Résumé du chapitre 6

La Suisse « immaculée » devient le creuset de formations  pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de pédagogues juifs apatrides d’origine russe arrive clandestinement en Suisse depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut des sciences de l’éducation de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. En 1943, ils participent à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans l’esprit de l’éducation nouvelle. En février 1944, une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, où se trouve déjà l’École internationale de Genève. Ces sessions sont dirigées par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. Sont ainsi institués des cours de perfectionnement d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.