Antoni Golaś (1910-1994)

Une vie au service d’autrui 

par Renata Latała

 

En plongeant dans les souvenirs de Tadeusz Sas, qui, enfant, séjourna à Trogen de décembre 1946 à juin 1949, dans une maison d’enfants polonais dénommée « Maria Skłodowska-Curie », où « le père » de la maison était Antoni Gołaś, l’on découvre son attachement tout particulier pour celui qui devint pour lui un véritable père de remplacement, puis un ami[1].

Derrière ces souvenirs, derrière les photos conservées qui ont capturé l’image de leurs diverses rencontres, apparaît la personnalité d’Antoni Gołaś, éducateur passionné, dévoué et bienveillant, attentif au vécu de chaque enfant, mais en même temps exigeant et rigoureux, veillant sur la discipline quotidienne et le sens des responsabilités de chacun.

L’on découvre aussi un homme dont le parcours éducatif s’inscrit dans une trajectoire de vie complexe, façonnée par le contexte souvent dramatique de son temps, qui dévoile sa conscience profonde d’appartenir à une communauté et aux devoirs qui en découlent, et qui resta fidèle dans ses choix à ses convictions, ses valeurs.

Si la mémoire, portant la patine du temps écoulé, peut laisser paraître les marques émotionnelles et subjectives, la complexité du personnage de Gołaś, qui, dans les années 1946-1953, accompagna les divers groupes d’enfants en tant qu’éducateur à Trogen, se reflète dans les nombreux documents conservés dans le fonds des archives du Musée polonais de Rapperswil, dans les archives fédérales, ou encore dans celles du Village Pestalozzi à Trogen. Ces documents permettent en effet de suivre l’itinéraire de Gołaś, entrecoupé par des événements souvent difficiles, voire tragiques, qui le heurtèrent, en l’obligeant à faire des choix fondamentaux. Il ne chercha jamais la facilité, mais choisit toujours de suivre la voie de l’éthique.

Héritage

Né le 20 mai 1910 à Goraj, dans un village de la région de Posnanie, dans une famille paysanne d’agriculteurs à la nombreuse progéniture, Antoni Gołaś appartient à cette génération qui voit le contexte sociopolitique dans lequel elle évolue radicalement changer[2]. Alors qu’il est né dans une partie de la Pologne encore sous domination prussienne, confrontée à toutes sortes de restrictions administratives sur le plan culturel, politique ou socio-économique, visant à germaniser et à dépoloniser le pays, il a 8 ans quand l’État polonais indépendant naît à l’issue de la Première Guerre mondiale (1918). De fait, enfant qui commence sa scolarité dans une école allemande, où il est interdit de parler polonais, le jeune Gołaś peut poursuivre sa scolarité dans un pays libre et dans sa langue maternelle, puis accéder à la vie active alors que les structures étatiques polonaises sont déjà bien consolidées.

Dans le giron familial, Antoni Gołaś baigne dans l’atmosphère du travail de la terre, dans l’univers basé sur l’attachement à la nature, au travail et à la foi chrétienne, qui vont forger son système éthique et sa sensibilité. Il semble que le jeune Antoni découvre très tôt sa vocation d’enseignant, car, après avoir terminé l’école obligatoire, il entame aussitôt des études au Séminaire (Institut) d’État pour les enseignants, sorte d’école professionnelle du second degré, formant des instituteurs de formation générale. De fait, diplômé en 1931, Gołaś commence à enseigner à tous les niveaux dans l’école obligatoire. En parallèle de son engagement, il poursuit sa formation au Séminaire supérieur pour enseignants, qu’il achève avec succès en 1936, acquérant ainsi l’habilitation pour enseigner la littérature, l’histoire et la géographie. Pour élargir ses compétences, il entreprend également une formation en matière de commerce, ce qui lui permet d’enseigner aussi dans les écoles professionnelles commerciales.

Visiblement très intéressé par les questions éducatives, Gołaś se lance dans les études universitaires. Dans les années 1936-1939, il suit à l’Université de Poznan un cursus en pédagogie et en psychologie de l’enfant. Il ne fait aucun doute que, de par son intérêt pour les questions éducatives, cet élan pour s’instruire (notamment, pour ce qui est de la psychologie, sous la direction de Stefan Blachowski, l’un des grands noms de la psychologie polonaise de l’entre-deux-guerres) s’inscrit quelque part dans l’esprit du temps. Un fort mouvement de portée internationale en faveur des idées pédagogiques nouvelles marque les années de l’entre-deux-guerres et trouve en Pologne un terrain favorable où la question de l’éducation est primordiale, investie qu’elle est par un fort militantisme des milieux associatifs, scientifiques, éducatifs. Les débats autour de la réforme éducative, les concepts et les différents modèles d’une école nouvelle, « créative », « active », concernant la mesure de l’enfant, l’importance accordée à une bonne préparation des enseignants, notamment leur formation en psychologie, dynamise le champs éducatif polonais et forge le contexte dans lequel Antoni Gołaś construit sa première carrière professionnelle. Quand la guerre éclate en 1939, il est muni d’un bon bagage culturel, d’une solide préparation professionnelle, ainsi que de premières expériences sur le terrain éducatif.

