Une neutralité d’intervention aux prises avec les réalités locales Les missions de l’Union internationale de secours aux enfants en Espagne 1920-1939

Par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du Colloque organisé à l’occasion du 80ème anniversaire du début de la Guerre civile espagnole Le troisième combattant L’action humanitaire durant la Guerre civile espagnole et l’exil républicain à Genève les 27-28 octobre 2016)

Le lien entre l’UISE et l’Espagne ne démarre pas en 1936 avec le début de la guerre civile. Le premier envoi d’un délégué, un certain Gérald B. Hamilton (un Anglais, qui s’avèrera être un homme d’affaire assez douteux) a lieu en février-mars 1920, juste après la naissance de l’organisation internationale.

Il ne s’agit pas de venir en aide aux enfants espagnols mais de faire une collecte auprès des pays catholiques suite à l’appel lancé par le Pape Benoît XV. Ce dernier, dans son encyclique Paterno Iam Diu du 24 novembre 1919 recommande au clergé et aux fidèles de procéder à une quête en faveur des enfants affamés de l’Europe centrale et du Nord. Pour lever des fonds, Gérald Hamilton dispose dans ses bagages d’une série d’images chocs pris par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Allemagne, en Autriche et dans le Nord de la France pour dénoncer les séquelles de la guerre sur les enfants. Ces derniers sont photographiés juste vêtus d’un pagne ou, par classes entières, dénudés jusqu’à la ceinture, voire jusqu’au genou, pour mettre en exergue leur rachitisme.

Enfants de l’école publique de Talamtstrasse, Allemagne 1920, fonds UISE AP.92.105.4 (2)

Caritasverband, série « enfants rachitiques », Autriche 1920, fonds UISE AP.92.105.16 (2)

Ces clichés sont reproduits dans la presse espagnole :

Mission de Hamilton en Espagne, 1920-1922, fonds UISE AP.92.16.3 (2)

Cette campagne dessine ainsi une carte inattendue de l’humanitaire, l’Europe du Sud étant appelée au chevet de l’Europe centrale et du Nord. Dans ses premiers rapports, Gérald B. Hamilton signale d’ailleurs la réaction très mitigée du peuple espagnol :

j’ai trouvé dans le sud de l’Espagne, une certaine apathie et peu d’enthousiasme pour notre idée. Les gens étaient disposés à penser qu’un plus grand effort avait déjà été fait en réponse à l’encyclique du Pape et que d’ailleurs, la misère était assez grande en Espagne pour donner suffisamment à faire aux âmes charitable 

(Mission de Hamilton en Espagne, 1920-1922, fonds UISE AP.92.16.3 (2)

Il évoque aussi les difficultés de faire des démarches dans un pays déjà divisé en fractions idéologiques très marquées :

L’Espagne, étant plus que tout autre pays, divisée en castes fermées, les unes aux autres, il suffit qu’une idée soit bien accueillie dans un milieu pour qu’elle éveille l’hostilité dans les autres. Aussi puis-je constater comme heureux de m’être assuré la bienveillance de la Cour et de l’Eglise aussi bien que des milieux socialistes

(Mission de Hamilton en Espagne, 1920-1922, fonds UISE AP.92.16.3 (2).

La seconde déléguée, envoyée en mars-avril 1935, est une Allemande, professeur en économie politique, le Dr Gudula Kall. Cette mission précède toujours le conflit espagnol même si elle suit de peu la répression par Franco des grandes grèves en Asturie. Son voyage a pour double objectif d’étudier les institutions de la protection de l’enfance et de renforcer les liens entre ces dernières et l’Union. Lors d’une virée spécifique en Asturie, elle est émue par l’importance et l’intensité de la lutte tout en précisant qu’elle ne rentrera pas « dans des considérations politiques ». Elle pose le problème de la neutralité à respecter dans les petites communautés divisées par des divergences politiques et confessionnelles et rappelle que le travail social réclame une objectivité absolue. Pour cette visiteuse venue des contrées du Nord de l’Europe, hantées par les problèmes de chute de la natalité qui ont été aggravés par l’hécatombe de la Grande guerre, l’Espagne offre un contraste saisissant dont Gudula Kall témoigne en débarquant à Madrid le 29 mars 1935 :

