Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption.

Ce récit en images nous interroge tout d’abord sur l’auteur ou les auteurs de ces photographies qui ne sont jamais signées et auquel il n’est jamais fait allusion. S’il est possible que Carroll-Abbing ait été lui même un apprenti photographe (il n’en parle jamais dans son autobiographie), il ne peut être l’auteur de l’ensemble d’entre-elles puisqu’il figure lui-même sur certains clichés dans des contextes qui excluent l’idée qu’il ait pu poser après avoir amorcé le déclencheur automatique. Une chose est sûre en revanche, c’est son engouement pour ce type de support propagandiste, au point de constituer une collection étonnante, sciemment diffusée, tout le long de sa carrière dans la presse italienne et internationale, ainsi que dans diverses brochures et rangée chronologiquement dans des albums peu avant sa mort. En feuilletant les albums, nous avons l’impression de le suivre pas à pas et, selon le recul proposé par les photographies, ou bien d’observer le monde à travers ses yeux ou bien d’être les spectateurs plus en retrait de chacune de ses initiatives.

Le premier album nous plonge, façon grand reporter, dans les horreurs de la guerre qui semble saisie sur le vif : comme cette scène de bombardement sur Naples où un homme en costume civil à la démarche hagarde, le visage couvert de suie ou brûlé, semble aveuglé par le souffle de l’explosion, dont les volutes de poussière brouillent encore le décor, sous le regard inquiet d’un jeune garçon.

Ou encore le sauvetage de cette petite fille qui vient d’être blessée sans doute aussi par une explosion, comme en témoigne le bandage sommaire à sa jambe, la robe déchirée, les cheveux en désordre et couverts de poussière et surtout l’expression de son visage encore sous le choc : les yeux hébétés, la bouche entrouverte avec la langue qui pointe et la mimique de ses bras comme figée. Le jeu de regard entre les trois protagonistes présents sur la photographie donne toute la force à sa composition : entre celui absent de la petite fille, celui concentré et anxieux de l’homme qui la transporte en toute hâte vers un poste de secours et celui accablé et douloureux d’une femme sur le pas de sa porte qui la bouche tordue observe la scène impuissante.

Ce chaos urbain est relayé par le paysage de désolation de la campagne environnante comme ce cliché d’un petit bourg dont les maisons ont été entièrement rasées par les bombardements, quelques vêtements étant comme empalés sur un amas de poutres. Cet amoncellement de ruines qui pourrait faire penser à un village abandonné contraste violemment avec les personnages qui déambulent dans la rue principale : au premier plan, un jeune homme les mains dans les poches au milieu d’une bande de six gamins qui, bien qu’éblouis par le soleil, tentent de regarder celui qui, au loin, les photographie et, en arrière plan, deux femmes et un homme en train de discuter tranquillement et encore plus au fond, un homme qui a l’air de sortir de chez lui. Leur nonchalance ou leur fatalisme montre bien qu’il s’agit des habitants qui vivent encore là in situ, dans ce village qui semble pourtant rayé de la carte.

Il en va de même pour cette photographie montrant une petite fille plutôt souriante, habillée de bric et de broc, une de ses chaussettes-bas retombée en accordéon sur ses pieds chaussés de sandales, qui d’un air décidé semble aller chercher de l’eau avec sa cruche en terre cuite, mais dans un décor apocalyptique.

Pour montrer l’iniquité de ces bombardements dont les frappes ne visent pas seulement des objectifs militaires mais des cibles civiles, même celles qui par tradition incarnent les zones neutres de refuge, le montage suivant met en scène la destruction de l’église d’un village. Sur l’image du haut, on devine la silhouette d’un paysan d’un certain âge (les enfants et les vieillards, en deçà ou delà de l’âge du soldat mobilisable, sont en effet des victimes civiles incontestables). Il pose, bras ballants, devant un tas de pierre en s’exclamant accablé : “ça, c’était notre église”. Tandis que dans l’image du bas, est reconstitué le dialogue entre Carroll-Abbing (à droite avec les lunettes), à l’époque chargé de mission par le Vatican pour les régions sinistrées, et le curé local qui pose devant la cloche, sauvée des gravats et posée provisoirement sur un portant en bois, en disant résigné : “J’espère que je vais trouver une baraque qui pourra faire office d’église”.