Volontaire dans l’armée et prisonnier – en ces jours tragiques de la guerre

L’invasion allemande de la Pologne en septembre 1939 vient cependant ébranler sa vie. Sentant peut-être la catastrophe qui s’approche, Gołaś s’enrôle dès juillet 1939 comme volontaire dans l’armée polonaise. À cet égard, il faut rappeler, sans s’aventurer dans la description détaillée du contexte politique, que la mobilisation dans l’armée polonaise est stoppée au mois d’août, sous la pression des gouvernements britannique et français. De fait, alors que l’Allemagne nazie commence l’agression militaire contre la Pologne, à l’aube du 1er septembre 1939, la mobilisation chaotique polonaise ne permet pas à tous les volontaires de rejoindre l’armée. Malgré leurs obligations d’alliés, la France et l’Angleterre, qui déclarent tout de même la guerre à l’Allemagne, restent cependant immobiles. Ces deux pays laissent la Pologne affronter seule son agresseur. La campagne polonaise de défense se fait encore plus dramatique, quand, le 17 septembre, l’armée soviétique, selon les clauses secrètes du pacte Ribbentrop-Molotov, attaque la Pologne par l’est. L’armée polonaise doit mener seule le combat contre deux agresseurs dont la supériorité militaire est écrasante.

C’est dans ce tableau que s’inscrit le parcours d’Antoni Gołaś dans ces jours tragiques de septembre 1939, lui qui, depuis les premiers jours de l’agression allemande, prend part aux combats. Sa division se bat à la frontière polono-allemande, dans la région de Poznan, puis au fur et à mesure de l’avance allemande, sur les bords de la rivière Bzura, à Kutno, pour prendre part à la défense de la capitale Varsovie qui, après 3 semaines de combats, capitule. Le territoire polonais est partagé entre les deux occupants et sa population est soumise aux lois des vainqueurs : déportation, emprisonnement et envoi en camps des hommes politiques et des hommes de culture, rafles quotidiennes et exécutions en masse tant sur le territoire soumis à l’Allemagne nazie que sur celui se trouvant sous la férule de la Russie soviétique.

Gołaś, après la dissolution de l’armée polonaise, à la mi-octobre 1939, retourne dans sa région de Posnanie. Lui-même se trouve immédiatement confronté à la terreur qui règne dès les premiers jours de l’occupation allemande dans les territoires occidentaux de la Pologne. Ces territoires sont directement incorporés au IIIe Reich (Watherland), avec pour objectif de germaniser ces régions, ce qui conduit à une politique particulièrement cruelle. La population polonaise est déportée et ses terres et propriétés sont spoliées par les Allemands. Certains Polonais sont condamnés aux travaux forcés, d’autres envoyés dans des camps. La germanisation forcée de la population passe notamment par l’inscription de certains citoyens polonais à la Volksliste, afin d’être considérés comme des Allemands de souche, alors que le reste de la population est condamné à la déportation, voire à l’extermination. Des exécutions de masse ont lieu dès les premiers jours de l’occupation. Cette terreur vise en premier lieu les élites politiques, culturelles, scientifiques, ecclésiastiques, les professions libérales, elle se concrétise par des exécutions publiques ou des enfermements dans des camps de concentration de triste mémoire.

Antoni Gołaś est arrêté par la Gestapo en raison de son engagement volontaire dans l’armée polonaise et de son appartenance à l’Association (Union) Occidentale des Polonais[3]. C’était une organisation patriotique, née en 1934 de la transformation de l’Association de Défense des Terres occidentales, fondée dès 1921 à Poznan, dont le but était de défendre les droits nationaux polonais sur les terres occidentales de la Pologne, de les libérer de la domination allemande et d’y forger une conscience citoyenne et enfin d’œuvrer pour le développement culturel de la région. Dans les années trente, cette organisation coopère avec les autorités politiques pour résoudre les problèmes polono-allemands en vue de créer une bonne entente. Les militants de cette association sont parmi les premières victimes, en octobre et novembre 1939, des actions d’extermination de l’intelligentsia polonaise menées par la Gestapo.

Gołaś passe deux mois dans les prisons de Poznan, où la Gestapo le soumet à la torture afin d’obtenir des informations (il portera pour toujours les séquelles physiques de ces tortures, comme par exemple le fait que toutes ses dents aient été cassées). Mais il résiste et ne dénonce pas ses compatriotes actifs dans l’organisation. Il est condamné à mourir rapidement vu qu’il est envoyé dans un camp de concentration. Lors de son transfert vers le camp, par une nuit orageuse, Gołaś réussit à s’échapper du transport avec un camarade. Un long chemin vers la liberté conduit le fugitif à travers la Slovaquie, la Hongrie, la Yougoslavie, la Grèce, jusqu’en Syrie. Il n’y cherche pas refuge, mais veut poursuivre le combat. Il s’adresse aux autorités militaires françaises pour entrer comme volontaire dans l’armée polonaise qui se forme alors en France sous l’égide du gouvernement polonais en exil. Car la Pologne n’a jamais signé de capitulation et le gouvernement polonais se reforme en France afin de continuer la lutte auprès des Alliés. De fait, Gołaś gagne la France au printemps 1940, où il se présente volontaire, et rejoint en mai 1940 l’Armée Polonaise qui s’y forme[4].

Comme caporal (aspirant) il est attaché au 5e Régiment d’Infanterie de la IIe Division des Chasseurs à pied polonais qui fait partie du 45e corps d’armée française. Gołaś est aussitôt envoyé sur le front, et il prend part aux opérations militaires et aux combats de la Division dans la région de la Saône et à Montbéliard. Il est blessé en juin 1940 lors des opérations. Pour son courage, on l’avance au grade d’officier. Après la capitulation de la France, la Division polonaise franchit la frontière helvétique, entre à Porrentruy et ses soldats sont internés en Suisse.

