Simone MARCUS (1911-2012)

Une psychiatre devenue experte internationale de l’enfance victime de la guerre

par Samuel Boussion

 

Simone Marcus et sa fille Hélène, début années 1950 (archives privées)

« J’ai toujours été considérée comme bavarde ». C’est ainsi que dans les années 1980, Simone Marcus lance le récit de ses souvenirs, rédigeant une autobiographie sous le titre Si je ne me trompe (la vie derrière soi). Au final, plus de deux cent feuillets tapés à la machine, souvent raturés et parfois repris et annotés, dans un équilibre instable qui montre un travail resté à l’état de projet. Ces pages racontent néanmoins tout un parcours de vie, en tant que femme, médecin, en tant que psychiatre et psychanalyste. Le manuscrit inédit, retrouvé dans ses archives personnelles à l’étage de la grande maison familiale grâce à sa fille Hélène, croisé avec d’autres sources, de l’Unesco notamment, éclaire une trajectoire qui à plusieurs reprises dans l’immédiat après-guerre rencontre l’histoire des villages et républiques d’enfants.

Simone Marcus est née le 3 septembre 1911 à Perpignan, où vivaient alors ses parents. Son père, David Moïse Marcus est né en 1884 en Lituanie. Par tradition, Simone porte le prénom, qui a été francisé, de sa grand-mère paternelle, Simha. Son père est issu d’une famille juive modeste, qui tenait à ce que ses fils suivent des études. Révoltés par le ghetto, l’étroitesse de vue de la communauté, les vexations ainsi que les guerres incessantes, David et son frère entament des études rabbiniques, qui sont alors gratuites, puis ils partent pour la France, horizon libéral et prometteur. David Marcus obtint alors le titre de licencié ès sciences et devint médecin après des études à la Faculté de Montpellier. C’est dans le sud de la France qu’il rencontre sa future femme, Anna Miller, née en 1883 en Russie. Elle est alors une jeune juive étudiante en médecine. Avide d’apprendre, elle a suivi des études en Russie et malgré le numerus clausus qui fait qu’un faible nombre d’enfants juifs ont le droit d’aller au lycée, elle finit première au concours et part faire son lycée à Odessa, munie d’une bourse. Elle obtient ensuite une année d’études à Kiev, où elle choisit la médecine. Mais les premiers soubresauts de la Révolution en 1905 ainsi que les pogroms qui sévissent la poussent sur les routes de l’exil. Elle prend le train pour la France et y poursuit sa médecine, tout en subsistant en faisant des traductions du russe. Elle est déjà un personnage peu banal, résolu à faire tomber les barrières : femme, juive, médecin.

Le 3 février 1912, soit six mois après sa naissance, Simone, née en France de parents étrangers installés dans le pays, est naturalisée française en même temps que ses parents.

Son père devient interne à l’asile de Clermont, dans l’Oise, où l’accompagnent sa femme et sa fille, et se passionne pour la psychiatrie. Il fait même sa thèse dans cette spécialité, qui porte sur les perversions sexuelles chez les alcooliques. Anna Marcus continue quant à elle d’étudier la médecine.

Quand la Première Guerre mondiale est déclenchée, David Marcus, qui a effectué son service militaire, est mobilisé. Finalement réformé, il est affecté dans une caserne de pompiers intervenant lors des bombardements sur Paris, où la petite famille est venue habiter. En 1917, Simone Marcus commence l’école en enfantine au lycée Jules Ferry, dans le 17e arrondissement. Son père possède alors une clientèle de quartier, populaire, contrastant avec celle de sa mère, qui a des clients plus huppés. Ceux-ci deviennent d’ailleurs si nombreux que la famille doit déménager à plusieurs reprises, tout en gardant leur appartement de la rue de Tocqueville comme lieu d’exercice. Le niveau de vie de la famille Marcus s’en ressent et la maison s’enrichit de gouvernantes, de préceptrices…

Ses parents s’occupent à ce moment-là de réfugiés russes. Beaucoup d’intellectuels, surtout juifs, avaient choisi la France comme terre d’accueil, comme les parents Marcus. Le salon se remplit régulièrement de ces Russes qui aiment se retrouver et évoquer leur pays avec volubilité. Parmi eux, ses parents recrutent un professeur de piano pour Simone, son père la destinant au Conservatoire et rêvant d’en faire une concertiste. Ses parents organisent d’ailleurs des concerts dans leur salon, agrémentés d’auditions privées de Simone au piano, ce qu’elle redoutait malgré les petits triomphes réguliers devant les invités polis, comme en ce jour de mars 1936 qui occasionne un entrefilet dans la rubrique « Mondanités » du quotidien Comœdia:

