Résumé du chapitre 10

L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux

Dès 1949, à l’image de l’Unesco qui a institué des commissions nationales, la FICE promeut des associations nationales de communautés d’enfants. Le but est d’obtenir de nouvelles affiliations, d’améliorer le contact entre les différentes expériences repérées et de recevoir de nouveaux financements notamment au niveau des États. Apparaissent ainsi successivement une association française, italienne et suisse. Si cela contribue en partie à renforcer le rayonnement de la FICE, l’esprit internationaliste en sort paradoxalement affaibli. Les différentes associations se retrouvent aux prises avec des enjeux et des configurations particulières qui vont rapidement orienter leurs stratégies de recrutement et de positionnement plutôt dans un cadre national. Le village symbole du rêve internationaliste qu’était Trogen perd de sa substance, le siège du comité de direction de la FICE lui-même déménage à Paris et la maison de l’Unesco qui y est inaugurée au village Pestalozzi en 1951 est finalement délaissée par la FICE.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.