La République d’enfants de Moulin Vieux en bande dessinée

Episode 1

Une communauté de destins ou la naissance d’une république

 par Mathias Gardet

A partir de l’été 1946, le couple Henri et Henriette Julien, tous deux anciens instituteurs et directeurs de l’école primaire de la Treille près de Marseille, se dédient à plein temps, avec la bénédiction de leur inspecteur d’Académie, à l’organisation de leur projet de centre d’éducation nouvelle. Le modèle de communauté d’enfants qu’ils préconisent fonctionne sous le régime de l’internat et du self government. En attendant de pouvoir lui donner plus de visibilité dans une implantation mieux adaptée à proximité de la ville de Marseille, ils s’installent à demeure, dans une propriété près de Lavaldens dans l’Isère. Ce qui n’est au départ qu’un camp de vacances devient sur le plus long terme un lieu d’accueil permanent pour les enfants qui n’ont pas retrouvé leur foyer à la fin de la guerre. La communauté d’enfants ainsi formée, vit presque en autarcie et ne tarde pas s’auto-baptiser « République d’enfants de Moulin-Vieux », du nom du lieu-dit où elle prend ses quartiers. Adeptes depuis le début de leur carrière des techniques pédagogiques initiées par Célestin Freinet, en particulier du système d’imprimerie artisanale fabriquée et utilisée par les enfants, les Julien vont rapidement mener une propagande très efficace pour donner à connaître leur République.

Grâce à un coup de crayon au style enfantin très reconnaissable, à la technique de l’imprimerie manuelle et à la ronéotypeuse à alcool, ils vont diffuser à grande échelle des tracts, des prospectus, des petits calendriers, des cartes de vœux racontant leur épopée et leur vie communautaire, faisant appel ou remerciant les généreux donateurs qui apportent leur soutien tant financier que matériel.

Dans pratiquement tous les fonds d’archives que nous avons visités dans le cadre de cette recherche, que ce soit le fonds d’Adolphe Ferrière ou l’Union internationale de secours aux enfants à Genève, celui d’Ernesto Codignola à Florence ou celui de l’Unesco à Paris, nous avons retrouvé ces petites illustrations qui semblent toujours l’œuvre du même dessinateur, peut-être le jeune Tato, fils adoptif des Julien, à moins que ce ne soit celle d’un adulte se faisant passer pour plus jeune. Mais l’élaboration des textes, chansons et poèmes qui accompagnent les dessins et parfois les gravures est indéniablement collective dans la pure tradition du mouvement des coopérateurs de Freinet.

Parmi cette production foisonnante, j’ai été frappé par un document, qu’un heureux hasard m’a permis de reconstituer dans son intégralité : une bande dessinée en quatre volumes réalisée par les jeunes aux alentours de 1954 et qui retrace l’aventure de la République depuis ses débuts. C’est en consultant un dossier sur Moulin-Vieux dans les archives de l’Unesco que j’ai pu identifier les volumes 1 et 2 de cette bande dessinée, visiblement inachevée.

En feuilletant les pages qui s’interrompaient en plein suspens au mois de janvier 1949, j’ai eu une forte sensation de familiarité et me suis rappelé avoir vu des dessins similaires dans un dossier auquel j’avais alors prêté peu d’attention, parce que hors contexte. Je menais une recherche sur l’histoire de la Fédération nationale des pupilles de l’école publique, une association née durant l’été 1915 pour venir en aide aux écoliers orphelins de guerre afin d’éviter qu’ils ne quittent l’école publique pour intégrer des orphelinats la plupart du temps confessionnels. Or en remontant le temps de cette Fédération aujourd’hui plus que centenaire, j’étais tombé sur une chemise cartonnée orange laissé dans les archives par un ancien inspecteur d’académie, Jean Lhéritier, membre du conseil d’administration de cette Fédération. Ce dernier avait été interpelé comme tant d’autres inspecteurs de l’époque, afin de contribuer à une vaste compagne de collecte soutenue par le ministère de l’Éducation nationale en faveur d’un camp international d’enfants devant se tenir à Moulin-Vieux en juillet 1949. Passionné par cette expérience, il avait effectivement soutenu l’événement et reçu depuis régulièrement des vœux, tracts, calendriers et autres productions de la petite République. En retournant dans le fonds de la Fédération des pupilles de l’école publique quelle n’a pas été ma surprise de retrouver dans cette chemise, justement les volumes 3 et 4 de la bande dessinée. Le puzzle étant reconstitué, la lecture pouvait commencer…

Bien qu’il s’agisse d’un récit raconté par ses propres protagonistes sous forme d’épopée dessinée, la structure du document, les choix visuels, et l’attention portée sur certains événements apportent des informations précieuses sur la teneur du projet, la vie quotidienne de la communauté, son évolution, ainsi que sur sa transformation au tournant des années 1950. La première partie intitulée « les origines », s’ouvre sous la bannière gigantesque de la Suéde rappelant les liens étroits entre les deux fondateurs de la République, le couple Julien, et la branche suédoise de l’UISE, Raddä Barden, qui représente le soutien financier le plus important et constant du projet.