Adolescente, Simone commence le scoutisme et intègre les Éclaireuses dites neutres, affiliées à la Fédération française des Éclaireuses, dont elle devient assez vite chef de clan. Elle fait partie d’une des sections historiques du scoutisme féminin en France, installée dans un local situé au 22 de la rue de Naples dans le 8e arrondissement de Paris, sur les lieux d’un foyer de l’UCJF (Union chrétienne de jeunes filles), d’obédience protestante, où se serait constituée dès 1912 une troupe de Girls Guides. Elle continuera le scoutisme jusqu’à la fin des années 1930.

Le Trèfle, annuaire de la Fédération française des Éclaireuses, février 1938

Elle prépare alors son baccalauréat, dans un cours privé où l’avait placée sa mère parce que selon elle « bien fréquenté », par des enfants de la haute bourgeoisie. Mais l’année 1929 est marquée par la mort prématurée de son père. Simone obtient néanmoins son baccalauréat avec la mention assez bien. Comme ses parents, elle fait le choix de la médecine et s’inscrit à Jussieu pour l’année préparatoire de médecine.

Simone Marcus, années 1930 (archives privées)

Son parcours en médecine est marqué par une succession de stages entre 1931 et 1934, dans différents services, puis par l’externat, jusqu’à sa thèse de médecine en 1938. Simone Marcus a ainsi appris, entre autres, le b.a. ba de la médecine au sein du service du Dr Carnot à l’Hôtel-Dieu, puis la chirurgie avec le Dr Sauvé à l’hôpital de Lariboisière, où se rendent alors des femmes ayant tenté d’avorter, ensuite la pédiatrie dans le service du Dr Grenet, à l’hôpital Bretonneau, spécialité qu’elle aime beaucoup et qu’elle poursuit aussi auprès du Dr Armand-Delille, à l’hôpital des Enfants malades.

Manifestation du 14 juillet 1936 contre les « bagnes d’enfants ».

Après quatre années d’externat, elle décide d’écourter ses études et de préparer sa thèse de médecine. Sur les conseils du Pr Alajouanine, elle se dirige vers la psychiatrie infantile, comme synthèse de son intérêt pour les enfants et pour la psychiatrie. Elle souhaite faire une thèse sur la délinquance juvénile. La question est alors très en vogue, particulièrement dans les milieux psychiatriques, psychologiques, dans la magistrature, de même que dans l’opinion publique. Les campagnes de presse contre les « bagnes d’enfants » battent leur plein depuis quelques années, derrière la figure emblématique du journaliste Alexis Danan, qui a créé ses comités de vigilance, réunions souvent animées auxquelles se rend quelques fois Simone Marcus. On lui recommande alors Georges Heuyer, chef de service dans un « obscur hôpital de la rue de Vaugirard », écrira-t-elle, en réalité la clinique annexe de neuropsychiatrie infantile, où elle entre comme stagiaire. 

Paris Soir, 22 février 1929

Sa thèse est intitulée Le scoutisme comme méthode de rééducation pour les troubles du caractère chez l’enfant et l’adolescent et fait la liaison entre psychiatrie, comportements juvéniles et médico-pédagogie. Pour la réaliser, elle part dans différents pays pour voir les réalisations en vigueur, divisant son temps entre visites d’institutions spécialisées et consultations de documents sur la question. En Belgique, elle se rend ainsi à Gheel, petite ville aux confins du Brabant, de la province d’Anvers et du Limbourg, qui est depuis le XIXe siècle ouverte aux aliénés et dans laquelle les habitants « adoptent » un malade mental et le protègent. En Suisse, à Genève, elle fréquente l’Institut Jean-Jacques Rousseau, notamment les cours de Jean Piaget, ainsi que les courses qu’il organise avec ses élèves en montagne. Elle part enfin en Angleterre, logée par son réseau des Éclaireuses. Elle soutient sa thèse en mai 1938 sous la présidence de Robert Debré, un travail très remarqué ; outre la mention très bien, elle reçoit la médaille de bronze (représentant Hippocrate) de la Faculté de médecine.

