Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898.

La clinique psychiatrique du Burghölzli vers 1890

Sur les traces de son grand frère Edouard, il est scolarisé dans une des plus fameuses écoles nouvelles à la campagne (Landeserziehungheime, en allemand), au château de Glarisegg, dans le canton de Thurgovie, fondée en 1902 par les pédagogues réformateurs Werner Zuberbühler et Wilhelm Frei, où il fait l’apprentissage, au milieu d’élèves de nationalités diverses, du self-government et d’une certaine vision de l’autonomie. Il poursuit ensuite une scolarité plus classique, au lycée de Soleure, après la mort prématurée de la plus jeune de ses sœurs, Cécile.

Leçon en plein air, au bord du lac Inférieur, Glarisegg 1904
Photo tirée d’Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

Puis, quelques années plus tard, en 1910, la mort de son grand frère Edouard, promis à une carrière de médecin, plonge une nouvelle fois la famille dans le deuil. Oscar passe alors quelque mois sur les routes du voyage et de l’aventure en Europe, notamment pour échapper à l’emprise de son père, confesse-t-il dans son autobiographie. A bicyclette, il traverse le Liechtenstein, l’Autriche-Hongrie, visite Vienne puis Budapest, avant de prendre le bateau pour descendre le Danube jusqu’à Belgrade, puis va en Bosnie alors occupée par l’Autriche, au Monténégro, avant de rentrer par l’Italie. Il reprend finalement le chemin du lycée, y découvrant le théâtre, poursuivant sa pratique du violon, et obtient son baccalauréat.

Son service militaire achevé, s’il est d’abord tenté par la médecine, sans doute par tradition familiale, il s’inscrit en lettres à l’université de la Sorbonne, à Paris, tout en suivant les cours de Pierre Janet au Collège de France. Mais le jeune Forel goûte peu ces études de lettres, ne s’acclimate pas à la vie estudiantine parisienne, qu’il juge trop légère, assez fidèle sur ce point aux principes hygiénistes et abstinents de son père, et ne goûte pas le rythme effréné de la vie dans la capitale française. Retour en Suisse donc, où il se rapproche de sa famille et entame finalement des études de médecine à Lausanne, achevées à la fin de la Première Guerre mondiale.

Oscar Forel au collège de Soleure, s. d.
Photo tirée de Photo tirée d’Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

Les infirmières du service du Dr Forel (au centre), à la Waldau, 1920
Photo tirée d’Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

Après avoir goûté à la chirurgie, il choisit la psychiatrie. Il accepte un poste à la clinique psychiatrique de l’université de Berne, la Waldau. Il collabore et se lie d’amitié avec Walter Morgenthaler, pionnier de l’utilisation du test de Rorschach, fondateur du musée d’art pathologique de la clinique, avec qui il se consacre à la formation du personnel infirmier et dont il restera proche, comme en témoigne leur correspondance ultérieure. Ils feront paraître en 1930 sous les auspices de la Société suisse de psychiatrie un manuel édité aux éditions Frans Huber de Berne, Le traitement des malades nerveux et mentaux.

Marié en 1913 à Léocadie Openik, lettone qu’il a rencontrée alors qu’elle était également étudiante en médecine, le couple aura deux filles, Inez en 1914, puis Miette en 1918, et un garçon, Armand, né en 1920, qui sera lui aussi psychiatre et exercera de multiples responsabilités politiques (député, conseiller national vaudois).

Puis il entame une seconde carrière en psychiatrie, dans le cadre privé cette fois. En 1924, il est d’abord engagé comme médecin personnel d’une artiste grecque, sur la Côte d’Azur, et met à profit son temps libre pour écrire La psychologie des névroses. Sur l’idée du mari de sa malade, un homme d’affaires, il se rend à Vienne pour y rencontrer Freud, mais aussi Julius Wagner-Jauregg, Alfred Adler et Anna Freud. A son retour en Suisse, il prend la direction d’une clinique psychiatrique privée, la Métairie, près de Nyon, malgré l’opposition de son père au principe même des cliniques privées, qui se développent en nombre à cette période. Tandis qu’il fait aussi partie du conseil d’administration, il décide de la réformer de fond en comble, par exemple en supprimant les moyens de contention et en apportant de nouvelles méthodes : ergothérapie, insulinothérapie, cures de sommeil…

Auguste, Armand et Oscar Forel (Yvorne), 1930.
Photo tirée d’Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

En 1926, Forel devient privat-docent de l’université de Genève. L’année suivante, en conflit avec le conseil d’administration de la Métairie, il accepte l’offre de deux hommes d’affaires qui lui proposent d’ouvrir une nouvelle clinique psychiatrique d’avant-garde, dans laquelle Forel aurait libre choix des lieux et des méthodes.