Il y a une quantité d’enfants dans la ville. C’est véritablement une ville d’enfants. On voit aussi beaucoup de jeunes gens entre 14 et 20 ans. Ainsi la ville apparaît juvénile. C’est entre parenthèses – la première impression que j’ai eue le soir de mon arrivée que celle d’une capitale toute de jeunesse.

(Mission de Kall en Espagne, rapport mars1935, fonds UISE AP.92.16.4)

Les six missions de Frédérique Small menées entre octobre 1936 et décembre 1937 sont en revanche une réponse directe à la situation de guerre civile qui fait rage depuis le mois de juillet. Dans le premier rapport global et succinct de deux pages sur son premier voyage de six semaines entrepris du 16 octobre au 27 novembre 1936, elle affirme clairement le principe de neutralité souhaitée par l’organisation qu’elle représente ; une neutralité qui se justifie au nom de la cause de l’enfance et des secours d’urgence qu’elle se doit de lui apporter étant donnée la situation rencontrée des deux côtés de la ligne de front :

Mon séjour en Espagne a duré du 16 octobre au 27 novembre – six semaines. J’ai été sur territoire nationaliste aussi bien qu’en Catalogne et Valence – régions du Gouvernement de Madrid. Où qu’ils soient, les enfants souffrent moralement de la guerre. De vastes régions n’ont pas servi de champs de bataille et la vie y semble normale matériellement ; néanmoins il y a peu de familles qui n’aient pas un membre au front : combattant, disparu, blessé ou mort. D’autres régions – et elles sont nombreuses – sont au contraire des foyers de lutte, et il est facile de s’imaginer les conditions de vie des enfants lorsque le danger de guerre approche, lorsqu’ils sont en train d’être évacués et aussi, lorsque transportés ailleurs, ils vivent en réfugiés.

(Mission de Small en Espagne, journal de voyage oct-nov 1936, fonds UISE AP.92.16.6)

Les rapports de chacune des missions sont tellement précis (en moyenne une vingtaine de pages dactylographiées) qu’il est possible la plupart du temps de faire une cartographie détaillée des déplacements, en suivant pratiquement pas à pas la déléguée avec toujours ce souci d’intervenir dans les deux zones du conflit, sachant que parfois se rendre chez les uns c’est tenter de négocier pour les autres, comme c’est le cas des échanges d’enfants. La première mission s’effectue dans un premier temps en zone nationaliste du 26 octobre au 18 novembre 1936.

Carte réalisée à partir du journal de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

Ses périples sont ahurissants étant données les difficultés de transport en temps de guerre. Frédérique Small se rend tout d’abord jusqu’à Burgos, le siège des autorités nationalistes, puis jusqu’à la Corogne en Gallice (sur la carte trajet 1) et ensuite jusqu’à la ligne de front du Nord à la frontière du pays basque qui résiste encore à l’avancée de l’armée franquiste (sur la carte trajet 2). Elle essaye de localiser à chaque fois les différentes colonies de vacances et autres centres d’hébergement accueillant des enfants qui se sont retrouvés brutalement séparés de leurs parents du fait de la ligne de front. Grâce aux listes de noms fournies par le CICR, elle tente d’identifier les enfants, pour ensuite se proposer comme intermédiaire et si possible commencer à organiser leur transport et faciliter les retrouvailles.