L’internement en Suisse

Alors que quelque 14 000 soldats polonais de la division des Chasseurs à pied de Bronislaw Prugar-Ketling et de la Ie Division de grenadiers, commandée par Bronislaw Duch passent la frontière helvétique en juin 1940, nul n’imagine que leur internement va durer 5 ans et que, pour nombre d’entre eux, la Suisse va devenir une terre d’accueil où ils passeront le reste de leur vie.

Pendant que ses camarades de combat sont désarmés, puis répartis dans différents camps d’internement (quelques 600 camps) sur le territoire helvétique, Antoni Gołaś, en raison des blessures qu’il a reçues lors des opérations militaires, reste plusieurs mois hospitalisé. Son état doit être bien grave car les documents nous révèlent qu’il subit trois opérations et douze transfusions sanguines. Après une longue convalescence à Büren, à l’hôpital pour soldats internés, il est, à la fin de 1941, transféré dans un camp d’internement.

Pendant tout cette période d’internement qui dure jusqu’à la fin de la guerre, les soldats polonais sont mis au travail. Ils doivent travailler pour l’économie suisse. Ils sont employés dans l’agriculture et dans la construction de routes ou de voies de chemin de fer, menant d’imposants travaux de drainage, de défrichement de forêts, etc.

Pour maintenir le moral des troupes, les responsables militaires polonais, en collaboration avec le Commissariat à l’Internement, mettent en place tout un dispositif permettant la vie sociale et culturelle au sein des camps. Et Antoni Gołaś, après sa convalescence, est appelé à exercer toutes sortes d’activités à caractère culturel ou éducationnel qui sont mises en place auprès des soldats : organisation et gestion de la bibliothèque, cours de culture générale ou de formation générale au niveau de l’école obligatoire. Dès 1942 Gołaś mène ses activités à travers différents camps d’internement : Losone, Alpnach Dorf, Sarnen. On le retrouve aussi à Locarno, où on lui confie l’inspection et l’organisation des formations pour les jeunes soldats et réfugiés polonais d’Allemagne. En janvier 1944, il est transféré au camp de l’école centrale pour internés polonais, à Rheinfelden, où il enseigne la littérature, l’histoire, la géographie[5].  

Parallèlement à ces activités destinées aux soldats internés, est mis en place tout un dispositif éducatif pour permettre à ceux dont le cursus éducatif a été interrompu par la guerre de poursuivre leur formation au niveau secondaire et universitaire. Cette entreprise, née de l’initiative de quelques personnalités issues de l’ancienne émigration polonaise, trouve un soutien auprès du Service d’aide aux internés militaires en Suisse du YMCA et du Fonds européen de secours aux étudiants et milieux universitaires. De fait, trois camps universitaires pour internés polonais sont créés dès l’automne 1940 à Winterthur, Fribourg et Sirnach (qui sera ensuite déplacé à Herisau), sous l’autorité militaire suisse et le patronage scientifique de grandes écoles : Polytechnique et Université de Zurich, Université de Fribourg et Haute École commerciale de Saint-Gall. Le corps enseignant se compose de professeurs de ces grandes écoles ainsi que de professeurs polonais et d’assistants faisant partie des soldats internés, car certains d’entre eux sont diplômés de l’université. Gołaś lui-même désire compléter sa formation universitaire. Il rejoint tout d’abord le camp académique de Sirnach à la fin de l’année 1941, puis Winterthur où, à partir du semestre d’hiver 1944-1945, il suit le cursus pédagogique de la Faculté des lettres de l’Université de Zurich[6]. Il continue ses études à Zürich après la fermeture du camp universitaire de Winterthur (en juillet 1945), car, pendant l’année 1945-46, cette opportunité s’est en effet ouverte aux soldats-étudiants qui veulent poursuivre leurs études après la guerre, en restant en Suisse avec le statut de réfugié[7].

Les carnets d’études de Gołaś de cette période nous révèlent un large éventail de cours, allant de la philosophie politique jusqu’à la psychologie et les sciences de l’éducation, en passant par l’histoire, la logique, la philosophie, l’éthique, ce qui nous dévoile toute une ouverture d’esprit. Toujours est-il que c’est la pédagogie curative et la psychopédagogie qui sont au centre de ses intérêts. Visiblement intéressé par les enfants en difficulté, il effectue ses stages dans un établissement évangélique d’enseignement pour enfants arriérés mentaux à Abtwill près de Saint-Gall (juin-septembre 1944), puis dans l’orphelinat d’Entlisberg, institution gérée par le service social zurichois.

Il semble que, pendant cette période d’études, Gołaś soit en particulier marqué par la personnalité et l’enseignement de Heinrich Hanselmann. Avec son principal ouvrage Einführung in die Heilpädagogik (1930), qui fait date, Hanselmann, professeur à l’Université de Zürich depuis 1931, partage les idées de Pestalozzi qui a développé une vision globale du développement humain. Il ouvre des voies nouvelles pour le développement de l’enseignement de la pédagogie curative.          

