Le tour d’Europe médico-pédagogique des SEPEG

ou former les professionnels de l’enfance victime de la guerre par-delà les frontières

(1944-1951)

par Samuel BOUSSION

 

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […]
De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts.
Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine.

Oscar Forel, discours d’inauguration, conférence internationale des SEPEG, Zurich, septembre 1945

Guerres et sorties de guerres sont des événements transnationaux par excellence, organisant d’intenses circulations, notamment de scientifiques et de spécialistes, d’un pays l’autre, d’une profession l’autre. Nées en 1944, les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre, très vite réduites à leur acronyme de SEPEG, relèvent de ce processus de globalisation et entourent l’enfant, particulièrement « l’enfant-problème », de leur expertise dans les champs de la pédagogie, de la psychiatrie de l’enfant, de la psychologie ou encore du droit. Un travail « humanitaire-expert » en somme, afin de réformer les systèmes médico-pédagogiques, à coup de « grands événements » internationaux – des conférences – et de formations de professionnels, en Suisse certes, mais également dans les pays touchés par la guerre.

Tout un itinéraire se déploie alors. 

Zurich, le 8 novembre 1944 au matin. Presque un parfum de roman d’espionnage. Dans une salle du premier étage du Buffet de la gare, haut-lieu habituel de rencontres au sommet, se tient un rendez-vous entre quelques personnalités du milieu médico-psychologique du pays. Certes, Zurich est alors la plus grande ville suisse, cité industrielle, commerciale et culturelle de premier ordre, point de chute dans les années 1930 de l’émigration politique et artistique allemande, en même temps qu’elle entretient une réputation de « ville rouge » depuis les grèves de 1917-1918. Mais c’est également là que bat le pouls de la Société internationale pour la pédagogie de l’enfance déficiente (die Heilpädagogik), fondée en 1937 et qui y a tenu son premier congrès international du 24 au 28 juillet 1939, pendant l’Exposition nationale (die Landesaustellung).

Statuts de la Société internationale pour la pédagogie de l’enfance déficiente, 25 juillet 1939 (Wellcome Library, fonds Robina Addis).

Heinrich Hanselmann s.d.

L’hôte du jour est son président, Heinrich Hanselmann, qui dirige depuis son ouverture en 1924 le séminaire de pédagogie curative à l’université de Zurich. Docteur en philosophie, étudiée en Suisse et en Allemagne, son expérience pédagogique est également conséquente, tant auprès des enfants sourds-muets que de l’observation des enfants difficiles. Il fut également secrétaire de Pro Juventute et directeur de l’école nouvelle d’Albisbrunn, dans le canton de Zurich. À sa table, une de ses anciennes étudiantes, secrétaire générale de la Société, la psychologue allemande Thérèse Wagner-Simon, installée à Bâle. Avant sa thèse sur la psychologie de l’enfant soutenue en 1937, elle a auparavant suivi à Berlin un cursus de jardinière d’enfants à la Pestalozzi-Fröbel Haus, exerçant ensuite comme stagiaire auprès d’enfants psychopathes et difficiles. Elle a également travaillé à l’école d’Ulmenhof avant que celle-ci soit fermée par les nazis en 1933.

Les autres convives sont le psychologue Hans Biäsch, qui a fondé la séminaire de psychologie appliquée à Zurich, et deux psychiatres : le Suisse allemand Moritz Tramer et le Suisse romand Oscar Forel.

Moritz Tramer, 1953 (Getty Images)

Le premier est le fondateur en 1937 d’un centre d’observation pour enfants et adolescents à Biberist (canton de Soleure) et œuvre à la définition de la psychiatrie infantile ; il a fondé en 1934 la Revue de psychiatrie infantile (Zeitschrift für Kinderpsychiatrie) et est devenu le secrétaire général de la Société internationale de psychiatrie infantile en 1937, à l’issue du premier congrès international de Paris.

Le second assure la direction médicale de la clinique psychiatrique des Rives de Prangins, près de Nyon, depuis 1929, où il a développé des techniques de psychothérapie auprès d’une riche clientèle internationale. C’est donc tout un éminent cénacle de spécialistes suisses de la question médico-pédagogique qui est réuni à Zurich. S’ils viennent d’horizons différents, ils se connaissent et se fréquentent depuis quelques années, ayant arpenté congrès de psychiatrie, d’hygiène mentale ou de psychologie, différentes sociétés nationales et internationales et dernièrement les réseaux de la pédagogie curative et de la Revue suisse de psychologie et de psychologie appliquée (Schweizerische Zeitschrift für Psychologie und Andwendungen), fondée en 1942.

Compte-rendu de réunion, 8 novembre 1944 (ACV, fonds O. Forel PP 1035 / 62).

Ce 8 novembre 1944, l’heure est aux plans pour l’après-guerre et le petit groupe opte pour une coordination de « toutes les mesures destinées à panser les plaies morales et intellectuelles des enfants victimes de la guerre », comme le souligne le compte rendu. Au risque d’ajouter une nouvelle strate à la constellation d’organisations de secours aux enfants déjà basées en Suisse, leur action doit dépasser le cadre de la simple Société internationale pour la pédagogie de l’enfance déficiente, étant admis que tous les enfants auraient été victimes de la guerre, les tâches sont si innombrables qu’elles ne peuvent être le seul fait de pédagogues, l’action doit donc aussi se situer sur le plan médico-psychologique. En effet, avec la guerre, « pédagogues, psychologues, médecins, etc. auront à affronter des tâches nouvelles : assistance aux orphelins, apatrides, émigrés, désaxés, névrosés, etc., désintoxication des empreintes morales de la guerre, migration, réintégration familiale et sociale, orientation professionnelle, diagnostics psychologiques. »

L’idée est de fonder une œuvre qui ne serait plus dévolue aux seuls secours matériels mais à la reconstruction et à la désintoxication de la jeunesse ; l’Europe devient champ d’expériences. 

La Suisse comme lieu de ralliement

La réunion débouche sur l’élaboration d’un manifeste. Le ton est patriotique, rappelant aux Suisses la dette de leur pays à l’égard de ceux qui ont souffert de la guerre et le rôle qu’il peut jouer dans la reconstruction. Il fait référence à la fois à la neutralité du pays et à « une réserve qui a été souvent mal interprétée », assimilée à de la passivité : « (…) nous devons nous attendre à ce que l’on ne nous pardonne pas toujours d’être restés indemnes. » La Suisse est présentée comme un lieu vierge de tout combat, à l’écart des passions et des ressentiments ; c’est donc là seulement que pourront se rencontrer représentants des pays belligérants et ennemis d’hier. Elle est aussi mise en scène comme un foyer de rayonnement international. L’argumentaire s’appuie sur une réelle foi dans la Suisse, parfois sur une essence helvétique fantasmée, pour justifier le rôle du pays dans le relèvement de l’Europe. Carrefour de cultures, religieuses et linguistiques, sa place en plein cœur de l’Europe la prédestinerait comme centre de l’aide culturelle, « spirituelle » est-il osé, d’autant que le pays est organisé sur une base démocratique et fédérale, apte à participer à l’effort de décontamination des idées totalitaires. Dans une conception qui se veut humaniste et porte la signature de Forel, cette assistance morale serait d’autant plus nécessaire que « la reconstruction (…) ne comprendra pas seulement le contrôle de l’industrie lourde mais avant tout celui de l’éducation et de la rééducation de la jeunesse. »

L’espace transnational, à ce moment donné, est concurrentiel et les SEPEG se voient prendre place au sein d’une communauté de travail. À la Croix-Rouge les premiers secours, « quand des catastrophes s’abattent sur des pays et menacent au premier chef leurs enfants et leurs adolescents », à l’UISE tous les problèmes de l’assistance à l’enfance, de l’abandon, du droit des mineurs et de protection de l’enfant, au BIE ce qui se rapporte à l’instruction, à l’éducation (enseignement, matériel scolaire, formation professionnelle, etc.), et enfin aux SEPEG les mesures médico-pédagogiques.

Projet H. Hanselmann, 20 mars 1945 (ACV, fonds O. Forel : PP 1035 / 62).

Le projet est d’organiser en 1945, à Zurich, une « Diète » d’experts internationaux, comme pour rappeler la Diète fédérale helvétique d’avant 1848, chargée d’organiser des conférences et de contribuer à former des équipes de spécialistes de l’enfance victime de la guerre au service des pays dévastés. L’urgence est de pouvoir appliquer des méthodes adaptées au traitement de millions d’enfants :

Lorsqu’à l’armistice les secours matériels élémentaires figureront au premier plan et que l’UNRRA collaborera avec les gouvernements respectifs, il s’agira très vite d’opérer le triage et l’hospitalisation de millions d’enfants et d’adolescents, ce qui nécessitera l’application de méthodes ad hoc. Étant donné que dans les pays dévastés par la guerre, tous les enfants auront subi plus ou moins de dommages psychiques et physiques, l’aide pédagogique aux enfants normaux se confondra avec celle aux enfants névrosés, déficients, etc. Pourtant, par des méthodes techniques, il sera possible de différencier les enfants apatrides déficients constitutionnels des enfants uniquement stigmatisés par la guerre (shocks psychiques). Il est de toute importance pratique de coordonner ce travail de dépistage avec les mesures sociales et d’hospitalisation, afin d’éviter des erreurs et pour que des enfants déracinés bénéficient d’emblée d’une aide rationnelle.

Le point de vue est médical et repose sur une science du dépistage et du tri. Le programme est conséquent, passant notamment par la mise en place d’équipes médico-pédagogiques de praticiens des pays éprouvés par la guerre, ainsi que par des sections de travail spécialisées, qui sont autant de points de vue sur l’enfant : migrations (enfants sans affiliation et apatrides), hébergement provisoire (enfants provisoirement séparés de leur famille), prophylaxie mentale (assistance aux enfants uniquement désaxés par la guerre et ne présentant pas de troubles nerveux), névroses de guerre (stigmatisés névrosés dits psychogènes mais curables), psychopathes (psychoses, psychopathes, troubles du caractère et déficients physiques et mentaux), juridique (législation, protection légale de l’enfance, délinquance), parents (coordination entre pédagogues et parents adoptifs) et enfin culture et loisirs (matériel scolaire, excursions, sport, jeux – prophylaxie de la psychose de guerre).

Le 26 novembre 1944 est officialisée la naissance de la nouvelle organisation. Forel est chargé des relations internationales et doit rallier à la cause. L’écho est palpable, puisque se joignent rapidement au petit groupe initial : Jean Piaget, pour le BIE, Lucien Bovet, médecin-chef de l’Office médico-pédagogique vaudois ainsi que Jakob Lutz, qui dirige depuis 1930 la division de psychiatrie pour enfants du Burghölzli. Georges Thélin, secrétaire général de l’UISE, se montre intéressé même s’il regrette, dans une lettre du 11 décembre 1944, le choix de « Semianes internationales », il aurait préféré « Semaines suisses » ce qui aurait permis l’obtention de fonds fédéraux. Dès le 3 février 1945, le comité est arrêté : Heinrich Hanselmann (président), Oscar Forel (vice-président), Thérèse Wagner-Simon (secrétaire générale), entourés de Hans Biäsch, Otto Binder, de Pro Juventute, Lucien Bovet, Guido Calgari, professeur et écrivain tessinois, président de la Nouvelle société helvétique et co-fondateur de la revue Svizzera-Italiana, Erwin Jeangros, journaliste et directeur de l’office cantonal bernois d’apprentissage, qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de la formation professionnelle en Suisse, Regina Kägi-Fuschmann, Jakob Lutz, Jean Piaget, Nettie Sutro, de l’Aide suisse aux enfants d’émigrés, Georges Thélin et Moritz Tramer. Le manifeste est entériné et appelé à être diffusé, avec néanmoins l’abaissement du nombre de sections : aide à l’hébergement provisoire, au rapatriement et aux migrations ; médicale et médico-psychologique ; pédagogie de l’enfance déficiente ; juridique ; culture et loisirs. Les SEPEG s’annoncent.

