Juliette PARY (née Julia Gourfinkel, 1903-1950)

Une militante kaléidoscope

par Samuel BOUSSION

 

Juliette Pary, s.d.
Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch

Juliette Pary est un personnage complexe à saisir dans son ensemble alors même qu’elle paraît bien connue dans différents milieux. Elle est par exemple une figure importante des milieux de la traduction, notamment de l’allemand au français. Elle est également une journaliste majeure sous le Front populaire, ayant incarné en quelque sorte ce genre naissant qu’est le reportage dans les années 1930. Plus tard également, elle est un vecteur de la connaissance de la Palestine en France, qu’elle a suivie dans un ouvrage sur Israël de 1948. Et puis, comment ne pas voir en Juliette Pary un personnage important de l’histoire des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, là aussi au temps du Front populaire ? Elle est encore largement connue aujourd’hui, semble-t-il, comme une figure de l’éducation nouvelle des années 1930-1940. Et puis pour nous, elle a également, au cœur de cette activité multiformes, joué un rôle majeur dans la diffusion du modèle des communautés d’enfants, à travers la formation de moniteurs de homes d’enfants au début des années 1940.

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2017/12/cab67353-2944-418d-a3b3-497403c48266/250_istrati_1_-_le_vagabond.jpg

Régulièrement, le nom de Juliette Pary resurgit ; encore il y a peu, en 2017, elle est même devenue un personnage de bande-dessinée, dans Istrati : le vagabond, retraçant la vie de cet écrivain voyageur roumain, qui a vécu à Paris et sur qui elle a écrit à l’occasion de sa mort. En effet, en avril 1935, Panaït Istrati vient de mourir. À cette occasion, et visiblement en réaction à un éloge funèbre acerbe de L’Humanité, qui le dépeint comme un écrivain fasciste pour avoir critiqué l’Union soviétique de retour d’un voyage sur place, Juliette Pary prend la plume dans l’hebdomadaire Marianne, pour reconstruire un dialogue entre deux amis d’Istrati, Georges et Marthe Ionesco, qui l’ont bien connu depuis son arrivée en France et font revivre le personnage, fantasque et chaleureux, devant les yeux des lecteurs. Dans cette bande-dessinée, Ionesco est celui qui raconte à la journaliste, Juliette Pary, la vie de l’écrivain.

Les Nouvelles littéraires, 21 décembre 1935

Vecteur des transferts culturels, notamment de l’est de l’Europe, à l’image de son accent russe qui roulait les « r », dans le Paris des années 1930, Juliette Pary est donc un personnage à multiples facettes. Son parcours plein de méandres reste pourtant en partie méconnu. La faute sans doute à son décès prématuré, en 1950, à l’âge de 47 ans. Sans doute aussi parce que sa vie menée tambour battant et les engagements dans son siècle ne lui ont pas laissé le temps de se raconter, ou trop peu. A moins qu’elle n’ait tout simplement pas eu envie de le faire, comme elle pouvait l’écrire avec beaucoup de force, à l’occasion d’un reportage sur les débuts de femmes écrivains, dans l’édition du 21 décembre 1935 des Nouvelles littéraires :

Toutes les femmes écrivent une confession, un livre-journal, à part celles qui ont découvert que le monde existe et qu’il est plus digne d’intérêt que sa petite vie à soi. Je peux bien le dire parce que j’ai failli écrire un livre sur-féminin, sur-littéraire… Maintenant, heureusement, ce stade est dépassé. Je sais que c’est beaucoup plus grand d’écrire sur le monde que sur soi-même.

Elle a pourtant consigné quelques souvenirs de son parcours militant, notamment sur la période du Front populaire, dans L’Amour des camarades. Et puis, d’autres personnes ont écrit sur elle, qui ont été plus prolixes. Des proches, comme sa sœur Nina, mais surtout celui qui fut son mari, Isaac Pougatch, qui a raconté à plusieurs reprises ses expériences pédagogiques et son parcours, y incluant assez naturellement celle qui a partagé sa vie près d’une quinzaine d’années, depuis 1931. Ou encore le pasteur suisse Eugène Porret, qui s’est entretenu avec elle dans les dernières années de sa vie et en a tiré un portrait aux accents mélancoliques sous le titre « Le destin douloureux de Juliette Pary ». Des administrations ont également écrit sur elle et compilé des documents la concernant, notamment le département fédéral de Police et de Justice, en Suisse, qui a enregistré ses faits et gestes depuis sa traversée illégale de la frontière en 1942, jusqu’à son retour en France en 1945, qui donnent à voir sa vie de réfugiée et son activité humanitaire. Des bribes de récits donc, que l’on peut compléter avec ses nombreux écrits journalistiques dans différents périodiques, rendant bien compte de ses centres d’intérêt et d’une certaine vision du monde.

