Résumé du chapitre 11

Des enfants pris en otage de la guerre froide

Dès la fin de la guerre, la reconstruction signifie également le rapatriement des enfants qui, pendant la guerre, ont été soumis à des déplacements et placements à l’étranger. Il s’agit, dans un monde divisé par la guerre froide, de résoudre cette nouvelle question de politique humanitaire. Chaque nation s’appuie sur les forces nécessaires et les enfants orphelins ou réfugiés à l’étranger représentent symboliquement l’avenir des pays. Ils deviennent source de légitimation idéologique. L’exemple des enfants polonais envoyés au Village Pestalozzi de Trogen, puis rapatriés par le gouvernement en décembre 1949 illustre bien la façon dont des enfants sont pris dans les tensions Est-Ouest. Il en va de même à l’inverse pour l’affaire des enfants grecs évacués – enlevés diront certains – durant la guerre civile par les combattants communistes vers les pays voisins de même obédience et dont le rapatriement est réclamé à cor et à cri par le gouvernement royal. Les tensions politiques s’expriment jusqu’au sein de la FICE, prenant le pas sur les raisons humanitaires et pédagogiques : sauvetage ou kidnapping, anticommunisme ou politique de la chaise vide ; les points de vue s’opposent, souvent, sans aucun accord possible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.