Le tableau de Tadeusz Sas

Entretien réalisé avec Tadeusz Sas, par Renata Latala, Aldorf, le 14 décembre 2018. 

Mis en forme par Martine Ruchat

Tadeusz ou Thaddäus Sas, est né en 1935. Lorsque l’occupation allemande commence, il a 4 ans. Peut-être a-t-il fait l’école clandestine ou alors à la maison, mais aujourd’hui, il ne se souvient pas. Quoiqu’il en soit, il savait lire et écrire. Il vivait alors avec sa mère chez ses grands-parents maternels, dans le quartier Czerniakow en plein Ghetto de Varsovie, son père étant mort lors de l’insurrection de la ville en 1944. Du côté paternel, le grand-père était propriétaire de char à banc, puis après la guerre de taxi. Il était chauffeur privé du ministre de l’intérieur qui sera tué par les nationalistes ukrainiens.

Plan du Ghetto de Varsovie

Encore aujourd’hui, Tadeusz Sas ne sait pas  pourquoi il a été choisi par Antoni Golas, le « père » de la maison Marie Curie Sklodowska à Trogen avec 16 autres enfants provenant de différentes régions de Pologne et emmenés en Suisse par la Croix Rouge-Secours aux enfants. Il a donc onze ans lorsqu’il arrive au Village Pestalozzi de Trogen en 1946.

Portrait de groupe des enfants polonais de la maison « Maria Curie-Sklodowska », Tadeusz est le deuxième bas en partant de la gauche
Brochure sur la maison datant de 1947

Il est accueilli avec les enfants de Varsovie dans la Maison Marie Curie Sklodowska (et non celle regroupant les enfants Polonais venant d’Allemagne où ils avaient été envoyés pour les germaniser, ceux que l’on nommait les « enfants blonds »). Il y restera 3 ans.

Portrait de Tadeusz peu après son arrivée
Brochure sur la Maison Marie Curie datant de 1947 ?

Enfants Polonais posant devant leur maison Maria Curie-Sklodowska avec leur maître de maison A. Golas
Brochure datant de 1947 ?

En 1949, Sas fait partie des enfants envoyés en « vacances » en Pologne. De fait, il s’agissait d’un rapatriement déguisé. Pour la Pologne communiste, il ne fallait pas que ses enfants soient éduqués selon des valeurs bourgeoises capitalistes.

Ils sont à leur arrivée placés dans la maison Nasz dom à Varsovie, laquelle avait été dirigée par le médecin et pédagogue Janusz Korczak, mort à Treblinka avec les élèves en 1942. Pendant six mois, les enfants attendent leur retour en Suisse. Mais Tadeusz n’y reviendra que vingt ans plus tard. Il ne reverra d’ailleurs jamais sa mère.

Foyer Notre maison (Nasz Dom) à Varsovie.
© AFJK tous droits réservés

En Pologne, il passe son baccalauréat, puis il voudrait entrer aux Beaux Arts, mais il n’avait alors pas suffisamment de tableaux à présenter, car tous étaient restés à Trogen. Il opte alors pour une formation d’architecte.

Lorsqu’il revient en Suisse, en 1959 (ayant enfin reçu un passeport après 9 années de dépôt de sa demande) il aidera pendant une année l’architecte Hans Fischli à Trogen et reprend une relation avec Golas et sa femme, passant chaque week-end avec eux. Puis, jusqu’à la mort de Golas, il lui rendra visite chez eux à Gais, puis au Tessin. Avec l’argent reçu de son travail à Trogen, Sas voyage en Europe et retourne à Varsovie terminer ses études. Après son service militaire en Pologne, il retourne en Suisse comme requérant d’asile. Puis il est naturalisé suisse, bourgeois de St. Gall. Il épouse Eva et ont un fils en 1968.

Les peintures du jeune Tadeusz

Enfant, chez ses grands-parents, Tadeusz Sas s’est mis à dessiner.

Il aime dessiner.

Article sur Tadeusz (ici surnommé par le journaliste Tadek), « l’enfant qui dessine la guerre »
Article publié dans Illustrirte Zeitung n°35 du 27 juillet 1947

A Trogen, Golas s’en rend compte et lui propose pour calmer son agitation, sans doute liée, pense-t-il, à des difficultés d’ordre psychologique, de dessiner. Il lui donne des crayons de couleurs et Tadeusz se met à coucher sur le papier bien des souvenirs, des histoires entendues ou vues. Ses images se mélangent. Depuis l’insurrection de Varsovie, où le gamin de 4 ans a vu des chars brûler et des hommes également, bien des récits ont rempli son imagination : des fusillades, des blessés, des morts, des enfants devenus orphelins et parfois blessés eux aussi.

Lorsqu’il était chez ses grands-parents, le grand-père lui a raconté des histoires, comme celle où il a été lui-même pris par les Allemands, pensant qu’il était un espion (avec un autre homme du village). Tadeusz Sas raconte : « On lui a demandé de creuser sa propre tombe. Comme il avait été pris par les Allemands pendant la première guerre mondiale, il savait un peu la langue allemande et ainsi, il a pu les convaincre et a été libéré (ce qui ne fut pas le cas pour le deuxième « espion »). Son grand-père est rentré et a dit : « J’ai échappé à la mort ». Il ne se rappelle pas s’il les a vues ou si on lui a raconté certaines histoires, comme celle où les Allemands utilisaient les populations civiles polonaises comme bouclier humain devant les chars pour avancer dans Varsovie. Ses souvenirs sont flous, mais l’un d’entre eux est plus prégnant, celui d’une femme tellement angoissée, qu’elle ne pouvait pas allaiter son bébé.

Ses tableaux et peintures murales sont montrés au Village d’enfants Pestalozzi à Trogen et largement reproduits dans la presse internationale comme exemples des atrocités vécues par les enfants durant la guerre.

« La chute de Varsovie, un tableau de Tadeusz, onze ans. C’est le cinquième grand tableau de ce garçon »
Article publié dans le journal BBZ Am Sonntag, Berne les 22-23 mars 1947

 

 

 

« C’est l’un des dessins à la craie réalisés par Tadeusz, un prodige de onze ans qui a vécu la tragédie ou Varsovie et a perdu ses deux parents. Les critiques, saluant son génie, disent qu’il n’y a rien à lui apprendre »
Reproduction du dessin dans le journal Collier’s du 13 décembre 1947

« L’image du panneau mural encore inachevée du garçon polonais Tadeusz. Il montre la lutte pour le contrôle d’un pont à Varsovie »
Reproduction du tableau dans le Journal Schweizer Jugend du 23 juin 1956 au sein d’un article consacré à Trogen.

Tadeusz Sas a d’ailleurs donné au Village ses droits sur ses tableaux. Or dans les années 1990, deux d’entre eux ont été détruits. « Je pense que cette destruction était préméditée et consciente », affirme-il. Poursuivant : « Ces tableaux rappelaient les atrocités de la guerre faites par les Allemands. Si je me rappelle bien, il y avait un Allemand dans le Conseil du village dans ces années, et c’est probablement lui qui a dû influencer la destruction de ces tableaux… je ne vois pas d’autres explications… ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.