Marie Meierhofer (1909-1988)

Une vie au service des enfants

par Bernard Walter

Quel destin étonnant que celui de Marie Meierhofer ! On pourrait dire qu’elle a passé sa vie sous un régime de liberté conditionnelle. En effet, les drames qui se sont succédé au cours des vingt-cinq premières années de sa vie ont profondément déterminé le cours de toute son existence.

Marie Meierhofer est née le 21 juin 1909 à Turgi, entre Baden et Brugg, dans le canton d’Argovie, au bord de la Limmat. La région est baignée de rivières, c’est là que la Limmat et la Reuss rejoignent l’Aar, laquelle va se jeter un peu plus loin dans le Rhin. C’est aussi un nœud ferroviaire important de Suisse. « Ma vie et mes fantaisies ont été fortement inspirées par ce paysage », dit Marie Meierhofer. L’eau va d’ailleurs jouer un rôle particulier dans les drames qui ont marqué sa vie. Le train aussi a son importance, car aux frontières il y a la guerre, les trains transportent des blessés, dont certains seront nourris ou hébergés un temps dans sa famille, et cela, la petite Marie ne peut pas l’oublier.

Vue du Turgi avec la maison familiale au premier plan. Cette photo, ainsi que toutes les suivantes sont tirées de : Marco Hüttennmoser & Sabine Kleiner, Ein Leben im Dienst der Kinder Marie Meierhofer, 2009

Marie Meierhofer grandit dans une famille aisée, la maison bénéficie d’un confort inhabituel pour l’époque, avec un chauffage central, de l’eau courante dans toutes les chambres et une baignoire en zinc. Son père, Albert Meierhofer, est entrepreneur, et il épouse en secondes noces Marie Lang, de 21 ans sa cadette. Marie Meierhofer est la fille aînée du couple. Vont suivre Emma, Albertina et Robert.

La mère de Marie, Marie Meierhofer-Lang, est une femme « au grand cœur », et, dans la mesure de ses moyens, c’est elle qui, au village, organise des secours aux soldats. C’est une personne généreuse, aimante, avec une fibre artistique exceptionnelle, et pleine de vie, adorée de ses enfants.

Portait de Marie Lang en peintre en 1902

Mais la vie de famille n’est pas harmonieuse, il y a entre les parents un conflit latent, le père est très souvent absent, en voyages d’affaires, et quand il rentre, c’est souvent pour repartir en adepte du naturisme faire des excursions en montagne. Et si Marie ne se mariera jamais, elle l’attribue en premier lieu à son vécu en famille qu’elle ne veut en aucun cas reproduire.

Portrait d’Albert Meierhofer en excursion vers 1908

Et puis des drames terribles vont frapper la famille. Le petit frère, seul garçon de la fratrie, et adoré de ses sœurs, se noie dans l’étang du jardin à l’âge de 21 mois. Marie, qui a 8 ans lorsque cet accident arrive, se reproche de ne pas avoir surveillé son frère. Elle traverse une forte crise, et très tôt, elle a des idées de construire une maison pour accueillir des enfants pauvres. Cette perte va profondément perturber sa sœur Albertina qui est une personne fragile psychologiquement et qui ne se remettra, elle, jamais de la mort de son petit frère.

Puis, alors que Marie a fait un séjour à Paris pour sa scolarité, sa mère décide de venir la chercher en avion. Mais au décollage, l’avion s’écrase et sa mère meurt dans l’accident. C’est en 1925, Marie a 16 ans. Suite à ces deux deuils, Marie est en révolte contre la religion ce qui illustre le côté très rationnel de son approche de la vie.

Marie Meierhofer à Paris en 1923

La série va se poursuivre : en 1931, son père se noie en canoë dans les rapides de la rivière Tessin. Puis enfin, en 1934, c’est sa sœur Albertine qui décède en hôpital psychiatrique à l’âge de 21 ans. Les causes de sa mort ne sont pas établies.

De surcroît, il y a dans la famille, un secret : l’existence d’un demi-frère, prénommé Albert (comme le père donc), qu’elle ne connaîtra qu’en 1960. Marie dit qu’elle se souvient vaguement de son père qui sur son balcon le soir faisait des signes de la main à une femme.

