Bernard Drzewieski (1888-1953)

Un Polonais engagé dans la reconstruction éducative

par Mathias Gardet

                

Rien ne prédisposait Bernard Drzewieski à travailler à l’Unesco ni à s’intéresser aux villages d’enfants. Né le 2 août 1888 en Pologne dans la ville de Lublin au sud-est du pays, il y il fait sa scolarité jusqu’en 1905.

Patriote fervent, il reçoit cependant dès son plus jeune âge une éducation internationale : il poursuit ses études dans une école secondaire à Odessa en 1906, puis entre 1907-1908, il part pour la Suisse à l’université de Genève et enfin en 1909-1910 à Paris Sorbonne avant de rentrer à l’université de Varsovie où il obtient son diplôme d’enseignement secondaire en 1919, spécialisé en littérature comparée. Il exerce comme professeur des écoles jusqu’en 1934, puis comme proviseur d’un collège à Varsovie de 1934 à 1939 ; une profession qui lui tient à cœur et dont il cherche avec militantisme à défendre les valeurs, en devenant président de l’union polonaise des enseignants du second degré, puis vice-président de l’union nationale des enseignants. Cet ancrage national ne l’empêche pas de fréquenter à cette période le réseau de pédagogues de la Ligue internationale d’éducation nouvelle pour laquelle il écrit plusieurs articles dans la revue The new Era, devenant lui-même le secrétaire général de la branche polonaise. Dans ce cadre il intervient à Paris au Congrès international de l’enseignement primaire et de l’éducation populaire organisé par le Syndicat national des institutrices et des instituteurs de France et des colonies au Palais de la mutualité, les 23-31 juillet 1937.

Son destin bascule comme tant d’autres avec la guerre. En septembre 1939, selon le plan défini par le pacte germano-soviétique, les armées allemandes et soviétiques envahissent la Pologne. Drzewieski se replie d’abord en Roumanie où il devient conseiller en éducation pour le comité des réfugiés Polonais, avant de fuir avec sa femme Wanda Schoeneich en 1940 en Angleterre, rejoignant le gouvernement de Władysław Raczkiewicz en exil à Londres. Il occupe alors le poste de responsable du département de l’éducation au sein du ministère des Affaires sociales, même si ses activités sont avant tout d’ordre stratégico-militaire en lien avec le mouvement de résistance en Pologne.

Réunion conjointe du gouvernement de la République de Pologne et du Conseil national avec la participation du président de la République de Pologne Władysław Raczkiewicz à Londres. 1940 – 1943. Fot. NAC

Outre l’apprentissage de l’anglais, ce séjour londonien est déterminant pour la future carrière onusienne de Drzewieski. Il collabore en effet avec le Conseil des ministres alliés de l’éducation (CAME), créé en 1942 et qui commence déjà à préparer un plan de reconstruction de l’éducation dans les pays dévastés ; une thématique chère à Drzewieski étant donnés son passé d’enseignant et les échos qui lui parviennent des destructions dans son pays.

Discours de B. Dzrewieski à la 10e assemblée plénière de la Conférence des ministres alliés pour l’éducation à Londres le 16 novembre 1946

Il est invité notamment à donner dans tout le Royaume des conférences sur l’éducation. Il rédige à cette occasion un long article dans la revue anglaise New Era de la Ligue internationale d’éducation nouvelle sur les écoles en Pologne avant la guerre.

En 1945, il est nommé attaché culturel de l’ambassade polonaise à Londres, ce qui signifie qu’il suit la ligne de son leader politique, Stanisław Mikołajczyk (successeur de Raczkiewicz après la mort de ce dernier dans un accident d’avion en 1943) qui accepte de retourner en Pologne pour s’unir avec le Comité polonais de libération nationale ou « Comité de Lublin », l’instance gouvernementale provisoire formée le 23 juillet 1944 à l’initiative de l’Union soviétique. Un gouvernement polonais dissident continue parallèlement d’exister, mais les Etats-Unis et la Grande Bretagne lui retirent leur agrément le 6 juillet 1945 et ils doivent évacuer l’ambassade polonaise de Portland Place. La plupart de ses membres, ne pouvant retourner sans risque en Pologne communiste s’établirent dans d’autres pays.