Simone Marcus souhaite ensuite poursuivre ce travail mais cette fois aux États-Unis. Georges Heuyer la soutient dans cet effort et grâce à son appui, deux mois plus tard, elle reçoit du ministère de l’Éducation nationale un avis favorable pour une bourse équivalent à un tiers du voyage jusqu’à New-York, en seconde classe… Faible allocation certes, mais que sa mère viendra heureusement combler pour lui permettre de partir. En septembre 1938, Marcus embarque sur le De Grasse depuis le Havre.

Augusta Bronner, Judge Baker Foundation, s.d.

Dès son arrivée à New York, elle prend le train depuis Grand Central, direction Boston, la ville où sont nées les Child Guidance Clinics et s’installe au YWCA (Young Women’s Christian Association). Elle a en effet été acceptée comme « auditrice libre » à la Judge Baker Foundation, auprès du psychiatre William Healy, spécialiste de la délinquance juvénile, et de sa femme, la psychologue Augusta Bronner.

Elle profite de son voyage d’études pour visiter le pays, dans un périple vers l’ouest et un autre vers le sud. Elle s’échappe aussi vers New York, où elle fréquente le service d’une des psychiatres les plus renommées du temps, Lauretta Bender, élève de Léo Kanner, à l’hôpital Bellevue.

Hôpital Bellevue, NYC, 1935

Elle y découvre le rôle des marionnettes auprès des enfants prostrés, introduites depuis 1935 par  Adolf G. Woltmann, marionnettiste d’origine allemande qui fait office d’éducateur dans le service de Bender, ainsi que sa femme Greta, psychologue quant à elle. Cette pratique nouvelle avait fait l’objet d’un article  de l’American Journal of Orthopsychiatry, paru en 1936. Adolf Woltmann avait inauguré un théâtre de marionnettes en fabriquant lui-même quelques guignols et jouait devant le service et les enfants, les invitant à réagir avant de mettre en scène leurs réactions. Woltmann laissait ensuite libre cours aux enfants pour jouer avec les marionnettes, continuant de discuter avec eux. Cette rencontre laisse une trace indélébile chez Simone Marcus, qui en fera un temps un élément de sa pratique et écrira sur cette question après la guerre.

Marcus rentre des États-Unis en 1939, peu avant la « drôle de guerre », au moment où se met en place la défense passive. Elle trouve alors un Paris qui n’est plus ville lumière mais sombre, sans lampadaire ni enseigne au néon. Avec une de ses amies, elle s’engage comme bénévole, en tant qu’infirmière, afin d’assurer le service de nuit à la gare Montparnasse, en vue de la sécurité sanitaire des familles évacuées de Paris. En novembre 1939, elle est aussi contactée par les Assurances sociales pour faire partie d’équipes constituées de deux femmes pédiatres, l’une possédant une voiture et servant de chauffeur. L’idée est d’examiner chaque enfant de Paris et de la région parisienne évacué et scolarisé en province. Chaque équipe doit examiner près de 80 enfants chaque jour, préalablement préparés par des infirmières, à la recherches de maladies et d’anomalies. C’est lors d’une de ces tournées qu’elle rencontre une autre pédiatre de ces équipes des assurances sociales : Françoise Marette, future Dolto.

Évacuation des enfants parisiens à la gare Montparnasse. Paris, 1er septembre 1939. Photographie tirée d’Excelsior © Excelsior – L’Equipe/Roger-Viollet

Dans ce même registre de l’hygiène sociale, on lui confie ensuite la santé d’un groupe scolaire de 650 enfants en Seine-et-Marne, à Dammarie-les-Lys, tant les écoles deviennent des milieux privilégiées de la surveillance sanitaire. Sur la demande du maire de la ville, elle est en charge de l’installation de postes de secours, avec permanence de soignants en cas de bombardements, ainsi que des dispensaires à Nemours et Provins notamment, destinés à la radiographie et à la cuti-réaction afin de dépister la tuberculose.

Avec son amie Jacqueline Jouvent, assistante sociale et cheftaine de Petites Ailes des Éclaireuses, elles tentent l’expérience des marionnettes auprès d’enfants déficients, dans un but médico-psychologique, passant par la clinique, en ouvrant une forme de consultation médico-pédagogique pour enfants névrotiques, dans le grand studio qu’elles partagent alors, au 62 de la rue de Verneuil. Elles y reçoivent notamment des enfants envoyés par Georges Heuyer mais doivent se montrer de plus en plus discrètes au fil de l’occupation et reçoivent finalement peu de patients.