Il ne serait pas juste de réduire la vie de Marie Meierhofer à ces drames. La force de sa nature, sa grande intelligence, son aptitude à être en lien avec ceux qui l’entourent, en famille ou dans le cadre de ses études, et plus tard de son métier, sa soif de toujours apprendre, ainsi qu’une forme d’optimisme inaltérable, ont eu raison de ce qui aurait pu la mettre à terre. Depuis petite, elle lit beaucoup, tout ce qu’elle trouve, elle lit tous les livres de ses parents « livres de vulgarisation scientifique sur l’histoire de la Terre, les animaux, le cosmos, avec de magnifiques illustrations ». Et elle voyage beaucoup, à travers l’Europe, souvent en voiture, emportant,  quand elle va faire des vacances, le canoë qu’elle a reçu de son père pour ses vingt ans.

Marie Meierhofer dans son automobile en 1930

Il n’en demeure pas moins que toutes ces tragédies, en plus d’une vie familiale troublée,  ont une double conséquence sur la vie de Marie Meierhofer, on peut dire qu’elles en ont probablement déterminé le cours.

D’une part sur sa vie privée. Marie ne s’accordera jamais les bonheurs d’une vie de famille et d’un foyer. D’une force mentale et physique exceptionnelle, elle a résisté à toutes ces épreuves, mais au prix d’une activité de tous les instants, jusqu’à l’épuisement. Sans relâche elle étudie, élabore des projets, les mets en œuvre et voyage avec sa petite voiture, sur laquelle elle fixe le canoë de son père. D’autre part sur sa formation et son engagement professionnel, elle qui a dédié l’entier de sa vie à la cause des enfants, comme elle l’avait projeté depuis son plus jeune âge.

Portrait de Marie Meierhofer dans un bateau vers 1927

Dans sa vie, on peut repéré trois axes. C’est premièrement, bien sûr, ses études de médecine, et sa spécialisation en pédiatrie, à une époque où la discipline n’existait pas encore vraiment. Puis sur le plan privé, deux personnes qui tout au long de sa vie ont été irremplaçables : Walter Robert Corti et le petit Edgar Hensler.

Une fois ses examens de maturité accomplis, en 1929, Marie Meierhofer commence donc ses études de médecine, à l’université de Zurich, avec l’accord de son père, qui d’abord voulait la voir aborder une profession technique ou l’architecture. C’est là qu’elle rencontre Walter Corti, en 1930.

Marie Meierhofer et Walter Corti en mars 1933

Elle est en deuxième année de médecine et Corti en première. Très vite, c’est un lien profond qui se crée. Une relation d’amour qui n’aboutira jamais au mariage, et qui restera une forte amitié pour la vie. En 1933, ils font ensemble un semestre d’études à Vienne. C’est là qu’elle suit les cours du Professeur Eppinger. Ce qui la frappe chez ce médecin, c’est la part importante qu’il accorde à l’observation du sujet. Aucun signe dans le comportement de l’enfant ne lui est indifférent et il tire de cela des enseignements précieux. Marie Meierhofer en est impressionnée et cela va fortement influencer sa conception et sa pratique de la  médecine. Elle termine ses études en 1935.

Marie Meierhofer comme assistante avec ses collègues à l’hôpital en 1931

Dès le début de ses études, elle se dirige dans des directions précises. Il s’agit en premier lieu de la médecine pour enfants. Son deuxième intérêt se porte sur le fonctionnement du cerveau, ce qui fait probablement suite à la maladie de sa sœur, ce qui détermine également sa formation en psychiatrie. Et enfin la médecine préventive, ce qui lui vient des conseils de son père, fervent adepte de la Lebensreform, un mode de vie naturelle en vogue à l’époque dans certains milieux.

Entre 1935 et 1938, Marie Meierhofer est assistante en psychiatrie au Burghölzli, la clinique psychiatrique universitaire de Zurich dirigée alors par Hans W. Maier. Puis de 1939 à 1942, elle travaille à l’hôpital pour enfants de Zurich, qui a pour médecin-chef le prof. Guido Fonconi. Elle est passablement choquée par les méthodes sommaires utilisées pour soigner les enfants, en particulier par le manque d’attention qu’on porte à leur personne et à leurs besoins. Les bébés sont en général abandonnés seuls dans leur lit. Les règlements des visites sont très stricts et il y a interdiction pour les parents de sortir les bébés de leur lit. Marie Meierhofer jouera alors un rôle de véritable précurseur, en découvrant et démontrant à quel point l’isolement dans lequel on tient les enfants est néfaste et, au contraire, combien la socialisation des enfants et les stimulations faites à l’enfant sont déterminantes pour leur développement et leur santé.

