Thérèse Brosse (1902-1991)

Une cardiologue théosophe

par Mathias Gardet

Thérèse Brosse, album de l’internat de l’Hôpital Broussais, 1931

Thérèse, Irma, Marie Brosse est née le 1er avril 1902 à dix heures du soir à La Fère dans l’Aisne. Son père Gaston a 27 ans et demi, il est lieutenant au 17e régiment d’artillerie ; sa mère Marie (née Décarspes) a 30 ans, elle est déclarée sans profession.

Thérèse dans son enfance suit avec sa mère la vie de garnison de son père devenu commandant d’escadrons de gendarmes jusqu’à ce que ce dernier soit nommé en 1920 avec le grade de colonel, commandant militaire à la Présidence de la République, un poste très protocolaire comme le montrent les photographies de l’époque, conservées par le Getty Museum, où on le voit en tenue d’apparat recevoir sur l’escalier d’honneur de l’Élysée les ambassadeurs de différents pays.

13 octobre 1932: le Président Lebrun recevant à l’Elysee l’ambassadeur chinois Wellington Koo entourés du Colonel Brosse et de Louis Becq De Fouquieres. (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

7 décembre 1938, le ministre des affaires extérieures Allemand Joachim Von Ribbentrop serre la main du Colonel Brosse, après avoir signé le pacte de non agression entre la France et l’Allemagne au Quai d’Orsay, Paris. (Photo by Fox Photos/Getty Images)

 

 

La famille s’installe donc à Paris et Thérèse fait ses études primaires et secondaires à l’Institut Jeanne d’Arc, 212 rue Saint-Jacques, jusqu’à son baccalauréat d’arts dont elle obtient la première partie en 1919 et la seconde en 1920. Puis elle entame ses études supérieures à la faculté de sciences, qu’elle poursuit l’année suivante à la faculté de médecine. Elle obtient le titre d’interne des Hôpitaux de Paris au concours de 1926 après avoir passé deux années dans le service de cardiologie du professeur Charles Laubry à l’Hôpital Broussais dans le 14e arrondissement.

docteur Charles Laubry
Collection BIU Santé

Le 11 juin 1931 elle devient docteur en médecine  avec une spécialisation en cardiologie. Elle est lauréate de la faculté de médecine de Paris avec un prix médaille d’argent pour sa thèse portant sur Le syndrome périphérique de l’insuffisance aortique. Comme le montre l’album de l’internat de l’hôpital en 1931, elle est la seule femme en blouse blanche.

Album de l’internat de l’Hôpital Broussais, 1931

Elle poursuit ses études à la faculté de Paris-Sorbonne en 1933-1934 (Hautes études sociales) et le 16 octobre 1935, avec l’aide du docteur Charles Laubry, elle est chargée de mission scientifique aux Indes anglaises par le ministère de l’Éducation nationale. Elle y poursuit ses expériences de neuro-cardiologie menées au sein de l’Hôpital Broussais sur le rôle du mental et de l’émotion dans les maladies fonctionnelles. Le ministère est en effet intéressé par la portée pédagogique de ces travaux pour améliorer l’attention et donc le rendement des élèves face aux problèmes qui leur sont soumis.

Illustrations de l’article publié par Ch. Laubry et T. Brosse dans La Presse médicale, n° 83, 14 octobre 1936

Illustrations de l’article publié par Ch. Laubry et T. Brosse dans La Presse médicale, n° 83, 14 octobre 1936

L’idée de la mission aux Indes est d’analyser de près les techniques utilisées dans ce domaine par les yogis qui, par des exercices de concentration mentale volontaire très poussés, peuvent non seulement accélérer ou ralentir leur rythme du pouls mais aussi semblent avoir la maîtrise de leur musculature et de leurs émotions et procèdent à un « entraînement de conscience » qui leur permette de l’élever « au-dessus des niveaux où s’exerce l’activité psychophysiologique habituelle ».