C’est donc au titre d’attaché culturel, que Drzewieski est nommé membre de la délégation polonaise à la conférence de novembre 1945 qui précède la commission préparatoire pour l’Unesco dont il deviendra ensuite le vice-président.

@UNESCO, Ellen Wilkinson, Ministre de l’Education de Grande Bretagne, lisant à haute voix l’acte Constitutif de l’UNESCO, lors de la conférence de 1945

Il y fait un discours enflammé durant lequel il proclame au nom du continent européen sa fierté d’être pauvre, une pauvreté due au refus de se soumettre aux lois du fascisme et se fait l’apôtre des besoins en matière de reconstruction éducative :

Nos écoles – dit-il – sont privées de toit, nos professeurs sont défaillants parce qu’affamés et épuisés. Bien sûr, on entend dire : « Écoutez : nous ne pouvons pas obtenir de l’argent ». Je suis moi-même un enseignant et je sais que beaucoup trop de gens qui ne savent rien de l’éducation discutent d’éducation. Nous les enseignants nous ne voyons pas suffisamment de gens discuter avec le même enthousiasme d’une augmentation des salaires, ou d’une amélioration de la situation sociale des enseignants, ou comment construire de bonnes écoles pour nos enfants et établir un système éducatif démocratique. Mais, croyez-moi, vous pouvez obtenir de l’argent.

Il cite alors en exemple l’initiative entreprises par des enfants britanniques qui, sous l’égide du Conseil pour l’éducation à la citoyenneté mondiale, auraient réussi à rassembler en moins d’un an avec leur argent de poche la somme de cinq mille livres pour venir en aide à leurs homologues en détresse sur le continent.

Le 16 octobre 1946, il reçoit une lettre de Julian Huxley, le secrétaire exécutif de la Maison de l’Unesco, située 19 avenue Kleber à Paris, lui proposant d’intégrer la section de reconstruction de cette même commission ; offre qu’il est obligé de repousser temporairement, étant donné son rôle de représentant du gouvernement polonais, jusqu’à la tenue de la première conférence générale du 16 novembre 1946 à Londres qui donne officiellement naissance à l’Unesco.

Timbre émis à l’occasion de la première conférence de l’Unesco à Paris en 1946

Il accepte cependant de commencer des contacts à titre officieux avec les différents organismes impliqués dans la reconstruction. A la conférence générale, Drzewieski représente donc à la fois la délégation polonaise et est rapporteur à la première session de la commission pour la reconstitution de l’éducation, de l’art et la culture. Il y définit le rôle de l’Unesco de la façon suivante : elle est chargée de stimuler aussi bien le secours qu’apportent les organismes gouvernementaux que non-gouvernementaux des pays donateurs ainsi que la production des fournitures et du matériel destinés à l’éducation ; il est même envisagé qu’elle puisse entreprendre et financer elle-même certains projets.

Quelques jours plus tard, durant la réunion qui se tient à Paris à la Maison de l’Unesco, 19 avenue Kleber le 25 novembre 1946, il est élu président de cette commission et déclare que dorénavant il cesse de représenter son pays pour n’être que le représentant de la conférence de l’Unesco. Il insiste sur le rôle de coordination que peut jouer l’Unesco entre les organisations gouvernementales et les organisations privées non gouvernementales. Une discussion s’engage alors pour savoir si elle doit être un centre de clearing de renseignements et de propagande mais aussi de réception et de répartition d’argent et de matériel pour l’aide aux pays dévastés ou bien un simple organisme de liaison entre les organisations, les œuvres, les universités, les écoles.

L’Unesco dans les murs de l’hôtel Majestic, Paris (photo Unesco)

Il occupe cette fonction jusqu’en janvier 1947, date à laquelle il intègre officiellement le secrétariat de l’Unesco comme chef du département de reconstruction et réhabilitation du système éducatif. Sur sa fiche de poste, il déclare parler couramment le polonais et le russe, bien le français, l’italien et l’anglais, correctement l’allemand. Il s’installe alors à Paris au 44 rue Hamelin dans le XVIe arrondissement, même s’il effectue de nombreuses tournées à l’étranger. Rien que pour l’année 1947, il se rend aux Etats-Unis du 25 février au 8 avril, en Suisse du 5 au 16 juillet, en Tchécoslovaquie et en Pologne du 7 août au 11 septembre et à nouveau les Etats-Unis, du 7 au 17 décembre.