Une enfance russe

Julia Gourfinkel est née le 6 août 1903 à Odessa, qui appartient alors à la Nouvelle Russie (elle ne sera annexée à l’Ukraine qu’en 1917). Elle est originaire d’un milieu juif et lettré. Celui qui deviendra son mari en 1931, Isaac Pougatch, dira dans son autobiographie que celle qui allait s’appeler Juliette était issue d’une famille peu religieuse. Mais ce n’était vraisemblablement qu’à moitié vrai, ce que lui rappelle bien plus tard celle qui fut sa belle-sœur, Nina Gourfinkel, dans une lettre qu’elle lui a adressée alors que les deux étaient déjà âgés. La mère de Juliette, Rose Lowhinsky, est en effet née dans un milieu hassidique, mais tolérant et ouvert, dans le shtetl de Belaya Tserkov, signifiant littéralement « Église blanche », non loin de Kiev. Jeune, elle est partie étudier à Lublin (située dans l’actuelle Pologne mais jusqu’en 1918, la ville appartient à l’empire russe), dans un lycée russe, avant d’aller suivre les cours supérieurs féminins (université), en lettres, à Kiev dans les années 1880, ce qui n’était pas fréquent. Quant à son père, Lazar, il est né dans la zone militarisée de la Nouvelle Russie, à Nikolaïev. Médecin, pédiatre, il a d’abord exercé à Saint-Pétersbourg alors qu’il faisait partie des rares Juifs à pouvoir y résider en vertu de l’instauration d’une « zone de résidence ». Sa clientèle ayant dû partir, il la suivit à Odessa. Lazar Gourfinkel appartient de son côté à une génération soucieuse de progrès et d’assimilation des Juifs, non sans se montrer actif dans des comités d’aide aux victimes des pogroms et dans des associations scolaires juives où l’on enseignait en russe.

Juliette est la petite sœur de Nina Gourfinkel, née en 1900, écrivaine, traductrice et résistante pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière a raconté dans la première partie de son autobiographie parue en 1953, Naissance d’un monde, son enfance et sa jeunesse à Odessa, où soufflait alors « un air juif si particulier ».

Au sein de ce milieu lettré, les deux filles sont initiées par leurs parents à la littérature, aux arts ainsi qu’aux langues, ce que nous apprend Eugène Porret, un pasteur qui s’est entretenu longtemps avec Juliette à la fin des années 1940. Les Gourfinkel tiennent parfois salon et reçoivent universitaires russes et écrivains, par exemple Tolstoï. Très jeunes, elles maîtrisent déjà plusieurs langues, dans une ville portuaire, Odessa, elle-même très cosmopolite : en plus du russe et du yiddish, elles ont appris le français, ainsi que l’anglais, l’italien et l’allemand. Cela est confirmé par un questionnaire rempli par celle qui se fait alors appeler Juliette Pary à son arrestation à la frontière suisse en décembre 1942, yiddish excepté. Cette initiation est renforcée par le fait que la jeune Julia eut durant son enfance deux gouvernantes : une première française – une ancienne religieuse – puis une seconde allemande.

Carte postale, université impériale de Saint-Pétersbourg, 1910

Ainsi que le raconte Eugène Porret, la famille Gourfinkel est peu à peu ruinée par la guerre civile entre Rouges et Blancs après la Révolution de 1917. Après avoir entamé des études de lettres à l’université de Saint-Pétersbourg, comme ses sœurs aînées, Juliette part pour Paris, où elle arrive en 1925 pour poursuivre ses études de lettres. Elle est désormais apatride mais dotée d’un « passeport Nansen », du nom du premier Haut-commissaire pour les réfugiés de la SDN, institué en 1922, depuis un décret de 1921 édictant que les émigrés russes n’ayant pas demandé ou obtenu le passeport soviétique sont déchus de leurs droits de citoyenneté.  

Dans le Paris littéraire et politique de l’entre-deux-guerres

Comme sa sœur Nina, elle décide de vivre de sa plume une fois à Paris. Elle devient d’abord dactylo pour subsister, puis rapidement traductrice. Pour signifier sa volonté d’une carrière littéraire dans la capitale française, c’est à ce moment donné que Julia Gourfinkel prend le pseudonyme de Juliette Pary. Elle traduit de l’anglais d’abord, se mettant à l’ouvrage à la fin des années 1920 sur des romans policiers d’Agatha Christie, qui commence à avoir une certaine renommée sur le continent : Je ne suis pas coupable, L’homme au complet marron, Mr Brown, Le secret de Chimneys… Et puis, elle contacte la revue Ambassades et consulats, revue de la diplomatie française fondée en 1927, qu’elle trouve « très chic », confessera-t-elle dans un article des Nouvelles littéraires de 1935, afin d’y déposer un article sur la jupe à travers les siècles ; il sera intitulé « Jupe et diplomatie », paru en février 1928. Elle y fait ensuite paraître d’autres articles, jusqu’en 1930, dans lesquels elle s’entretient avec des diplomates, des femmes de diplomates ou aborde des sujets sociaux sous forme d’enquête, des « femmes aux cheveux courts » par exemple, jusqu’à « la SDN vue par des écoliers ». Elle habite alors au 27 de la rue Dareau, dans le 14e arrondissement de Paris.