Simone Marcus vit la période de l’Occupation à Paris de manière pour le moins contrastée. Pour une jeune trentenaire sans enfant, c’est encore une période relativement insouciante, faite de socialisation juvénile et parfois festive. Mais très vite, elle est rattrapée par la situation. Elle perd son droit d’exercer la médecine, à partir de juin 1941 avec l’application du second statut des juifs, qui concerne désormais même les juifs étrangers naturalisés. Elle est alors lancée dans une stratégie de survie, tandis que les fonds viennent à manquer rapidement et surtout elle parvient presque par miracle à échapper à une rafle chez elle.

Daniel Jeisler, 1919
Le Monde illustré, 15 mars 1919

Elle peut compter sur celui qui est alors son professeur de piano et de composition, le suédois Daniel Jeisler, qu’elle épousera à la Libération, lors d’un mariage à l’Église suédoise, luthérienne. Simone Marcus, qui a été élevée dans une culture laïque, même si ses parents contribuent à la communauté israélite, est elle-même devenue protestante à l’adolescence.

Après 1943, elle entre dans la Résistance, commençant par aider à la falsification de cartes de travail pour que certains jeunes hommes puissent éviter le STO (Service du travail obligatoire).

En 1944, elle s’engage dans une unité des Corps des volontaires françaises (CVF), qui avait été créés en 1940 sous le nom de « Corps volontaires féminines », dans l’idée de remplacer les hommes mobilisés par des femmes dans certaines tâches auxiliaires (secrétariat, transport), sans « dénaturer » le sexe féminin.

Corps féminin des Forces françaises libres.

Simone Marcus devient ainsi une « chaufferette » et fait ainsi le chauffeur pour des officiers, l’hôtesse pour les sous-officiers alliés qui logeaient au Grand-Hôtel, près de l’Opéra, profitant du fait qu’elle parle anglais couramment. Elle décrit dans ses souvenirs des scènes qui l’ont marquées : 

Le CVF avait ses quartiers à l’hôtel La Trémoille, près des Champs-Élysées, où avaient habité celles qu’on appelait « les Souris Grises », les femmes en uniforme de l’armée allemande. En tant que femme mariée, j’étais dispensée d’y dormir, mais encore une fois ma qualité de médecin ne fut pas reconnue par mes supérieures. Il fallait voir quel genre de femmes c’était. Grossières, mal embouchées (au point de faire rougir des officiers français, lors d’un cocktail où ils furent invités !) et fort jalouses de leurs galons, elles m’acceptèrent seulement comme « chaufferette », ce qui leur évita de me promouvoir officier. Comme toujours, j’acceptais plutôt que de rester en dehors de l’effort national.

Malade, elle doit finalement démissionner du corps des volontaires. Elle bénéficie par la suite d’un prêt de 100 francs du Conseil de l’Ordre des médecins, en tant que victime de Vichy, afin de reprendre l’exercice de la médecine. Elle souhaite alors faire de la médecine sociale et ne souhaite pas immédiatement de cabinet. Elle s’engage donc dans la recherche de consultations en banlieue de Paris ou adossées à l’hôpital, ce qu’elle trouve facilement tant il manque de personnel médecin, de même que d’infirmières.

Mais surtout, en 1945, elle est recrutée par le Centre de recherches et d’études pédagogiques (CREP), un service rattaché à la Direction générale de l’enseignement du ministère de l’Éducation nationale et installé 14, rue de l’Odéon à Paris, afin de dresser un rapport sur les effets psychologiques de la guerre sur les enfants en France. Outre sa spécialisation en psychiatrie, elle doit sans doute sa nomination à ses réseaux d’avant-guerre, notamment scouts, puisque le directeur du Centre est alors Jacques-Olivier Grandjouan, agrégé de langues, ancien proviseur du lycée de la Mission laïque à Beyrouth, ancien commissaire national adjoint puis commissaire international des Éclaireurs de France. Elle le doit aussi certainement à sa connexion précédente avec l’Éducation nationale, canal par lequel elle est partie aux États-Unis en 1938, à l’heure où ce ministère est en pleine effervescence avec les travaux de la Commission Langevin-Wallon en charge de la reconstruction et la refondation du système éducatif mise en place en novembre 1944, ainsi qu’à son action dans la Résistance.