Le journal de bord détaillé qui accompagne son rapport témoigne des incessantes tracasseries administratives opposées à l’encontre de ses tentatives par les autorités nationalistes, aussi bien militaires que celles chargées du secours au niveau local, notamment la très puissante organisation de l’Auxilio social qui exerce une sorte de monopole et un contrôle strict de l’aide. Le cas de la maison d’enfants privée de Abadia de Lebanza à 130 kilomètres de Palencia, est symptomatique des difficultés rencontrées et de l’acharnement de la déléguée. Les enfants se trouvent en effet dans une sorte de no man’s land, « un territoire qui n’est occupé ni par les rouges ni par les blancs. Les forces rouges sont à quelques kilomètres devant, mais pas dans la place », un endroit dangereux mais où il est encore possible de pénétrer ; ce que Frédérique Small est prête à entreprendre à ses risques et périls pour éloigner seulement les enfants de la zone du front. Elle se heurte cependant à une situation qui devient vite kafkaïenne comme en témoigne son compte-rendu des 4 et 5 novembre 1936 :

des journées toutes pareilles et de beaucoup plus fatigantes que toutes les autres. C’était d’heure en heure téléphone à l’Etat-major pour savoir si l’ordre était donné – oui, il partait. Puis téléphone à Palencia pour savoir s’il était arrivé : non, pas encore. Retéléphone à l’Etat-major, excuses, il partait à l’instant même, par téléphone, télégramme et lettre ; téléphone à Palencia, le téléphone est bien arrivé annonçant un télégramme qui n’est pas arrivé. Retéléphone, mille excuses, il partait. A palencia, rien, etc. Ceci pour laisser partir les enfants. Pour le deuxième ordre, l’évacuation de force, le Général Davila était loin et ce n’est que jeudi que nous avons pu l’atteindre. A 10 h. : naturellement il donnait l’ordre. A midi rien arrivé, téléphone, non il ne pouvait pas le donner. Explications, persuadé, oui, il le donnait. Préparation de trois autobus, deux infirmières, une soeur, sauf-conduit militaire, bons d’essence. Et nous attendons que Palencia dise avoir reçu l’ordre. A 7 h. du soir : rien. Davila : mais oui il partait à l’instant mais seulement pour les évacuer, pas pour les laisser quitter le pays. J’ai accepté pour sortir au moins les enfants de l’endroit dangereux…

(Mission de Small en Espagne, journal de voyage 4-8 nov 1936, fonds UISE AP.92.16.6)

Ce n’est que 10 jours plus tard que les enfants seront finalement évacués sur Palencia dans un état de malnutrition avancé, mais pour être répartis et placés par petits groupes ensuite dans différentes institutions toujours en territoire nationaliste.

Frédérique Small tente enfin sans succès d’entamer des négociations pour établir une zone neutre qui permettrait de mettre à l’abri les enfants jusqu’à la fin du conflit. Pour ce faire, elle n’hésite pas à se lancer dans une véritable épopée afin de rencontrer le nouveau directeur de la bienfaisance, le comte d’Argillo, faisant le siège des autorités militaires pour obtenir des laisser-passer et empruntant toute sorte de véhicules pour finalement le rejoindre à Leganès, une bourgade au sud-ouest de Madrid, presque aux portes de la ville qui encore aux mains des républicains (sur la carte trajet 3).

Dans un second temps, elle se rend en zone républicaine du 19 au 26 novembre 1936 avec obligation de passer par la France pour aller de l’une à l’autre, devant négocier âprement avec le comité révolutionnaire à la frontière qui, sachant qu’elle vient de Burgos, lui refuse dans un premier temps le passage (sur la carte trajet en jaune). Elle finit par arriver le dimanche 22 novembre vers 11 heures du matin à Barcelone dans une ambiance tendue avec les premiers signes de rationnement. Elle rencontre tout d’abord les autorités espagnoles (comité central d’aide aux réfugiés de Catalogne, Conseil supérieur de protection des mineurs et Julio Alvarez del Vayo, ministre des affaires étrangères du gouvernement républicain). Elle évoque l’aide matérielle que pourrait apporter l’Union (en particulier du lait) ainsi que la question sensible de l’évacuation des enfants à l’étranger, proposant 2000 places du côté du comité français de l’Union. Elle cherche de nouveau à discuter du sort des enfants placés dans des colonies des deux côtés du front et séparés de leurs parents restés cette fois-ci en zone nationaliste. Si ses demandes de transfert sous la bannière neutre d’une organisation humanitaire ne se soldent pas par une fin de non recevoir, il semble clair qu’il s’agira toujours plutôt d’échanges au cas par cas que de libre sortie sans condition.