En attendant, une tâche urgente est la collecte de fonds. Légitimistes, les fondateurs se tournent d’abord vers le tout nouveau Don suisse pour les victimes de la guerre. Le 9 décembre 1944, soit trois jours après l’arrêté fédéral qui l’institue, Hanselmann, Wagner-Simon et Forel se rendent à Berne pour y rencontrer Rodolfo Olgiati, qui vient d’être nommé directeur de l’office central. L’entrevue est cordiale mais l’aide est refusée, par une lettre d’Olgiati du 29 janvier 1945, parce que les fonds seraient d’abord destinés aux secours de première urgence.

Max Habicht, janvier 1944 (Library of Congress)

Ceci étant, Forel ne néglige aucune piste et connaissant bien le poids de la philanthropie américaine dans le champ de la médecine et de l’hygiène mentale depuis l’entre-deux-guerres, il s’adresse le 15 mars 1945 à la Fondation Rockefeller, par l’intermédiaire de Max Habicht, juriste suisse, ancien boursier de la Fondation, installé à New York. Sans succès là non plus.

Dans le même temps, il se tourne vers les particuliers et les firmes suisses. Dès fin décembre 1944 et le début de l’année suivante, il envoie des lettres dans tout le pays et utilise son carnet d’adresses, se rappelant au bon souvenir de ses connaissances. La levée de fonds se heurte aux difficultés d’entreprises encore en butte au blocus mais qui avancent surtout les multiples sollicitations financières dont elles ont fait l’objet par des organisations qui auraient profité des effets d’aubaine de l’humanitaire à l’heure de la prospérité retrouvée. Le 25 janvier 1945, l’Union des banques suisses (UBS) justifie ainsi son refus :

Tout en reconnaissant l’intérêt que mérite l’œuvre à laquelle vous consacrez vos efforts, nous devons bien à regret renoncer à vous donner un appui financier. Nous sommes en effet sollicités de tant de côtés à la fois pour des dons et des subventions qu’avec la meilleure volonté il ne nous est plus possible de répondre partout affirmativement. Nous nous voyons donc obligés de réserver en première ligne à des œuvres de bienfaisance avec un caractère spécialement urgent les fonds à notre disposition à cet effet. 

Forel recevra d’autres lettres du même acabit. Mais au 10 février 1945, les souscriptions atteignent quand même plus de quatre mille trois cents francs, ce qu’il considère comme un succès. Beaucoup de particuliers ont versé des petites parts, tandis que deux entreprises du secteur de la chimie ont contribué à hauteur de cinq cents francs.

État des souscriptions, fév. 1945 (ACV fonds Forel : PP 1035 / 60).

Initialement prévue au printemps 1945, puis en juillet-août dans la foulée de la quatrième semaine pédagogique suisse organisée par l’Institut des Sciences de l’éducation, la conférence internationale est finalement fixée du 10 au 29 septembre 1945, dans l’attente que les pays Alliés constituent leurs délégations. Les préparatifs sont importants pour un événement si ambitieux. Une réunion du comité d’initiative et des présidents de section se tient le 2 mai 1945 à Zurich. Les rangs ont grossi. Ce jour-là, un aréopage de personnalités des milieux humanitaires et médico-pédagogiques suisses a rejoint le noyau initial : Pierre Bovet, de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle et de l’IJJR ; Sœur Marie-Elisabeth Feigenwinter, qui dirige l’Association Sainte-Catherine dédiée à l’assistance aux jeunes filles ; Berta Hohermuth de la section genevoise du Comité suisse d’Aide aux enfants d’émigrés ; Gertrud Kurz, protestante engagée dans le pacifisme et l’œcuménisme, qui s’est distinguée pendant la guerre par des conférences sur les persécutions des juifs et son action pour assouplir la politique suisse envers les réfugiés ; Marguerite Loosli-Usteri, psychologue chargée de cours et du volet psycho-social à l’ISE ; Nora Platiel, avocate juive allemande, socialiste, ancienne secrétaire d’Elisabeth Rotten en Allemagne, membre de la Ligue internationale de la Jeunesse fondée par Minna Specht et Leonard Nelson, réfugiée en Suisse en 1943 et au service de l’OSEO ; Isaac Pougatch ; Blanche Richard, première femme à entrer dans la magistrature suisse, juge assesseur au tribunal de l’enfance à Genève ; Pedro Rosselló, directeur-adjoint du BIE et chargé de cours à l’IJJR ; Alfred Siegfried, membre du secrétariat central de Pro Juventute ; Maurice Veillard, président de la chambre pénale des mineurs du canton de Vaud ; Hans Zbinden, sociologue et écrivain, attaché à la renaissance spirituelle et culturelle après-guerre.

Extrait du « Who’s Who » des SEPEG par Robina Addis, sept 1945 (Wellcome Library, fonds R. Addis)

La phase suivante est d’ouvrir le cercle aux spécialistes étrangers. Un travail relationnel et diplomatique s’élabore, repérable au fil de la correspondance. D’emblée, l’idée de compter des représentants des pays de l’Axe est écartée ; la guerre n’est pas finie et ces pays sont en partie occupés. Un débat avait été ouvert fin 1944-début 1945 pour savoir si les SEPEG devaient se déployer vers l’Est. Sans être nommée, la guerre froide s’avance et les blocs se constituent. Au contraire des zurichois Hanselmann et Tramer, Forel est davantage tourné vers les pays anglo-saxons, et y est défavorable de crainte de tomber sous influence russe. On le voit en revanche œuvrer auprès de John R. Rees, psychiatre anglais, pour qu’il l’aide dans la constitution d’une délégation pour son pays, fondamentale à ses yeux, en rapport avec l’influence de sa psychiatrie pendant la guerre. De même, comptant sur une puissante délégation française, il s’adresse à un des personnages majeurs de la psychiatrie infantile, Georges Heuyer. En mai 1945, il se rend même à Paris, afin de veiller au recrutement de la délégation. Celle-ci, pléthorique, lui pose des soucis mais au moins se réjouit-il de l’avoir négociée, comme il l’écrit à Rees le 29 juillet 1945 : « Les Français nous ont envoyés quelques personnages officiels (hélas, car nous ne redoutons rien tant que cela, en particulier des fonctionnaires qui sont ravis de passer quelques semaines de vacances en Suisse à nos frais) mais on m’a permis de choisir la délégation d’entente avec eux. » Quelques jours plus tard, Forel invite officiellement les commissariats du peuple à l’éducation et à la santé de l’URSS ainsi que le ministre russe en France à déléguer des spécialistes à Zurich. Mais en septembre, toujours aucune réponse.

Forel est inquiet, ce qui se devine dans un courrier envoyé le 6 août aux présidents de sections. La participation risque d’être faible, dit-il, mettant en évidence les difficultés des voyages et la lente remise en état des chemins de fer, les problèmes de visas, de devises. Il vient en outre d’enregistrer quelques défections : l’avocate française Hélène Campinchi, chargée de mission auprès du Garde des Sceaux, qui devait intervenir sur le dédoublement de la conscience morale chez l’enfant victime de la guerre ; l’écrivain Georges Duhamel, de l’Académie française, prévu en tant que grand conférencier. Heureusement, entre temps, les Anglais ont constitué une délégation solide. Le 30 août, Forel obtient confirmation que les Américains seront finalement représentés par Carleton Washburne, en mission de reconstruction de l’éducation en Italie pour les forces alliées. Forel est rassuré, d’autant que les formalités de voyages et de passage à la frontière ont été simplifiées par Walter Stucki, qui dirige la division des Affaires étrangères du Département politique fédéral, et le conseiller fédéral Philipp Etter. Les convocations partent avec les dernières recommandations ; envoyées à titre privées, elles précisent que la délégation est conditionnée au respect de clauses : être un spécialiste reconnu dans l’une des sections ; avoir acquis une expérience pratique dans les régions éprouvées par la guerre ; être agréé par le ministère de l’Éducation ou de la Santé de son pays. Bien que ses promoteurs s’en défendent, les SEPEG de Zurich prennent des airs de congrès scientifique international.

Les délégués peuvent maintenant converger vers Zurich.

Zurich, septembre 1945, une conférence internationale d’experts pour l’enfance victime de la guerre

Les récits des délégués, chargés de conter l’événement pour leurs compatriotes, sont prolixes et donnent un aperçu du climat des journées et des travaux. Aimée Racine, juriste et sociologue belge, directrice de l’École centrale de service social à Bruxelles et l’une des références de son pays en matière de délinquance juvénile, relate son expérience zurichoise dans le numéro de septembre-octobre 1945 de Le Service social. Les frontières s’ouvrent à nouveau, le voyage est possible et le décor suisse produit son effet :

Il est difficile, pour celui qui n’est pas encore sorti de son pays depuis la guerre, d’imaginer la joie que l’on éprouve à monter dans un train international et, après avoir roulé à travers des campagnes où tout porte encore les traces de la bataille (en Belgique, dans le Grand-Duché de Luxembourg, en Alsace), à pénétrer dans un pays intact, ordonné, pimpant, dans cet incroyable îlot de paix qu’est la Suisse au milieu de l’Europe ravagée.

Zurich lui paraît d’un coup l’une des plus belles villes d’Europe et le contraste lui saute aux yeux d’avec sa Belgique en ruines et elle est aussi touchée par l’hospitalité et la mobilisation des Suisses :

A notre arrivée à Zurich, dans cette belle gare ruisselante de lumières qui faisaient clignoter nos yeux d’oiseaux de nuit habitués à cinq ans de ténèbres, des scouts et des guides nous attendaient pour nous conduire dans le joli local qui sert de bureau d’information […] Scouts et guides empoignaient nos bagages et nous conduisaient aussitôt dans les différentes familles de la ville qui avaient tenu à accueillir les participants étrangers et à leur offrir, au lieu d’une banale chambre d’hôtel, la chaleur quiète et la douceur d’un foyer suisse.

Robina Addis, s.d. (Wellcome Library).