Vue de « Haute Rive », tirée de Les Rives de Prangins, brochure (années 1930), archives de l’Hôpital psychiatrique de Prangins (Archives cantonales vaudoises)

Président de la Société suisse de psychiatrie depuis 1928, il s’installe alors non loin de là, à Prangins, dans un vaste domaine, bucolique et apaisant et la clinique des « Rives de Prangins » est inaugurée en 1930. Le cadre est impressionnant et détonant sur un terrain de 43 hectares où ont été édifiées sept villas, ainsi que le raconte dans L’Aliéniste français le membre d’une délégation de psychiatres français venue visiter l’établissement en 1934 à l’occasion d’un congrès :

Les malades y mènent la vie de vacances des adolescents confiés par leurs riches parents à des précepteurs raffinés, pour être initiés avec grâce à la pratique des choses et des êtres. L’établissement est une pension de famille pour clientèle cosmopolite, installée dans un cadre princier et tenue par des hôtes qu’une vocation médico-pédagogique a mystiquement associés.

Culture des fleurs

« Les Eglantines » et « Les Cèdres »

Le succès de la clinique repose sur sa situation, sa discrétion assurée, ainsi que sur la réputation des méthodes, notamment dans le traitement des dépendances (toxicomanie et alcoolisme), à partir d’analyses psychologiques, de traitements à base de suggestion. Forel est aussi un des premiers psychiatres à utiliser les électrochocs et l’écrira en 1941 dans les Annales médico-psychologiques, pour le moment peu contestés. Forel ne s’en cache pas, sa clientèle est fortunée et on lui envoie des cas difficiles, de riches patients étrangers, parfois célèbres, qui viennent de toute l’Europe, d’Orient, des États-Unis, que lui et ses collègues psychothérapeutes s’échangent : l’envoûtante reporter et écrivaine suisse Annemarie Schwarzenbach, mais aussi Zelda Fitzgerald, venue y soigner sa schizophrénie et rompre avec son addiction à l’alcool, ou encore brièvement la fille de James Joyce, ces deux dernières envoyées par Carl Gustav Jung, comme le révèle une des biographes de ce dernier, Deirdre Bair.

L’infirmière chef et Oscar Forel, aux Rives de Prangins, 1936
Photo tirée d’Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

Forel a développé depuis longtemps son goût du voyage, qui l’avait porté sur les routes dès avant la fin du lycée. Désormais, son métier lui-même lui donne l’occasion de circuler au-delà de la Suisse. Président, au milieu des années 1930, de la commission de psychothérapie de la Société suisse de psychiatrie, il participe à de nombreux congrès internationaux, manifestations médicales prisées depuis la fin du XIXe siècle : congrès des médecins aliénistes de langue française, mais aussi congrès d’hygiène mentale, puis congrès de psychiatrie infantile, à Paris en 1937. Il fait notamment partie de la délégation suisse au Premier congrès international d’hygiène mentale, tenu à Washington en 1930, dont il fait une recension pour la Gazette de Lausanne du 10 juin de cette année-là. C’est aussi par l’hygiène mentale qu’il s’intéresse à l’enfance, donnant ainsi des conférences en Suisse aux parents et pédagogues sur la nécessité du dépistage précoce des troubles et déficiences et d’une bonne éducation.

En 1931, son père, Auguste Forel, meurt à Yvorne.