Ambassades et consulats, août 1929

Le 21 juillet 1931 au matin, elle épouse à la mairie du 14e arrondissement de Paris, Isaac Pougatch, comme elle juif apatride venu de Russie, qui travaille alors dans une galerie d’art dont la figure de proue est le flamand Frans Masereel. Ils se sont rencontrés dans les arcanes du monde intellectuel juif de la capitale et au cœur de l’intelligentsia cosmopolite. Les témoins de leur mariage sont alors Henri Hertz, journaliste et écrivain, secrétaire depuis 1925 de la section française du Congrès juif mondial, et Pierre Worms, éditeur d’art, notamment de Frans Masereel, qu’Isaac Pougatch connaît bien pour travailler dans la galerie où ce dernier expose. 

Juliette Pary s’est mise à la traduction de l’allemand vers le français à cette période. En 1931, elle réalise la traduction de l’ouvrage d’Hermann Hesse, Le loup des steppes (Der Steppenwolf), qui ne contribuera pas néanmoins au succès de l’auteur en France. Très vite également, Alzir Hella, traducteur de littérature allemande, propose à Juliette Pary de traduire La guérison par l’esprit de Stefan Zweig, dont il est l’ami ainsi que l’agent. La traduction sera achevée en 1932. 

À partir de 1933, le sort de Juliette Pary et d’Isaac Pougatch est lié à celui des réfugiés juifs venus d’Allemagne, s’occupant notamment de leur trouver du travail, par le biais de l’organisation de jeunesse sioniste « Agriculture et artisanat », localisée sur les Champs-Élysées, fondée par Justin Godard et André Spire, le fondateur de la Ligue des Amis du sionisme et figure du « Réveil juif » des années 1920.

André Spire, 1937 (http://judaisme.sdv.fr/perso/spire/biog/biog5.htm)

Le couple croise souvent dans les locaux du comité une jeune réfugiée allemande dont c’est le premier travail à Paris et qui fait office de secrétaire pour l’organisation : Hannah Arendt. Comme le souligne Catherine Nicault, cette organisation vise à favoriser, pour le compte du Comité national de secours, la formation professionnelle des réfugiés, et également, citant l’organe sioniste La Terre retrouvée, de « jeunes Juifs de l’Est en France depuis plusieurs années, désireux d’apprendre un métier manuel avant de rallier finalement la Palestine. »

Le couple collabore aussi régulièrement au Journal juif, publié entre 1934 et 1936. A cette période, Pougatch et Pary font ainsi figure de médiateurs et d’opérateurs des transferts culturels, littéraires entre la littérature de l’est, russe notamment, et de la littérature juive. Juliette Pary, dans ses écrits, se montre alors déjà préoccupée par la jeunesse.

Le Journal juif des jeunes, 24 mai 1935

En 1933, elle fait paraître son premier roman, L’homme aux romans policiers, aux éditions de la Librairie des Champs Élysées. Puis l’année suivante paraît un second roman, psychologique, Les hommes sont pressés, cette fois à la NRF (Gallimard) et celui-ci est également publié dans l’hebdomadaire Marianne à partir de décembre 1934, sous forme de feuilleton. Cette même année, elle publie également un roman pour la jeunesse : Les mystères de l’Opéra Building.

Écrire sur le monde

À partir de janvier 1936, Juliette Pary collabore de manière plus étroite avec Marianne. Elle devient reporter pour l’hebdomadaire, en charge de reportages de plusieurs pages sur des questions du temps ; c’est la « Grande enquête » du périodique. Les sujets sont variés mais principalement, Juliette Pary écrit sur la jeunesse, l’enfance, toujours avec un point de vue social. En octobre 1936, par exemple, au cœur de la campagne contre les « bagnes d’enfants » dénonçant les institutions correctives pour mineur.e.s, elle s’intéresse au sort de jeunes pensionnaires parisiennes sous le titre « Les innocentes ». Elle y dénonce leur enfermement et s’étonne déjà du manque de liberté dont elles souffrent, tandis que d’autres expériences ont été tentées ailleurs, reposant sur la mise au travail des jeunes, aux États-Unis, en Russie, citant Makarenko, ainsi qu’en Belgique.

En 1937, Juliette Pary écrit également pour le magazine Regards. Cet autre hebdomadaire, lancé en 1932 et proche du Parti communiste français, illustre bien le goût pour le reportage et le photojournalisme d’une époque traversée par un élan social, éducatif et culturel, porté par le Front populaire. Là encore, Pary y est à son aise pour livrer de grands reportages, au plus près des acteurs, sur des sujets tels que l’enfance en danger, à plusieurs reprises, les loisirs, les femmes également.