La plupart des délégués arrivent le 9 septembre, veille de l’ouverture des sessions. C’est un dimanche pluvieux. Pour certains, le voyage s’est apparenté à des tribulations. En novembre 1945, dans le bulletin de la National Froebel Foundation, Evelyn Lawrence, relate que la délégation anglaise a mis deux jours et demi pour arriver à Zurich. Dans un rapport confidentiel du 9 octobre, une autre déléguée anglaise, Robina Addis, psychiatric social worker, souligne l’éreintant périple des Polonais. Huit jours pour arriver, au long d’un voyage rendu d’autant plus pénible par le « cordon sanitaire » : multiples et longs formulaires à remplir et surtout désinfection au DDT à la frontière. Addis relate le refus d’un des membres de la délégation de se soumettre à l’humiliation, qui aurait dit préférer retourner en camp de concentration que de supporter cette insulte. Toutes les descriptions insistent néanmoins sur la joie de pouvoir à nouveau se déplacer, de se raconter, de témoigner son expérience des temps de guerre, mais aussi sur l’intensité émotionnelle qui entoure les discussions. D’autant que certains délégués ont payé de leur personne en déportation, portant sur le bras les stigmates de leur internement quand ils arrivent à Zurich. L’ensemble ne manque pas de dimension à haute teneur symbolique.

Une communauté de destin est ainsi tracée entre les enfants victimes de la guerre et leurs experts. Ce premier rendez-vous opère comme une catharsis pour les nombreux participants, comme le soulignera Forel lui-même en érigeant ces sessions comme « psychothérapie de groupe ».

Le 10 septembre, les SEPEG s’ouvrent officiellement. Blanche Richard revient sur ces premiers pas dans Le Mouvement féministe, organe de l’Alliance nationale de sociétés féminines suisses, de janvier 1945 :

C’est, en effet, le 10 septembre que, pour la première fois depuis la guerre, vingt nations s’étaient données rendez-vous au Kongresshaus. Après un premier contact autour d’une table surchargée de fruits qui paraissaient avoir été cueillis au jardin d’Éden, l’assemblée, réunie dans une salle où flottaient, à ce moment-là, les couleurs de 17 pays, prit part à la séance émouvante d’ouverture présidée magistralement par le professeur Hanselmann. Les organisateurs de ces deux semaines d’études se présentèrent tour à tour à la tribune. Ce fut le docteur Forel, la toute gracieuse secrétaire générale Frau Dr. Wagner-Simon, le professeur Rohn, directeur du Poly, auquel on devra l’hospitalité pour les travaux des sections. On entendit aussi la voix de deux éminents délégués de France et de Hollande : le professeur Wallon, du Collège de France, qui fut l’objet de persécutions, et le Dr Van Loon, imposant dans son uniforme kaki, constellé de décorations et dont la haute et mince stature s’élevait comme un phare sur l’estrade.

Ce sont au total cent vingt deux délégués étrangers, venus de vingt pays, et soixante dix neuf Suisses qui sont alors à Zurich.

Carte de participant, conférence de Zurich, sept 1945 (archives BIE)

Dans la matinée du 10 septembre, les SEPEG ouvrent solennellement leurs assises dans la Kongresshaus, inaugurée en mai 1939, « remarquable bâtiment de style moderne érigé face au lac et qui abrite des salles de réunion, de concert, de fête, de banquet, plus jolies les unes que les autres », comme le décrit Aimée Racine. Si Hanselmann préside la matinée, c’est Oscar Forel qui inaugure la conférence et lance les travaux l’après-midi, par un long discours devant les délégués, qui se sont entre temps rendus dans les locaux de l’École Polytechnique fédérale, au sein du quartier universitaire.

Die Tat, 1945

Les participants sont ensuite répartis dans chacune des cinq sections qui siègent parallèlement, se retrouvant parfois dans l’auditorium du « Poly » pour des séances plénières. Il est complexe d’entrer dans le détail des discussions qui ont pu avoir cours et ce pourrait être l’objet d’une histoire en tant que telle. En suivant le programme, les comptes rendus de certains délégués, qui offrent des points de vue singuliers, on peut néanmoins se faire une idée de la philosophie de l’action des SEPEG, ainsi que des débats en cours, dans lesquels la question des villages d’enfants prend place.

Programme des SEPEG, annoté par Lucien Bovet, sept. 1945 (AVC fonds Ernest Bovet : PP 1043 / 1964).

La première semaine, du lundi 10 au vendredi 14 septembre, sert surtout à dresser un état sanitaire et psychologique des populations d’enfants. Dans ce qui fait office d’état des lieux des souffrances juvéniles, le constat est patent d’une situation sanitaire désastreuse et d’une immense surmortalité infantile. Des photographies illustrent les propos des délégués, accentuant l’effet émotionnel. Des films sont diffusés, censés représenter les situations vécues par les enfants, dont Marie-Louise, réalisé par Leopold Lindtberg, produit par la plus grande compagnie suisse, la Praesens Film Zurich de Lazar Wechsler,  tourné en pleine guerre et sorti en 1944, qui suit les pérégrinations d’une jeune réfugiée française en Suisse. Le film obtiendra l’Oscar du meilleur scénario original en 1945.

Là encore, l’événement oscille entre compassionnel et savoirs experts. 

La première section (migration et hébergement provisoire), présidée par Nettie Sutro, s’attelle de son côté au catalogage des enfants : sous-alimentés, débilités et malades ; orphelins et abandonnés ; réfugiés et apatrides ; dévoyés et délinquants ; invalides, estropiés et mutilés ; enfants naturels nés dans des circonstances particulières ; enfin, persécutés et déportés. Les spécialistes s’entendent alors pour énoncer que l’assistance matérielle et sanitaire à l’enfant victime de la guerre est inséparable de l’assistance psychologique et spirituelle, qui figurera en tête des vœux des SEPEG. L’enfant est alors considéré comme un tout, l’aide qui doit lui être apportée doit donc être totale et pluridisciplinaire.

En ce sens, la seconde section, présidée par Lucien Bovet, tient ses premières sessions conjointement avec la troisième (pédagogie de l’enfance déficiente), présidée par Marguerite Loosli-Usteri. Partant des stigmates physiques particuliers observés chez les enfants victimes de la guerre (famine, épidémies, rachitisme, affections cutanées, gale, paludisme et tuberculose, leucémies infantiles aigües, problèmes métaboliques, etc.), les experts en viennent aux stigmates psychiques et moraux. Des exposés magistraux de Georges Heuyer ou du Hollandais Theodor Hart de Ruyter sur la psychopathologie de l’enfance victime de la guerre ponctuent les séances. Le constat est qu’on assiste chez les enfants à une régression des résultats intellectuels et scolaires, une manifestation très fréquente de troubles émotionnels simples (états de choc, phases d’allure maniaque…), des déséquilibres graves, ainsi qu’une forte hausse de la délinquance juvénile. Une place est faite aux enfants déportés. Eugène Minkowski, qui s’est penché sur les enfants rescapés de Buchenwald accueillis par l’OSE à Ecouis, et Isaac Pougatch évoquent ces enfants, « traqués, qui ne connaissent plus la confiance, le respect, l’honnêteté, la tranquillité, qui vivent sans retenue, sans enthousiasme, sans persistance dans les efforts constructifs ; ces enfants qui ne sont plus enfants, mais fatigués, blasés, terre-à-terre, insouciants de tout, sans dignité aucune et pourtant câlins, mais sirupeux et fourbes, lâches, escrocs, exigeants, revendicateurs et dépravés », d’après René Dellaert.

La quatrième section est présidée par Hans Baëschlin, magistrat, président du Comité juridique de la Commission fédérale des réfugiés, et se concentre sur les aspects juridiques de la protection de l’enfance. On peut avoir une idée des travaux par Paul Lutz, jeune magistrat de la toute nouvelle direction de l’Éducation surveillée au sein du ministère français de la Justice, dans le second numéro de la Revue de l’Éducation surveillée, en mai-juin 1946. Concentré sur la nouvelle législation française en matière d’enfance délinquante, il propose un éclairage de ces innovations à l’aune des travaux des SEPEG. Les discussions ont porté à Zurich sur les caractéristiques antisociales des jeunes engendrées par la guerre. La délinquance juvénile, dont tous les spécialistes s’accordent pour dire qu’elle a augmenté, n’est qu’un aspect de l’inadaptation sociale, qui peut aussi se décliner en vagabondage, prostitution, troubles familiaux. Sur cette conception, le juge spécialisé, tout récemment institué en France, sert de modèle aux experts de la section, qui recommandent aussi que celui-ci soit non seulement chargé du volet pénal mais aussi de la protection de l’enfance au civil.

Enfin, Aimée Racine, dans Le Service social, brosse un panorama des travaux de la cinquième section, à laquelle elle a activement participé. Dirigée par Pierre Bovet, cette dernière s’est préoccupée de l’avenir moral de la jeunesse et notamment de « l’importance des facteurs spirituels dans l’éducation ». Si certains auraient souhaité remplacer « spirituels » par « religieux », les oppositions, surtout françaises et belges, ont cantonné ce terme aux affaires privées. Surtout, elle s’est concentrée longuement sur la lutte contre les idéologies fascistes, d’abord en se prononçant pour que le fascisme soit extirpé des pays où il a exercé son emprise et ensuite en en prévenant le retour « en donnant à la jeunesse de tous les pays une solide armature spirituelle imprégnée d’humanisme. » D’une façon générale, la section souhaite une réforme de l’éducation, dénonçant « l’excès d’intellectualisme et de spécialisation qui avait fini par stériliser nos institutions éducatives. » L’école doit ainsi devenir une communauté, formatrice de la personnalité et notamment du sens des responsabilités, « en un mot cette école active que quelques pédagogues ont conçue depuis un demi-siècle mais qui a tant de mal à faire son chemin de par le monde. »

Au bout de quelques jours, les travaux envisagent les mesures médico-psychologiques et médico-pédagogiques pour remédier aux stigmates de la guerre. Si la première section s’est penchée sur la formation d’équipes sociales et médico-pédagogiques, les seconde et troisième sections ont cherché à déterminer les moyens du dépistage et du tri, de travailler à la constitution d’un corpus de méthodes universelles et transposables d’un pays l’autre, à la réalisation d’un document-type universel, à savoir un « carnet médico-pédagogique », à utiliser pour chaque enfant dans tous les pays et par tous les professionnels qui en ont la charge.

A partir du lundi 17 septembre, les travaux se concentrent sur le placement, le « réenracinement » des enfants, les psychothérapies, dans la perspective d’une désintoxication de la jeunesse « du virus de la guerre ». Sur ce plan, l’éducation a un rôle majeur à jouer, une éducation qui dans ce cas doit être nouvelle. L’éducation traditionnelle aurait failli à empêcher la guerre, mieux même elle aurait contribué à enrégimenter les masses, aussi les SEPEG portent une attention particulière aux méthodes actives, au self-government, à l’autonomie dans l’éducation. Outre une éducation faisant la part belle à la formation d’un nouveau citoyen européen, un travail médico-pédagogique doit s’engager, plus important encore dans le cas d’une jeunesse contaminée par les idées totalitaires.