À la lecture de la recommandation faite par Hanselmann pour soutenir Gołaś dans ses démarches entreprises après 1945 pour poursuivre ses études à l’université de Zürich[8], l’on devine l’affinité existant entre les deux hommes. Hanselmann, qui a connu Gołaś au temps du camp universitaire de Winterthur, discerne en ce jeune homme un talent particulier pour l’éducation, une forte compétence pour appliquer la théorie dans la pratique éducative et reconnaît sa bonne préparation professionnelle. Toujours est-il que l’estime est réciproque, car l’on découvre que c’est à Hanselmann que Gołaś fait ses confidences[9]. Gołaś songe en effet, une fois la guerre terminée, à retourner en Pologne pour participer à la reconstruction de son pays dévasté par l’occupation, en s’engageant dans le champ éducatif, et en particulier en accompagnant des enfants et adolescents orphelins. Son projet est alors de fonder un foyer dans l’esprit de Pestalozzi, un foyer où il y aurait quelques éducateurs particulièrement doués et dévoués et où les enfants plus âgés s’occuperaient des plus jeunes. Ce premier foyer, une sorte de société mère, devrait servir de modèle pour la création et le fonctionnement de toute une série d’autres orphelinats. Dans le contexte polonais d’après-guerre, étant donné les grandes pertes humaines parmi les enseignants et les éducateurs, ce genre de fondation, selon Gołaś, pourrait permettre, dans un laps de temps relativement court, de fournir à un grand nombre d’enfants orphelins, abandonnés, l’éducation nécessaire, du fait qu’un nombre suffisant d’éducateurs adultes ne pourrait être disponible dans le pays pendant de nombreuses années.

Finalement, Gołaś ne pourra pas rentrer dans son pays après la fin de la guerre. À la lumière des documents disponibles, l’on peut supposer que l’occupation soviétique de la Pologne, l’incertitude qui règne avec l’installation du nouveau régime politique communiste, décide Gołaś à différer son retour au pays. S’il reste en Suisse, avec le statut de réfugié à partir de septembre 1946, il ne renonce pourtant pas à son idée de se vouer à la cause des enfants orphelins de son pays. Et il pense réaliser son projet de manière tout autre, à Trogen, où un village Pestalozzi est en train d’être construit afin d’offrir un foyer aux enfants victimes de la guerre.  

Au village Pestalozzi

C’est en novembre 1946 que Gołaś rejoint cette initiative suisse de la Croix Rouge Secours aux enfants et de l’Association Village d’enfants Pestalozzi : celle d’organiser à Trogen des foyers pour enfants victimes de la guerre de toutes les nationalités[10]. Pour ce qui est des enfants polonais, tout est orchestré par la Légation suisse en Pologne, la Division des affaires politiques du Département politique fédéral et le Village. Deux voyages sont organisés pour aller chercher des enfants en Pologne. Gołaś, mandaté par la Croix Rouge Secours aux enfants part à Varsovie et dans sa région pour chercher des orphelins de guerre.

Varsovie est en ruine, complétement détruite par les Allemands pour se venger de l’Insurrection de 1944, tandis que la population qui a survécu a été envoyée dans des camps où s’est réfugiée à la campagne. Nombreux sont les enfants qui, ayant perdu leurs proches pendant l’occupation ou lors des déplacements, ne retrouvent pas leur famille. Grâce à un transport de la Croix Rouge, Gołaś revient à Trogen en décembre, pour Noël, avec un groupe de 16 enfants âgés de 4 à 12 ans. Un autre groupe d’enfants polonais, accompagnés par Walter Corti et Marie Meierhofer, médecin du village, était arrivé à Trogen dès le 16 décembre 1946.

Deux maisons vont héberger les enfants polonais[11]. Pour s’occuper d’eux, les éducateurs sont recrutés parmi les Polonais qui se trouvent en Suisse : deux anciens militaires polonais internés, Gołaś et Adamski, une internée civile, Helena Wierzbicka, ainsi que des éducatrices suisses.

À l’une des maisons l’on donne le nom d’« Orlęta » ce qui, en français, veut dire « Les Aiglons », en souvenir des enfants et adolescents polonais qui ont pris les armes pour défendre la ville de Lvov en 1918, lors de la création de l’État polonais, et dont le mémoire reste forte dans l’imaginaire collectif de l’entre-deux-guerres. Cette maison est dirigée par Adamski, ancien militaire, en tant que père adoptif, par Margrit Brandt et l’enseignante polonaise Helena Wierzbicka, qui remplacera cette dernière, comme mère de la maison. Il semble qu’Adamski s’engage fortement pour retrouver les proches des enfants qui lui ont été confiés et, dès octobre 1948, sept enfants polonais de sa maison retrouvent leur famille et retournent en Pologne[12].

Antoni Gołaś, quant à lui, est le « père » de la deuxième maison, qu’il va nommer du nom de Marie Skłodowska-Curie. Dans sa mission, il est accompagné par une éducatrice suisse, Hedwig Roduner, « mère » de la maison. Dans cette maison, l’on accueille les enfants venant de Varsovie et de sa région. Le plus petit a 4 ans, le plus âgé 12. Tous ont perdu leurs parents lors de l’Insurrection de Varsovie.

Décrivant son expérience, Gołaś note que chaque enfant qui est accueilli dans cette maison a sa propre histoire dramatique de la guerre et ses cauchemars qui le hantent[13]. Au début, ces enfants tremblent de peur dès qu’ils entendent parler allemand autour d’eux, et l’on doit leur expliquer, note Gołaś, « que ce sont des Suisses et pas des Allemands ». Toujours est-il que la réponse des enfants est souvent déconcertante. Ils lui disent : « dommage que les Suisses ne peuvent pas parler une autre langue ». Mais on explique aussi aux enfants qu’il faut qu’ils apprennent cette langue pour communiquer avec les villageois.

