Frédérique SMALL ( née Freund, 1902-1939)

Une hongroise formée à l’international

Par Mathias Gardet

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (2)

Née à Salonique, de parents hongrois, Frédérique Freund, surnommée Fritzi, elle fait toute sa scolarité à Budapest. Elle se serait engagée dès 1919, à l’âge de 17 ans, comme bénévole auprès de la délégation de la Croix-Rouge de Budapest, une ville très marquée par les affres de la première guerre où elle est en train de suivre ses examens de maturité (Baccalauréat). Au départ petite main fournissant un travail de secrétariat administratif dans les bureaux, elle s’avère très vite incontournable par son zèle et sa parfaite connaissance des dossiers, ainsi qu’en témoigne le trésorier général de l’UISE, William Andrew Mac Kenzie venu visiter le 8 mai 1920 l’antenne hongroise du CICR qui abrite encore la délégation de la toute jeune union ; il s’agit d’une mission diplomatique délicate pour dessiner les paysages d’une collaboration qui se veut aussi un partage des tâches. Or, Mac Kenzie se souvient encore des années plus tard de sa surprise tandis qu’il est en pourparlers avec le responsable local du CICR de voir arriver comme assistante de ce dernier, « une toute jeune écolière avec deux nattes dans le dos » qui lui fournit avec une grande précision les informations requises. Devant l’étendue des dégâts provoqués par la conflagration mondiale, le travail du CICR et par délégation de la jeune UISE est de grande ampleur, rien qu’en Hongrie, une des premières tâches est d’organiser des cantines pour quelques 25.000 enfants, des ouvroirs et des homes, de distribuer des vêtements et des layettes, de remettre des subsides aux œuvres nationales.

Photo publiée dans la revue Sie Und Er, n°33, 1937, archives de l’UISE, dossier sur F. Small 92.33.81

En août 1921, Frédérique Freund est repérée par le docteur Paul Tournier, délégué de la Croix-Rouge en Autriche de passage à Budapest, qui l’engage comme secrétaire et l’emmène avec lui à Vienne, un poste qu’elle continue à occuper jusqu’en 1923 avec le successeur de Tournier, Henri Reymond.

En 1923, la délégation du CICR à Vienne est supprimée pour des raisons d’économie, laissant seule sur place l’UISE. Sur la proposition de Mac Kenzie qui a gardé en tête l’image de cette jeune écolière si décidée, l’Union décide de nommer en tant que responsable Frédérique Freund bien qu’elle n’ait que 21 ans. En un peu plus d’un an, elle réussit semble-t-il à mettre en place un réseau d’organisations locales suffisamment efficaces pour leur laisser le relais de la gestion et de la distribution des secours. Le 5 janvier 1925, elle est alors envoyée à Sofia pour répondre à l’appel du professeur Stefan Wateff responsable de la Croix-Rouge bulgare. Elle y reste jusqu’en juillet 1929, créant à nouveau petit à petit un relais local sous la forme d’une Union de protection de l’enfance, qui devient à son tour la branche nationale de l’UISE.

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (2)

Fin 1929, ressentant le besoin de se former, elle passe une année à Bruxelles pour suivre à la fois des études économiques à l’université et l’enseignement de l’école de service social. A l’automne 1930, elle décide alors de s’établir à Genève se consacrant cette fois-ci à part entière au comité exécutif de l’UISE. Elle commence à travailler auprès de la fondatrice Eglantyne Jebb, chargée de dépouiller un vaste questionnaire envoyé aux pays africains dans l’idée d’organiser une grande conférence internationale pour l’enfance africaine qui se déroulera à Genève du 22 au 25 juin 1931. Au début de l’année 1931, elle est envoyée en mission dans les Balkans (Grèce, Bulgarie, Yougoslavie en revenant par la Hongrie et l’Autriche), voyage durant lequel elle rencontre un Écossais, le capitaine Lothian Small devenu secrétaire adjoint de l’Union internationale pour les associations de la Société des nations (International Federation of league of nations societies) avec qui elle est fiancée avant de se marier le 4 août 1931.

Au début de l’année 1932, elle prépare un rapport pour l’ouverture de la Conférence pour la réduction et la limitation des armements organisée en mars, toujours à Genève, qu’elle centre sur la question des « enfants et la guerre ». Fin 1932 et fin 1934, elle repart à nouveau deux fois en mission dans les Balkans. Le 5 décembre 1935 enfin, après des mois de négociations, elle réussit à monter une mission en Abyssinie pour mettre en place des secours d’urgence afin de venir en aide aux populations victimes du conflit Italiano-éthiopien. Elle revient juste à temps pour assister au premier congrès balkanique de l’UISE qui se déroule à Athènes du 5 au 6 avril 1936.

A la suite du déclenchement de la guerre civile espagnole en juillet, elle est envoyée en mission dès le mois d’octobre des deux côtés du front pour négocier des partenariats avec les organises d’entr’aide locaux, elle y retourne à 5 reprises entre le 19 décembre 1936 et le 1er décembre 1937. Tout en continuant à coordonner l’action des différents délégués envoyés sur place, elle repart en mission le 16 décembre 1937 dans le sud-est de l’Europe, visitant successivement la Yougoslavie, la Bulgarie, la Grèce, la Turquie et la Roumanie. A la fin de la mission elle tombe malade, une maladie qui n’est jamais nommée mais qui devient visiblement chronique. Bien que sa santé petit à petit se dégrade, elle représente encore l’UISE à la conférence du CICR qui se tient à Londres en juin 1938 puis au deuxième congrès balkanique de Belgrade en octobre de la même année. Malgré une nouvelle rechute, elle part encore une dernière fois à Londres pour étudier la question de l’évacuation des enfants devant la menace de guerre.

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (2)

Elle décède à Genève le 23 septembre 1939 à l’âge de 37 ans.

 

Sources

Archives de l’UISE à Genève

  • dossier de personnalités 92.104.1
  • Dossier 92.3.97
  • dossier sur F. Small 92.33.81
  • Dossier 92.16.6 sur les notes, rapports de voyages en Espagne nationaliste et gouvernementale de Mme Frédérique Small et de Mlle Miette Pictet déléguées de l’UISE

Bibliographie

Farah Mendlesohn, Quaker Relief Work in the Spanish Civil War, Edwin Mellen Press, 2001.

Morsier (Jeanne-Marie), « In mémoriam. Frédérique Small », Le mouvement féministe (organe officiel des publications de l’Alliance nationale des sociétés féminines suisses), n°27, 1939


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.