L’affaire des éclaireurs de Saragosse à laquelle elle se trouve mêlée et que raconte en image Marie Allemann, archiviste à l’Agence centrale de recherche du CICR sur le site de ce dernier, est symptomatique à cet égard. Ces jeunes scouts originaires de Saragosse, partis camper avec leur troupe dans la vallée pyrénéenne d’Ordesa en juillet 1936, s’étaient retrouvés du jour au lendemain dans l’impossibilité de rentrer, leur camp se retrouvant en zone républicaine alors que leur ville d’origine est occupée par les insurgés. Les premiers scouts ne pourront regagner leur foyer qu’en avril 1937 en passant par la France via Marseille, Tarbes puis Lourdes, tandis que les derniers d’entre eux seront échangés le 7 juin de la même année, dans une ambiance digne des films d’espionnage, sur le pont international d’Irun contre les membres d’une troupe d’opérette originaire de Barcelone, elle-même retenue en otage à Saragosse. 

Frédérique Small entre enfin en contact avec les représentants des autres organisations humanitaires (CICR et la branche anglaise des quakers, le Friends Service Council ou FSC) présentes sur le terrain afin de tenter un partage des activités et éviter d’empiéter sur leurs démarches.

Ses missions suivantes continuent à respecter strictement l’alternance entre les deux camps, avec un second voyage jusqu’à Barcelone en zone républicaine du 19 au 23 décembre 1936.

Carte réalisée à partir du rapport de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

Un troisième voyage jusqu’à Burgos, en février 1937, même si elle rencontre à la frontière à Cerbère le docteur Suisse Miette Pictet qui l’avait accompagnée lors de son précédent voyage et avait choisi de rester sur place à Barcelone (sur la carte trajet en jaune).

Carte réalisée à partir du rapport de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

Un quatrième du 13 mai au 1er juin 1937 jusqu’à Murcia (sur la carte trajet 3) avec un petit détour par Denia pour visiter une colonie d’enfants (sur la carte trajet 1)

Carte réalisée à partir du rapport de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

En revenant sur Valence, elle fait la connaissance avec son compatriote Rodolfo Olgiati.

Photos de Small et de Rodolfo Olgiati prises à Valence, fonds UISE AP.92.105.59 (1) et AP.92.105.50 (1)

Ce dernier, depuis le mois de mai 1937, au nom du Comité neutre d’action pour les enfants d’Espagne, connu sous le nom d’Ayuda Suiza, organise un service régulier de ravitaillement et de transfert de population entre cette ville de la côte et Madrid. Il est doté pour ce faire de quatre camions Ford, type char-à-banc.

Départ des 4 premiers camions Suisse de Genève le 29 avril 1937, fonds UISE AP.92.105.50 (1)

Frédérique Small décide alors d’expérimenter en personne ce trafic épique en embarquant le 25 mai dans un des camions (sur la carte trajet 2), rassurée au passage de constater des signes tangibles de la collaboration avec son organisation, le sigle de l’UISE (un bambino emmailloté), étant bien estampillé sur le véhicule (signalé avec un cercle jaune sur la photo).

Elle entreprend encore un cinquième voyage du 9 au 20 octobre 1937 dans une zone nationaliste qui a pris de l’ampleur, tout d’abord jusqu’à Valladolid (sur la carte trajet 1) puis dans le pays basque tombé aux mains des franquistes, Santander (sur la carte trajet 2) puis Bilbao (sur la carte trajet du retour en jaune).