Regards, 29 avril 1937

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette Pary contribue également à la même période à un autre hebdomadaire de gauche, Vendredi, qui a commencé à paraître en 1935, ainsi qu’aux Cahiers de la jeunesse, un mensuel qui a paru entre 1937 et 1939 et dirigé notamment par Paul Nizan, se proposant de donner à la jeunesse « les armes idéologiques dont elle a besoin pour défendre sa vie et son avenir, lui permettront l’accès à l’art et à la culture qui deviendront son bien et qu’elle défendra comme elle défend son avenir et sa liberté […] », comme le souligne l’éditorial du premier numéro.

A la fin des années 1930, Juliette Pary écrit également à la fois sur les femmes et le judaïsme, notamment quand elle relate dans Regards la conférence internationale de Marseille à laquelle elle a participé, invitée en tant que femme juive, dans le cadre d’une conférence en faveur de la paix et de la démocratie, au cours d’échanges avec une catholique et une protestante. 

Regards, 26 mai 1938

Éduquons les éducateurs

Mais à partir des années 1930, Juliette Pary est également très présente dans la formation des cadres, dans le domaine éducatif. Elle fait d’abord l’expérience elle-même de la colonie de vacances, en tant que directrice. On est en 1935. Prise aux mots par une fervente pédagogue d’une œuvre de dames patronnesses, elle accepte en effet d’encadrer pendant trois mois des enfants juifs de Belleville dans un château près de Paris, dans le plus pur élan hygiéniste de régénération physique et morale. C’est ainsi qu’Isaac Pougatch présente la scène, au cours d’un dîner pascal chez une membre de l’Union libérale israélite, en plein XVIe arrondissement de Paris :

La personne assise entre Juliette et moi est particulièrement charmante et diserte. Elle nous prend en sympathie, surtout après que nous lui ayons – inévitablement – parlé de nos jeunes réfugiés d’Allemagne qui, à notre soulagement, sont au moins assurés d’avoir, eux aussi, leur veillée pascale. La première partie du rituel étant accomplie, un repas de circonstance nous est servi. Notre voisine reprend la conversation de tout à l’heure et en vient à nous faire une proposition :
– Vous qui vous intéressez aux jeunes, que diriez-vous d’un groupe d’enfants juifs des pauvres, qui ont besoin d’aide ? Je m’occupe – d’assez loin, il est vrai – d’une colonie de vacances annuelle pour ces enfants-là. Jusqu’à présent, nous avions recours chaque année à un couple de pédagogues absolument merveilleux. Mais ils viennent de repartir pour leur pays, la Palestine, de sorte que nous sommes à la recherche d’un directeur ou d’une directrice, ou des deux à la fois. Cela ne vous tenterait pas ?

Juliette Pary, quoique néophyte, se montre enthousiaste et accepte. Elle occupera seule la tête de la colonie, inaugurée l’été venu par un premier groupe de quarante-deux garçons, auquel succèderont deux autres groupes de quarante-deux les deux mois suivants, un de filles et un autre de garçons. Elle en tire dès novembre 1935 un reportage pour Marianne, sous le titre « Mes quarante-deux frappes », dans lequel elle évoque avec beaucoup de verve ces jeunes enfants du pavé parisien en colonie. Cet article et l’écho qu’il eut contribuèrent à faire de Juliette Pary une spécialiste des jeunes pour l’hebdomadaire.

Marianne, 27 novembre 1935

La question de la jeunesse commence à être inscrite à l’agenda politique et social du Front populaire. Juliette Pary s’y engage de mille façons. Elle participe ainsi à la Chorale populaire de Paris, fondée en 1935 sur initiative de l’association des Écrivains et artistes révolutionnaires, qui intervient régulièrement dans toutes les manifestations du Front populaire. À l’heure de Jean Zay et de Léo Lagrange, Marianne propose également à Juliette Pary d’effectuer une enquête sur les auberges de jeunesse, qui paraît en août 1936.

 

Cette année-là également, par le biais d’un reportage, elle entre en contact avec Camping et culture, fondée également en 1935, dans le sillage de l’association des Maisons de la culture, et dont Marcel Cerf, photographe pour Regards, a tiré de nombreuses photographies.

« Camping et Culture », Valmondois, BHVP – Marcel Cerf (Roger Viollet)

L’année suivante, Pary prend part aux premiers stages organisés sous l’égide des Éclaireurs de France, de la Ligue de l’Enseignement et de l’Hygiène par l’exemple pour perfectionner les enseignants en pédagogie active. Elle participe à ce titre au premier stage ou « centre d’entraînement » pour moniteurs de colonies de vacances, qui s’est déroulé à Pâques 1937 au château de Beaurecueil, en Provence, à destination d’instituteurs, institutrices, suppléants et élèves des écoles normales. Elle en tire également un article pour Marianne en mai 1937, sous le titre évocateur de ce qui va devenir désormais pour un elle un axe de travail : « Éduquons les éducateurs ».