Dans ces séquences sur le placement, figure la possibilité des « villages internationaux d’enfants ». Aimée Racine, dans son rapport assez détaillé, raconte ainsi qu’a circulé dans les travaux de diverses sections, à propos du placement et du « réenracinement » des enfants victimes de la guerre, « la formule très intéressante […] que projette de réaliser une association suisse spécialement créée à cet effet sous le nom de Village Pestalozzi ». Lecture a-t-elle été faite de l’article de Corti sur le village de Trogen ? Elisabeth Rotten est-elle intervenue puisqu’elle est présente ? Corti n’est pas à Zurich en tous les cas. Mais la formule encore à l’état embryonnaire de « village d’enfants » fait son effet et voyage…

Le 21 septembre, les SEPEG ferment leurs portes. Non sans avoir rédigé et voté une Magna Charta Pro Juventute Mundi, charte qui reprend sous forme d’un document imprimé sur beau papier pour en souligner le caractère solennel les différents vœux de l’assemblée. Le vocabulaire est calqué sur celui des grandes organisations, son registre est déclaratoire et emphatique, jusque dans le support de publication très soigné, tandis que le terme même de « Charte » fait écho à celle des Nations-Unies, adoptée le 26 juin. Reprend les thèses énoncées par chaque section et thèses générales de la conférence.

S’il est difficile de reprendre l’ensemble des vœux et thèses promulgués à Zurich tant elles sont nombreuses, on peut néanmoins mettre en exergue le travail d’explicitation réalisé, affirmant le rôle de la famille, la nécessité d’une assistance dans les pays mêmes, d’une formation des spécialistes, d’un examen médico-pédagogique pour tous les enfants (carnet individuel), le rôle de tribunaux et de juges spécialisés, d’une éducation rénovée, décontaminant du « virus » de la guerre en misant sur l’autonomie des enfants et en initiant à la paix et à la compréhension internationale. L’ensemble de ces prescriptions forment autant d’angles de vue sur l’enfance victime de la guerre, le but étant d’interpeller les professionnels, appelés à travailler en équipes médico-pédagogiques et d’appeler à une synthèse dynamique de l’enfant combinant étude du milieu social, biologique, ethnologique, économique autant que clinique. Il s’agit néanmoins d’une philosophie générale protectrice de l’enfant (des risques) mais également productrice de droits et de normes, dans le but d’interpeller les États, faisant des SEPEG aussi une organisation transnationale entre groupe d’experts et lobby politique.

Si les SEPEG fabriquent du consensus, cela n’empêche pas certains frottements, ce que montrent les archives, au-delà des comptes-rendus officiels. Outre le reproche fait à la dominante très psychiatrique de l’ensemble, l’académisme est aussi une critique perceptible. À l’issue de la conférence de Zurich, Adolphe Ferrière regrette dans L’Essor qu’elle ait prise bien malgré elle l’apparence d’un congrès avec tous ses défauts : vues parfois trop fragmentaires et unilatérales de spécialistes, amnésie de qui a été élaboré avant eux. Et puis, tant de questions qui lui sont chères seraient restées sans réponse selon le pédagogue genevois : coéducation, rôle des travaux manuels et surtout la problématique du corps professoral capable d’initier les maîtres aux méthodes nouvelles d’éducation… 

L’équipe médico-pédagogique comme modèle : les cours de perfectionnement de Lausanne

Pour ces spécialistes, l’urgence est de pouvoir appliquer des méthodes adaptées au traitement de millions d’enfants qui ont subi des dommages physiques mais aussi psychiques. C’est dans ce cadre que Forel place en tête la « formation d’équipes pour tâches spéciales », comme il le détaille dans le manifeste de fin 1944 :

Ces équipes seront, en principe, composées de ressortissants des pays éprouvés par la guerre, car ceux-ci connaissent le mieux les conditions régionales et sauront les former. Nous leur offrirons de leur adjoindre des techniciens suisses. C’est ainsi que nous remédierons à la carence constamment invoquée de personnel auxiliaire qualifié.

Dans un article non publié de janvier 1945, conservé dans ses archives privées, Forel pose très vite la question du lieu de la formation. Il revient sur la problématique de l’action : depuis la Suisse ou dans les pays mêmes ? Il l’a déjà évoqué dans une controverse avec Walter Corti sur le Village Pestalozzi de Trogen, qu’il voit comme un « Landi-Baby-Hollywood », soit une initiative artificielle, coûteuse et naïve, alors qu’il faudrait selon lui soutenir les initiatives à l’étranger.

Trame d’une conférence d’Oscar Forel devant des instituteurs vaudois, 8 fév. 1945 (ACV, fonds Forel, PP 1035 / 63).

« Former ces équipes chez nous ? Cela se fait déjà dans plusieurs de nos villes. Nous le demandera-t-on ? Peut-être. Nous ne pourrons décemment que signaler leur présence, car les équipes les plus efficaces se forment déjà et se formeront toujours plus nombreuses sur place. », écrit-il dans le manifeste. Et de citer les initiatives zurichoises de formation d’auxiliaires sociales et de penser sans doute au Cours de moniteurs de Genève, ouverts depuis 1944.

A l’issue de la conférence de Zurich en 1945,  une définition plus précise de l’équipe médico-pédagogique figure parmi les thèses :

Toute assistance éducative à l’enfance victime de la guerre devra être précédée de l’étude de l’enfant, de sa personne physique, intellectuelle et morale. Ce diagnostic doit, si possible, être l’œuvre d’équipes médico-psycho-pédagogiques, constituées en principe d’un médecin spécialisé en psychiatrie infantile (pédopsychiatre), assisté de psycho-pédagogues et d’une ou plusieurs assistantes sociales. Les pays épargnés par la guerre sont invités à mettre de pareilles équipes à la disposition des régions dévastées. 

L’envoi d’équipes suisses à l’étranger semble impossible, en raison de l’insuffisance de ce personnel qualifié dans le pays. Aussi, à la fin de l’année 1945, tirant le bilan de la conférence de Zurich, le comité d’initiative conçoit la formation d’équipes médico-pédagogiques sur la base d’un « cours de perfectionnement ». Lucien Bovet en aura désormais la responsabilité, lui qui préside déjà la section médico-pédagogique des SEPEG. Entre université et pratique clinique, il apparaît logiquement comme le maillon de base de ce nouveau cours international.

Quand il présente, fin 1945, les attendus du cours à l’attention du Don suisse, là encore il s’agit de contribuer à payer la dette de la Suisse mais cette fois en s’appuyant sur ses atouts médico-pédagogiques. Pour ce qui est du choix des élèves et du caractère international du cours, l’idée n’est pas d’envoyer dans les pays des équipes de spécialistes suisses mais de former des groupes pour l’étranger, encadrés par des professionnels œuvrant en Suisse. Dans cet esprit, le cours s’adresse à des professionnels déjà formés et destinés à être mis en situation dès leur retour. Enfin, les sessions sont organisées en cours théoriques d’approfondissement et sont envisagés des exercices pratiques, notamment dans des centres d’accueil pour enfants étrangers, ainsi que des visites d’institutions emblématiques. Mais ici, au contraire des formations de moniteurs de homes d’enfants ou d’auxiliaires sociales, pas de stage, car justifie Bovet :

La pratique de la psychiatrie infantile, et en particulier des mesures sociales, prophylactiques et thérapeutiques qui en découlent, nécessite de la part de ceux qui s’y livrent une connaissance approfondie des conditions locales et un sens aigu des réactions psychologiques par lesquelles les parents et les enfants sur lesquels on veut agir répondent à leurs interventions.

A l’été 1946, alors que le premier Cours se prépare, un groupe de quarante jeunes filles grecques de 16 à 27 ans, auxiliaires sociales pour la Société de protection de l’enfance, arrive à Lausanne pour une formation de plus d’un mois. Le contact avait été pris par un couple d’Athéniens, Grégoire et Myrsini Dimitriades, à Zurich en septembre 1945. Lui est avocat, secrétaire général de la Société de protection de l’enfance, elle est assistante sociale auprès des tribunaux pour mineurs d’Athènes, organisatrice de colonies de vacances. Les jeunes filles sont logées dans deux écoles de plein air près de Lausanne, celle de l’Arzillier, dans un ancien dispensaire pour tuberculeux devenu clinique, comme le rappelle Geneviève Heller dans Tiens toi debout ! L’enfant à l’école primaire au 19e siècle, et de la Chottaz. L’idée est à la fois de les former à la question spécifique des enfants victimes de la guerre, avec cours théoriques et pratiques, tout en œuvrant au rétablissement de leur santé.

Gazette de Lausanne, 27 sept. 1946

C’est le 16 septembre 1946 que s’ouvre officiellement le premier cours de perfectionnement, dans un auditorium de l’ancienne Académie de l’université de Lausanne.

L’ancienne Académie, s.d. (https://www2.unil.ch/dorigny40/lancienne-academie/index.html).

Triés selon leur formation technique, leur qualification professionnelle et leur activité auprès de l’enfance victime de la guerre, sur suggestion des agents de liaison des SEPEG dans les pays, ils sont une quarantaine à suivre jusqu’au 12 octobre cette première session, venus de France, des Pays-Bas, d’Italie, de Grande-Bretagne, de Grèce et du Luxembourg, mais aussi d’Allemagne et d’Autriche. Ce sont des professionnels aguerris si l’on s’en tient à la liste des inscrits, qui ont une certaine expérience, sans être pour autant trop âgés. Dans cet aréopage bigarré d’experts, on repère par exemple Minna Specht, nouvelle directrice de l’Odenwaldschule en Allemagne, un éducateur autrichien des Faucons rouges, Anton Tesarek, des psychiatres, dont un chef de clinique assistant de Georges Heuyer, Henri Sauguet, une professeure de philosophie et de psychologie italienne, Maria Venturini, un psychiatre italien, Giovanni Bollea, un prêtre belge, Daniel Goens, du Villaggio del Fanciullo de Civitavecchia, une pédiatre luxembourgeoise Amanda Putz-Kinn, une psychiatric social worker anglaise, Robina Addis

Le programme est agencé selon différentes approches : définition de l’équipe médico-pédagogique, méthodes d’exploration intellectuelle, d’exploration affective, d’orientation professionnelle, clinique médico-pédagogique, psychopathologie spéciale de l’enfance victime de la guerre, notions de médecine somatique infantile, pédagogie de l’enfance déficiente, problèmes de l’internat et du placement familial, utilisation des loisirs, éléments de technique de formation du personnel auxiliaire, notions juridiques et médico-légales. Ces sujets sont complétés par des discussions dirigées sur différents thèmes portant sur la jeunesse ainsi que des conférences publiques et des excursions,  à la clinique de Malévoz dirigée par André Repond, à Monthey, dans des camps et homes d’enfants réfugiés ainsi qu’à l’Institut des sciences de l’éducation de Genève. Le vivier d’enseignants est pour partie issu de la psychiatrie infantile et pour le reste composé de professeurs de l’Institut des sciences de l’éducation : Forel, Bovet mais aussi André Repond, Georges Heuyer, André Rey, Alice Descoeudres, etc. Dès cette année-là, l’empreinte de la psychanalyse est perceptible, notamment à travers les cours donnés par Madeleine Rambert, ancienne élève de l’Institut des sciences de l’éducation, qui travaille auprès de Lucien Bovet à Lausanne et qui a développé le jeu de guignols pour enfants mutiques.