 « Ce fut l’un de mes jobs les plus intéressants et j’étais éblouis par le salaire : plus de 8000 francs par mois alors que comme « soldate » spécialisée je ne rapportais au ménage que 3200 francs. On m’assigna la tâche de faire un rapport sur les effets psychologiques de la guerre sur les enfants en France et, pour ce faire, j’eus accès à tous les documents et livres, en français et en anglais, dont je pouvais avoir besoin. En plus, l’atmosphère était fraternelle, l’esprit scout y dominait et on y chantait plus souvent qu’on ne s’y accrochait. »

Son étude est d’abord publiée dans ABEONA, Cahiers du Centre de recherches et d’études pédagogiques, en 1945-1946. L’enquête est plus spécifiquement dirigée vers les effets psychologiques de la guerre sur les enfants et se concentre sur l’expérience française, partant de sa propre pratique clinique mais surtout de la consultation de multiples organisations privées et publiques agissant dans ce champ, notamment des institutions médicales, des organisations de secours aux enfants, telles que l’OSE (Œuvre de secours aux enfants), la Croix-Rouge, le COSOR (Comité des œuvres sociales de la Résistance), etc. Le rapport est à ce stade très incomplet et plutôt « impressionniste ». Il s’attache aux enfants qui ont souffert de retards scolaires, parfois conséquents pour les plus grands qui ont subi des fermetures d’écoles depuis 1940, ainsi qu’aux enfants qui ont affronté la sous-alimentation, considérée en elle-même comme une cause directe de leur instabilité motrice et psychique.

Dès ce moment, le « choc psychologique » est mis en évidence comme facteur de troubles du caractère et autres névroses, donnant des exemples de cas signalés par des hôpitaux et autres écoles de perfectionnement, d’enfants aux comportements violents, brusques ou angoissés après un bombardement. Un des aspects les plus remarquables peut-être de son étude est l’intérêt manifesté pour les « enfants à l’esprit faussé par la propagande ennemie » et ceux qui ont « des valeurs morales renversées ». La guerre y est décrite comme une expérience si intense qu’elle en aurait inversé les valeurs morales des enfants et que le pire serait encore à venir dans l’après-guerre si rien n’est fait. Outre le fait d’avoir fait mûrir les enfants précocement, il y aurait selon Marcus, « à la fois libération des instincts, sans contrôle social ou moral, et justification de cet état de fait par la nécessité ou les vertus guerrières. »

Ce travail va d’après elle durablement influer sur sa carrière, car avec ce rapport elle est conviée à la première assemblée des ministres alliés de l’Éducation et cette étude fait partie intégrante d’un important rapport publié par la Commission d’enquête sur les besoins éducatifs spéciaux des pays libérés, mise en place au sein de la Conférence des ministres alliés de l’Éducation (CAME). Cette dernière a été instituée à Londres en 1942, sous l’impulsion du ministre de l’Éducation britannique, auquel se joignent ses confrères en exil : Belgique, Grèce, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, sans oublier la France, représentée par le commissaire à l’Éducation du Conseil national, René Cassin. Les États-Unis se sont associés à la conférence permanente en 1944.

René Cassin, pendant la guerre.

Si dans un premier temps la CAME se refuse à aborder la rééducation des pays ennemis, considérée comme un problème politique et donc hors de sa compétence, elle institue néanmoins une commission ad hoc. Une « Commission d’enquête sur les problèmes pédagogiques spéciaux des pays libérés » débute ses travaux le 1er avril 1945 et rend un rapport final en janvier 1946. Présidée par Joseph Lauwerys, enseignant d’origine belge à l’Institut d’Éducation à Londres et membre éminent de la New Education Fellowship, la Commission commet un long rapport sur les effets de la guerre sur les enfants. Déjà très complet, ce rapport intègre les éléments de Simone Marcus, qui y a travaillé une dizaine de jours. Ceux-ci s’ajoutent à des données issues de séjours de Lauwerys dans quelques pays (France, Belgique et Luxembourg), d’avis d’experts britanniques en psychologie et pédagogie qui ont déjà effectué des travaux sur la question (entre autres Anna Freud, Donald Winnicott, David Wills, John R. Rees, Lady Allen of Hurtwood, Evelyn Lawrence), de questionnaires adressés aux professionnels (enseignants notamment), de visites de camps et de homes d’enfants, de mémos et rapports adressés par des organisations déjà présentes sur le terrain comme l’United nations relief and rehabilitation administration (UNRRA), des travaux des Semaines d’Études pour l’Enfance victime de la Guerre (SEPEG) de Zurich en septembre 1945, ainsi que d’études à l’échelle nationale. Pour la France, le laboratoire de psychobiologie de l’enfant, dirigé par Henri Wallon, a également produit une enquête sur la base d’un questionnaire adressé aux enseignants et écoles en 1945 ; les résultats seront publiés par Irène Lézine en 1948 dans la revue Enfance.