Thérèse Brosse enregistre et filme avec stupéfaction des phénomènes cardio-vasculaires hors-normes selon un protocole expérimental très précis (enregistreurs graphiques, électrocardiomètre, pneumographe…). 

Illustrations de l’article publié par Ch. Laubry et T. Brosse, La Presse médicale, n° 83, 14 octobre 1936

Elle note que ces yogis « qui par ailleurs ignorent tout de l’anatomie, se comportent comme les maîtres incontestés de leurs fonctions », conservant calme et sérénité « que ne sauraient troubler des examens aussi intempestifs que ceux qui leur étaient demandés avec un appareillage qui aurait pu à bon droit les émouvoir. » Elle examine entre autres, Krishnamacharya, le grand-père de yoga postural, qui selon elle, réussi à produire un rythme cardiaque proche de zéro pendant plusieurs secondes. 

Illustrations de l’article publié par Ch. Laubry et T. Brosse, La Presse médicale, n° 83, 14 octobre 1936

Pour réussir à imposer cette expérimentation contraignante, elle travaille avec un psychologue expert dans la théorie du yoga et en contact étroit avec certains maîtres yogis. Il s’agit de Jean-Emile Marcault, formé à l’université de Clermont puis à la faculté de psychologie de Grenoble et celle de littérature française à Pise, qu’elle avait rencontré semble-t-il dès le début des années 1930 au sein de la loge maçonnique mixte « le Droit humain ». Ce dernier, directeur du London center of thesophical world university depuis 1926 et devenu secrétaire général de la Société française de théosophie le 7 avril 1934, l’avait initié à ce mouvement spiritualiste, fortement imprégné d’hindouisme, qui entend former un noyau de la Fraternité universelle de l’Humanité sans distinction de race, credo, sexe, caste ou couleur et encourager l’étude comparée des religions, des philosophies et des sciences. Cette société influence parallèlement à ses débuts la Ligue internationale d’éducation nouvelle. Marcault avait ainsi lui-même participé au IIIe congrès international d’éducation nouvelle à Heidelberg (2-15 août 1925) et son portrait figure en tête du numéro de la revue New Era de janvier 1926.

Le voyage en Indes a donc un double objectif, mener certes une étude scientifique mais aussi participer au Congrès du Jubilé du cinquantenaire de la Société théosophique qui doit se dérouler le 28 décembre 1925 à Adyar (à côté de Madras, siège de l’organisation théosophique).

Siège de la Société théosophique à Aydar

Ils embarquent à Marseille, le 22 décembre 1935, pour ne rentrer que le 4 mars 1936. Thérèse Brosse présente le résultat de ses travaux au congrès international de psychologie de 1937 dans une communication intitulée « l’énergie consciente facteur de régulation psycho-physiologique ».

Article publié dans la revue L’Evolution psychiatrique, 1938

A son retour en France, Brosse est nommée par concours chef de clinique de cardiologie de la faculté de médecine de Paris, le 23 décembre 1936 (elle devient membre titulaire de la société française de cardiologie le 23 mai 1937), puis à nouveau en novembre 1939 tout en étant parallèlement désignée comme sous-chef du Cabinet technique social du ministère de la Santé publique le 19 septembre 1939 dirigé alors par Marc Rucart (qui occupe cette fonction dans le troisième cabinet Daladier d’avril 1938 à mars 1940).

De 1937 à 1945, Brosse mène ainsi plusieurs vies. Pendant la saison thermale, forte de sa connaissance de la vertu médicale des eaux (elle est membre de la société internationale d’hydrologie depuis 1933), elle continue à exercer au titre de médecin-consultant en cardiologie aux bains de Royat dans le Puy-de-Dôme (expérience qu’elle avait initiée auparavant pendant six années à la station thermale de La Roche-Posay dans la Vienne).