Extrait du rapport confidentiel de mission en Pologne de B. Dzrewieski effectuée du 7 août au 11 septembre 1947

Ces voyages consistent avant tout à établir des relations diplomatiques : voir comment les gouvernements perçoivent l’Unesco et si une commission nationale existe ; expliquer la raison d’être de cette dernière ; prendre contact avec les écoles et leurs administrateurs, des regroupements de professeurs, des éditeurs et distributeurs d’ouvrages d’éducation et différents organismes d’entr’aide nationaux ou internationaux comme le Bureau international d’éducation, la CIER (commission américaine de reconstitution internationale de l’éducation), le Don Suisse, l’International children’s fund, l’UNRRA, l’UIPE, afin de mieux coordonner les collectes de fonds ou de matériels scolaires ; ou, dans les pays dévastés, évaluer les besoins en terme de reconstruction des établissements scolaires et aide aux maîtres. C’est aussi durant ces voyages qu’il visite non seulement des camps de reconstruction dont il admire le phénomène de solidarité et de compréhension internationale, mais aussi successivement le village d’enfants Pestalozzi de Trogen qu’il qualifie comme la plus étonnante et inspirante entreprise de l’Europe de l’après-guerre.

Drzewieski pointe la difficulté d’une telle entreprise quand il s’agit de mettre ensemble des enfants Polonais et des enfants Allemands, mais affirme avec optimisme que les organisateurs se sont bien préparés pour provoquer ces rencontres entre enfants d’anciens pays ennemis en leur montrant par exemple des photos de villes en ruines dans leur contrée respective, afin d’éveiller en eux une communauté de souffrance et d’expériences. Il souligne alors la nécessité d’apporter aux fondateurs du village une aide conséquente, afin qu’ils puissent construire plus de maisons pour accueillir encore deux cents enfants et devenir ainsi un « laboratoire expérimental » pour l’établissement d’autres villages internationaux dans d’autres pays. Suivant d’ailleurs une suggestion des organisateurs de Trogen qui souhaiteraient que l’Unesco exerce une sorte de patronage, Drzewieski propose d’organiser au plus tôt une conférence, sous l’égide de son département, rassemblant les leaders de différents villages d’enfants qui, semblent-il, existent d’ores et déjà dans plusieurs pays comme l’Allemagne, le Danemark, la France, la Hongrie, la Pologne, afin de réfléchir à un schéma général pour ce mouvement.

Le mois suivant, il constate avec satisfaction que tel est en effet bel et bien le cas dans son propre pays dans lequel il a enfin la possibilité de retourner. Il visite ainsi le village de Otwook, où 600 enfants sont hébergés dans un ancien sanatorium près de Varsovie, financé lui aussi par le Don Suisse. Une telle concentration d’enfants sans foyer repose selon lui la question de l’orientation éducative qu’il faut leur offrir et l’urgence d’organiser au plus vite un débat autour d’un éventuel programme à construire dans l’esprit ou non de Trogen.

Par ailleurs, pour répondre au premier objectif de coordination des activités de collectes effectuées par les différentes organisations non-gouvernementales, Drzewieski organise trois rencontres qui finissent par donner naissance, lors de la dernière qui a lieu à Paris les 23-24 septembre 1947 à la maison de l’Unesco, au Conseil international temporaire pour le relèvement de l’éducation (Ticer).

Archives Unesco 361.9 A 01

S’il préside cette séance, il tient à marquer la différence entre sa section de reconstruction et le nouvel organisme de coordination de statut privé ainsi créé et se retire du conseil d’administration élu après en avoir confié la présidence définitive à Georges E. Haynes, président de la conférence internationale du service social. Il continue toutefois à en assurer le secrétariat.

Si durant sa présentation de l’œuvre entreprise par son service en 1947, Drzewieski fait part de sa visite au village Pestalozzi, il insiste surtout sur la tâche de reconstruction éducative dans le domaine scolaire qu’à son avis doit mener de toute urgence le Ticer : il évoque ainsi la situation de la Pologne et la Tchécoslovaquie où il a vu onze classes différentes fonctionner par roulement dans un seul local et obligées pour cette raison de supprimer les cours de musique, de chant, d’éducation physique et de dessin, ou encore des cours donnés dans des caves, des écoles dont les toits sont détruits ou des anciens charniers servant de terrain de jeux pour les enfants.

