the University of Virginia. Photographie John Collier, avril 1943. Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D.C. 20540

il se rend en Sicile, puis à Naples et à Rome en tant que Director of education pour le Allied military government, poste qu’il occupe jusqu’en 1946. Déçu par l’impact réduit des orientations éducation nouvelle qu’il a tenté d’insuffler dans la réforme du système éducatif italien, il se passionne en revanche pour les expériences plus marginales de self government menées dans certaines communautés d’enfants, comme la Scuola-città fondée début 1945 par Ernesto Cognola à Florence. C’est ce modèle qu’il va tenter de promouvoir à son retour en Italie, à Milan, de 1947 à 1949, comme directeur de l’United State information service (UISIS), période durant laquelle il devient président de la Ligue internationale d’éducation nouvelle (New Education Fellowship).

Carleton Washburne et sa femme Heluiz Chandler durant la conférence de la New education fellowship à Circenster en 1947

C’est à ce titre qu’il participe activement à la conférence des directeurs de villages d’enfants organisée sous la houlette de l’Unesco dans le village d’enfants Pestalozzi de Trogen en Suisse du 5 au 10 juillet 1948A partir de 1949, il rentre définitivement aux Etats-Unis où il devient directeur de la formation des maîtres au Brooklyn college de New-York puis, en 1961, il termine sa carrière comme professeur au College of education de la Michigan State university. Il décède en 1968.

 

Sources

Archives de l’Institute of Education de Londres

  • dossier ME/F/1
  • dossier WEF/A/II/129
  • dossier WEF/A/II/177-178

Archives Codignola, Scuola normale superiore de Pise

  • dossier Washburne

Bibliographie

Allemann-Ghionda (Cristina), « Dewey in Postwar-Italy : The case of Re-Education », Studies in Philosophy and Education, n°19, 2000, p. 53-67

Foster-Wasburne (Marion), « Co Parker, the man and educationnal reformer. A biographical sketch », in Talks on teaching, AS Barnes Compagny, New-York, 1902, p. 8-19

Foster-Wasburne (Marion), « Letter to John Muir », 1913, University of the Pacific Library Holt-Atherton Special Collections.

Sarracino (Vicenzo), Piazza (Roberta), La ripresa. Scuola e cultura in Italia (1943-1946), Pensa Multimedia, Lecce, 1998

Washburne (Carleton), A living philosophy of education, John Day, 1940

Washburne (Carleton), Modern concepts of education and thier significance in the Post-war world, NEF, Londres, 1949

Washburne (Carleton), « La rioganizzazione dell’sitruzione in Italia », Sucolaecittà, n°6-7, juin-juillet 1970, p. 273-277

Washburne (Carleton), « An autobiography », in Robert J. Havighurst, Leaders in American education, 1971, p. 457-481

Zlversmit (Arthur), Changing schools. Progressive education theory and practice, 1930-1960, University of Chicago Press, 1993

  1. vol.7, n°27, juillet 1926, p. 115 []
  2. n°11, 1929 []

2 réflexions sur « Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968) »

  1. Ping : Elisabeth ROTTEN (1882-1964) | L'internationale des Républiques d'enfants (1944-1954)

Répondre à savoye Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.