Etablissement thermal de la Roche-Posay

Elle loge alors au 39 boulevard Bazin dans la résidence d’été de ses parents, qui devient leur domicile définitif après la guerre. Pendant l’hiver, elle loge à l’Élysée toujours chez ses parents et mène ses activités officielles et ses recherches scientifiques dans les services de cardiologie du professeur Charles Laubry. A partir de 1941, de façon clandestine cette fois-ci, elle mène des activités de résistance, elle est chargée de mission dans les forces françaises combattantes au grade de commandant. En 1943, devenue Thérèse alias Clary, elle est chef régional de l’Agence Clary, forte de 120 agents, faisant partie du réseau de Reims jusqu’à son arrestation par la Gestapo le 31 mai 1944 et son enfermement à la prison allemande de Moulins sur Allier. Dans son livre Conscience énergie, structure de l’homme et de l’univers, (publié aux éditions Présence en 1978), elle racontera par la suite comment elle a appliqué les principes de la théosophie pour résister à la torture de la Gestapo en demandant à ses codétenues d’envoyer à leur bourreau des « ondes positives »; ce qui aurait permis un changement radical de leurs traitement et conditions de détention.

Brosse est ensuite élue secrétaire générale du comité médical de Libération du Puy-de-Dôme le 20 octobre 1944 ; ce qui lui vaudra la Croix de guerre et la médaille de la Résistance en 1945. 

A la Libération, elle est nommée sur titres inspecteur de santé publique par arrêté du 15 janvier 1945 et est affectée dans le Puy-de-Dôme pour faire fonction de « directeur » départemental le 21 novembre de la même année. Elle est chargée tout particulièrement de la lutte contre les maladies infectieuses, de la création d’équipements hospitaliers (elle contribue ainsi à la fondation de l’Institut de cardiologie de Royat) et à la rééducation des déficients physiques.

Station thermale de Royat dans lequel s’installe l’Institut de cardiologie

Elle prend parallèlement un pied-à-terre, 4 square Rapp à Paris dans le VIIarrondissement qui n’est autre que le siège de la société française de théosophie (qui y est installée depuis 1915).

Elle tente à cette période son agrégation de médecine section « hygiène » à la faculté de Paris, dont elle obtient brillamment la première partie. Admissible en juillet 1946, elle ne se présente cependant pas à la seconde épreuve car, depuis le mois de mars, elle est partie aux États-Unis comme chargée de mission de Santé publique pour le ministère des Affaires extérieures pour une durée de six mois. Elle est chargée de mener une étude approfondie sur les centres d’hygiène infantile (les Child guidance) et les écoles de santé publique dans les grandes universités américaines. Elle renoue de ce fait avec ses travaux en pédiatrie qu’elle avait effectué durant son internat à l’Hôpital Trousseau et par la suite à l’Hôpital des enfants malades. Elle effectue en particulier un long séjour dans le service du professeur Arnold Gesell, à la fois médecin et docteur en psychologie à l’université de Yale, où elle étudie la croissance des enfants dans ses rapports avec le développement de leur personnalité totale psycho-physiologique.

Dr. Arnold Gessell étudiant le comportement d’un bébé de 6 mois en lui tendant un anneau pour voir l’usage de ses mains, janvier 1947 (Photo by Herbert Gehr/The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Elle fait un autre séjour de deux mois dans le service de psychiatrie infantile du docteur Léo Kanner, de l’hôpital d’enfants de l’université Johns Hopkins à Baltimore, pédopsychiatre devenu célèbre pour avoir défini le tableau clinique de l’autisme précoce de l’enfance et qui entendait développer une « psychologie-pédiatrique. »

Portrait de Leo Kanner

Le 21 mai 1947, après accord avec le ministère de la Santé publique et de la Population pour qu’elle soit mise à disposition dans sa section de reconstruction, Brosse est engagée pour entreprendre, au nom de l’UNESCO, une enquête sur les besoins d’ordre éducatif, scientifique et culturel de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, en particulier pour évaluer la situation psychologique de l’enfance.