Au final, la commission livre un tableau des maux et des souffrances des enfants européens, sur les plans physiques et mentaux, de l’éducation et des comportements juvéniles. Dans ce sombre panorama, le rapport fait néanmoins apparaître quelques mesures spéciales en faveur des jeunes. Il ressort de ces quelques courts paragraphes un intérêt précoce pour des expériences de rééducation des enfants de la guerre. Parmi elles, le village d’enfants de Megève, en Savoie, fondé en 1944, où Lauwerys s’est rendu, mais aussi pour ce qui n’est encore qu’un projet : le Village Pestalozzi de Corti, à Trogen. Cette expérience figure parmi les réalisations suisses rangées au rang d’ « espoirs pour le futur » – « Hopes for the Future » dans le texte.

En 1946, Marcus aurait d’abord refusé la direction du nouveau centre psycho-pédagogique installé au lycée Claude-Bernard que lui propose Georges Mauco, privilégiant sa consultation. Elle avait en effet repris sa consultation privée, recevant chaque jeudi, rue de Verneuil, de 17 à 19h30, dans le cadre d’une consultation spécialisée en médico-pédagogie spécialisée pour enfants et adolescents.

Elle paraît devenir une experte que l’on sollicite sur la question de l’enfance victime de la guerre. En août de cette année-là, elle est ainsi conviée au congrès européen d’éducation nouvelle de Paris, un congrès dit « des retrouvailles » car il incarne la reprise des contacts et des activités du mouvement d’éducation nouvelle après le conflit. Simone Marcus intervient dans le cadre de la dixième section qui a pour sujet : « l’enfance victime de la guerre », aux côtés d’autres experts tels que Walter Corti, Isaac Pougatch par exemple. Elle y présente les résultats de son enquête.

L’année suivante, Simone Marcus semble encore dans les petits papiers de l’UNESCO, qui a succédé à la CAME. En effet, afin de mener à bien la résolution prise à Paris en 1946, qui prévoyait d’étudier « les effets de la guerre sur les enfants et les traitements qui ont été appliqués avec le plus de succès aux enfants dont le développement physique, intellectuel et moral a été troublé par la guerre », le directeur du département de la Reconstruction, le polonais Bernard Drzewieski prend soin d’initier à l’été 1947 un rapport préliminaire sur les problèmes de l’enfance victime de la guerre pour alimenter les débats de la future conférence générale de Mexico prévue en novembre de la même année. À cet effet, il engage pour une mission de trois mois Simone Marcus en tant que field worker à partir d’août 1947.

Elle s’installe à l’UNESCO, avenue Kléber, dans les locaux encore peu adaptés et à peine aménagés de l’ancien hôtel Majestic, siège pendant l’Occupation du haut commandement militaire allemand.

L’Unesco dans les murs de l’hôtel Majestic, Paris (photo Unesco)

Après la Commission Langevin-Wallon et ses premières expériences d’experte internationale, c’est un autre monde qui s’ouvre à Simone Marcus, comme elle le conte dans ses mémoires :

« Cela se passa dans la plus grande simplicité, sans protocole, bien différemment de ce que cela devint plus tard. Là aussi, mon anglais me fut très utile. Et quand l’Unesco fut fondée et s’installe tout d’abord à l’Hôtel Majestic de sinistre mémoire, on m’y convia pour un contrat de trois mois, pour développer le même sujet, mais à l’échelle mondiale. J’acceptai avec empressement, car cela me passionnait, et – ce qui ne gâtait rien – c’était fort bien rémunéré. J’eus droit en plus à un bureau étriqué (on était un peu plus les uns sur les autres dans cet hôtel vétuste, malgré son escalier monumental), et surtout au « PX ». C’était une sorte de supermarché réservé aux personnes employées par l’organisation et qui vendait à des prix hors-taxes des denrées encore rares, telles que des cigarettes anglaises (dont je faisais à l’époque une forte consommation), du café et du thé, etc. Bien entendu j’en faisais profiter mes amis et parents, ce qui était admis du moment qu’on ne revendait pas ces articles au marché noir (ce qui, malheureusement, se faisait aussi…) »

