Résumé du chapitre 3

Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

En 1943, un groupe d’amis projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de contribuer à pacifier l’Europe par une éducation à la compréhension internationale sur le modèle du fédéralisme suisse. Projet ambitieux à la fois humanitaire, pédagogique et architectural, le Village d’enfants Pestalozzi nécessite des recherches de fonds et des campagnes financières pour sa construction. Soutenu par la fondation Pro Juventute, s’y mêleront assez rapidement des questions de politique d’accueil en Suisse. Rapidement promu en modèle international d’éducation, il se double d’une entreprise de promotion de l’aide suisse à la reconstruction de l’après-guerre, réhabilitant l’image de ce pays épargné par la guerre mais écorné par l’ambiguïté de sa neutralité politique. Des tensions apparaissent, reposant sur des conceptions différentes du rôle de cette communauté d’enfants se voulant une « Petite Europe » ; elles auront raison du projet pédagogique idéaliste des fondateurs pour une fonction de politique humanitaire et philanthropique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.