Au fur et à mesure, ces enfants vont apprivoiser la langue et dépasser leur peur, grâce aussi aux personnes rencontrées, la première d’entre elles étant la « mère de la maison », Hedwig Roduner, une personne chaleureuse, qui parle à ces enfants en allemand. Née en 1912, originaire de Sennwald, Hedwig Roduner, appelée familièrement Heidi par les enfants, rejoint à la mi-mai 1947 la maison polonaise, pour accompagner Gołaś dans sa mission. Gołaś trouve en elle une mère qualifiée pour les enfants et une âme sœur. Elle deviendra son épouse en 1951. Comme le note Arthur Bill, directeur du village, tous deux « se sont parfaitement complétés dans leur rôle de père et de mère de la maison »[14].

Hedwig Roduner est appréciée pour la manière exemplaire qu’elle a de diriger la maison, étant même « impliquée à plusieurs reprises dans l’introduction de nouveaux employés, en particulier de nouvelles mères pour d’autres maisons, car la gestion économique de sa maison était exemplaire à tous égards ». Plus encore, tant les enfants que son entourage est marqué par la personnalité de cette femme, par « sa nature calme et maternelle », comme la décrit Bill, ce qui permet de créer une atmosphère reposante, tranquille. « Les enfants de la maison lui étaient très attachés », souligne-t-il. Quant à Gołaś, Arthur Bill note[15] :

Il a eu d’excellents résultats avec ses enfants, et la plupart d’entre eux ont montré de faibles symptômes d’inattention et d’asociabilité. C’était un vrai père pour eux et un excellent professeur, qui savait placer son travail entièrement dans l’axe des objectifs du village d’enfants de Pestalozzi. 

Gołaś a conscience que le traumatisme lié aux vécus dramatiques de ces enfants sortant de la guerre a des conséquences psychosomatiques. Certains enfants ont terriblement peur la nuit. L’un de ses protégés fait continuellement des cauchemars pendant la nuit et est sujet d’incontinences nocturnes (énurésie). Il s’avère que ce garçon a vu les Allemands assassiner ses parents et ses frères. Ce petit Edward a été éclaboussé par des morceaux de cerveau de sa propre mère, abattue, lui étant blessé ; il a survécu car les Allemands, le croyant mort, l’on laissé parmi le tas de cadavres. Un autre garçon, Stanislaw, qui a perdu ses parents, a été retrouvé sous un cheval éclaté, tué par balles. Survivants, ils restent hantés par leurs souvenirs.

Tant pour Gołaś que pour Roduner, à qui ces enfants ont été confiés, il s’agit en premier lieu de les accompagner pour qu’ils puissent surpasser leur peur, affronter leurs cauchemars et se reconstruire. De fait, il faut être sensible aux besoins de chaque enfant pour l’aider. Parmi leurs protégés, l’on compte Tadeusz Sas (1935-2020)[16], qui a 11 ans en arrivant à Trogen.

Gołaś découvre chez ce garçon, très agité, une sensibilité artistique et un véritable don pour le dessin. Il cherche alors à développer chez lui cette passion. Il lui donne des craies de couleur et Tadeusz se met à dessiner sur du papier de petit et grand format. « Un artiste doué », note Gołaś, il ne dessine pas ce que dessinent tous les enfants, « les nains, les fleurs », mais « il dessine la guerre », comme s’il « l’avait expérimentée », avec un réalisme presque inimaginable chez un enfant, car il ne pouvait connaître tant de détails, sauf s’il les avaient vécus. En dessinant, poursuit Gołaś, Tadeusz « est un homme mûr qui a déjà vécu quelque chose », alors qu’à « l’école, en jouant », il est « de nouveau un enfant »[17]. En effet, à travers ses dessins, Tadeusz exprime ses souvenirs, des histoires entendues, des moments vécus pendant la guerre. Se remémorant plus tard cette période, Tadeusz Sas pense aussi que dessiner était une sorte d’exutoire pour sortir tout ce qui l’habitait de douloureux et le hantait.

De ces tableaux faits à la craie, il ne reste à Trogen qu’un tableau de grand format, alors que quelques photos de ces dessins que Tadeusz Sas a conservées frappent par la force des images de destruction et les souffrances humaines représentées. Antoni Gołaś prend comme base de réflexion ces tableaux pour préparer son doctorat à l’Université de Zürich en pédagogie curative sur l’accompagnement des enfants victimes de la guerre.

Grâce à la personnalité de Gołaś et de Roduner, l’atmosphère qui règne au village Pestalozzi, à la maison « Maria Sklodowska-Curie », devient, pour ces enfants, celle d’un foyer familial. Les photos conservées de cette époque, dans quelques albums que l’on découvre dans les archives à Trogen, capturent différents moments du vécu de cette petite communauté : fêtes passées ensemble, excursions, rencontres avec les gens du village, camps de ski, cours de musique, moments ludiques.