Elle se poursuit ensuite par 14 planches racontant les itinéraires meurtris d’enfants aux prises avec la guerre : Dédée, Nouf-Nouf, Yvette, Robert, Souci et Trompette… Autant d’histoires de vie qui mettent en scène les exactions et violences dont ils ont été les témoins et victimes :

  • bombardements, corps ensanglanté de la mère sous les décombres,

  • arrestation et exécution du père par les Allemands, parents résistants torturés et parfois fusillés,

  • déportation des parents en tant que Juifs

  • mère devenue folle de douleur,

  • ou encore mère, frères ou sœurs envoyés en sanatorium et parfois décédés des suites de la tuberculose,

  • ou enfin situation de misère matérielle extrême ayant entraîné la défection d’un ou des parents, l’enfant étant livré à lui même.

Chaque planche se termine par la même question lancinante : « que vont-ils devenir ? ».

En contraste, dans la planche suivante qui débute après la guerre, « un jour d’été 1946 », on retrouve les principaux protagonistes des histoires tragiques évoquées mais les « événements dramatiques sont passés ». Ils sont ensemble dans un cadre bucolique, « le calme majestueux d’une haute vallée du Dauphiné ». Soixante enfants partis dans deux grands camions vers ce qui pourrait ressembler à un camp de vacances. Ils déchargent le matériel, plantent des tentes et allument le feu. Mais à la différence d’un camps de vacances traditionnel, ils semblent apparemment seuls et forment une communauté soudée et structurée avec à leur tête un groupe de 5-6 d’entre eux qui tiennent conciliabule, distribuent les tâches et planifient les objectifs du lendemain. Seul un nouveau, un certain Lucien, paraît intrigué par ce fonctionnement et s’approche du feu pour interpeler les drôles d’organisateurs :

Ce questionnement est le prétexte pour un rapide flashback qui permet de faire la transition entre les histoires de vie individuelles racontées en début de volume et leur aventure dorénavant collective. Comme le dit une des cases, « le film se déroule », d’autant mieux que le style bande dessinée n’est pas sans rappeler un story-board. Sont ainsi évoqués successivement et parfois dans un certain désordre :

1) La première expérience d’accueil en 1943 en Provence initiée par les Julien qui sont présentés comme des parents adoptifs et surnommés « Patoche » et « Maman » – ce qui dans le cas de Tato est légalement le cas -. Ils sont secondés par un autre instituteur surnommé « Croc-dur ».

2) Le transfert en 1944, devant le risque d’être déportés en bloc après dénonciation, dans une maison en Isère, en bordure du Vercors, échappant de peu à une rafle des Allemands.

Le retour en 1945 dans leur château en Provence qui avait été réquisitionné en leur faveur deux ans auparavant, mais qui doit être rendu l’année suivante à son propriétaire. Une maison de substitution est prévue dans la banlieue de Marseille à la condition d’effectuer de gros travaux. C’est pour combler le creux dans l’hébergement offert durant l’été 1946 que le camp dans l’Isère est organisé, sans financement ni subvention.

Cette communauté de destins dans un contexte de guerre, de privation familiale et plus largement d’encadrement éducatif est présentée comme un des éléments déclencheurs d’une prise de responsabilité de plus en plus grande du groupe d’enfants. Ballotés par les événements et livrés à eux mêmes, ils gagnent en autonomie, voire presque en autarcie.

Le second facteur décisif dans le changement structurel de la communauté d’enfants aurait été apporté par un certain Moïse, le père d’un des premiers pensionnaires accueillis par les Julien, surnommé Nouf-Nouf, venu retrouver brièvement son fils à la Libération. Cet homme est un juif autrichien devenu veuf, son parcours ayant été retracé dans les premières planches :

Il tient en haleine son jeune auditoire lors de sa visite, sans doute pour les réconforter d’être abandonnés à eux mêmes, en racontant la découverte lors d’un de ses voyages d’une ville d’enfants qui pourrait ressembler à un conte :

Si cette ville d’enfants du nom de Torchok, qu’il situe en Crimée semble inventée de toute pièce en revanche, il est fort probable que lors de ses voyages dans les années 1945-1946, il ait effectivement rencontré ce type d’expériences qui commencent à se mettre simultanément en place en Europe (Italie, Hongrie, Suisse…). Toujours est-il que peu après son départ, l’ébauche d’une république d’enfants à Moulin-Vieux s’organise petit à petit avec l’élection d’un gouvernement qui prend le nom de « syndicat »

Il est composé de six membres votés à mains levées et doit prendre en charge la discipline, le nettoyage, les activités culturelles, les loisirs, les réceptions et la décoration de la maison. Effectivement dans les planches suivantes, dès qu’une décision doit être prise, est mis en scène la réunion du syndicat dont le pouvoir est conforté par une assemblée générale réunissant l’ensemble des enfants, toutefois sous l’omniprésence tutélaire de « maman » (Henriette Julien).