Ainsi que nombreux travaux de cette période, le rapport de Simone Marcus pour l’Unesco en 1947 se veut assez général et fonctionne comme un vaste tableau de la situation européenne, déterminant d’abord plusieurs types d’effets de la guerre (matériels, physiques et psychologiques) puis s’attachant dans une seconde partie aux expériences de reconstruction, notamment éducatives. Sans doute une inclination professionnelle, le domaine médico-psychologique occupe une place importante dans le texte, une teinte qui n’échappe pas à certaines organisations y voyant une approche par trop « médicale ». C’est ce que reprochera ainsi Georges Thélin, de l’UIPE, à Bernard Drzewieski dans un courrier du 28 novembre 1947, regrettant par ailleurs de n’avoir pas été consulté dans le choix de l’expert. L’enquête est, il est vrai, plus spécifiquement dirigée vers les effets psychologiques de la guerre sur les enfants. Et l’on peut être surpris de constater que malgré la violence inédite de l’événement, confirmée par les tableaux qui en sont faits, le ton du rapport vire parfois au relativisme, inscrivant la guerre dans un continuum. A ce stade, les effets psychologiques directs sont attribués au terrain (hérédité, prédispositions aux anomalies intellectuelles et caractérielles) et non à la guerre ; celle-ci n’aurait fait qu’aggraver des cas déjà anormaux, selon la loi du grand nombre. Marcus reprend là les éléments déjà décrits par Georges Heuyer en 1945 lors des SEPEG de Zurich et que le psychiatre reprendra avec encore plus de développements dans la revue Sauvegarde de l’enfance en 1948 dans un article intitulé « Psychopathologie de l’enfance victime de la guerre ». Mais les problèmes qui se posent sont alors si insolites et nombreux qu’ils obligent à des solutions nouvelles, ce que Simone Marcus contribue à évoquer en filigrane dans son enquête.

Courrier de l’Unesco, mars 1948.

En effet, dans le paysage des expériences multiples décrites et recensées pour venir en aide aux enfants de la guerre, les villages d’enfants sont considérés comme une des expériences nées de la guerre parmi les plus prometteuses, par leur intérêt pédagogique, qui se manifeste par une large autonomie accordée aux enfants, par leur étendue géographique puisque ce type d’institutions se retrouve déjà d’après elle en France, en Grèce, en Suisse, en Italie. Les résultats initiaux de Simone Marcus se sont enrichis entre 1945 et 1947 des connaissances sur les villages et communautés d’enfants en train de se faire. Pour elle, le village Pestalozzi de Trogen est le plus emblématique, parce qu’il groupe des enfants d’une dizaine de nationalités différentes, chacune ayant son pavillon et ses éducateurs, eux-mêmes victimes de la guerre, et qu’il aurait obtenu des résultats déjà remarquables sur le plan de la santé des enfants, comme sur celui de leur réadaptation sociale. Au final, à ses yeux, le modèle des villages d’enfants est pour elle multiple mais n’est pas exempt d’objections. Il est en effet déjà ancien, rappelant au passage les ancêtres anglo-américains (Boy’s Town du père Flanagan) ou de Palestine, et se décline en autant de combinaisons qu’il y a de villages, donnant parfois l’impression d’un concept «passe-partout». La complexité de l’autonomie et de la liberté laissée aux enfants pose déjà question, interrogeant notamment la place laissée aux adultes, de même que le caractère collectif de ces institutions laisserait peu de place à l’individualité, tandis que dans les enfants des villages internationaux finiraient par rentrer au pays comme des étrangers. L’originalité et l’intérêt expérimental des villages d’enfants sont à éprouver dans le temps, d’où viendra peut-être, selon Simone Marcus, une plus grande homogénéité des méthodes.

Dans cette période, elle divorce d’avec Daniel Jeisler, avec qui le décalage d’âge est très important. Elle rencontre ensuite Julien Blajan et le couple aura une fille en 1948 : Hélène.

Simone Marcus vers 1950 (Granger Archive)

Simone Marcus entre en psychanalyse avec John Leuba, suisse installé à Paris depuis 1925 et président de la Société psychanalytique de Paris. Elle semble alors se destiner plus spécifiquement à la psychanalyse ; elle commence sous la supervision de Sacha Nacht.