C’est un lieu de vie et de formation. L’enseignement de la langue polonaise, de l’histoire, de la géographie est assuré par Antoni Gołaś. À cet égard, Arthur Bill remarque une grande expérience de Gołaś, dont ses « élèves peuvent tirer pleinement partie ». Dans leur formation, les enfants peuvent aussi bénéficier d’une bibliothèque polonaise, riche de livres et de manuels d’avant-guerre, qui a été offerte à Trogen pour les deux maisons polonaises. Les enfants ont aussi droit à des ateliers pratiques. Tadeusz Sas se souvient notamment de l’atelier de sciage de bois. « Nous avons appris à scier… et nous avons beaucoup scié pour pratiquer. Nous avons scié des arbres pour le village. Pour ce que nous avons fait, l’on nous a payé. Et nous avons eu tant d’argent que chacun a pu s’acheter une montre avec chaîne »[18]. Mais l’approche de la nature est tout aussi important dans le processus d’éducation dans le village de Pestalozzi. Et c’est Gołaś, « étant fils d’agriculteur », qui entretient, « avec beaucoup d’amour », comme le note Bill, un grand jardin et s’occupe des abeilles[19]. Les enfants sont élevés dans la rigueur : « nous avons appris la discipline, l’ordre… nous étions un peu désordonnés » se souvient Tadeusz Sas[20], qui se remémore un incident qui montre bien l’exigence de la maison : « Les garçons jouaient à la guerre… l’on construisait des lance-pierres et, pour cela, l’on utilisait l’élastique de nos chaussettes, à l’époque, les garçons portaient des chaussettes en coton. Ils ont aussi coupé de petits arbres pour construire des fusils en bois. Mais cela a été découvert. Comme punition les garçons ont dû nettoyer la place devant l’Église à Trogen. »

Toute cette vie de famille que les enfants polonais ont pu mener à Trogen s’arrête brusquement en juillet 1949. À la demande du gouvernement polonais, une vingtaine d’enfants (des deux maisons polonaises) repartent en Pologne pour les vacances. Mais en réalité, il s’agit d’un prétexte, car ces enfants ne reviennent plus à Trogen, mais restent placés dans un orphelinat polonais et sont intégrés à l’école polonaise.

Cette décision préméditée, à l’insu de l’association du village, découle du changement du contexte politique qui s’opère alors en Pologne. Suite aux élections parlementaires falsifiées de 1947, le régime communiste est mis en place en Pologne, pays sous occupation soviétique. Cette reconfiguration politique influence aussi la politique éducative qui s’inscrit dans les applications des règles de la campagne « contre l’adulation de l’Occident », lancée en Russie soviétique en 1946-47 et qui définit les buts de la vie scientifique et culturelle. L’on préconise la transformation du modèle pédagogique qui doit servir à la « construction du socialisme » et former « un homme nouveau ». En conséquence, il s’agit alors de « protéger la jeunesse des influences néfastes », celui du monde bourgeois, ce qui signifie, dans l’immédiat, la rupture avec les traditions pédagogiques d’avant-guerre et avec la pensée occidentale, et conduit à interrompre les échanges et la collaboration avec l’Occident. Cette politique se reflète de manière voilée dans quelques lettres du Ministère polonais de l’Instruction, qui montrent bien cette volonté du nouveau régime d’intervenir au cours des années 1947-49 auprès de l’association du village de Pestalozzi et de contrôler l’éducation des enfants. On y remet notamment en question l’attitude des éducateurs qui dirigent les deux maisons polonaises, en l’occurrence celle de Gołaś et d’Adamski, leurs méthodes ainsi que les programmes d’enseignement, les accusant de chercher à soumettre les enfants polonais aux influences « contraires à l’idéologie de la démocratie populaires »[21]. En conséquence, alors que les enfants polonais retournent en Pologne, le Ministère polonais interrompt la collaboration avec le village Pestalozzi.

Le départ des enfants polonais conduit finalement à la fermeture des deux maisons polonaises. Antoni Gołaś et Heidi Roduner restent à Trogen, comme éducateurs, jusqu’en mars 1953, s’engageant alors à prendre en charge les 4 enfants polonais qui y sont restés, ne pouvant pas partir en Pologne en 1949, en raison de leur santé fragile[22]. Après leur mariage en 1951, le couple Gołaś adopte ces enfants : un frère et une sœur, Marian et Anna, et deux filles, Elzbieta et Matylda. Cette nouvelle vie de famille est ponctuée par d’autres événements heureux qui ont lieu au cours des années 1950. En 1952 Antoni Gołaś obtient la nationalité suisse, ce qui met fin à ses années d’incertitude vécues avec le statut de réfugié (il fallait prolonger la carte de séjour tous les six mois). En quittant Trogen, Gołaś arrive aussi à achever sa thèse de doctorat, dont il s’est efforcé de poursuivre la rédaction au cours de toutes ces longues années. Il soutient avec succès sa thèse, consacrée à l’enseignement de la pédagogie curative et à l’accompagnement des enfants victimes de la guerre, en mai 1954, à l’Université de Zürich[23]. Il est promu au grade de docteur en 1957.

  À Gais, toujours en cheminement éducatif

Après avoir quitté Trogen, Gołaś ne renonce pas à son engagement auprès des enfants en difficulté. En juillet 1954, Antoni et Hedwig Gołaś, avec leurs quatre enfants adoptés, s’installent à Gais, une commune du canton d’Appenzell, où ils prennent en charge un foyer scolaire pour enfants[24]. Cette maison, dénommée Schülerheim Schwäbrig, située à 900 m d’altitude, est une institution appartenant au service de la protection sociale de la ville de Zürich. On y accueille des enfants suisses venant de familles brisées, séparées, des enfants fragilisés (difficiles) présentant des troubles cognitifs et comportementaux. Les Gołaś accompagnent les enfants du foyer de Schwäbrig pendant 21 ans.

Le corpus documentaire modeste dont nous disposons ne permet pas de retracer le vécu des Gołaś à cette époque. L’on déniche cependant quelques informations qui nous permettent d’en avoir une idée. L’on en trouve ainsi quelques reflets dans les souvenirs de Tadeusz Sas[25] qui, après son retour en Suisse à la fin des années 1950, reprend contact avec les Gołaś et vient très souvent les voir à Gais, et se lie tant avec le couple Gołaś qu’avec leurs enfants, ses anciens camarades de Trogen.