Carte réalisée à partir du rapport de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

Et enfin un dernier, dans une zone républicaine toujours plus exsangue, encore une fois jusqu’à Murcia assaillie par un flot toujours plus dense de réfugiés fuyant les zones de combat et de retour par Valence, effectuant à nouveau une virée jusqu’à Madrid dans un camion de l’Ayuda Suiza où elle assiste à une autre opération d’évacuation.

Carte réalisée à partir du rapport de voyage de Small, fonds UISE AP.92.16.6

Frédérique Small durant ses quatre dernières missions insiste sur l’impartialité de son action des deux côtés de la ligne de front, en produisant notamment des tableaux prouvant la répartition équitable des aides matérielles apportées.

Tableau de distribution des marchandises, 1937, fonds UISE AP.92.16.10

Elle prend cependant parallèlement la mesure du déséquilibre de l’urgence et des besoins au fur et à mesure que le contexte de guerre tourne à l’avantage des nationalistes et provoque une situation de crise humanitaire du côté des républicains. Ce déséquilibre est aggravé par les nombreuses entraves posées du côté nationaliste par l’entreprise gouvernementale de l’Auxilio social, qui impose un contrôle et des conditions draconiennes pour l’action qu’entendent menées sur le terrain les organisations humanitaires étrangères, alors que le gouvernement républicain aux abois les sollicitent de plus en plus ouvertement. Dans une position plus défensive, voire de replis, la question de l’évacuation est en effet pour ce dernier cruciale.

C’est en s’intéressant de près à la situation alarmante des réfugiés qui affluent toujours plus nombreux sur le littoral méditerranéen entre Murcia et Barcelone, qu’elle découvre l’existence de centres d’accueil pilotes pour enfants dont les premiers ont été mis en place dès le début de la guerre civile. Si devant à la situation d’urgence leur nombre ne cesse de croître pour tenter de faire face à la marée montante des réfugiés qui bientôt les submerge, elles s’inscrivent dans un projet de réforme éducative plus global et ambitieux qui avait été amorcé dès l’instauration du gouvernement de Front populaire. Ainsi que l’atteste l’abondant matériel de propagande envoyé à l’UISE, les colonias infantiles restent malgré les impératifs sanitaires sous la tutelle exclusive du ministère de l’Instruction publique qui les présente comme des centres d’expérimentation pédagogique pilotes.

Prospectus « La république espagnole au service de la culture », 1937 ?, fonds UISE AP.92.16.14

Dans une brochure de 28 pages accompagnée d’un long rapport, datés de novembre 1937, le ministère met l’accent sur le fonctionnement des colonies d’enfants en régime collectif et leur encadrement pédagogiques, des instituteurs étant à chaque fois désignés pour en assurer la gestion administrative et économique, dans un cadre familial et un système coopératif inspiré de l’éducation nouvelle. Le rapport recense 160 colonies de ce type en zone républicaine accueillant 8652 enfants, 13 d’entre elles étant déjà parrainées par des organisations d’aide étrangères (National Joint committee, North american comittee, quakers, comité suédois d’aide à l’Espagne…). Ces documents font le constat cependant aussi de l’impossibilité pour le gouvernement de faire face à l’afflux toujours plus important de réfugiés, évoquant le chiffre de 10.000 enfants qui n’auraient pas encore trouvé de place dans les colonies. Un prospectus de la Delegación general de colonias envoyé en annexe de ce rapport affiche quand on le déplie une carte de la zone gouvernementale pointant avec des ronds, des triangles et des symboles de maison les innombrables centres, résidences et campements installés tout le long de la côte méditerranéenne de Gérone à Alicante, tandis que des flèches provenant de Malaga, Badajoz, Madrid et de la Zone Basque via la France indiquent les lignes d’évacuation qui les alimentent sans cesse du flot de fugitifs dont la débandade est rendue hyperréaliste par le biais d’un photo-montage figurant sur fond sombre du côté nationaliste les canons de longue portée et l’aviation bombardant sans relâche dans un décor apocalyptique de ruines et tout le long de la ligne de front la même silhouette d’un gamin hurlant, pieds nus, revêtu seulement d’une ample chemise, les bras écartés, menacé par des obus et des roquettes plus grands que lui. Tout au sud de la carte est représenté un groupe de deux femmes, cinq enfants et un vieillard accroupis à même le sol, serrés les uns contre les autres, l’air épuisé.