Hôpital psychiatrique Le Burghölzli à Zurich

Ce qui me frappe chez Marie Meierhofer, c’est à quel point elle est conséquente dans ses idées et ses démarches. Elle va le montrer de façon étonnante lors de sa rencontre avec Edgar, à qui elle donnera le petit nom de Kläusli. Edgar Hensler est un enfant de l’orphelinat qui a été transféré à l’âge d’une année à l’hôpital. Il est très retardé dans son développement et dans un triste état physique également. « Je n’ai jamais vu dans toute ma vie un enfant dans un tel état d’abandon », dit-elle. Elle l’accueille dans son département des nourrissons et observe sa progression, et elle le voit manifester son bonheur d’être avec des personnes qui s’occupent de lui.

Marie Meierhofer et Edgar en 1943

Aussi, lorsque la commune n’est plus en mesure d’assumer les frais de son hospitalisation, Marie Meierhofer le placera chez son demi-frère Hans (né du premier mariage de son père Albert), en attendant de le prendre chez elle, en 1942, à la fin de son mandat à l’hôpital. Elle l’adoptera en 1943, et partagera sa vie jusqu’à sa mort à l’âge de 26 ans, en 1966.

Marie Meierhofer et son fils adoptif Edgar en 1962

Dans un discours, dix-ans après sa mort, à l’occasion de la remise d’un prix qu’elle reçoit, elle dira : « Edgar, appelé par moi Kläusli, m’a accompagné pendant vingt ans de ma vie comme un heureux camarade, disponible et plein d’amour ».

Edgar est une figure emblématique de la vie de Marie Meierhofer. Il est toujours resté au centre de ses préoccupations. C’est lui qui  prend la « place » du petit frère Robert dont la mort à deux ans a toujours laissé un profond vide chez Marie. Il montre la détermination de Marie Meierhofer dans l’application concrète de ses idées. Il montre à quel point elle est conséquente dans ses idées et ses démarches. Il montre à quel point elle est fidèle dans ses sentiments.

En 1942, elle a donc quitté son emploi à l’hôpital de Zurich. Elle va s’occuper alors des soins aux enfants victimes de la guerre, et s’engage pour six mois comme docteur à la Croix-Rouge à Cruseilles, en Haute-Savoie. Ce sont 200 enfants qui y sont hébergés, en convalescence ou pour des traitements médicaux. Elle examine chaque enfant, fait un descriptif de son  état et de ses déficiences. Ces enfants sont en général maigres, sous-alimentés et sous-développés. Plus tard, en 1945, elle fera un séjour semblable à Caen, aussi pour la Croix-Rouge.

Carte postale du château des Avenieres à Cruseilles

Bain de soleil des enfants tuberculeux à Cruseilles dans les années 1940

Dans le même temps, elle planifie l’ouverture d’un cabinet en psychiatrie infantile à Zurich. Pour cela, elle se rend quelquefois à vélo de Cruseilles à Genève, puis en train pour Zurich. Mais dans un premier temps, elle n’est pas autorisée à le faire, car la psychiatrie infantile n’existe pas. C’est à cette période que Marie Meierhofer décrit dans ses lettres à Corti ses conditions de travail et l’état d’épuisement où cela la mène parfois. Or, en 1943, elle parvient à ouvrir son cabinet médical .

En 1944, c’est le premier appel de Walter Corti dans le magazine Du pour soutenir le projet d’un village d’enfants victimes de la guerre et qui aboutira en 1946 à la création du Village Pestalozzi à Trogen. Marie Meierhofer s’engage corps et âme dans ce projet. Il y a une bonne complémentarité avec Corti, qui est, lui, le philosophe, le penseur, le créateur de cette idée, alors qu’elle est sans relâche dans l’action et la vision concrète des choses. A partir de ce moment, Marie Meierhofer mène de front sa pratique médicale à Zurich et son engagement pour le Village Pestalozzi.

Marie Meierhofer avec à sa droite Elisabeth Rotten et Ernesto Codignola à la rencontre internationale des directeurs de village d’enfants à Trogen en juillet 1948

La grande originalité de son approche, c’est de considérer l’être comme un tout, en alliant pédiatrie et psychiatrie. Lorsqu’elle examine un enfant qui a besoin de soins, elle s’intéresse autant à la vie affective de l’enfant qu’aux symptômes somatiques qu’il présente. Mais son action ne se limite pas au travail médical proprement dit. Parallèlement, elle travaille inlassablement à la formation des parents et des médecins, à faire comprendre que le bébé qui vient de naître est déjà une personne, avec ses besoins et ses sentiments, son corps et son âme.