À Lausanne, pas d’internat pour éprouver la vie en communauté, les participants sont logés chez des particuliers. N’en demeure pas moins le désir de forger un « esprit » fraternel et international par les échanges entre participants. Certains cours abordent de front la question de la fraternité entre peuples européens. Cette année-là, le journaliste français Jules-André Jaeger, attaché culturel des armées d’occupation et de fait spécialiste des questions allemandes, qui vient de rouvrir l’Institut d’études européennes de Strasbourg, aborde par exemple les « problèmes de la reconstruction spirituelle de l’Europe ». Un article lui est consacré dans La Gazette de Lausanne, le 8 octobre 1946, intitulé « Jeunesse du monde », pour illustrer une question vive : la décontamination de la jeunesse allemande des idées totalitaires. Tout un travail de fond doit s’engager car « engagés dès l’enfance sur le chemin des armes, dressés à la seule discipline militaire, les jeunes Allemands ne se découvrent aucun autre horizon. »

La Gazette de Lausanne, 8 octobre 1946.

Selon le comité des SEPEG, la formation a été un succès et sera reconduite l’année suivante. Des questionnaires remplis par trente participants confirment que la pluridisciplinarité et la pertinence de certains exposés ont été profitables. Pour autant, les mêmes documents mettent en évidence le caractère parfois superficiel de la formation, qui a pu prendre une allure très académique, assez éloignée de la pratique, dont la meilleure articulation avec les leçons est vivement réclamée. Bien des écueils tiennent pour beaucoup à la difficulté de s’appuyer sur un langage commun. Ce ne sont pas des problèmes de langue. Les cours sont en français, ce dont personne ne se plaint. Mais bien plutôt de vocabulaire technique. Selon les pays et les professions d’origine, les catégories d’enfants sont en effet différentes, tandis que certains termes ne semblent pas revêtir les mêmes significations et applications pour tous les participants, par exemple les « consultations médico-pédagogiques-psychiatriques » comme le souligne l’assistante sociale française Raymonde Gain. De même, alors que l’accent est mis sur la synthèse entre médical et pédagogique, quelques uns réclament au final que soient organisées à l’avenir des séances par groupe et… par spécialité. Enfin, plus marginalement, la présence de représentants de pays d’Europe orientale est souhaitée, principalement Allemagne, Pologne et URSS. À ce stade, l’internationale médico-pédagogique reste donc à fabriquer.

Le Cours de 1947 est programmé pour sa part juste avant la seconde conférence internationale des SEPEG de Zurich. Il démarre le 8 septembre sur les mêmes bases que l’année suivante. Le groupe a tout d’une élite professionnelle en devenir, accueillant notamment les psychiatres Claude Kohler, René Diatkine, Line Thévenin, Hans Asperger ou encore Julian de Ajuriaguerra, mais également des pédagogues comme Suzanne Decroly, qui dirige alors l’Institut d’enseignement spécial qu’avait ouvert son père Ovide à Uccle, ou encore deux psychiatric social workers anglaises, dont Robina Addis.

Plan de travail, cours de perfectionnement de 1947 (ACV, fonds O. Forel : PP 1035 / 67).

Le programme ne diffère guère du précédent. Tout juste peut-on remarquer que les villages d’enfants sont à l’affiche, en écho aux journées de Zurich. Marie Meierhofer, du village Pestalozzi de Trogen, et Ernesto Codignola, de la Scuola-Città de Florence, intègrent le corps enseignant du cours de Lausanne.

Notes de cours, 22 sept. 1947 (Wellcome Library, fonds Robina Addis).

Maison du peuple, Lausanne, 1946 (www.notrehistoire.ch).

Et puis, le lundi 22 septembre 1947 à 20h, une dernière séance clôt la seconde édition du cours de perfectionnement d’équipes médico-pédagogiques. Fernand Deligny, éducateur français, a accepté l’invitation de Lucien Bovet. Il anime une conférence causerie à la Maison du peuple au sujet de son pamphlet qui vient de sortir : Les vagabonds efficaces.

Lettre de Fernand Deligny à Lucien Bovet, 1947 (ACV fonds de l’Office médico-pédagogique : SB 264 D 2/1).

La structure du cours en 1948 reste à nouveau à peu près la même.Tout juste s’ouvre-t-il un peu plus tard que d’habitude et se tient du 22 septembre au 9 octobre. Surtout, un autre cours est organisé en parallèle à Zurich, en langue allemande. La dominante en psychiatrie infantile et pédagogie de l’enfance déficiente y est forte, le cours est animé par Hanselmann et Moor, Tramer et Lutz.

Le programme du Cours de 1948 ne diffère pas du précédent, sauf à noter la présence du Dr Putz-Kinn venue du Luxembourg renforcer le cours de psychopathologie de l’enfance victime de la guerre et de Louis Le Guillant, alors directeur médical du centre d’observation de Vitry-sur-Seine. La place du corpus analytique y est également importante, Lucien Bovet ayant cherché à convaincre Germaine Guex, psychologue et psychanalyste, à venir donner un cours pour sensibiliser les éducateurs à cette dimension affective, ayant bien conscience des méconnaissances et des méfiances à l’égard de cette grille de lecture. Le terme même d' »introduction à la psychologie psychanalytique » est pour la première fois annoncé cette année-là. Cela est bien sûr à mettre en rapport avec le souhait de Lucien Bovet de renforcer l’approche psychanalytique, à la fois dans le cadre de ce cours mais également dans son activité à l’Office médico-pédagogique. Le psychanalyste et pédagogue autrichien August Aichhorn est l’invité des SEPEG en septembre 1947 à Zurich mais il est également au printemps 1948 l’hôte de Bovet à Lausanne dans le cadre de cours de perfectionnement psychothérapique organisé par l’Office, dans lequel des conférences ont été données par Aichhorn, Anna Freud et Kate Friedlander, venues de Londres.

Si l’on n’a pas la liste des participants, il semble qu’il a été tenu compte des demandes des années précédentes puisque cette fois, des éléments de pratique sont visibles dans le programme, notamment à l’Office médico-pédagogique vaudois mais également à Malévoz, tandis que les intervenants ont envoyé avant le début du Cours résumés et documents pour que les participants puissent se préparer à l’avance. 

En 1949, le Cours ferme ses portes avec un certain sens du devoir accompli mais sans doute dans l’intention de se réinventer. Non sans livrer une dernière session, à partir du 26 septembre. Les thèmes développés dans le plan de travail n’ont pas bougé par rapport aux années précédentes. En revanche, le profil des participants offre un profil singulier en cette année. En effet, il est pour moitié composé d’Italiens (dix-huit) tandis que les autres viennent d’Allemagne, Écosse, Belgique, France, Grèce et Pays-Bas (dix-sept). Cette répartition est à mettre en rapport avec l’investissement croissant depuis 1946 des SEPEG en Italie, du Nord jusqu’au Sud, de Milan à Naples en passant par Rome et Florence. En ce Cours de perfectionnement de 1949, on retrouve ainsi certains acteurs rencontrés au passage, tel le psychiatre Giovanni Giordano, qui a réussi à fonder un centre médico-pédagogique à la suite des SEPEG récentes.

Sillonner l’Europe pour former des professionnels

Mais revenons en 1945. Les premières SEPEG de Zurich tout juste refermées, Forel ne cesse de répéter à ses correspondants qu’elles ont été un succès. Le bureau et le Comité d’initiative se remettent vite à l’ouvrage, dès le 21 octobre 1945, au Café du Théâtre à Berne, dans le but d’envisager la suite. Sans Hanselmann néanmoins, qui a démissionné et se concentre sur sa Société internationale de pédagogie pour l’enfance déficiente. Forel devient officiellement le nouveau président. Les questions importantes restent celle de la collaboration avec les autres organisations, mais aussi celle des finances, d’autant que les sollicitations arrivent nombreuses de l’étranger pour demander le concours des SEPEG.

Début août 1946, Forel part cette fois à l’assaut de l’industrie horlogère de son pays ! Son argument est que jusque-là ce sont surtout les industriels et particuliers de Suisse allemande qui ont contribué, aussi il souhaite s’adresser à l’industrie jurassienne. Mais il essuie un échec, les firmes se plaignant du trop-plein de sollicitations philanthropiques.

C’est la seconde collecte du Don suisse au printemps 1946 qui permet aux SEPEG d’obtenir des subsides. Désormais, dans un programme qui repose sur la formation d’équipes médico-pédagogiques en Suisse et dans les pays touchés par la guerre, les SEPEG vont suivre le cours géographique du Don suisse. Forel souhaite concentrer l’activité vers les anciens pays de l’Axe. Cela semble d’autant plus nécessaire que la donne humanitaire a changé avec la mise sur pied du Fonds international de secours à l’enfance (UNICEF) en 1946, mais sans que celui-ci n’intervienne pour le moment dans les pays agresseurs, ce qui ouvre la voie à une troisième étape pour le Don suisse.

« La désintoxication du virus de la guerre et des idées totalitaires » ou les SEPEG  en Italie et en Allemagne

L’Italie, vers qui convergent les regards, constitue un point névralgique de l’assistance aux pays en guerre. Les combats y ont fait rage depuis 1943. Mais surtout, le pays fait alors figure de laboratoire de la réforme médico-pédagogique et est un vaste champ d’expériences où se pressent de multiples spécialistes étrangers. La question méridionale y est alors également vive, le Sud connaissant une situation socio-économique difficile et portant les héritages du contrôle des forces alliées. L’enfance des rues y constitue là plus qu’ailleurs une icône de la misère et un souvenir de la guerre. Le film Sciuscia, de Vittorio de Sica, sort au cinéma cette année-là. L’Italie pourrait constituer comme une page blanche mais en même temps, les expériences diverses de communautés d’enfants ne manquent pas : Scuola-Città, Villagio del Fanciullo, Cita dei Ragazzi… 

Du 8 au 13 avril, à l’invitation de la municipalité, une équipe est accueillie à Milan pour une série de conférences tenues à la Maison de la culture. Elle est constituée selon les thèmes à développer mais aussi selon la diplomatie SEPEG, emmenée par Forel et Wagner-Simon, accompagnés pour l’occasion de Guido Calgari, Lucien Bovet, Marguerite Loosli-Usteri et Blanche Richard, ces trois derniers étant spécialistes des questions à l’ordre du jour, à savoir la constitution d’un centre médico-pédagogique à destination des enfants délinquants et moralement abandonnés. C’est la première session hors des frontières suisses, qui plus est dans un des pays de l’Axe. Un Centre médico-pédagogique est officiellement inauguré pour l’occasion, grâce au Don suisse, sur le modèle de la polyclinique, où collaborent médecins et pédagogues.

Après avoir répondu à une demande de SEPEG à Grenoble en octobre 1946, pour des conférences et visites, c’est en mai 1947 qu’une délégation entreprend une tournée en Italie, suivant une progression géographique vers le sud. Désormais, toute l’action des SEPEG s’effectue sous le pavillon du Don suisse après qu’Olgiati a soutenu auprès du Comité exécutif les actions prévues à l’étranger, notamment dans sa séance du 26 février 1947. Les rapports successifs envoyés par Forel à Olgiati confirment par la suite cette articulation, ainsi pour l’Italie celui du 29 mai 1947.