Une autre série de clichés dénonce la situation plus que précaire dans laquelle se retrouvent des familles entières fuyant les bombardements de plus en plus intenses dans les environs de Rome en janvier 1944 alors que l’hiver sévit encore. Dans un des rares documents dactylographiés rangés dans le classeur, un rapport d’un des proches collaborateurs de Patrick Carroll-Abbing, Luigi Huetter (1884-1969, spécialiste des études romaines, de littérature sacrée et du Vatican) décrit avec effarement les conditions de vie des habitants de la zone des Castelli romani à 20 km au sud de la Capitale qui ont été obligés de fuir précipitamment de leur domicile pour se réfugier dans des grottes et des anciennes carrières humides creusées par les Romains. La présence d’une voiture, elle même mise à l’abri dans cette caverne dont la taille gigantesque fait penser aux clichés sur les indiens Pueblo, montre qu’il ne s’agit pas seulement de réfugiés des classes les plus défavorisées.

Avec la libération de Rome en juin 1944 puis progressivement du reste du pays jusqu’en avril 1945, c’est une véritable foule de femmes, de vieillards et surtout d’enfants qui semble sortir des différents abris où ils s’étaient terrés. Malgré l’expression hilare de certains gamins tout heureux de poser, le visage émacié des femmes formant cette procession sans fin évoque la dureté des conditions de vie et les problèmes que ne tardera pas de poser ce retour au domicile.

L’urgence est alors dans un premier temps la question du ravitaillement. Les photographies mettent en avant l’action décisive exercée par la commission pour les réfugiés nommée par le Vatican et coordonnée par Patrick Carroll-Abbing. C’est le cas par exemple de cette image qui ressemble à un simulacre d’eucharistie sauf qu’en l’occurrence, le prêtre en soutane noire distribue ici en guise d’hostie une soupe encore fumante puisée dans un grand chaudron noir à ses pieds et que les “fidèles” composée uniquement de femmes et d’enfants, une gamelle de fortune à la main, attendent patiemment leur tour, formant une queue interminable qui semble sortir du cadre de la photo.

Une seconde série de clichés nous transporte juste aux lendemains du conflit pour s’intéresser aux répercussions à plus long terme de la guerre en se focalisant en particulier sur le sort des enfants des rues à Rome. Comme le racontera Carroll-Abbing dans son autobiographie, au fur à mesure de la libération du pays, ils émergent des caves par milliers avec leurs « mines affamés » et « leurs yeux amers ». A travers la collection de portraits de groupe ou individuels conservés dans les albums, ce dernier nous propose une véritable immersion dans ce petit peuple des enfants des bas-fonds de la Capitale. Comme dans le film de Vittorio de Sica, Sciuscia, l’objectif est posé à hauteur des enfants, les adultes relégués au second plan semblent jouer un rôle évanescent face à ces hordes de gamins qui semblent régner en maîtres sur les rues de la ville. Dans cette première photo, Carroll-Abbing nous laisse croire par son commentaire qu’il a pu prendre sur le vif un petit pickpocket qui se faufile dans un cercle d’adulte assistant à un jeu de bonneteau pour faire les poches des spectateurs.

Pour renforcer sa démonstration, il n’hésite pas à puiser dans l’imagerie cinématographique, comme ce cliché plus explicite tiré du film Sciuscia présenté en contrepoint de l’autre image sensée montrer la réalité, l'”authentique”.

Un des poins névralgiques de l’activité des gosses des rues se situe autour de la gare, la Stazione Termini, située dans le quartier populaire de l’Esquilino à Rome. Le flux constant des voyageurs donne lieu à mille et un petits métiers comme celui de porteurs de valises, faisant concurrence aux bagagistes officiels de la gare. La tenue dépenaillée du gamin qui ne porte même pas de chemise ou de polo sous sa veste trop grande et dont les chaussures sont éculées, contraste avec la mise plus soignée de sa “cliente”. En revanche, la valise en carton fatiguée qu’il porte sur le dos et le bardas informe qu’il tient par une sangle à l’autre épaule rendent compte de la pénurie de cette période. Sur le mur du fond, les affiches du Parti de la Démocratie Chrétienne (Democrazia cristiana) témoignent de la réorganisation de la vie politique démocratique italienne après les années de fascisme.