La formation des moniteurs devient pour un temps son credo. Déjà impliquée dans le mouvement laïque des auberges de jeunesse, en plein essor et comptant 38 000 membres en 1938, elle milite pour former au plus vite des responsables qualifiés. Non sans difficulté, tant le milieu ajiste lui semble réfractaire à une certaine forme de discipline, comme elle le racontera dans un ouvrage retraçant cette épopée, en 1948, L’amour des camarades : « seule l’action d’éducateurs qui ne soient ni des pions ni des sous-offs mais des guides fraternels et qui fassent pratiquer à la jeunesse « l’esprit ajiste », peut prévenir le danger d’avilissement… » C’est pourquoi, selon Lucette Heller-Goldenberg dans son Histoire des auberges de jeunesse en France des origines à la Libération, avec une autre militante, Marie Colmont, de son vrai nom Germaine Moréal de Brévans, par ailleurs auteure de livres pour enfants, elles tentent de lancer en 1938 un Centre de formation de responsables (CFR), afin de « former des jeunes de bonne volonté pour ne pas être spectateur du désastre », comme Juliette Pary l’écrira dans Vive la vie, l’organe mensuel des Clubs laïques de Jeunesse de Provence. 

Cette année-là, elle fait également paraître chez Flammarion Mes 126 gosses, qui retrace son expérience de directrice de colonie de vacances de 1935. Elle y reprend une partie de ses écrits parus alors dans Marianne qu’elle enrichit d’un récit plus long et plus épique encore de ses trois mois passés avec les enfants parisiens, à La Ferté-sous-Jouarre, en Seine-et-Marne. Elle y prend le nom de Germaine – en souvenir de Marie Colmont décédée en 1938 et dont c’est le vrai prénom ? Impossible à dire, mais le livre connaît un certain succès, au-delà même des cercles éducatifs. S’il fait l’objet d’une recension dans L’hygiène par l’exemple, il est également à la une de tous les grands quotidiens français, de Paris-Soir au Petit Parisien, en passant par Ce Soir ou même le Figaro, où le journaliste, s’il regrette les « quelques réflexions philosophico-sociales » qui alourdiraient le récit, n’en trouve pas moins que le livre est sérieux et empli de bonne humeur. Le cinéma s’intéresse également au livre ; Maurice Tourneur projette ainsi d’en tourner une adaptation. Mais le projet n’ira pas à son terme.

 

Doit subvenir à ses besoins et ceux du couple… Fait partie de l’équipe de l’hebdomadaire illustré Confidences… L’année 1939 sera celle des traductions, à nouveau : Le Juif aux psaumes, de Sholem Asch, ainsi que Le chemin de la vie, d’Anton Makarenko. Le premier texte est un roman écrit par un romancier, dramaturge et essayiste né en Pologne et s’exprimant en yiddish. La traduction de ce roman qui … est confiée à la fois à Isaac Pougatch, pour passer du yiddish au français mais également à Juliette Pary, qui le traduit de l’allemand. Voir Pougatch… Le second est la première traduction en français, depuis le russe, de l’œuvre d’Anton Makarenko, qui retrace l’épopée 

Cf. Eric Aunoble : Instituteur issu d’une famille ouvrière, il rassembla en 1920 des enfants des rues près de Poltava et fonda la colonie Gorki, centrée sur le travail agricole. En 1927, il prit la tête de la commune Dzerjinski, collectif plus urbain et industriel, installé à Kharkov, alors capitale de l’Ukraine soviétique. Il a retracé son expérience dans deux récits, le Poème pédagogique et Les drapeaux sur les tours, publiés dans les années 1930. Parution de cette traduction par le biais des Éditions sociales internationales, proches du Parti communiste, qui viennent de lancer deux énormes succès en 1937 puis 1939 : Fils du peuple de Maurice Thorez et une Histoire du Parti communiste (bolchévique).  

Bientôt, la déclaration de guerre puis l’avancée allemande poussent le couple Pary-Pougatch vers le sud de la France, en zone libre, en juin 1940. Ils s’arrêtent à Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, d’abord pour faire office de moniteurs dans la maison d’enfants qui y est installée, puis pour y diriger un camp de jeunesse rural, sous l’égide des Éclaireurs israélites et de l’OSE (Œuvre de secours aux enfants). Là, sur les hauts coteaux, au sein d’une ferme-école aux allures de kibboutz, installée dans un château, ils contribuent au développement d’un idéal pionnier, basé sur les travaux manuels et agricoles, ainsi que d’un sionisme religieux, culturel et politique pour une quinzaine de jeunes exilés juifs. Comme les autres, ils doivent se mettre aux travaux des champs et organiser la communauté. Cette expérience donnera lieu à la première publication de Pougatch, en 1944, aux éditions suisses de La Baconnière, à Neuchâtel, sous le titre Charry. Vie d’une communauté de jeunesse. Au moment de ce bilan, Isaac Pougatch et Juliette Pary sont depuis près de deux ans réfugiés en Suisse, à Genève.