Sa clientèle s’élargit progressivement, notamment par le biais d’un psychanalyste américain, qui l’initie aux techniques de psychothérapies de groupe. Elle reçoit beaucoup d’Américains vivant à Paris, profitant qu’elle parle anglais. A cette période, elle suit également le séminaire de Jacques Lacan, dans lequel elle rencontre Paul Lemoine, avec qui elle fonde la Société d’études du psychodrame pratique et théorique (SEPT) en 1963. Celle-ci se donne pour but l’étude, la recherche, la diffusion et le perfectionnement de la théorie et de la pratique du psychodrame. Formés au sein du Groupe français de sociométrie et par Anne Schützenberger et élèves de Lacan, ils représentent une des voies marquantes de l’installation du psychodrame en France dans l’après-guerre.

Après sa carrière de psychanalyste, retraitée et retirée à la campagne mais toujours soucieuse de transmission, elle consignera ses souvenirs de clinique psychanalytique dans De mémoire de psychanalyste : quarante ans d’expérience clinique, publié en 1997. 

Elle décède dans sa cent-unième année, en 2012, dans la grande maison familiale d’Héricy, en Seine-et-Marne, en bord de Seine.

Simone Marcus, lors de la fête à l’occasion de son centenaire.

Sources

Archives privées Simone Marcus
Archives Unesco :
281/6 TR’47 GB/48. Commission of Enquiry on Special Treatment. Special Educational Problems in the Liberated Countries. Conference of Allied Ministries.
– 371.95. War Handicapped Children. General

Bibliographie

Didier Anzieu, « Les débuts du psychodrame en France 1946-1972 », Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 2011/1 (n° 56), p. 9-24.

Lauretta Bender, Adolf G. Woltmann, « The use of puppet show as a psychotherapeutic method for behavior problems in children », American Journal of Orthopsychiatry, vol. 6, n° 3, juillet 1936, 341-354.

Pascale Le Maléfan, « Rencontre avec Simone Blajan-Marcus », Bulletin Marionnette et Thérapie, n° 4, 1995, p. 8.

Irène Lézine, « L’enfant et la guerre », Enfance, 1-2, 1948, p. 142-158.

Simone Marcus, Pour comprendre les enfants, Paris, éd. Bourrelier et Cie, 1947, p. 3.

Simone Marcus-Jeisler, « Réponse à l’enquête sur les effets psychologiques de la guerre », Sauvegarde, n° 8, février 1947.

Simone Marcus, « The Problems of war-handiacapped children : preliminary report », Unesco, november 1947

Simone Marcus, Annette Reynaud, De mémoire de psychanalyste : quarante ans d’expérience clinique, Paris, Imago, 1997.

« L’enfance victime de la guerre », Pour l’Ere nouvelle, n° spécial congrès, août 1946, p. 115-120.


3 réflexions sur « Simone MARCUS (1911-2012) »

  1. Merci pour ce récit documenté, qui m’a rendu Simone vivante le temps de la traversée. J’ai fait avec elle et André ESPAZE lees cycles de formation remarquables de la formation au psychodrame de la Sept, (groupes de base groupes didactiques, groupe de controle. Je savais bien sur son identification d’ancienne scoute, mais j’ai connu l’analyste psychodramatiste, qu’elle dit « bavarde »
    et j’avais laissé de coté la période de la guerre et des enfants déplacés.
    Vers la fin de sa vie je ‘ai visitée sur les bord de seine et j’aouterai juste à la mémoire collective sa reconnaissance pour sa formations auprès de J ENNEIS (USA colllaborateur de Moreno) à qui est liée pour elle son concepts positif de la mise un acte (enactment.,) Je ‘ai resituée dans le siècle et dans mon coeur je vous en remercie. Merci pour les photo

    • Bonjour et merci beaucoup pour ce message !
      Si vous avez des éléments supplémentaires sur cette période SEPT, je suis également preneur, j’aimerais poursuivre ce travail biographique au-delà et restituer notamment les travaux de psychodrame dans une perspective historique.
      Bien à vous et merci encore.
      Samuel Boussion

      • Bonjour,
        j’ai été fort intéressée par votre article. Je fais actuellement une étude sur Anne Ancelin Sch¨tzenberger. auriez vous des informations sur les relations qu’elles ont eues ? merci de votre réponse

Répondre à Samuel Boussion Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.