Une autre activité courante est celle qui a donné le titre au film de Vittorio de Sica, Sciuscia est en effet un terme dialectal napolitain dérivé de l’anglais shoeshine qui désigne le cireur de chaussures.

La gare ferroviaire, par les aller et venues constants des trains de marchandise est une zone de tous les trafics, comme cherche à le montrer cette scène qui se veut aussi prise sur le vif de ces gamins qui, au péril de leur vie, font l’assaut des wagons à leur arrivée en gare pour tenter de récupérer quelque butin.

ou encore celle de ce gamin d’une dizaine d’année tenant par la main sans doute un petit frère qui ne semble pas avoir plus de cinq ans, qui interpelle un jeune adulte en lui tendant ce qui pourrait être un sac à main volé : “Et toi, qu’est-ce que tu as récupéré ?”

Ces images à valeur démonstrative, qui dénoncent les dangers de la rue, sont accompagnées de portraits en pied qui rendent toute leur humanité à ces gosses, comme celle de ces trois garçons plongés dans la lecture d’un nouvel illustré, publié depuis 1944 en Italie, Giramondo. Le comique de la situation repose sur le sérieux du lecteur principal qui tient à pleine page le journal sans se soucier des efforts d’un de ses camarades obligé à lire de biais, presque par dessus son épaule, tandis qu’un autre, au cache col mité, doit pratiquement se plier en deux pour suivre, captivé, l’intrigue du roman-photo de la première page.

Ou bien celle de ce même lecteur de Giramondo, dont on reconnait la casquette à la gavroche, les chaussettes et les sandales, qui pose crânement sous les arcades de la place Vittorio Emanuele à deux pas de la gare, une main sur la hanche et l’autre plus protectrice sur la tête d’un gamin, peut-être son jeune frère, qui semble nager dans ses vêtements et porte autour du cou un sifflet, pour arbitrer une partie de foot ou pour faire le guet ?

Ou encore celle de ce jeune garçon à la tenue improbable, avec son bob retourné en visière, sa blouse dont il manque plusieurs boutons avec une grande poche déformée, son pantalon à la Tintin et ses godillots trop grands de plusieurs pointures.

L’alternance entre des plans serrés sur un ou deux d’entre eux et des photos de groupes provoque chez le spectateur des sentiments ambivalents : entre une vision attendrie et apitoyée sur l’innocence de ces petits Poulbots et une crainte sourde dès qu’il font masse. Comme l’écrit Carroll-Abbing, lui même dans ses mémoires, s’opère alors un changement de perception :

Leur regard dur, le sourire de leurs lèvres serrés nous défiaient : “Peu m’importe que vous ne donniez rien. Nous savons comment nous procurer ce qu’il nous faut”. Il y avait une subtile obscénité dans leur jeune visage ; physiquement beau comme celui des enfants du Sud : ovale, avec des yeux doux, de longs cils, des lèvres charnues. Leurs cheveux bouclaient sur le front et la nuque. (…). On les sentait durs et cyniques. Ils n’avaient plus rien de jeune sauf d’une façon équivoque et répugnante (Les enfants perdus de Rome, éditions France-empire, 1968, p.165).

Cette scène prise sur la grande avenue du centre ville, le corso Vittorio Emanuele pointe ainsi le désoeuvrement des bandes de gamins de la Capitale qui, affalés contre le mur, sur lequel on peut voir des graffitis dessinés à la craie, semblent préparer un mauvais coup. Le visage rigolard du deuxième garçon en partant de la droite contraste avec l’insolence et la dureté affichées par les autres qui défient l’objectif du photographe. Certains sont chaussés de savates, les chaussettes en accordéon sur leurs chevilles, d’autres sont pieds-nus, leurs vêtement tenant de la Cour des miracles.

Il ne s’agit pas seulement d’enfants traînant dans la rue, mais parfois d’enfants vivant dans la rue comme en témoigne la misère de cette famille napolitaine constituée d’une mère et de ses trois enfants en haillons qui bricolent un abris de fortune sous les arcades, leurs maigres possessions éparpillées sur le sol.