Penser l’après-guerre depuis la Suisse

Le 11 décembre 1942, Juliette Pary et Isaac Pougatch partent en effet rapidement de Moissac, direction la Suisse afin d’y trouver refuge. Ils emmènent avec eux une des jeunes de la ferme de Charry, qu’ils déclarent comme fille adoptive, pratique courante de ces itinéraires de réfugiés, une Allemande de vingt ans nommée Lilly Ichenhauser, qui était étudiante à Lyon avant d’être internée au camp de Gurs de mai à octobre 1940 puis d’arriver dans le Tarn-et-Garonne et dont les parents auraient été déportés. Le 12 décembre, ils atteignent Annemasse et passent la frontière avec la Suisse en camion, dans la journée. Ils sont arrêtés à 20h30 par deux soldats, au poste frontière de Pierre-Grand. Ils n’ont sur eux de valeur qu’un peu plus de 8.000 francs français, deux montres bracelets, un stylo et une paire de ciseaux ainsi qu’un couteau de poche. Après un passage par le poste de gendarmerie de Chêne-Bourg, tous sont internés le même jour au camp des Charmilles, ouvert en septembre 1942 comme camp d’accueil et de quarantaine. En janvier 1943, ils obtiennent le statut d’internés, tout en étant libérés du camp et autorisés à résider à Genève.

PC du camp des Charmilles, Archives de l’État de Genève

En effet, Juliette Pary et Isaac Pougatch, comme tous les entrants illégaux en Suisse, ont dû mentionner dans leurs questionnaires s’ils avaient des connaissances et des références à l’étranger certes, mais surtout en Suisse. Or, Pougatch a vécu longtemps à Genève et son père ainsi que ses frères y résident toujours. Plus encore, Juliette Pary, outre sa belle-famille, avance d’autres références. D’abord en France, où elle mentionne dès son premier interrogatoire André Lefèvre, le commissaire national des Éclaireurs de France, qu’elle a connu par les centres d’entraînement, Gisèle Féry, qui n’est autre que Gisèle de Failly, la secrétaire générale de L’hygiène par l’exemple ainsi que le Dr Partakower du Committee for Relief, à New-York. Surtout, elle bénéficie d’une certaine aura dans les milieux pédagogiques suisses francophones et peut ainsi se recommander de trois personnages majeurs de Genève, capitale internationale de l’éducation : Adolphe Ferrière, Jean Piaget et Pierre Bovet.

Ce petit monde de l’éducation genevoise vient assez rapidement en aide au couple, faisant parvenir à la Division de police et de justice du canton des attestations et courriers de soutien, tel Adolphe Ferrière dès mars 1943 :

Attestation d’Adolphe Ferrière, 30 mars 1943
Berne, archives fédérales, dossier de réfugiée Juliette Pougatch

Puis Juliette Pary et Isaac Pougatch, tout en restant statutairement des « internés civils », sont pris en main par l’Aide suisse aux enfants d’émigrés. Tandis que lui se voit confier la direction pédagogique de homes d’enfants à Genève et ses environs, elle devient elle-même professeur au home « Diana », dirigé par la Section genevoise de l’aide aux enfants d’émigrés, à partir de septembre 1943. Elle est chargée d’y enseigner l’histoire, la littérature ainsi que la pédagogie. Résidant alors chez une certaine Mme Dumard, rue Lamartine, elle doit pointer périodiquement à la gendarmerie de Grand Pré, dans le quartier de la Servette.

Livret de réfugiée, 1943-1944
Berne, archives fédérales, dossier Juliette Pougatch

Bien qu’internée et sous surveillance, Juliette Pary reste relativement libre de ses mouvements. Dès octobre 1943, elle renoue avec la question de la formation des cadres qui lui tient à cœur depuis quelques années déjà. Un compte rendu de réunion retrouvé dans les archives du BIE (Bureau international d’éducation), la montre ainsi très active lors d’une réunion sur la préparation de l’après-guerre sur le plan éducatif tenue chez Violette et Félix Ansermoz, rue de Contamines, qui fait office  de Centre Quaker international de 1942 à 1946. L’heure est alors aux plans pour l’après-guerre et au sein de cette assemblée dont on ne connaît que les personnages mentionnés dans le compte rendu, Pierre Bovet, André Oltramarre ainsi qu’Anna Siemsen, socialiste allemande et militante de l’OSEO (Œuvre suisse d’entr’aide ouvrière), Juliette Pary déroule tout un projet. Elle imagine des « écoles de cadres », qui formeraient des moniteurs pour le travail éducatif d’après-guerre. Alors que des homes ont été ouverts en Suisse, que la situation des enfants en Europe ne manque pas d’inquiéter, le recrutement et la formation d’une main d’œuvre pédagogique est à l’ordre du jour, d’autant que moniteurs et éducateurs ont également souffert de la guerre et des persécutions.