Lors de la seconde session de la conférence générale de l’Unesco qui a lieu à Mexico le 17 novembre 1947, Drzewieski reprend alors l’idée de rassembler des renseignements précis sur les expériences réussies pour la rééducation des enfants pendant la guerre et demande que l’Unesco octroie une aide en faveur des villages internationaux d’enfants qui représentent selon lui « une initiative nouvelle et qui revêt une importance croissante » ; il propose à nouveau de réunir une conférence de dirigeants de ces villages afin « d’étudier les moyens de les intégrer dans le système d’enseignement officiel des différents pays».

Juste après la conférence de Mexico et durant toute la première moitié de l’année 1948, Drzewieski devient alors effectivement un des maîtres d’œuvres de la convocation de directeurs de villages d’enfants et de plusieurs experts qui donnera lieu à la conférence organisée à Trogen les 4-18 juillet.

Arrivée des premiers délégués, dont Bernard Drzewieski (3e en partant de la droite) à Trogen en juillet 1948

Bernard Drzewieski et Carleton Washburne à la conférence de Trogen en juillet 1948

Ces expériences deviennent ainsi pour lui un des axes important de la reconstruction éducative, comme le montre l’introduction de cette thématique des villages d’enfants par son intermédiaire dans les résolutions et plans d’action du Ticer  à partir de mars 1948. Bien qu’il soit rappelé à l’ordre, par son ministère de tutelle qui lui signale dès 1949 que le congé gratuit accordé par les Affaires étrangères vient à échéance et qu’il doit réintégrer un poste au sein de ce dernier, Bernard Drzewieski décide de rester en fonction à l’Unesco. Il participe à ce titre à de nombreux événements organisés par la FICE comme les camps internationaux de jeunes.

Visite de Bernard Dzrewieski lors du IIe camp international d’enfants au Château de Sanem (Luxembourg), 1950

Visite de Bernard Dzrewieski lors du IIe camp international d’enfants au Château de Sanem en juillet 1950

Une fois son premier contrat terminé au sein du département de reconstruction appelé à disparaître, il est recruté comme spécialiste de programme pour le département de l’éducation sur la question de l’éducation à la compréhension internationale,  puis comme conseiller spécial de la section « éducation pour vivre dans une communauté mondiale.

Bernard Drzewieski (1er sur la gauche) au congrès de la FICE à Florence en mars 1952

Il meurt à ce poste à Paris, le 13 août 1953, ses funérailles ayant lieu le samedi 18 août dans la plus stricte intimité.

Tombe de Bernard Dzrewieski au cimetière Père Lachaise

Son épouse Wanda qui a toujours été à ses côtés comme « femme au foyer » et fidèle secrétaire sans attribution, se retrouve en grande difficulté économique étant donnée la maigre pension dont elle bénéficie au décès de son mari, logée tout d’abord par des collègues de ce dernier, elle finit par quitter Paris pour rentrer en Pologne en 1956 grâce à une aide exceptionnelle versée par l’Unesco.

Sources

Archives Unesco, Paris :

  • Dossier de personnel de B. Dzrewieski. Boîte 106 PER/REC.1/106, 1965
  • X07.83 Missions of B. Dzrewieski.
  • 371.95 A 06 (494) “48”. Conference on War Handicapped Children (Trogen 5-10/VII/48).

Archives de l’Institute of education à Londres

  • dossier sur la section polonaise de la New education fellowship, WEF/A/II/144

Bibliographie

Boussion (Samuel), Gardet (Mathias), Ruchat (Martine), « Bringing everyone to Trogen : Unesco and the Promotion of an International Model of Children’s Communities after World War II », Duedhal (Poul) (dir.), A History of Unesco. Global Actions and Impacts, Londres, Palgrave MacMillan, 2016, p. 99-115.

Unesco, The Book of Needs of fifteen war-devastated countries in Education, Science and Culture, v. 1, Paris, Unesco, 1947, 111 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.