Un peu plus tard, à la recherche d’exotisme et de repos, il part quelque temps au Maroc. Puis il s’envole pour les États-Unis, où il est reçu par plusieurs confrères, notamment Adolf Meyer, psychiatre d’origine suisse, ancien élève de son père et pilier de l’hygiène mentale internationale, installé au Johns Hopkins Hospital de Baltimore. Forel se rend ensuite au Canada d’où il gagne l’Angleterre. De là, en passant par la Hollande, il rejoint l’Allemagne puis l’Autriche. Ce périple lui fait constater avec ahurissement la propagation du national-socialisme à force de propagande, particulièrement vers la jeunesse, qu’il sent galvanisée. Une montée en puissance dont il perçoit l’acmé en assistant aux premières loges au Reichsparteistag de Nuremberg en cette année 1936 d’où il peut voir de près les caciques du régime, ce qu’il relate a posteriori dans son autobiographie à travers un épisode cocasse où il fait le fier-à-bras :

C’est alors que je mis ma main droite dans ma poche et serrai très fort le revolver que j’avais toujours sur moi en voyage. Un instant, la pensée que je pouvais tirer m’effleura… Presque à bout portant… Moins de dix mètres… Impossible de le manquer… Mais ensuite ? Que se passerait-il ? L’Allemagne ne voudrait-elle pas venger son idole ? N’envahirait-elle pas mon pays ? N’est-il pas vain de changer le cours de l’histoire ?

La guerre civile espagnole est un premier déclencheur de son élan humanitaire. En février 1939, son dossier de police conservé aux Archives fédérales mentionne sa participation à une réunion publique aux côtés d’autres médecins au sujet de l’aide sanitaire et médicale à apporter à l’Espagne. A l’approche de la guerre, la clinique de Forel se vide. Il y accueille des réfugiés des Pays-Bas, de Belgique, d’Allemagne. Il intensifie aussi son activité patriotique depuis son affectation au Service psychologique de l’armée suisse, dont le but est de parvenir à créer une résistance civile en cas d’invasion nazie, faisant des conférences dans le pays sur la « guerre des nerfs ». En 1941, Forel est intégré au Comité consultatif du Bureau des relations internationales du Secours national, organisation française de coordination des œuvres sociales datant de la Première Guerre mondiale et ravivée par Vichy, aux côtés notamment de Georges Thélin, secrétaire général de l’UISE, qui en est consultant, et d’Hugo Oltramare, de la Croix-Rouge suisse-Secours aux enfants. D’après les archives du Secours national, ce Bureau, qui a son siège au Palais Wilson à Genève, est notamment chargé des relations avec les organisations internationales, plus concrètement d’acheminer vers la France du matériel et des vivres, par exemple pour les familles des prisonniers de guerre.

C’est semble-t-il dans ces années 1941-1942 que Forel « sort de sa tanière », expression qu’il emploie lui même pour conter ses aventures, dans une lettre de janvier 1945 à John Rawlings Rees, psychiatre de la Tavistock Clinic de Londres et de l’armée britannique durant la guerre. Entre circulations scientifiques, relations diplomatiques et renseignements, il se rend à Berlin en 1942, sur invitation du Pr Goering et d’un couple de médecins des services neuropsychiatriques dont il a soigné le fils, non sans délivrer à son retour au colonel Roger Masson, qui dirige les services de renseignements suisses, un rapport circonstancié de la situation. Il atteint aussi Paris, où il a des contacts avec des Résistants, qui l’informent de messages à transmettre à son retour au groupe de Genève, tandis qu’il raconte avoir effectué parfois lui-même au fil de la guerre le transport de matériel ou de vivres pour des maquisards du Jura et de Savoie. Pour cela, il sera fait en 1946 chevalier de la Légion d’honneur en France.

Dès 1942, il suit avec beaucoup d’attention la politique confédérale à l’égard des réfugiés, prenant ainsi position dans La Gazette de Lausanne du 26 août contre l’interdiction qui leur est faite de travailler. Cette année-là, la police relève aussi ses activités en direction des Juifs, qu’il cache dans sa clinique et les alentours. Et puis, ce serait à ce moment que le secours aux enfants semble devenir une orientation réelle, écrit-il :