Pary propose qu’ils soient recrutés parmi les Suisses volontaires mais aussi parmi les étrangers, libres ou internés, ce qu’elle est elle-même. Les ambitions paraissent grandes alors pour fonder un « camp-école pour la préparation et la sélection d’équipes pédagogiques de secours pour l’après-guerre ». Des sessions courtes sont prévues pour des candidats ayant déjà une formation d’instituteur, de scout ou qui auraient suivi les cours de l’Institut Jean-Jacques Rousseau ou des Écoles sociales, et des sessions plus longues pour ceux qui n’auraient aucune formation. Les réfugiés civils représentent le premier foyer de recrutement mais il est déjà prévu d’y associer des internés militaires, des réfugiés libres ainsi que des volontaires suisses. Dans l’idée d’éprouver à la vie communautaire, toute une organisation est prévue sous forme de « cantonnements » ou « patrouilles ». Les journées y seraient bien remplies, composées d’exercices physiques, de travaux de maison, de jeux, de séances en commun conçues comme autant de retours collectifs sur la formation, de leçons quotidiennes qui sont des « initiations » au métier, techniques, vie intellectuelle, vie commune (self-government, responsabilisation des jeunes), éducation (psychologie de l’enfant, éducation morale, techniques scolaires), vie saine (gymnastique, diététique, etc.), emploi des loisirs (bricolage, jardinage, théâtre et autres soirées récréatives). L’enthousiasme des rapporteurs est grand et se fait lyrique en décrivant ce « haut idéal de service civique et humain », la « joie du travail bien fait », le « sens des responsabilités », le «  sentiment de la beauté de cette vocation ».

Juliette Pary ne verra pas réellement les premières réalisations concrètes issues de ces premiers plans, au contraire de son mari, dès février 1944 à travers un premier cours pour cadres, à Genève, puis à partir de novembre de la même année pour le premier cours de moniteurs de homes d’enfants victimes de la guerre. Elle s’investit en effet désormais dans l’écriture de ses conceptions pédagogiques. En mars 1944, elle est invitée par Adolphe Ferrière pour passer près de trois mois chez lui, aux Pléiades-sur-Blonay, au-dessus du lac Léman. C’est là qu’en quelques temps, les deux collaborateurs forgent la structure et le plan d’un futur ouvrage intitulé Maisons d’enfants de l’après-guerre.

Cet ouvrage en forme de vade-mecum éducatif, qui s’adresse « à tous ceux qui souhaitent collaborer à la rééducation des enfants abandonnés ou déformés après la guerre (…) plus particulièrement aux éducateurs qui n’ont pu acquérir une préparation suffisante pour cette tâche », sera pourtant publié sous le seul nom de Ferrière. Il sort aux éditions de la Baconnière en avril 1945. L’introduction de l’ouvrage ainsi qu’une partie de la conclusion sont en italique ; Ferrière y a retranscrit des lignes écrites par Juliette Pary. Mais elle n’eut pas le temps de finir le travail, laissant Ferrière achever le livre.

En mai 1944, elle loge chez Alice Descoeudres, à Villette, sur la commune de Thônex. Puis assez rapidement, elle demande d’elle-même son refoulement vers la France. Elle invoque de retourner urgemment auprès de sa sœur, gravement malade. Elle vit également désormais séparée d’avec Isaac Pougatch, depuis quelque temps. Le couple ne poursuit plus les mêmes buts et Pougatch lui-même estime que cette vie en Suisse les a irrémédiablement éloignés l’un de l’autre, Pary lui reprochant notamment de s’être éloigné de la France en pleine tempête. Le 25 août 1944, Juliette Pary quitte le territoire suisse.

Difficile alors de la suivre, les traces manquent. En clôture de son ouvrage Maisons d’enfants de l’après-guerre, Ferrière mentionne qu’elle a dû rentrer en France ; « elle allait se mettre à l’ouvrage, quand elle fut rappelée à Paris pour des activités sociales où l’on réclamait son concours. » Sans doute fait-il allusion à son recrutement comme officier de liaison au tout jeune ministère des prisonniers, déportés et réfugiés, à la direction du rapatriement, créé en octobre 1944, sous la direction d’Henri Frenay, ce que laisse également entendre une lettre de Ferrière à Pougatch du 20 mai 1945 alors que celui-ci demande des nouvelles. Une autre lettre, cette fois d’Isaac Pougatch à Nora Platiel, de l’OSEO, qui connaît bien le couple depuis la fin des années 1930 à Paris, fait apparaître qu’elle serait à Marseille, sans doute depuis son départ de Suisse, y travaillant à l’accueil des déportés et libérés venant de la zone soviétique en Allemagne et contraints de venir en bateau, depuis Odessa le plus souvent.