Du côté de Trogen, elle se bat pour l’idée d’un fonctionnement démocratique autonome du village. Toute personne de plus de dix ans doit avoir le droit de vote et d’élire des représentants du Village. Elle est également chargée du choix des enfants pour le Village d’enfants, mission délicate qui nécessite de bien savoir quel type d’enfants recueillir en fonction de l’état de santé et du potentiel de chaque enfant. Dans le cadre de cette mission, elle doit  négocier avec les autorités des pays, ce qui l’oblige à voyager en France, en Pologne, en Hongrie, en Italie, en Grèce. Elle s’occupe aussi de l’organisation pratique des voyages des enfants jusqu’en Suisse. Dépassant le cadre de son mandat, elle veut aussi amener des enfants victimes de la guerre qui ont besoin de soins d’urgence. Mais ce dernier plan n’aboutira pas en raison de l’opposition de Pro Juventute comme le dit Maja Wyss-Wanner dans sa thèse. Les relations avec Pro Juventute renvoient de façon récurrente à la question de la politique fédérale opposée aux séjours prolongés des enfants en Suisse.

La suite de la vie de Marie Meierhofer est faite d’engagements multiples sur tous les fronts, avec une logique constante et inébranlable qui est  la défense de la cause des enfants.

En 1948, Marie Meierhofer est nommée médecin municipal (Stadtärtzin) de Zürich. Elle reste à ce poste jusqu’en 1952. De 1948 à 1950, elle est au comité central de la Fédération Internationale des Communautés d’Enfants (FICE). Elle participe à des congrès et conférences à Paris, Londres, Berlin, Zurich.

En 1952, elle se rend aux États-Unis pour un séjour d’études, à la suite duquel on lui offre un poste qu’elle ne va pas accepter, parce qu’elle veut rester auprès d’Edgar. Elle crée en 1955 le jardin d’enfant expérimental de Küngenmatt à Zurich. En 1957, elle fonde l’Institut pour la santé mentale infantile (Institut für Psychohygiene im Kindesalter) qu’elle va diriger jusqu’en 1977.

Des expériences et observations qu’elle fait dans ce cadre, elle tire un film, « Frustration dans les premiers âges de l’enfance », qui sort en 1960 et crée beaucoup d’émotion « dans toute l’Europe », dit Maja Wyss-Wanner. Suivent deux films en 1961, dont l’un, « Dans l’ombre du confort », ne plaît pas du tout aux autorités locales sans doute pour des questions d’image du pays. En lien avec le film du même nom sort, en 1966, son ouvrage « Frustration dans les premiers âges de l’enfance ». De 1967 à 1974, elle est chargée de cours à l’université de Zurich. En 1974, elle est nommée docteur honoris causa de cette même université. En 1977, elle se retire de la direction de l’Institut qui l’année suivante va s’appeler « Institut Marie Meierhofer pour l’enfance ».

Cérémonie de nomination Honoris Causa en 1974

Marie Meierhofer ne cesse pas ses activités pour autant. Elle qui toute sa vie a poursuivi son action pour l’enfance sur tous les terrains va ouvrir à nouveau un cabinet de psychothérapie à Oberägeri où elle habite au bord du lac d’Ägeri. En 1982 encore, elle élabore un concept de village d’enfants pour l’Afrique.

Marie Meierhofer à l’Institut pour l’enfance qui porte son nom en 1984 à l’occasion de son 75e anniversaire

Le 15 août 1998, Marie Meierhofer s’éteint dans un foyer pour personnes âgées dans la commune d’Unterägeri.

La conception et la pratique de l’éducation des enfants de Marie Meierhofer est résumée par Maja Wyss-Wanner par ces trois mots : Geduld, Konsequenz und Liebe. Patience, constance et amour.

Références bibliographiques

Brandenberger, Ulrich.Ein Leben im Dienste des Kindes, Weiacher Geschichte(n), périodique  local de la commune de Weiach, N° 115, Zum 100. Geburtstag der Kinderärztin Marie Meierhofer (1909-1998).

Hüttenmoser Marco & Kleiner Sabine, Marie Meierhofer. Ein Leben im Dienst der Kinder 1999-1998, 2009 hier+jetzt Verlag für Kultur und Geschichte.

Wyss-Wanner, Maja, Ein Leben für Kinder. Leben und Werk von Marie Meierhofer 1909-1998, travail de doctorat de l’université de Zurich, août 1999, publié sur le site Internet de la commune de Turgi. Voir : Doktorarbeit Gemeinde Turgi.


1 réflexion sur « Marie Meierhofer (1909-1988) »

  1. Ping : Les communautés d’enfants à l’épreuve de la « question allemande » (1946-1951) | L'internationale des Républiques d'enfants (1944-1954)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.