Elle effectue tout d’abord une mission de trois semaines en Pologne du 29 mai au 20 juin 1947. Après avoir dressé un panorama très détaillé de l’ensemble du système éducatif de la petite enfance à l’université, ainsi que des activités extra-scolaires et des mouvements de jeunesse, en soulignant leurs carences et leurs besoins, Brosse s’attarde longuement dans son rapport sur la situation jugée alarmante des orphelins, des enfants sans foyers ainsi que des enfants physiquement et moralement déficients.

Images de destructions en Pologne tirées du Book of needs, publiées par l’Unesco en 1947

Images de distribution d’aliments pour les élèves en Pologne tirées du Book of needs publiées par l’Unesco en 1947

Elle insiste en particulier sur les conséquences de la guerre sur la psychologie enfantine, estimant que

« si le pays a perdu 1.100.00 enfants de moins de 16 ans, cela signifie que toute l’enfance survivante a souffert dans son corps et dans son esprit de façon variable sans doute, mais à peu près générale du fait des traumatismes répétés et violents imposés par l’oppression nazie. »

Elle préconise une aide massive pour les institutions de pédagogie, de psychiatrie et de psychologie infantiles polonaises tout en mettant en valeur les expériences innovantes et très « éducation nouvelle » entreprises par ces dernières, notamment par l’instauration de gouvernements étudiants. Elle souligne enfin la nécessité d’organiser des échanges internationaux de spécialistes sur ces questions.

Images d’une école en plein air à Varsovie devant une école détruite tirées du Book of needs publiées par l’Unesco en 1947

Images d’enfants recueillis dans un village en Pologne tirées du Book of needs publiées par l’Unesco en 1947

Dans le voyage suivant qu’elle enchaîne fin juin-début juillet en Tchécoslovaquie pour une quinzaine de jours, elle part cette fois-ci en tandem avec Monica Luffman de la section de l’éducation. Cette dernière s’occupe d’enquêter plus spécifiquement sur l’éducation à l’école et l’éducation des adultes, tandis que Brosse se charge de l’éducation extra-scolaire et de l’enfance déficiente, en approfondissant en particulier « le travail des psychologues d’après-guerre et des pédagogues en vue des réformes des méthodes d’éducation et de rééducation. » Elle pointe le parti-pris du gouvernement tchécoslovaque en matière de prise en charge des orphelins optant délibérément pour un placement en famille adoptive plutôt qu’en orphelinats. En revanche, elle souligne les besoins énormes en termes de maisons et de centres de diagnostic pour enfants déficients dont le nombre s’est accru du fait de la guerre tout en précisant qu’il existe un bon noyau de spécialistes.

Images tirées du Book of needs publiées par l’Unesco en 1947

Images d’école bombardée en Tchécoslovaquie tirées du Book of needs publiées par l’Unesco en 1947

Dès son retour de mission, elle est sollicitée par la section éducation de la fondation Carnegie pour la paix, créée en 1909 et du nom de son fondateur, philanthrope écossais naturalisé américain et qui a obtenu le statut d’ONG en collaboration avec l’Unesco. Brosse participe alors au titre d’instructeur au premier stage pratique d’été de l’Unesco en vue de l’éducation à la compréhension internationale qui se déroule à Sèvres pour une durée de six semaines. Comme nous l’explique Brosse dans un exposé figurant dans son dossier, ce stage s’adressait à:

« 81 éducateurs de 32 nations qui ont été délégués par leur gouvernement pour travailler, sous l’inspiration de chefs de groupe, à l’élaboration de méthodes pédagogiques propres à faire de l’adolescent, dans les différentes cultures, un « citoyen du monde » ».