L’Arawa, en provenance d’Odessa, accoste le port de Marseille : à bord, entre autres, 65 déportés du camp d’Auschwitz, 5 avril 1945 © Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP).

La trace de Juliette Pary se fait plus ténue après 1945. Elle fait néanmoins paraître un recueil de poèmes en allemand, An die Deutschen, publiés en 1946 à Paris, sous le pseudonyme de Julia Renner, aux éditions Réalités.

Elle reparaît plus sûrement à partir de 1948. D’abord en publiant L’amour des camarades, paru aux éditions Victor Michon, de Lille, retraçant l’épopée de l’entre-deux-guerres des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, ainsi que les premiers stages. Ensuite, en effectuant un séjour de plusieurs mois dans le tout nouvel État d’Israël cette année-là. Envoyée spéciale pour le journal Droit et liberté, qui vient de reparaître, elle raconte au plus près la bataille du kibboutz Negba, installé depuis 1939, et où se déroulent alors d’intenses combats contre l’armée égyptienne. En 1950, elle fera paraître Images du jeune Israël, à Lausanne.

Eugène Porret, Feuille d’avis de Neuchâtel, 24 décembre 1953.

Elle passe beaucoup de temps en Suisse à la fin des années 1940, donnant de nombreuses conférences, sur Israël, également sur la Résistance, dans des cercles de la gauche suisses, y évoquant par exemple la figure d’Arlette Humbert-Laroche, poétesse et musicienne française, résistante et morte au camp de Bergen-Belsen, qui était son amie et la Pierrette de L’amour des camarades.

Elle fréquente également très souvent Eugène Porret, un pasteur qui s’est installé dans le canton de Vaud, pour de longues entrevues.

Malade depuis son retour d’Israël, elle meurt subitement à Vevey, le 1er octobre 1950.

Sources :
Paris, Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch.

Berne, Archives fédérales suisses, administration des réfugiés :
– Juliette Pougatch 1943-1945 (E4264#1985/196#10836*)

Genève, Archives du BIE :
– Boîte 85. Dossier Reconstruction. Projet d’école de cadres (Centres de formation de moniteurs), octobre 1943.

Bibliographie :

CHRISTEN Rahel, Le Schweizer Hilfswerk für Emigrantenkinder et les enfants réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale, Projet de recherche en histoire générale, université de Genève, août 2013.

DORON Daniella, Jewish Youth and identity in Postwar France, Bloomington, Indiana University Press, 2015.

DOWNS Laura Lee, Histoire des colonies de vacances de 1860 à nos jours, Paris, Perrin, 2009.

FERRIÈRE Adolphe, Maisons d’enfants de l’après-guerre, Neuchâtel, La Baconnière, 1945.

GOURFINKEL Nina, Aux prises avec mon temps, t. 1 et 2, Paris, éd. Seuil, 1953.

HAZAN Kathy, Orphelins de la Shoah. Les maisons de l’espoir 1944-1960, Paris, Les Belles lettres, 2000.

HELLER-GOLDENBERG Lucette, Histoire des auberges de jeunesse en France des origines à la Libération : 1929-1945, Marseille, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine, 1985.

NICAULT Catherine, “L’utopie sioniste du « nouveau Juif » et la jeunesse juive dans la France de l’après-guerre. Contribution à l’histoire de l’Alyah française”, Les Cahiers de la Shoah, 5, 2001, p. 105-169.

NICAULT Catherine, “L’émigration de la France vers la Palestine 1880-1940”, Archives juives, 2, 2008, p. 10-33.

NICAULT Catherine, « L’acculturation des israélites français au sionisme après la Grande Guerre », Archives Juives, 1, 2006, p. 9-28 

PALLUAU Nicolas, La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances. 1919-1939. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013.

PARY Juliette, Images du jeune Israël, Lausanne : La Concorde, 1950.

PARY Juliette, L’amour des camarades, Paris, Victor Michon, 1948.

PORRET Eugène, Hôtes d’un presbytère, Neuchâtel, Delachaux-Niestlé, 1953.

POUGATCH Isaac, Charry. Vie d’une communauté de jeunesse, Neuchâtel, éd. de la Baconnière, 1944.

POUGATCH Isaac, A l’écoute de son peuple. Un éducateur raconte. Neuchâtel : éd. La Baconnière, 1979.

SPIRE André, Souvenirs à bâtons rompus, Éditions Albin Michel, 1962. « Juliette Pary ou le second métier », p. 220-238.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.