Margareta Zoebeli, s. d. (photographie Ernst Koelhi)

Après un passage rapide à Milan, où ils rencontrent Carleton Washburne lors d’une réception privée à son domicile, précisant les contours de son intervention auprès des SEPEG, c’est d’abord à Rimini que se rendent Forel et son équipe, tandis que les stigmates des intenses bombardements alliés et des violents combats sont encore visibles dans cette ville de la côte Adriatique à moitié détruite alors qu’elle tirait déjà ses revenus de l’industrie hôtelière et du tourisme. Les SEPEG sont sollicitées par la déléguée du Don suisse, Mlle Baragiola, et surtout par la directrice du centre éducatif italo-suisse, Margherita Zöebeli. Protestante zurichoise, fille de syndicaliste, institutrice, elle s’est notamment engagée pour le compte de l’OSEO en Espagne en 1937-1938, mais aussi à la fin de la guerre auprès des populations du Val d’Ossola en Italie du Nord. Figure de l’humanitaire et de « l’Autre Suisse », selon le terme d’Antonia Schmidlin, elle a été mandatée par l’OSEO et le Don suisse en 1945 afin de trouver un lieu pour un centre éducatif, dont l’ouverture est effective depuis le 1er mai 1946.

Jardin d’enfants, Rimini, 1946, photographie d’Ernst Koelhi, in Memoria come futuro, cinquant’anni di vita del CEIS, éd. Maggiori, 1996.

D’abord foyer pour orphelins muni d’un jardin d’enfants, le centre, dans un premier temps nommé « Centre de reconstruction du Don suisse », est complété dès 1947 par une école primaire. L’éducation est axée sur les principes de l’école active et relève d’une organisation démocratique. C’est là que se déroule du 4 au 14 mai un cours de perfectionnement à l’intention d’une quarantaine d’instituteurs et travailleurs sociaux italiens, mené par une équipe SEPEG constituée d’Oscar Forel, Lucien Bovet, Thérèse Wagner-Simon, Isaac Pougatch, Carleton Washburne mais aussi Ernesto Codignola et Margherita Zöebeli. Le cours est alors présenté comme le moyen de familiariser pédagogues et travailleurs sociaux au travail médico-pédagogique en même temps que de diffuser les méthodes pédagogiques nouvelles et ainsi sortir ces professionnels de l’isolement.

Extrait de Memoria come futuro, cinquant’anni di vita del CEIS, éd. Maggiori, 1996, p.

Pendant ce séjour, les conférenciers se rendent à Florence du 7 au 10 mai, à l’invitation de la ville et de l’université. Cette fois, la formule est plus solennelle, sous forme de conférences, assurées par des personnalités du monde médical (psychiatrique et pédiatrique) et psychologique italien ainsi que par une partie de l’équipe de Rimini, composée de Forel et Bovet, assistés ici d’Henri Bourquin, directeur de la maison d’éducation de Vennes, installée sur les hauts de Lausanne, qui reçoit des enfants et adolescents placés par la justice ou les autorités civiles, Georges Heuyer, et du journaliste français Jules-Albert de Jaeger, venu parler ici de la reconstruction de l’Europe, idée chère à Oscar Forel. A Florence néanmoins, le public s’est fait plus rare qu’à Rimini, différent aussi, puisque composé d’instituteurs mais aussi d’infirmières, de sœurs, de psychologues et de pédiatres. Alors que cette SEPEG est considérée comme peu convaincante, Forel en retient néanmoins une visite marquante :

Parmi les institutions visitées nous avons surtout apprécié la Scuola Città du Professeur et Mme Codignola où l’autogoverno a été réalisé sur une grande échelle et d’une manière surprenante lorsqu’on tient compte du fait que les enfants se recrutent dans les quartiers les plus miséreux de Florence.

Si le pédagogue Ernesto Codignola avait été invité officiellement à la conférence de Zurich en 1945 il n’avait pu s’y rendre. C’est donc en 1947 que des contacts durables sont établis avec le fondateur de la Scuola Città Pestalozzi de Florence, mieux même, Forel en fait un collaborateur :

Vu les bons renseignements obtenus par des collaborateurs du Don suisse, vu l’excellente impression retirée d’une visite minutieuse de la Scuola Città, vu la contribution technique importante offerte à Rimini et à Rome, vu aussi la constatation que les problèmes pédagogiques sont les plus urgents, vu enfin que le Prof. Codignola est en rapport suivi, qu’il est soutenu par des organisations internationales, nous avons cru bien faire de lui offrir de représenter les SEPEG en Italie centrale. Nous avons esquissé avec lui les directives d’initiatives en cours, notamment la formation d’assistantes sociales.

 

Oscar Forel à Rimini, mai 1947, de dos Margherita Zoebeli (ACV fonds O. Forel, PP 1035 /68).

Le périple se poursuit vers Rome, à partir du 12 mai, au sein de la nouvelle école d’assistantes sociales de Rome, à l’invitation de Maria Venturini, du ministère de l’assistance post bellica. La tonalité est médico-psychologique, criminologique et prophylactique, rappelant que l’enfance d’après-guerre inquiète aussi par sa dangerosité sociale. A la petite équipe de Florence s’est ajouté Erwin Frey, juge au tribunal pour enfants de Bâle, complétant un panel d’hôtes italiens marqués par la psychiatrie, dont Uggo Cerletti, connu pour avoir introduit avant-guerre les électrochocs dans le traitement psychiatrique, Julio Medea, le président de la Ligue italienne d’hygiène mentale, ou Benigno di Tullio, directeur de l’Institut d’anthropologie criminelle de Rome. Au milieu de ces conférences et échanges d’expériences, la journée du 15 mai est consacrée aux visites d’institutions emblématiques de la région. La délégation se rend certes à l’Institut Gaetano Giardino, institution religieuse pour orphelins de guerre mais visite aussi diverses instituts médicaux et pédagogiques, à Rome, et particulièrement « l’initiative de Civitavecchia, créée en faveur d’enfants et d’adolescents délinquants, victimes de la guerre », faisant là référence au Villagio del Fanciullo de Don Antonio Rivolta.

Les premiers résultats se font sentir. Le 19 octobre 1948, Giovanni Bollea, alors médecin-assistant à la clinique des maladies mentales et nerveuses de l’université de Rome mais également ancien participant en 1946 au cours de perfectionnement de Lausanne, écrit à Lucien Bovet : un centre médico-psycho-pédagogique a été ouvert dans la capitale, poursuivant des buts similaires à l’Office médico-pédagogique vaudois. Les mêmes fiches cliniques y ont été adoptées, les psychiatres travaillent avec psychologues et assistantes sociales. 

La session de Rome à peine achevée, Forel reprend son bâton de pèlerin et enfile son brassard du Don suisse et répond favorablement à l’invitation de Minna Specht, directrice de l’Odenwaldschule à partir du 27 mai 1947. Il y retrouve des membres germanophones de l’organisation : Elisabeth Rotten, Thérèse Wagner-Simon, Heinrich Hanselmann et Rodolfo Olgiati. L’Odenwaldschule est un lieu éducatif majeur, malgré sa mise en sommeil pendant quelques années par son fondateur Paulus Geheeb. Il semble bien que ce soit au cours des SEPEG de Zurich en 1945 que ce dernier a proposé à Minna Specht d’en tenter la réouverture en Allemagne. Celle-ci entre dans ses fonctions de nouvelle directrice en mars 1946 et reprend les principes d’une éducation humaniste chère à Geheeb, tout en lui donnant un aspect plus politique, reprenant ce qu’elle a pu mener auparavant dans les écoles allemandes, danoises et anglaises. Dans cette école nouvelle qui renaît de ses cendres, le projet des SEPEG est alors de faire se rencontrer un groupe de pédagogues et de psychologues suisses et des éducateurs et travailleurs sociaux allemands choisis par Minna Specht, venant de toutes les régions d’Allemagne et issus de groupements politiques et professionnels différents.

Cette tournée en Italie et en Allemagne jugée positive, les SEPEG tiennent leur seconde grande conférence internationale du 25 au 27 septembre 1947, toujours à Zurich mais sous un format plus court et avec une participation moindre puisqu’une centaine de participants y assistent. Le prestige de cette conférence est élevé néanmoins. L’Autriche y envoie pour la première fois des représentants, dont August Aichhorn, qui vient de ranimer la Société psychanalytique viennoise. Trois grands thèmes sont abordés : les problèmes médico-pédagogiques, traités sur le plan de la formation du personnel et de la psychologie collective appliquée au problème de l’internat ; l’éducation des éducateurs ; enfin les villages d’enfants, expériences et bilan provisoire.

 

Ces trois journées sont aussi l’occasion de faire le bilan des expériences européennes de villages d’enfants. Sur proposition de Rodolfo Olgiati, une journée leur est même consacrée, le 26 septembre, à laquelle sont invités des directeurs de villages d’enfants travaillant en collaboration avec le Don suisse. Ce jour-là, se succèdent à la tribune : Walter Corti, du Village Pestalozzi de Trogen, qui a ouvert cette année ; le Dr Robert Préaut, psychiatre et directeur du Hameau-école de l’Ile-de-France, près de Compiègne, ouvert en 1945 pour des adolescents dits « déficients » et qui se présente comme un village d’enfants ; Gabor Sztehlo, pasteur luthérien fondateur de « Gaudiopolis » à Budapest en 1945, une République d’enfants pour garçons, qui a aussi son pendant féminin ; Marius Boulogne, instituteur, syndicaliste et résistant, qui a fondé à partir de 1944 des villages d’enfants à Megève notamment ; enfin Don Antonio Rivolta, de Civitavecchia. Aucun compte rendu n’a été publié, faute de fonds suffisants de l’aveu de Forel, mais cette table-ronde préfigure la conférence des directeurs de villages d’enfants tenue à Trogen en juillet 1948 sous l’égide de l’Unesco, offrant ainsi un premier point de convergence.

Sur le plan des voyages formatifs en Europe, en 1948, tout est concentré en mai. Par ordre chronologique, les SEPEG reviennent d’abord à Rimini y tenir une  série de cours du 3 au 13 mai. Elle est à nouveau dirigée par Henri Bourquin et a pour thème central « Les enfants difficiles ». 88 personnes sont inscrites, venant du Sud comme du Nord du pays. L’orientation est à la fois vers les problèmes de l’école face à l’enfance difficile mais également les méthodes pédagogiques pour y faire face. Des récits d’expériences sur l’école active, les classes dites « différentielles » en Italie mais également sur les sixièmes nouvelles en France (Cécile Hatinguais de la Maison de Sèvres) ou sur une république d’enfants (le Hameau-école de l’Ile-de-France) viennent donner des perspectives de réforme. D’autant que le travail semble important ; outre les résistances de l’Église, le renouvellement des institutions pour enfants difficiles et délinquants est complexe. La visite de l’orphelinat d’Urbino, par exemple, a laissé une impression pénible, les délégués constant la présence de « gardes-chiourmes » pour des enfants aux « visages fermés ».