Face à la déshérence des politiques publiques à leur égard, s’affiche en contrepartie l’action des congrégations religieuses comme celle de la communauté salésienne implantée Via Marsala, voisine de la basilique du Sacré-Coeur face à la gare de Termini, qui développe dès les années 1944 une intense activité caritative auprès des Sciuscia. La distribution de nourriture et les activités ludiques proposées en font un centre d’attraction.

C’est dans ce même quartier que Carroll-Abbing met en scène ses premières interventions. Après avoir trouvé une cave inoccupée, dans le sous-sol d’une école endommagée de la Via Varese, il fonde son premier « sciuscià Hotel » (Hôtel du cirage), lui même étant bientôt surnommé dans la presse monseigneur des sciuscià.

Il part du constat du manque criant de places au sein des institutions existantes mais surtout de l’inadéquation de l’accueil en internat proposé :

Pratiquement, à la fin du printemps de 1945, nous n’avions pu loger que les plus jeunes. Non seulement les directeurs d’orphelinats hésitaient à mêler aux petits, des adolescents déjà endurcis, mais les garçons eux-mêmes refusaient d’entrer dans une institution. Un ou deux ans plus tôt, ils étaient encore prêts à accepter un substitut à l’amour perdu. Mais, ayant pu, grâce à leurs activités illicites, satisfaire à leurs besoins immédiats en nourriture, boisson et cigarettes, ils s’étaient accoutumés aux rigueurs d’une vie errante. Les contacts dans le monde des adultes les avaient cabrés, rendus plus cyniques, et, dans la promiscuité, des expériences sexuelles avaient fait disparaître les dernières traces d’innocence. (Les enfants perdus de Rome, éditions France-empire, 1968, p.203)

Il expérimente alors une nouvelle formule en choisissant d’implanter un refuge de nuit de cent lits. Les jeunes sont libres d’aller et venir la journée et participent de façon autogérée aux diverses tâches d’entretien du foyer : nettoyage, cuisine, ainsi que le montre cette photographie illustrant le réfectoire, le repas étant servi par les jeunes eux-mêmes, sans la présence apparente d’adulte pour les surveiller…

Mais, le vrai changement s’opère à partir de l’été 1945, quand Carroll-Abbing décide, avec la complicité de Don Antonio Rivolta (à droite sur la photo), un prêtre italien de la Compagnie de San Paolo, de fonder un village d’enfants (villagio del fanciullo) à Santa-Marinella, sur la côte à soixante-dix kilomètres au nord de Rome.

La légende de ce cliché où ils posent tous les deux in situ, insiste sur le caractère précaire de cette installation la propriété ayant été dévastée par l’occupation successive de militaires et les bombardements, le jardin que l’on aperçoit en arrière plan étant en friche.

L’oeuvre est fondée et la mise en scène de la métamorphose institutionnelle peut être montrée dans un jeu d’image entre un avant : l’arrivée d’un garçon mal fagoté accueilli ici par Don Rivolta avec un geste paternel, dans l’allée qui amène au village

et un après où les jeunes ont l’allure d’enfants sage, posant ici devant la vieille tour de guet, la Torre del Marangone, qui fait partie de la propriété cédée aux deux ecclésiastiques.

Certains conservant encore leur surnom d’avant, comme le petit Mastino ou “Bulldog” portant ici un panier sur l’épaule.

Ce récit de fondation ressemble fort à ceux d’autres œuvres qui l’ont précédé destinées à la jeunesse dite en danger ou abandonnée. Ces histoires exemplaires sont présentées souvent comme issue d’une rencontre « providentielle » entre un gamin de la rue et le futur fondateur de l’œuvre. Ce dernier, ayant alors une « révélation », se lance dans une entreprise qui prend très rapidement de l’envergure. Augustin Auffray, religieux de l’ordre des Salésiens et chroniqueur de sa congrégation, nous raconte ainsi la « rencontre providentielle », le 8 décembre 1841, entre l’abbé Jean Bosco et « un grand garçon d’environ 16 ans » que venait de chasser d’une Eglise un sacristain. A l’issue de la discussion avec l’adolescent, Don Bosco prend la décision de lancer une œuvre de communion. Il en va de même pour l’abbé Roussel qui un soir de l’hiver 1865, aurait trouvé un jeune garçon en haillons fouillant un tas d’ordures qu’il recueille chez lui, avant de fonder quelques semaines plus tard l’œuvre de la première communion, qui deviendra l’œuvre des orphelins apprentis d’Auteuil ainsi que le raconte en 1883, un de ses premiers chroniqueurs et admirateurs, le journaliste et académicien Maxime Du Camp, lui-même, familier du monde des œuvres dans La Revue des deux Mondes :