Sans doute n’est-ce pas par hasard que, dès 1942, j’ai commencé à réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour secourir dans leur pays même les innombrables enfants victimes de la guerre : enfants déportés, abandonnés, traumatisés, et le plus souvent orphelins… Mes voyages et séjours dans les pays du champ de bataille m’avaient fait entrevoir l’étendue du désastre et la nécessité d’une aide massive sur place, alors que d’aucuns préconisaient d’entrouvrir nos portes à un nombre limité d’enfants. C’était les expatrier à nouveau puisque, enracinés chez nous, ils seraient, adultes, renvoyés dans leur patrie oubliée entre temps…

En mars 1944, Nettie Sutro, secrétaire générale du Comité suisse d’aide aux enfants émigrés, fondé en 1933, sollicite Forel pour qu’il prenne en charge quelques enfants dits « psychopathes » ou « arriérés », le terme varie selon les écrits, arrivés clandestinement en Suisse après la fermeture de la frontière. Forel transforme une partie de sa clinique en home d’enfants, à l’instar d’autres institutions, telle que l’Ecole d’humanité de Paul et Edith Geheeb, installée sur le lac Noir (Schwarzsee) depuis 1939, qui accueille trente cinq enfants placés par la section vaudoise de l’Aide aux enfants émigrés. A Prangins, les enfants sont acheminés par cette section et par la Croix-Rouge suisse-Secours aux enfants et sont confiés au psychiatre juif hongrois Leopold Szondi.

Attestation de Forel, déc 1944
(Berne, archives fédérales, dossier Szondi 1944-1960 E4264#1985/196#47236*) )

 

Celui-ci y est officiellement réfugié depuis qu’il a débarqué en Suisse après l’épisode rocambolesque et controversé du « train Kasztner », qui vit plus d’un millier de juifs sauvés de Budapest mais emmenés au camp de Bergen-Belsen, avant finalement d’en être libérés et d’arriver en Suisse en décembre 1944 au prix d’un marchandage avec Adolf Eichmann contre des marchandises puis des devises. En cette fin d’année 1944, comme Forel le dit au fil de différents courriers, vingt-deux enfants sont encore chez lui, à Prangins. La place de l’enfance devient alors plus importante dans ses activités, non tant sur le plan de la clinique – il ne consulte et ne publie plus guère -, dévolue à ses collaborateurs, dont Szondi, que sur le plan humanitaire, voire politique.

Depuis quelques années, Forel déborde d’ambitions pour la Suisse de l’après-guerre, qu’il souhaite voir officiellement à la pointe de la reconstruction, ce dont témoignent les archives fédérales. Déjà, en novembre 1942, sans doute parce que cela correspond au déclenchement de la « Solution finale » ainsi qu’au raidissement de la politique suisse envers les réfugiés, il projette la création d’un « Centre sanitaire mondial » depuis la Suisse, sous contrôle confédéral, censé centraliser les acheminements de médicaments et de soins aux populations des pays touchés par la guerre, dont les besoins auront été évalués par des délégués gouvernementaux des pays belligérants.

Projet de centre sanitaire mondial, lettre d’Oscar Forel au président Etter, 1943
(Berne, Archives fédérales, E3300C#1000/764#747*)

Comme il l’écrit avec un certain culot dans Médecine et Hygiène du 1er juillet 1943, la nouvelle organisation pourrait s’installer dans les locaux de la Société des Nations, près des nombreuses autres organisations internationales basées à Genève. S’il a l’oreille attentive du conseiller fédéral de Haller, délégué aux œuvres d’entr’aide internationale, le « projet Forel », comme on le range en haut-lieu, ne trouve aucun écho malgré les offensives de son promoteur, surtout parce qu’il désavouerait l’action menée par le Comité international de la Croix-Rouge. Mais Forel est obstiné et dès 1944 revient à la charge, dans un contexte différent, tandis que l’issue de la guerre ne fait plus de doute et que la Croix-Rouge commence à être critiquée pour sa passivité. Il imagine cette fois un Institut de psychologie appliquée, qui serait un centre de coordination à visée scientifique, servant de plate-forme d’échanges, dédiée à l’organisation de congrès, de lieu de ressources (enquêtes et statistiques), de composition d’équipes techniques pour des missions dans les pays éprouvés par la guerre mais aussi dans les centres d’accueil en Suisse, d’institut de formation et de perfectionnement de techniciens…