Elle dirige le groupe B de la section II sur « l’éducation des émotions en vue de développer les relations internationales » et le 6 août fait une longue intervention sur « Les fondements psychologiques de la compréhension internationale » qui évoque pour cette période de l’après-guerre l’idée d’une « ère nouvelle » et d’un « élargissement de la conscience humaine » : les hommes qui jusque là auraient élevé leurs enfants en vue de les faire appartenir à un groupe, à un parti, à une nation, « parce que c’était les réalités les plus vastes qu’ils puissent concevoir », rêveraient désormais « de leur faire comprendre le monde entier, parce qu’ils se sentent eux-mêmes citoyens du monde ». Elle invite alors à une réforme des méthodes pédagogiques mises en œuvre pour les enfants et adolescents, proposant une véritable éducation progressive de leurs émotions, pour les inciter à transcender leur propre culture afin de coopérer à « l’évolution de l’humanité ».

Le 15 septembre 1947, alors que son second contrat se termine, Brosse décide de démissionner de son poste de la Santé publique pour continuer ses recherches et collaborer avec l’Unesco et de fait, le 2 mars 1948, elle reçoit une lettre de Samuel Selsky directeur du bureau du personnel qui l’invite à rejoindre le staff du secrétariat Unesco au département de l’éducation en tant que spécialiste du programme de l’enfance victime de la guerre. L’engagement prend effet au 1er avril pour une durée d’un an renouvelable. Comme l’indique sa fiche de poste, le directeur de ce programme doit « dresser un plan d’études et d’action pour faire face aux problèmes éducatifs des enfants victimes de la guerre en collaboration avec les organisations nationales et internationales concernées et obtenir des experts des différents pays des rapports de situation et ainsi repérer les expériences notables menées dans ce domaine ».

Article tiré du mensuel de la Croix Rouge française, Vie et Bonté, n° 19, juin 1950

Elle effectue pour ce faire des voyages d’études dans neuf pays d’Europe et visite à son tour durant ces tournées le village pour enfants Pestalozzi de Trogen, dernière étape d’un séjour d’une semaine en Suisse en avril 1948. Elle y rencontre successivement des représentants du BIE, des SEPEG, de l’UIPE, du Don suisse, de la Croix-Rouge, de Pro Juventute, de l’Organisation mondiale de la santé et d’une commission des Nations-Unies. Elle est alors chargée de l’organisation de la partie technique de la conférence internationale de directeurs de communautés d’enfants qui se tient à Trogen en juillet 1948 dont elle rédige un long rapport l’année suivante sous le titre Enfants sans foyer.

Fin 1949 elle quitte l’UNESCO pour collaborer avec les chercheurs du « Harvard Desearch Center in creative Altruism ». Elle accepte alors une nouvelle mission en Inde durant laquelle elle est chargée d’étudier le yoga en tant que méthode d’« altruisation ».

De 1951 à 1954, elle conçoit des méthodes instrumentales d’approche psychosomatique lui permettant de différencier qualitativement les différents états de conscience. En 1963, au retour d’une troisième mission en Inde, effectuée pour l’École française d’Extrême-Orient, elle publie Études instrumentales des Techniques du Yoga.

Mais au-delà de la publication scientifique des enregistrements faits par l’auteur sur des yogis en Inde, elle va, comme elle le dit elle-même, pendant de longues années, approfondir cette recherche et rapprocher la tradition hindoue, particulièrement dans le Shakta Vedanta, des découvertes modernes de la microphysique. Elle décède en 1991.

photo de Thérèse Brosse au verso de l’édition espagnole de son ouvrage La Conscience-Énergie, structure de l’homme, éditée à Madrid en 1981

Sources

Brosse (Thérèse), Enfants sans foyer, publication de l’Unesco, 1949

Brosse (Thérèse), L’enfance vagabonde, publication de l’Unesco, 1950

Archives Unesco :

  • Dossier personnel de Thérèse Brosse, boîte 22 PER/Staff/Records année 1965
  • Voyage de Thérèse Brosse en 1947 en Pologne, 361.9 A 20 (438)
  • Voyage de Thérèse Brosse en 1947 en Tchécoslovaquie, , 361.9 A 20 (437)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.