Un fait accidentel détermine le plus souvent la vocation des hommes de bienfaisance. Un jour, par hasard, ils rencontrent une brebis malade, ils l’emportent, la réchauffent et la nourrissent ; puis une autre vient rejoindre la première, puis encore une autre et bientôt le troupeau est si nombreux qu’il lui faut bâtir des bergeries.

Ce premier enfant, déclencheur dans la naissance d’une œuvre, parfois doté d’un prénom, est la plupart du temps anonyme. Il serait tout aussi vain d’en chercher l’identité réelle que d’en contester l’existence. Il a avant tout valeur de symbole, d’exemple. Dans la photographie suivante qui reprend en miroir celle antérieure avec Rivolta, c’est cette fois-ci Carroll-Abbing qui accueille avec la même gestuelle un nouvel arrivé sur le pas de la maison principale qui commence à être rénovée.

En contraste avec leur tenue à l’arrivée souvent constituée de manteaux ou d’impers beaucoup trop larges, de godillots éculés, quand ils ne sont pas pieds nus, et de couvre-chefs hétéroclites, les jeunes ici représentés, faisant groupe autour de Carroll-Abbing ressemblent à des élèves d’un collège huppé : les chemises immaculées, les shorts de bonne coupe avec la ceinture, les sandales de cuir à la pointure adaptée, les cheveux parfaitement peignés avec la raie sur le côté et même, grand luxe pour l’époque, la montre au poignet. Cette vision idyllique gomme la situation désastreuse des premières années de vie de la communauté : les toits percés, les fenêtres sans carreaux, les paillasses à même le sol dans les anciennes écuries et la pénurie de tout.

Pour renforcer le modèle intimiste du village, Carrol-Abbing n’hésite pas à poser dans un décor qui ressemble à une maison bourgeoise américaine des années 1950, dans une simili veillée familiale, ou le prêtre, fait bien office du “père” entourée de ses enfants, ou renvoie à l’imagerie des Belles histoires de l’oncle Paul, en train de lire au coin du feu un conte, ici en l’occurrence un ouvrage de l’écrivain populaire chinois Lin Yutang (peut-être My country and my people ou L’importance de vivre), avant d’aller dormir.

A une époque où l’usage photographique des mineurs n’est pas encore réglementé, on assiste à une véritable exaltation de ces corps juvéniles, d’autant que le village se situe au bord de la Méditerranée. Les vertus du plein air et de l’air marin fait ainsi contrepoint à l’atmosphère confinée des grandes villes. Ces poses dévêtues permettent dans une optique sanitaire, à un moment où l’on exhibe à l’inverse pour le dénoncer le rachitisme des enfants, de souligner que les corps ont forcis et sont donc plus à même de résister notamment à la tuberculose.

Par ailleurs, Carroll-Abbing s’inscrit dans la vaste campagne de reconstruction éducative lancée par l’Unesco dès le lendemain de la guerre. Dans un ouvrage publié en 1947 par cet organisme international: The book of needs (le livre des besoins)

Un chapitre entier est consacré aux statistiques fournies par le ministère de l’éducation italien sur l’état des écoles primaires signalant que 3582 classes ont été totalement détruites, 16911 très endommagées, 30.000 en partie inutilisable et que seules 9000 d’entre-elles ont pu être rétablies, alors que 40.000 sont en attente de reconstruction. Dans un tel contexte, l’école fondée au sein du village dès la fin des années 1940 se veut exemplaire et ses élèves, bien qu’issus de milieux très défavorisés, sont présentés comme des écoliers-modèles : discutant sagement et dans un esprit de camaraderie à l’entrée de leur nouvelle école, leur livre de texte glissé sous le bras ou grand ouvert et consulté à plusieurs.