Le premier tome se termine à la croisée des chemins, l’aventure de Moulin-Vieux semble être arrivée dans une impasse. Le premier camp, constitué de baraquements entièrement construits et installés par les jeunes a été en partie détruit par une inondation, l’hiver s’approche, le chantier de l’établissement prévu près de Marseille est en panne suite à un vol de matériel et au manque de financement. La seule maison disponible est une ruine, propriété des Julien, toujours dans l’Isère. Les dernières phrases laissent envisager cependant un revirement, à l’annonce pragmatique d’Henriette Julien sur la nécessité de se séparer, le syndicat répond d’un seul bloc :

A suivre…


7 réflexions sur « La République d’enfants de Moulin Vieux en bande dessinée »

  1. Moulin Vieux a sauvé ma vie Peut être aurais je été un petit délinquant révolté de ne pas être comme les autres, avec des parents .Mais à Moulin Vieux j’ai trouvé des Parents ,des Frères et des soeurs. Autant j’étais révolté à l’orphelinat après la déportation de ma famille où il fallait obéir, où je n’étais qu’un numéro, LE 5. A Moulin Vieux on me demandait si je voulais participer à tel travail ou même prendre la responsabilité d’une activité. Je ne comprenais pas que l’on puisse me demander mon avis. J’étais enfin heureux de vivre. Le seul reproche que je peux faire c’est que l’on ma cacher mon histoire d’orphelin. Je ne l’ai découverte qu’en 2007 Je la raconte dans un livre préfacé par Monsieur Serge Klarsfeld.
    LA MÉMOIRE DÉVERROUILLÉE .Histoire d’un enfant caché.1943/1945

  2. Je suis Serge Chaloin et j’ai reconstitué l’histoire de cette République d’enfants dans un livre du même nom publié en 2016.
    Je suis toujours heureux d’échanger avec des anciens de cette communauté et de recueillir de nouveaux témoignages. mon adresse mail est communicable.
    Je connais de nombreux collègues de la fratrie Bouaicha.
    merci d’avance

  3. J’avais vécu un an chez Patoche et Maman, ils avaient été merveilleux avec moi et j’étais leur chouchoute . Je me souviens super bien de Henri le petit fils, et de leur fils et sa femme, nous le nommions par un Nom de chanteur et elle = Poussy. Ils avaient un fils Henri dit Riri et j ‘étais folle amoureuse en secret de lui avec Chantal et il l’avait épousé, j’ai eu ce vent d’info à mes oreilles = Incroyable, c joli non??

  4. Je suis arrivée en 1969 en Juin et donc mise dans l’attente à l’école primaire, et quel choc .. J’avais 14 ans et après un ou deux cours avec des tous petits et bien j’avais refusé d’y retourner . Patoche et Maman étaient tous deux extraordinaires avec moi. J’étais en fait, leur chouchoute. Un an de liberté, et de ‘respect’ quoi qu’il y avait une horrible monitrice ou éducatrice, ancienne enfant ss doute orpheline, de ‘la république d’enfants’ Elle battait les petits et je lui fonçais dans le lard et je l’avais donc dénoncé à Patoche et Maman. Je ne suis pas orpheline, mais suite à ma présence en famille, qui gênait bcq ma mère, et bien je devais vivre là. Au total un et déçue ++++ au retour, donc à 18 ans départ définitif. Le couple Patoche et Maman m’avaient écrit, mais je n’avais pas le droit chez mes parents de lire, mes lettres, j’avais juste appris par la voie des airs, le DC de Patoche, et j’avais qd même répondu – Ses gens m’adorait, ils avaient du comprendre que j’étais en souffrances, dommage que je ne sois pas restée avec eux, mais mon père accidenté gravement, m’a fait revenir = Peur de le perdre –
    Enfin histoire trop longue je stoppe mon récit là – Je suis vieille à présent et toujours en souffrances hélas ..

  5. les dessins étaient majoritairement ceux de Louis Nel dit Croc Dur qui faisait ses délices du pôle imprimerie et du « nardigraphe » et n’a guère tenté à ce qu’il m’en souvient d’y solliciter des collaborations.

    Ce qui est une constatation pas une critique
    encore que. de même les textes et poèmes mois en chanson étaient aussi de sa réalisation.

  6. i l y avait beaucoup d’activités culturelle.Pour la première fois je mangeait a ma faim Ont dormait dans un bâtiment sans chauffage.nous étions respecté en tant qu’enfant.tout ceux qui ratait leur certificat d’études étaient placé d’office dans une ferme ! A propos des décisions commune je n’était pas dupe .Mais comparé a mon vécu d’avant .jetait au paradis. Cela en 1963 puis j’ai rejoint tatou a la république d »enfants de clerlande car j »ai réussi au certificat d’étude.

  7. i l y avait beaucoup d’activités culturelle.Pour la première fois je mangeait a ma faim Ont dormait dans un bâtiment sans chauffage.nous étions respecté en tant qu’enfant.tout ceux qui ratait leur certificat d’études étaient placé d’office dans une ferme ! A propos des décisions commune je n’était pas dupe .Mais comparé a mon vécu d’avant .jetait au paradis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.