Dans le même temps, du 5 au 8 mai 1949, une équipe est à Buchenau, en zone américaine en Allemagne. Cette rencontre fait suite à celle de l’Odenwaldschule l’année précédente et s’installe dans une école nouvelle à la campagne, cette fois au château de Buchenau, un peu plus au nord, qui « vit encore dans les traditions depuis longtemps dépassées du système de Lietz, trop imprégnées d’esprit prussien », selon le rapporteur. Elle est dirigée par Minna Specht mais est déléguée à Christiansen-Weniger, directeur des écoles nouvelles du système Lietz. Une quarantaine d’instituteurs et d’éducateurs assistent aux journées, autour des thèmes de culpabilité, du châtiment à l’école ainsi que du ressentiment, dans l’esprit d’une dénazification de l’enseignement. Rendez-vous est pris pour une nouvelle SEPEG, dont les participants souhaiteraient qu’elle se déroule à Hambourg autour de « La morale double chez les jeunes et les éducateurs. »

Varsovie 1948 ou les SEPEG aux prises avec l’Europe de l’Est

Point d’orgue de ce circuit européen, de nouvelles SEPEG se tiennent à Varsovie du 23 au 28 mai 1948. Une petite délégation s’y rend, conduite par Oscar Forel et Thérèse Wagner-Simon, accompagnée pour l’occasion de représentants français, usant de leurs relations avec le pouvoir communiste, notamment Henri Wallon, qui est pour l’occasion l’objet « d’attentions particulières » et aura les honneurs d’entretiens privés avec les autorités comme le souligne Forel dans un rapport à Olgiati. Georges Heuyer et Louis Le Guillant, lui aussi communiste, les accompagnent, en revanche, peu de Suisses cette fois et Forel regrette l’absence de Piaget, également celles de Lucien Bovet ou de Germaine Guex. Par contre, ces journées sont internationales, puisqu’elles regroupent des intervenants venus de Hongrie, de Yougoslavie et des Pays-Bas.

L’idée d’un tel voyage aurait pris forme après une tournée d’inspection de Rodolfo Olgiati pour le Don suisse en 1947. Dans un pays largement aidé par des organisations internationales le Don suisse a en effet contribué à l’ouverture d’un village d’enfants en 1946. Installé dans une région sablonneuse et boisée sur les bords de la Vistule, le Village d’enfants d’Otwock héberge par rotation près de six cent enfants, garçons et filles, venant de Varsovie et de régions plus lointaines de Pologne, soumis à l’attention médico-pédagogique d’une équipe polono-suisse. Si depuis cette date, le Don suisse ne cache pas certaines difficultés dans la réception de son initiative, parfois en décalage avec la Pologne d’après-guerre, par exemple parce que l’apparence extérieure du village a pu être comparée aux camps de concentration, aux yeux des commentateurs suisses, l’impression est aussi celle d’un village vivant, porteur de promesses de reconstruction, rappelant par exemple le village de Pestalozzi de Trogen ou encore d’une République en germe, dans laquelle les enfants s’autogouvernent en partie et disposent même d’un tribunal.

Elèves et leur enseignante dans une salle de classe de la maison pour enfants d’Otwock, après la guerre (Archives photographiques de Yad Vashem 3306/16).

Les journées SEPEG se déroulent sur les lieux-mêmes du village d’Otwock, du 23 au 28 mai 1948. Cela donne l’occasion à Forel d’exposer la situation du village d’enfants et également sa position, qui est de considérer qu’il faut maintenant laisser la main aux Polonais :

Tous les participants ont admiré sans réserve cette œuvre qui fait le plus grand honneur de la Suisse. Il y règne un esprit d’équipe, de bonne entente entre Polonais et Suisses, de l’ordre, et les centaines d’enfants polonais déficients s’y transforment de semaine en semaine. Malgré la reconnaissance des autorités et du peuple polonais, il y a constamment des difficultés à vaincre, de la méfiance, des susceptibilités, de la xénophobie. D’après maints renseignements et confidences reçus, Mme Lutz paraît dominer la situation et jouir de l’estime de tous. Malgré tout, je crois qu’il est grand temps de remettre le village d’Otwock à la ville de Varsovie, car le moment est venu où l’orgueil des Polonais commence à souffrir de ce qui, à la longue, est très difficile à accepter ; l’aumône. 

 

Le Courrier quotidien, 28 août 1948 (AF Don suisse : E2001E#1000/1571#1723*)

Les journées se sont données les mêmes buts que les précédentes : réunir et informer des médecins, travailleurs sociaux, éducateurs, juges des enfants, etc. sur l’enfance victime de la guerre et ses problèmes médico-pédagogiques. Le compte rendu rédigé par Forel le montre, l’intérêt de ce voyage est d’établir sur place l’étendue des réalisations à mener dans le domaine de l’assistance aux enfants de la guerre, dans un pays largement éprouvé. C’est aussi l’occasion de ne pas oublier un pays en phase de transition politique, que les puissances tentent de garder dans leur giron. Outre ce registre diplomatique, c’est enfin la possibilité de constater réellement l’étendue des effets de la guerre sur les enfants. Les participants des SEPEG de Varsovie en sont ainsi revenus très marqués. La France ne présente rien de commun avec la portée du traumatisme vécu en Pologne, ce voyage à l’est, vécu comme une expérience collective, étant « un rappel des ravages, des souffrances et des luttes de ce pays, aujourd’hui trop oubliés. Leur étendue et leur atrocité sont sans aucune proportion avec ce que nous avons connu », selon Louis Le Guillant. Cette forme de reconnaissance de traumatisme collectif contribue aussi à dresser le constat que les possibilités de réadaptation des enfants dépendent étroitement des conditions qui leur sont faites par la société.

L’expérience s’accompagne d’une comparaison des pratiques et des savoirs en vigueur en Pologne. Un numéro spécial de Sauvegarde de l’enfance, en 1949, sera consacré à ces études polonaises. On y voit du même coup les effets de la guerre sur les enfants, notamment sur le plan psychique, en profondeur, également sur le plan social, ainsi que les méthodes d’investigation des troubles de l’enfant, dont l’usage des dessins par Stefan Szuman, psychologue à Cracovie. Mais également les différents problèmes médico-pédagogiques qui se sont posés depuis la fin de la guerre. Plusieurs approches se combinent entre poids de l’Église dans les institutions de protection de l’enfance, influence de la psychanalyse en psychologie mais également des orientations très collectives, préoccupées de régler les conflits entre collectif et individus. En réalité, une grande partie des psychologues polonais de ces SEPEG avaient déjà tissé des liens  avec les milieux médico-pédagogiques européens et particulièrement suisses avant la guerre. C’est le cas de Stefan Szuman, qui a reçu Claparède et Bovet comme le souligne L’intermédiaire des éducateurs en février 1930. Mais c’est aussi le cas de Stefan Baley, qui a parlé des influences psychiques de la guerre, de sa proche collaboratrice Maria Zebrowska, spécialiste de la délinquance juvénile, et d’Alina Szeminska, psychologue formée à l’Institut Rousseau et collaboratrice de Piaget dans les années 1930, tout un réseau piagétien, reconstitué par l’historienne Renata Latala.

Stefan Szuman, « La guerre et l’occupation dans les dessins des enfants polonais », Sauvegarde de l’enfance, fév.-mars 1949, p. 46-47.

Mais Forel est également pris dans tout un écheveau politique. Il constate que les participants non communistes n’ont pas pris la parole, tandis que de nombreuses critiques lui seraient parvenues en privé sur la nationalisation en cours et la fermeture en cours du pays aux influences occidentales. Le rapport confidentiel de Forel n’élude pas les difficultés politiques rencontrées sur place :

On tâtait le terrain. Je notai, de jour en jour, une diminution de la réserve initiale pour ne pas dire de la suspicion. Les Polonais admirent que les participants occidentaux étaient sincères dans leur attitude sympathisante à l’égard de la Pologne, quasi libres de tous préjugés et malgré cela francs de paroles. Un seul exemple. Lorsque le délégué yougoslave termina son plaidoyer plus titoïste que Tito par l’affirmation que le travail des jeunes au service de la collectivité avait plus fait pour résorber les névrosés sexuels et autres psychopathes que tous les psychologues, que lorsqu’une maison brûle on appelle les pompiers et non des médecins, etc., il lui fut répondu vertement, aux applaudissements de tous : « Oui, mais une fois les incendies éteints – et ne le sont-ils pas depuis des années ? – les pyromanes restent, méfiez-vous ! »

Pour autant, la Pologne doit rester à ses yeux « un trait d’union entre l’Ouest et l’Est », explicitée ainsi : « Si les SEPEG ont réussi à venir à bout de la méfiance des milieux officiels, il paraît désirable d’en profiter pour saisir les prochaines occasions (cours de perfectionnement médico-pédagogique (…), congrès, etc.) pour nous servir des Polonais et tenter de rejoindre, par eux, les insaisissables Russes. »

Déprovincialiser l’Italie méridionale

A la fin de la décennie 1940, la guerre s’éloigne. Le Don suisse aux victimes de la guerre devient en 1949 l’Aide suisse à l’Europe, réinventant son action et réorientant ses financements. Si les enfants de la guerre ont grandi, ils se retrouvent aux prises avec de nouveaux problèmes, dans des pays qui ressentent encore les stigmates de la guerre : privations, chômage, misère. Et puis, le bilan qui peut être dressé montre une très lente déprise de la violence en Europe : déplacements forcés d’enfants, enfants grecs pris dans la tenaille des belligérants de la guerre civile depuis 1946 ; enfance allemande encore sous l’emprise de l’idéologie nazie ; jeunesses allemandes et autrichiennes étranglées par le chômage ; en Italie, analphabétisme et désertion scolaire. A ce stade, l’utopie n’est plus de mise et comme il sera dit lors de la troisième conférence internationale des SEPEG tenue à Bâle en septembre 1949, comme une vielle antienne de la défense sociale, « c’est ainsi qu’une jeunesse victime de la guerre est devenue une jeunesse dangereuse ».

Cette troisième conférence internationale, à Bâle, a pour thème « Où en est la jeunesse européenne ? » Les participants sont moins nombreux qu’aux premiers jours et le thème signe un changement, palpable dans la diminution du nombre de sections et dans la perte de poids de la section médico-pédagogique au profit des sections de pédagogie et d’une autre, créée ad hoc : « Problèmes de la jeunesse européenne au regard de la profession et du gain ». La section pédagogique resserre ses préoccupations à l’institution scolaire, en appelant au renouveau des méthodes d’enseignement, faisant la part belle aux activités manuelles et artistiques, aux forces créatrices de l’enfant, à une meilleure formation psycho-pédagogique des maîtres ainsi qu’à une éducation communautaire formant chez l’enfant le sens de la solidarité et préparant la coopération des peuples au service de la paix. Dans un second temps, les SEPEG énoncent une série de vœux sous forme de nouveaux droits de la jeunesse, relativement généraux mais qui redonnent à cette dernière une place d’acteur que l’urgence autant que la puissance de l’expertise semblaient encore lui refuser. La seconde section proclame ainsi le droit de la jeunesse à être préparée à la vie sans distinction de sexe, de race ou d’origine, le droit des enfants retardés de recevoir une bonne formation morale, intellectuelle et professionnelle, tandis que tous doivent pouvoir bénéficier d’une formation professionnelle et être réellement intégrés dans la vie du travail. L’accent est désormais mis sur la formation, scolaire et professionnelle, dans l’idée de parer au « fléau du chômage », conforme en cela aux prescriptions de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Dans ce registre, c’est vers le sud de l’Italie que les SEPEG concentrent leur action entre 1949 et 1951.

