Résumé du chapitre 9

Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

En août 1949, un premier camp international d’enfants est initié à la République d’enfants de Moulin-Vieux, dans l’Isère. Malgré l’enthousiasme initial, le bilan est mitigé et ne fait que renforcer les dissensions autour du modèle du selfgovernment. Outre les problèmes de différences d’âge entre les enfants et de compréhension linguistique, certains rapporteurs de l’expérience pointent le caractère fermé de la République d’enfants, qui admettrait difficilement la venue d’étrangers. Ils critiquent par ailleurs le collectivisme à outrance ou bien, lors de l’arbitrage des débats, les dérapages autoritaires exercés par le couple de directeurs. Une seconde expérience est néanmoins tentée l’année suivante au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, qui tente de prendre en compte les critiques du camp précédent. Si cet événement apparaît comme un succès du point de vue de la participation et semble un temps faire oublier Moulin-Vieux, le suivant en 1951, à Jugenheim, en Allemagne, constitue la dernière expérience du genre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.