L’on apprend ainsi que le foyer a une approche familiale. C’est un lieu de vie, de formation, d’apprentissage. Antoni et Hedwig Gołaś sont les parents de ce foyer (Heimeltern). Ils gèrent le fonctionnement de la maison, l’intendance, accompagnent les enfants dans leur quotidien, dans leur apprentissage de la vie. Ils sont aidés par un cuisinier et, ponctuellement, par des assistants sociaux. Toutefois, dans leur gestion de la maison, les Gołaś sont confrontés à toutes sortes de difficultés. En tout premier lieu, le manque d’assistants médicaux et d’éducateurs spécialisés qui pourraient les soutenir dans l’accompagnement de ces enfants et adolescents touchés par des troubles psychologiques ou cognitifs ; ensuite, le manque de matériel, de support approprié au processus d’apprentissage. Mais l’on note tout aussi bien des obstacles d’ordre quotidien : déplacement, approvisionnement, isolement du village. L’emplacement de la maison à Schwäbrig, à 900 m d’altitude, pose en effet divers problèmes. Elle est éloignée du village, ce qui l’isole du reste de la population, crée des difficultés de déplacement, d’approvisionnement. Tadeusz Sas se souvient de ces difficultés : « Il fallait tout amener, notamment la nourriture. Il y avait une voiture, mais Gołaś n’avait pas le permis de conduire. Alors il a acheté deux poneys et un chariot, et il amenait la nourriture depuis le village grâce à ce chariot. » Quelques informations anecdotiques de ce genre, qui se laissent entrevoir à travers le témoignage de Tadeusz Sas, mettent en avant le dévouement du couple Gołaś dans leur accompagnement des enfants, leur force d’âme et leur capacité à affronter les difficultés, en se basant sur leur conviction d’être à leur vraie place. Tel est également le jugement que portent les agents des services sociaux et les responsables municipaux zurichois, qui reconnaissent les compétences et les qualités humaines des Gołaś, capables de « surmonter » toutes sortes de difficultés et de « charges supplémentaires » de manière remarquable, avec confiance et pendant toutes ces longues années[26]. De même, ils saluent l’engagement remarquable et le « dévouement rare » du couple Gołaś au service des enfants qui leur ont été confiés, soulignant qu’ils s’en occupent comme de « leurs propres enfants », et a qui est ainsi « offert un soutien » qui permet à ces jeunes de se relever, d’entrevoir un futur épanouissant.                   

Ces quelques informations qui se dégagent sont, certes, insuffisantes pour retracer le vécu d’Antoni et Heidi Gołaś pendant cette longue période. Elle mériterait certainement une recherche documentaire qui permettrait d’approfondir tant le point de vue biographique que de reconstituer le tableau du contexte éducatif de l’époque. Quant au parcours même d’Antoni Gołaś, il reste à mentionner qu’en parallèle de ses activités professionnelles qui, visiblement, ont pour lui valeur de mission, il reste attaché à son pays natal, à ses contacts et à son engagement au sein des milieux polonais. En témoignent les nombreuses distinctions qui lui ont été décernées par les autorités polonaises en exil pour son engagement culturel et social pendant et après la guerre : Croix d’or du mérite (1972), Médaille d’or du Trésor national (1977).

Elles s’ajoutent aux distinctions et décorations militaires, décernées pour son service militaire : la Croix de guerre offerte par les autorités françaises pour son courage lors des combats de 1940 (1950), la nomination du cadet Gołaś comme sous-lieutenant dans le corps des officiers (1964), la Croix des Vaillants (1972)[27].  

Au crépuscule d’une vie…

En 1975, Hedwig et Antoni Gołaś prennent leur retraite, quittent la région d’Appenzell et s’installent au Tessin. C’est dans le village de Bedigliora, situé dans la région de Malcantone, région riche du point de vue artistique et connue pour son patrimoine rural, sa tranquillité, que les Gołaś passent les dernières années de leur vie.

Années vécues au rythme de la nature, car Gołaś y devient apiculteur et vigneron. Tadeusz Sas y est fréquemment leur hôte, avec sa femme et son fils, au cours de toutes ces années. Il a ainsi le privilège de pénétrer dans l’intimité des Gołaś. Il garde de nombreux souvenirs de ces moments partagés avec ses anciens père et mère de substitution, et avec leurs enfants, ses anciens camarades de Trogen, qui sont devenus pour lui une sorte de famille.

C’est dans le village tessinois de Bedigliora que s’achève la vie de Gołaś, mort en 1994.   Si l’on tâche de porter un regard rétrospectif sur le cheminement d’Antoni Gołaś, l’on constate que cet « homme ordinaire », dont la vie a été marquée par le contexte dramatique de son temps (guerre, internement, exil) a cherché à répondre aux exigences du moment et à prendre au sérieux ses responsabilités sur la base de son système de valeurs, déterminé qu’il était par son éducation et sa foi chrétienne. Enseignant de formation, éducateur par choix, son parcours nous dévoile une vie au service d’autrui. D’abord prêt à risquer sa vie en prenant part aux combats en Pologne, puis en France, afin de défendre la société contre la barbarie nazie, ensuite en œuvrant à Trogen ou à Gais, en cherchant à « aimer » et accompagner les enfants et adolescents, et en particulier les orphelins, abandonnés et fragilisés, il s’est consacré aux autres pour se réaliser lui-même, lui et son idéal éthique.