Las, ce projet ne prend pas mais ce n’est que partie remise, puisque dès novembre 1944, Forel et quelques amis et collaborateurs des milieux médico-psychologiques et de la pédagogie de l’enfance déficiente du pays, proches de la Revue suisse de psychologie et de psychologie appliquée (Schweizerische Zeitschrift für Psychologie und Andwendungen), fondée en 1942, dont le pédagogue Heinrich Hanselmann, la psychologue allemande Thérèse Wagner-Simon ou le psychiatre Moritz Tramer, forgent des plans pour l’après-guerre. Le petit groupe se décide pour une meilleure coordination de « toutes les mesures destinées à panser les plaies morales et intellectuelles des enfants victimes de la guerre », comme le souligne le compte rendu de la réunion, au risque d’ajouter une nouvelle strate à la constellation d’organisations de secours aux enfants déjà basées en Suisse. L’idée originale est de fonder une œuvre qui ne serait plus dévolue aux seuls secours matériels, apanage des états, de la Croix-Rouge ou encore du Don suisse pour les victimes de la guerre qui est alors en phase de constitution, mais à la reconstruction et à la désintoxication de la jeunesse, répondant au nom irradiant et solennel de Pro Juventute Mundi, qui deviennent très vite les « Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre », réduites aussitôt à leur acronyme de SEPEG. Elle est envisagée comme une « Diète » d’experts internationaux, comme pour rappeler la Diète fédérale helvétique d’avant 1848, chargée d’organiser des conférences et de contribuer à former des équipes de spécialistes de l’enfance victime de la guerre au service des pays dévastés.

Les SEPEG organisent une première grande conférence internationale, à Zurich, en septembre 1945. Elle s’ouvre le 10 septembre, dans la Kongresshaus (centre des congrès) inaugurée en mai 1939 à l’occasion de la Landesaustellung (exposition nationale) en présence de cent vingt deux délégués étrangers, venus de vingt pays, et soixante dix neuf Suisses.

Ouverture solennelle des SEPEG à Zurich, le 10 septembre 1945
Die Tat, 12 septembre 1945

Si Hanselmann préside la matinée, c’est à Oscar Forel que revient la charge d’inaugurer la conférence qui lance les travaux l’après-midi, par un long discours. Les délégués se sont alors rendus dans les locaux de l’École Polytechnique fédérale, au sein du quartier universitaire. Comme prévu, le ton se veut grave et le programme ambitieux :

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […] De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts […] Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine

A la suite de cette conférence internationale, Forel remplace Hanselmann à la présidence des SEPEG et s’y montre très actif, particulièrement dans l’implantation au sein des pays touchés par la guerre de branches nationales, dans la mise en place de formation de personnel spécialisé en médico-pédagogie, ainsi que dans les réflexions sur la réforme des systèmes de protection de l’enfance à l’échelon transnational. Et si les SEPEG continuent par la suite d’organiser tous les deux ans un grand événement en Suisse (Zurich en 1947, Bâle en 1949) ainsi que des formations d’équipes médico-pédagogiques à Lausanne sous la direction du psychiatre Lucien Bovet, elles se déroulent aussi dans les pays européens, dans l’idée de donner une impulsion et une caution experte à des initiatives locales, d’assurer une assistance à l’enfance sur place. L’idée est aussi de soutenir les nombreuses communautés, villages et républiques d’enfants qui prennent naissance à cette période et que Forel voit comme le gage d’une refonte éducative. Il défend une aide dans les pays-mêmes alors qu’il s’oppose à la conception du village international en Suisse, sur le modèle de celui de Trogen, qu’il voit comme un « Landi-Baby-Hollywwod » dans lequel les enfants sont à nouveau déracinés, et engage une controverse avec Walter Corti à ce sujet. Il sera invité en juillet 1948 en tant qu’observateur, au nom des SEPEG, à la conférence internationale des directeurs de communautés d’enfants, justement à Trogen.

Entamant un tour d’Europe de l’enfance victime de la guerre, il se rend à Milan, dès avril 1946, puis la zone d’intervention s’élargit à la France (Grenoble, 1946), l’Allemagne (Odenwaldschule près d’Heidelberg, 1947 ; Buchenau, 1948), la Pologne (Varsovie, 1948).