Brochure de 1937, fonds UISE AP.92.16.15 (1)

Tout en faisant appel à d’autres parrainages pour continuer à créer d’autres centres d’accueil en Espagne, le ministère met l’accent sur la nécessité, devenue incontournable, de développer parallèlement une politique d’accueil des enfants espagnols à l’étranger. Cet accueil a commencé à se faire dans des familles françaises, sous l’égide du Comité d’accueil aux enfants d’Espagne (CAEE) créé par la CGT, comme l’ont montré les travaux de Célia Keren, mais aussi par la fondation de colonies créées sur la même modèle à l’extérieur. C’est clairement cette dernière solution qui rencontre la préférence des autorités espagnoles car elle permet de préserver les enfants envoyés et placés ensemble dans une ambiance culturelle proche et de leur donner une instruction dans la même orientation idéologique en faisant appel pour les accompagner à des instituteurs de la même nationalité et en s’associant à des militants français sympathisants de la cause républicaine et partageant les mêmes conceptions pédagogiques. Le rapport de novembre 1937 établit ainsi une liste de 38 colonies établies en France, terrain d’implantation privilégié étant donnée sa position limitrophe et le régime de Front populaire en place. Un certain nombre d’entre-elles sont en effet soutenues et hébergées par des « camarades » très investis dans les courants d’éducation nouvelle : que ce soit Célestin Freinet lui-même qui reçoit 19 enfants avec leur institutrice dans son école expérimentale de Vence ou bien le réseau de ses coopérateurs à Bièvre-Val Profond dans la Seine-et-Oise ou à Chantilly dans l’Oise.

A suivre…

 

Sources :

Archives de l’UISE à Genève :

  • Dossier 92.16.3 sur la mission de Gérald Hamilton délégué de l’UISE en Espagne
  • Dossier 92.16.4 sur le voyage du Dr. Gudula Kall déléguée de l’UISE
  • Dossier 92.16.6 sur les notes, rapports de voyages en Espagne nationaliste et gouvernementale de Mme Frédérique Small et de Mlle Miette Pictet déléguées de l’UISE
  • Dossier 92.16.10 sur la guerre civile espagnole: listes des actions de secours à l’Espagne, comptes et tableaux de distributions des marchandises.
  • Dossier 92.16.14 et 15 sur La guerre civile en Espagne gouvernemental: appels, propagandes, publications anti-franquiste
  • Dossier AP.92.105.50 et 59 sur les photographies de l’aide à l’Espagne

Bibliographie :

Exposito Navarro (Luis Manuel), La conexión Burjassot. Ayuda Suiza durante la guerra civil (1937-1939), Plataforma de Burjassot per la III República-Ajuntament de Burjassot, 2011

Farré (Sébastien), La suisse et l’Espagne de France, Genève, Antipodes, 2006

Marquès (Pierre), La Croix-Rouge pendant la guerre d’Espagne (1936-1939). Les missionnaires de l’humanitaire, Paris, L’Harmattan, 2000

Mendlesohn (Farah), Quaker Relief Work in the Spanish Civil War, Edwin Mellen Press, 2001

Preston (Paul), Palomas de guerra, Madrid, Debolsillo, 2013

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.