La situation en cet interminable après-guerre ne manque pas d’inquiéter, notamment devant l’analphabétisme, la désertion scolaire et la délinquance juvénile. La philosophie sous-jacente est de poursuivre sur le plan médico-pédagogique la « déprovincialisation » de l’Italie. Les SEPEG sont donc conviées à Naples du 2 au 12 mai 1949, dans un couvent désaffecté du centre de la ville, à Santa Maria La Nova. Près de 400 auditeurs venus de la ville mais également de Sicile et de Sardaigne sont venus écouter les conférenciers, dont Oscar Forel, Isaac Pougatch, Louis Vincendon ou encore Carleton Washburne, accompagnés de spécialistes du pays. 

SEPEG Naples, 1949 (ACV, fonds SUPEA : SB 264 D 2/1).

L’exposé des graves problèmes d’ordre technique et psychologique que pose l’assistance dans cette partie du pays, de la détresse de milliers d’enfants qui connaissent famine, travail précoce, tandis que les écoles ne peuvent accepter tous les enfants faute de places, obligent les SEPEG à ne pas arriver les mains vides et du matériel scolaire voyage avec les conférenciers. Les méthodes pédagogiques sont également à l’ordre du jour, comme l’école active, tandis qu’Isaac Pougatch est venu parler des communautés éducatives à l’attention des pédagogues de terrain et notamment du « maître-camarade ». Un village d’enfants aurait été envisagé, comme il s’en est créé de nombreux dans toute l’Italie depuis la fin de la guerre, mais les seuls locaux possibles auraient été pris par l’Organisation internationale des réfugiés. Une visite dans un institut de rééducation aux allures de bagne d’enfants finit de convaincre les participants que des solutions médico-pédagogiques doivent être envisagées.

Pendant la SEPEG de Naples, un petit centre médico-pédagogique a ouvert ses portes sous l’égide de l’ONMI (Œuvre nationale maternité et enfance – Opera nazionale maternità e infanzia), dirigé par le jeune psychiatre Giuseppe Giordano, ancien participant de la SEPEG de Rimini et au cours de perfectionnement de Lausanne en 1948. Quelques mois plus tard auraient été ouvertes des classes « differenziali » (différentielles) pour enfants souffrant de troubles de l’intelligence et du caractère. Également, des cours de perfectionnement pour maîtres d’école primaire à Santa Maria La Nova, « qui leur permettront d’exercer leur profession dans un sens plus clinique », selon le compte rendu d’activités 1945-1949.

L’année suivante, du 7 au 14 mai 1950, les SEPEG s’établissent à Cagliari, en Sardaigne. L’équipe de conférenciers est constituée d’Oscar Forel, Thérèse Wagner-Simon, Pierre Bovet, Ernesto Codignola et Isaac Pougatch. Lors de ces journées qui se déroulent à l’Hôtel de Ville et à la Faculté de médecine, organisées conjointement avec l’Union nationale pour la lutte contre l’analphabétisme, les thèmes sont proches de ceux développés à Naples.

Dans une région qui déplorerait près de 62 % d’enfants ne fréquentant pas l’école, un système de santé en mauvais état et notamment l’absence de dispensaires, un nombre très élevé d’enfants livrés à eux-mêmes et de petits délinquants, les recommandations expertes sont nombreuses pour « normaliser » le système médico-pédagogique. Le convegno de Cagliari débouche alors une liste de buts pléthoriques. Outre des mesures invitant à augmenter le nombre d’enseignants, les écoles également, des institutions spécifiques existant par ailleurs sont recommandées : centre d’observation dirigé par un médecin, avec de psychologues et travailleurs sociaux ; classes spéciales pour enfants en retard ; établissements pour enfants déficients ; fondation d’un service social de l’enfance ; même un centre d’étude des inadaptations. Tout resterait à faire, notamment pour la formation des professionnels, notamment en ce qui concerne la place de la médico-psycho-pédagogie dans le système scolaire et pour l’enfance dite « anormale », de même que la spécialisation en psychiatrie de l’enfant pour les médecins. 

Convegno de Cagliari, 1950 ((Zurich, Archives sociales, OSEO : Ar 20.950.47).

Programme SEPEG Berlin, 10-13 octobre 1950 (Zurich, Archives sociales, OSEO : Ar 20.950.47).

Entre la fin de l’année 1950 et 1951, le temps vient d’achever les SEPEG. Non sans réunir de nouvelles journées d’études en Allemagne, en octobre 1950 au sujet des problèmes pédagogiques de la jeunesse d’aujourd’hui. Et puis, en forme de clôture, un ultime convegno des SEPEG se tient à Cosenza en Calabre, du 6 au 14 mai 1951. Là encore, la question centrale est l’analphabétisme, la semaine s’étant déroulée en liaison avec l’Union nationale pour la lutte contre l’analphabétisme. A peine rentrés en Suisse, les membres du Comité des SEPEG se réunissent une dernière fois, le 25 mai 1951 à 14h15 précises, Café Rudolf, à Berne. Au programme : liquidation des SEPEG.

Jusqu’à leur dissolution en 1951, quand la question de l’ « enfance victime de la guerre » n’est plus ni une « panique morale » ni une question sociale forte, les SEPEG ont contribué à une circulation des savoirs et des pratiques. S’il faudrait bien sûr évaluer en détail ce qui a effectivement circulé et ce que les acteurs ont pu s’approprier ou rejeter, elles ont néanmoins constitué un creuset de formation d’experts en même temps que le lieu de constitution d’une doctrine à l’échelle européenne, contribuant à repenser les liens entre le médical et le pédagogique. L’objet initial des SEPEG devient néanmoins caduc vers la fin de la décennie 1940, la sortie de guerre s’est effectuée et s’annonce ainsi une forme de retour à la normale.

Archives

  • Lausanne, Archives cantonales vaudoises, fonds Oscar Forel :
    PP 1035 / 56-70 : Semaines d’études pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG) 1945-1951.
  • Lausanne, Archives cantonales vaudoises, fonds Ernest Bovet :
    PP 1043 / 1964 : SEPEG 1945
  • Lausanne, Archives cantonales vaudoises, fonds Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SUPEA) :
    SB 264 D 2/1 : Cours de perfectionnement des équipes médico-pédagogiques SEPEG, Lausanne 1945-1949.
  • Berne, Archives fédérales :
    – E2001E#1968/75#262* : SEPEG 1947-1948
    E2001E#1967/113#15512* : Internationale Studienwochen für das kriegsgeschädigte Kind 1949-1950.
  • Genève, Archives du BIE :
    – Reconstruction : SEPEG, boîte 86.
  • Wellcome Library, Archives Robina Addis :
    – Child victims of War 1946
    – Diarynotes 1945
    – Impressions of SEPEG 1945
    – Lausanne 1947 conference notes II
    – Lausanne 1947 conference notes III
    – Lausanne 1947 losse notes
    – Note books Lausanne 1947
    – Notebook 1945
    – Notes visits swiss institutions 1945
    – Reports and memorandum SEPEG
    – SEPEG conference 1945
    – Summary report 1945-1948
    – Texte conference 1945
    – Who’s Who SEPEG 1945
  • Zurich, Archives sociales, fonds OSEO :
    – Ar 20.950.47, Organisationen : SEPEG 1945-1951.
  • Florence, Archives Ernesto Codignola
  • Paris, Archives Robert Préaut

Bibliographie

« Internationale Studienwochen für das kriegsgeschädigte Kind Sepeg », Die Tat, 28 décembre 1944.

« Notre apport culturel à l’Europe : les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre », Servir, 26 avril 1945.

Sauvegarde de l’enfance, spécial L’enfance victime de la guerre en Pologne, n° 28-29, février-mars 1949.

« SEPEG », Sauvegarde de l’enfance, n° 36, décembre 1949, p. 41.

BOUSSION Samuel, « »Pour la Paix du monde : Sauvons les enfants ! » Les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre 1945-1951 », in DENECHERE Y., NIGET D. (dir.), Droits des enfants au XXe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 63-71.

BOUSSION Samuel, « »Désintoxiquer la jeunesse du virus de la guerre » ou les circulations humanitaires et médico-pédagogiques en Europe : les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre SEPEG 1944-1951 », communication à la journée d’étude CAPES-COFECUB « La dissémination des savoirs experts sur l’enfance », 19 juin 2019, université Paris 8 Saint-Denis.

BOUSSION Samuel, « Oscar Forel », carnet de recherche Hypothèses L’internationale des républiques d’enfants 1944-1954 : https://repenf.hypotheses.org/category/galerie-de-portraits/f.

BOUSSION Samuel, GARDET Mathias, RUCHAT Martine, L’internationale des républiques d’enfants 1944-1954, Paris, éd. Anamosa, 2020 (à paraître en août).

BROSSE Thérèse, L’enfance victime de la guerre : une étude de la situation européenne, Paris, éd. Unesco, 1949.

CARROY Jacqueline, OHAYON Annick, PLAS Régine, Histoire de la psychologie en France. XIXe – XXe siècles, Paris, La Découverte, 2006.

CHAPUIS Elisabeth, PETARD Jean-Pierre, PLAS Régine (dir.), Les Psychologues et les guerres, Paris, L’Harmattan, 2013.

COFFIN Jean-Christophe, «  La construction d’une identité professionnelle : l’exemple de la psychiatrie de l’enfant dans la France des années 1950 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 12 | 2010, 65-83.

COLLOVALD Annie, « De la défense des pauvres nécessiteux à l’humanitaire-expert. Reconversion et métamorphoses d’une cause politique », Politix, 56, 2001.

DELLAERT René, « Les travaux de la section médico-psychologique des SEPEG », Le Service social, 3, mai-juin 1946.

DROUX Joëlle, HOFSTETTER Rita (dir.), Globalisation des mondes de l’éducation. Circulations, connexions, réfactions, XIXe-XXsiècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

FOREL Oscar, La mémoire du chêne, Lausanne, éd. Pierre-Marcel Favre, 1980.

HELLER Geneviève, PAHUD Claude et al., La passion d’éduquer. Genèse de l’éducation spécialisée en Suisse romande, 1954–1964, Lausanne, EESP, 2004.

HOFSTETTER Rita, SCHNEUWLY Bernard (dir.), Émergence des sciences de l’éducation en Suisse à la croisée de traditions académiques contrastées. Fin du 19e – première moitié du 20e siècle, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2007.

LATALA Renata, « Dialogue scientifique au crible de la politique. Jean Piaget et la psychologie polonaise pendant la Guerre froide« , Revue suisse d’histoire, 68/1, 2018, 6–38.

LUTZ Paul, « Ma rencontre avec Aichhorn », Rééducation, n°254, juin 1973, p. 1-7.

MAUREL Chloé, « L’action de l’Unesco dans le domaine de la reconstruction », Histoire@Politique, 2013/1 (n° 19), p. 160-175.

OHAYON Annick, L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France 1919-1969, Paris, La Découverte, 

RACINE Aimée, « Les Semaines internationales d’études pour l’enfance victime de la guerre à Zurich », Le Service social, 2, sept-oct. 1945.

SCHMIDLIN Antonia, Die andere Schweiz. ZurichHelferinnen, Kriegskinder und humanitäre Politik 1933-1942, Zurich, Chronos Verlag, 1999.

Unesco, L’enfance vagabonde, éd. Unesco, 1950, 103 p.

ZARHA Tara, The Lost Children. Reconstructing Europe’s Families after World War II, Harvard University Press, 2015.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.