Oscar Forel en Italie, 1947
(Fonds Oscar Forel, archives cantonales vaudoises, PP 1035/69)

Oscar Forel au Centre éducatif de Rimini, mai 1947
(Fonds Oscar Forel, Archives cantonales vaudoises, PP 1035/68)

Mais c’est l’Italie qui constitue un point d’attraction majeur ; la question méridionale y est alors vive, le Sud connaissant une situation socio-économique difficile et portant les héritages du contrôle des forces alliées. L’enfance des rues y constitue là plus qu’ailleurs une icône de la misère et un souvenir de la guerre mais les expériences diverses de communautés d’enfants ne manquent pas. Forel et des équipes des SEPEG se rendent ainsi en mai 1947, à Rimini, au centre social italo-suisse, financé par le Don suisse, mais aussi à Florence, sous les auspices d’Ernesto Codignola, fondateur de la Scuola Città Pestalozzi, ainsi qu’à Rome, au sein d’une nouvelle école d’assistantes sociales, poussant aussi ces jours-là jusqu’à Civitavecchia, au Villagio del Fanciullo dirigé par Don Antonio Rivolta.

Oscar Forel reste à la tête des SEPEG jusqu’à leur dissolution en 1951 après un ultime convegno à Cosenza, en Calabre. Tandis qu’il a pris du recul avec la psychiatrie et même s’il suit toujours de près sa clinique de Prangins, il n’en demeure pas moins actif sur le plan international. D’abord au sein de la Fédération mondiale pour la santé mentale, mise sur pied en 1946 par son ami John R. Rees. Ensuite, en se rendant en URSS en 1954, avec des collègues suisses, afin d’y saisir les réalisations soviétiques dans ce domaine.

S’il a été étiqueté d’extrême gauche dans sa jeunesse par la police fédérale, en raison surtout de son soutien à la grève générale de 1918 et aux revendications du comité d’Olten, il est depuis longtemps un bourgeois respectable, mais toujours athée et libre penseur. Il poursuit également sa mission d’expert humanitaire, notamment au sein du comité lausannois de l’Aide suisse aux régions extra-européennes, organisation créée en 1955. Il suit ainsi de près, à la fin des années 1950, les villages d’enfants de Tunisie, dédiés notamment aux enfants réfugiés depuis l’Algérie en guerre, ainsi que la formation d’éducateurs tunisiens en Suisse, supervisée par un humanitaire expérimenté : Rodolfo Olgiati.

Mais de plus en plus, retiré depuis 1946 dans son manoir de Saint-Prex, propriété familiale depuis plusieurs générations, Forel se dédie à l’art, particulièrement à ses macrophotographies d’écorces en couleur, qu’il nomme des « synchromies ». D’une certaine façon, il aura suivi finalement là aussi les traces de son père, jusque dans son rapport à la nature : psychiatre, réformateur social mais aussi naturaliste.

Forel en repérage pour ses synchromies, s. d.
© David Douglas Duncan (http://www.hrc.utexas.edu/exhibitions/web/ddd/gallery/othervisions/095.html)

Oscar Forel meurt le 7 novembre 1982 à Saint-Prex.

Sources :
Archives cantonales vaudoises :
– Fonds Oscar Forel (PP 1035)
– Fonds Hôpital psychiatrique de Prangins (SB 283)
– Dossier ATS Oscar Forel

Archives fédérales :
– Dossier de surveillance : Oscar Forel (1943-1954)  E4320B#1975/40#695*
– Centre sanitaire mondial : Dr Oscar Forel, Prangins (1942-1943) E3300C#1000/764#747*

Bibliographie :
– Oscar Forel, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.
– Entretien avec Oscar Forel, Lausanne Films Plans-fixes, (tourné le 24/05/1980 à Saint-Prex http://www.plansfixes.ch/films/oscar-forel), DVD, 2015.
– Christian Müller, « Oscar Forel », notice dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F19717.php)
– Samuel Boussion, « Pour la paix du monde : Sauvons les enfants ! Les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG) 1944-1951 », Yves Denéchère, David Niget (dir.), Droits des enfants au XXe siècle, Rennes, PUR, 2015, p. 63-72.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.