Résumé du chapitre 4

Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Dans l’entre-deux-guerres, un psychiatre français ouvre un collège médical privé qui reçoit des enfants caractériels de la bourgeoise parisienne dans le château d’Annel, près de Compiègne, agréé par l’Éducation nationale. Cette institution à dominante psychiatrique introduit des pratiques pédagogiques innovantes comme le théâtre. Dès le début de l’occupation, cette première expérience subit un coup d’arrêt. Le psychiatre est mobilisé avant d’être nommé au ministère de la Santé du gouvernement de Vichy comme secrétaire général du Conseil technique pour l’enfance déficiente et en danger moral. Au lendemain de la guerre, aidé notamment par le Don suisse, il réinvestit le château d’Annel, mais cette fois-ci pour créer un « hameau-école » – sorte de « République d’enfants » – destiné à accueillir des adolescents déficients de milieu plutôt populaire. Il y emploie des méthodes d’éducation nouvelle, dont le selfgovernment, mais dans une optique de pédagogie curative en milieu médico-psychologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.