Ou assis en rang deux par deux, leur col de chemise blanche parfaitement repassé et leur pull sans manche de maille fine, plongés avec concentration dans leur exercice d’écriture ou, le crayon à la bouche, cherchant l’inspiration.

Dans une vision très pragmatique de l’origine sociale des enfants recueillis et de l’avenir auquel ils sont prédestinés, le village est aussi pensé comme un centre de formation professionnelle avec, dès leur plus jeune âge, un apprentissage d’un métier manuel. Sont ainsi créés :

Un atelier de menuiserie où on les fait manier ciseaux à bois, rabots, râpes et limes, outils de tracé, matériel d’affûtage, presses, étau et serre-joints.

Une forge avec l’enclume posée sur son billot, le marteau et l’étampe pour travailler la pièce de métal et, suspendus derrière, l’indispensable paire de tenailles et le marteau à polir.

Une cordonnerie avec les outils courants de découpe et de travail du cuir (alênes, tranchets) et au fond alignées sur les étagères les formes à monter et conformateurs.

A côté des ateliers professionnels est instituée une section agricole, qui finira par devenir un village agricole, les jeunes volontaires ressemblant à une armée en campagne avec leurs pelles, pioches, houes et autres binettes.

Grâce à l’aide du Don suisse, le village est doté d’une ferme modèle, avec même des vaches helvétiques importées.

L’apprentissage aux métiers de la maçonnerie et de la construction se fait in situ, les jeunes étant mobilisés pour la reconstruction du village lui-même. Loin d’être pensée comme une possible exploitation des enfants, cette initiative est présentée comme dotée d’une grande vertu pédagogique en renforçant chez les jeunes un sentiment d’appartenance communautaire. 

Les images insistent ainsi sur la participation active des enfants aux différentes tâches domestiques et d’entretien de la communauté, comme ici le balayage et le jardinage des plates-bandes.

Si certains clichés pourrait faire penser aux combats de rue et à un loupé de la prise en charge institutionnelle…

… le recul proposé dans les photographies suivantes montre bien que ces “pugilats” s’exercent sous le contrôle bienveillant des deux ecclésiastiques et devant l’assistance des autres enfants du village. La boxe sert à la fois d’exutoire pour l’énergie débordante des enfants que l’on cherche à canaliser mais aussi de régulatrice des conflits, réglés à la loyale et selon les règles bien précises de ce sport.

Dernière phase de cette métamorphose, les enfants ne sont pas les pensionnaires d’un internat ordinaire mais les citoyens d’un village autogéré qui ne tarde pas à s’autobaptiser “République des jeunes”. L’illustration par excellence des principes du selfgovernment sont les nombreuses photographies mettant en scène les assemblées d’enfants où, à part le photographe invisible, les adultes semblent totalement absents.

Outre les réunions des représentants élus des enfants sont aussi présentées les séances du tribunal des enfants, qui là encore occupent à la Cour tous les rôles : juge, greffier, avocat général et de la défense, jury populaire.

Un extrait manuscrit d’une délibération glissé entre les clichés entend démontrer leur sens “inné” de la Justice et pourrait servir de commentaire à la photo suivante où on a l’impression d’entendre le président de séance agiter sa cloche pour énoncer la sentence populaire  : 

Basco (Spadaro) nous dit qu’hier des amis sont venus rendre visite à Saldi et lui ont donné un peu d’argent mais que Giogio Colanzingari l’a obligé à le dépenser. Giorgio pour se défendre a dit qu’il voulait le pousser à acheter un oeuf de Pâques mais que Saldi ne voulait pas. Le maire, après discussion, a décidé que l’argent serait rendu à Saldi et demande aux citoyens de ne pas essayer d’abuser de Saldi et de Brancaleone qui ne comprennent pas toujours bien les choses. Nous devons les aider toujours dans l’esprit du village et non pas les embrouiller ou essayer d’en profiter.

Le symbole de cette métamorphose institutionnelle est magnifié dans le portrait des deux premiers petits “maires” du village, Franco et Romano, dont le visage fait bigrement penser aux deux gamins des rues photographiés en amont de leur prise en charge.

 


1 réflexion sur « Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing »

  1. Ping : Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens | L'internationale des Républiques d'enfants (1944-1954)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.