[1] Entretien avec T. Sas par Renata Latała, Aadorf, 14 décembre 2018, dont les extraits sont publiés sur le site, l’original (en polonais) est en la possession de l’enquêtrice. Je garde un souvenir lumineux de la rencontre avec Monsieur Tadeusz Sas et son épouse Mme Ewa Tomaszewska-Sas qui m’ont réservé un accueil chaleureux lors de cette longue journée de partage, ainsi que nos conversations téléphoniques. Je leur reste redevable pour la confiance qu’ils m’ont témoignée en ouvrant leur demeure et en partageant avec moi leur parcours de vie. 

[2] Archive des Polenmuseums – Schloss Rapperswill (ArPSR), Spuścizna Antoniego Gołasia (dorénavant Fonds Gołaś), I-8, Documents personnels et administratifs (en polonais et en allemand) ; voir aussi Archives Fédérales à Berne (AF), Dossier A. Gołaś (20. 05. 1910), 1946-1964, E426 /1985/196/64026.

[3] Gołaś décrit son récit dans son CV, rédigé en allemand (ArPSR, Fonds Gołaś, I-8/4).

[4] ArPSR, Fonds Gołaś, I-8/4.

[5] ArPSR, Fonds Gołaś, I-8/4, Attestation du Bureau d’instruction du 10 août 1944, YMCA, Service d’aide aux internés militaires en Suisse.

[6] ArPSR, Fonds Gołaś, I-8/4-2, Carnet d’études (Sirnach-Gossau-Herisau)1941/42 ; et (Winterthur-Zürich) 1944-46.

[7] AF, Dossier A. Gołaś, Procès-verbal d’interrogatoire, Winterthur 8 juin 1946 ; Liste des Militaires internés aux camps de Winterthur, Zentralleitung der Arbeitslager, étudiants des camps universitaires de Winterthur, Zûrich, 26 juin 1946, Liste des anciens étudiants du camp de Winterthur qui demandent le permis de réfugié, Berne, 17 septembre 1946.

[8] ArPSR, Fonds Gołaś, I-8/5, H. Hanselmann, Certificat/Recommandation (Bescheinigung und Empfehlung) Ascona, le 31 mai 1945.

[9] ArPSR, Fonds Gołaś, I-8 /5, Lettre de H. Hanselmann à A. Gołaś, du 14 juin 1945.

[10] ArPSR, Fonds Gołaś,  I-8/4, Kinderdorf Pestalozzi, Arthur Bill, Témoignage (Zeugnis), Trogen, le 29 avril 1953 ; voir aussi Archives du Kinderdorf Pestalozzi à Trogen (ArchKP), Dossier Polen, Bescheinigung (Attestation), Schewizerisches Rotes Kreuz, Kinderhilfe, Zurich, le 16 octobre 1946.

[11] Archives du Kinderdorf Pestalozzi à Trogen (ArchKP), Dossier Polen. Ce dossier contient des documents administratifs, correspondance, les rapports d’activité concernant les deux maisons polonaises.

[12]ArchKP, Dossier Polen, H. Wierzbicka, Rapport d’activité (novembre 1946-janvier 1950), Trogen, le 21 janvier 1950.

[13] Antoni Gołaś, „Ein kriegsgeschädigtes Kind im Spiegel seiner Zeichnung“, Kinderdorf Pestalozzi, den 15. Februar 1947, Schwizerische Monatsschrift, Heft 4, April 1947.

[14]Arch PSR, Fonds Gołaś, I-8/4, Arthur Bill, Témoignage du 29 avril 1953, (cf. Note 10).

[15] Idem. Texte traduit de l’allemand.

[16] Alors que l’écriture de ce texte s’achève, j’apprends la mort de Tadeusz Sas, décédé de Covid-19. Malgré la demandé reitérée de sa femme, le test pour Covid-19 a été négligé au cours de deux premieres semaines de sa maladie et le virus a rapidement ravagé son organisme. 

[17] Antoni Gołaś, Ein kriegsgeschädigtes Kind im Spiegel seiner Zeichnung, (cf. Note 13).

[18] Entretien avec T. Sas, (cf. Note 1).

[19] Arthur Bill, Témoignage du 29 avril 1953, (cf. Note 10).

[20] Entretien avec T. Sas, (cf. Note 1).

[21] ArchKP, Dossier Polen, Lettre de Franciszek Korniszewski à Walter Corti du 4 avril 1950.

[22] ArchKP, Dossier Polen, Exposé n° 1 du 11 novembre 1950 à l’attention de la Commission de la Fondation (Stiffung Kinderdorf Pestalozzi).

[23]ArchPSR, Fonds Gołaś I-8/4, Attestation de la soutenance d’Antoni Gołaś : Vorläufiger Ausweis,  Philosophische Fakultät der Unviersität Zürich, 8 Mai 1954. Titre de son doctorat : Beitrag zur heipädagogischen Erfassung und Behandlung kiregsgeschädigter Kinder.

[24] Arch PSR, Fonds Gołaś, I-8/6, Lettre du Service social de la ville de Zürich (Vorstand des Sozialamtes der Stadt Zürich) à Antoni Gołaś et Hedwig Gołaś-Roduner, Zürich, le 20 mars1975.

[25] Entretien avec T. Sas par R. Latała, (cf. Note 1).

[26] Lettre du Service social de la ville de Zürich, (cf. Note 24).

[27] ArchPSR, Fonds Gołaś I-8/4 – 6. Les diplômes de ces distinctions, la correspondance concernant ses diverses activités se trouvent dans ce fonds. Alors que dans la collection privée de Tadeusz Sas l’on trouvera les photos de ces distinctions.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.