Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

 

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des « Ruines politiques » qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Lire la suite

Galerie de portraits

Cette galerie de portraits cherche à faire sortir de l’oubli une série de personnages: pédagogues, médecins, architectes, psychologues, pédiatres, prêtres et autres militant.e.s engagé.e.s dans cette aventure des villages et républiques d’enfants qui ont eut un itinéraire bousculé mais aussi un rôle d’envergure dans cette période de la guerre et de l’après seconde-guerre avant de disparaître de notre mémoire collective. Si vous êtes de la famille d’un ou d’une d’entre-eux.elles et avez conservé une mémoire ou des documents sur leur trajectoire ou encore si vous avez travaillé sur un de ces personnages, n’hésitez pas à vous manifester !

Arrêt sur images

Les archives que nous avons découvertes durant notre recherche ont recelé une abondante iconographie du fait de l’intense propagande effectuée au niveau national et international autour des républiques et villages d’enfants mais aussi des talents de photographes reconnus ou d’amateurs ainsi que des enfants souvent mis à contribution dans un esprit éducation nouvelle. Cette rubrique vous propose quelques arrêts sur les documents les plus exemplaires.

Résumé du chapitre 2

Comment un prêtre irlandais rêve de sauver les gamins des rues italiens grâce à un « village d’enfants »

Avec la guerre, le Vatican charge en 1943 un prêtre irlandais d’organiser l’aide aux populations civiles dans les zones de combats en Italie. Il découvre alors l’ampleur du dénuement des enfants des rues et mène des actions d’accueil. Il s’aperçoit que ceux-ci refusent d’aller dans des structures traditionnelles, de type orphelinat, et décide de créer avec eux un village d’enfants à Civitavecchia s’inspirant du modèle américain de Boy’s town du père Flanagan. C’est cette expérience que deux déléguées suisses de l’Uise, vont soutenir, en 1945, en Italie. Elles mettent en place un parrainage d’enfants avec la collaboration d’une antenne de l’Uise en Amérique latine. Le Don suisse et l’American Relief for Italy viendront compléter cette aide. Le cas italien met ainsi en exergue une filiation catholique des villages d’enfants, mais aussi la nouvelle géopolitique des secours qui, dans une surenchère d’entr’aide, redistribue la carte diplomatique de l’après-guerre.

Thérèse Brosse (1902-1991)

Une cardiologue théosophe

par Mathias Gardet

Thérèse Brosse, album de l’internat de l’Hôpital Broussais, 1931

Thérèse, Irma, Marie Brosse est née le 1er avril 1902 à dix heures du soir à La Fère dans l’Aisne. Son père Gaston a 27 ans et demi, il est lieutenant au 17e régiment d’artillerie ; sa mère Marie (née Décarspes) a 30 ans, elle est déclarée sans profession. Lire la suite

Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Mis en avant

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption. Lire la suite

Les coulisses de l’histoire

Notre point de démarrage pour cette recherche a été la rencontre internationale des directeurs de villages d’enfants de juillet 1948 à Trogen en Suisse, sous l’égide de l’Unesco, qui donne naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE). Celle-ci permet pour la première fois de mettre en réseau des expériences éparses menées pour la plupart d’entre elles durant la seconde guerre. Mais l’histoire des républiques d’enfants ne commence pas là et nombre d’acteurs et d’associations qui entrent dans cette aventure ont eu de longs cheminements antérieurs. En tirant les fils de cette histoire nous avons été confrontés à d’autres récits qui, sans concerner directement le développement de cette « internationale des républiques d’enfants », sont autant de clés de compréhension de son émergence.

Communautés

Avec la création de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) en juillet 1948, un travail de recensement de toutes les expériences jusqu’alors isolées est entrepris. Le Courrier de l’UNESCO se fait l’écho de ces initiatives et à chaque réunion de la FICE la liste des communautés, recensées et « adoubées » comme telles, s’allonge. De premières cartes apparaissent qui donne une idée de l’ampleur du phénomène au niveau européen, voire même au-delà. Cette rubrique tentera d’en donner un aperçu le plus complet à partir des données recueillies dans les différents fonds d’archive. Si vous avez vécu dans une de ces communautés ou si avez travaillé sur l’une d’entre-elles ou encore si avez connaissance de documents d’archives encore inédits n’hésitez pas à vous manifester !

Le premier cercle

Lors de la rencontre internationale organisée par l’Unesco du 5 au 10 juillet 1948 au village Pestalozzi de Trogen-Heiden en Suisse, quinze communautés d’enfants sont présentes ou représentées et livrent un récit d’expérience depuis leur création pendant ou juste au lendemain de la seconde guerre. Elles constituent en quelque sorte le premier cercle qui va donner naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) à l’issue de la conférence de Trogen. A ce noyau initial s’ajouteront petit à petit d’autres communautés, recensées sous forme de listes ou repérées de façon plus informelle par les fondateurs de la FICE.

Ce premier cercle est composé de 5 expériences italiennes, 4 françaises, 2 hongroises, 2 belges, 1 suisse et 1 hollandaise

Lire la suite

Le deuxième cercle

En 1949, la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) qui s’était constituée l’année antérieure à Trogen en Suisse, lors de la première rencontre internationale convoquée par l’Unesco, se réunit à la Cité de l’enfance de Marcinelle, à Charleroi, en Belgique du 10 au 14 octobre. C’est l’occasion de faire le point sur son influence dans la diffusion du modèle de communautés pour enfants victimes de la guerre qu’elle avait prôné. Plusieurs listes sont dressées qui recensent à la fois les demandes d’adhésions émanant de plusieurs institutions d’accueil et les communautés déjà affiliées ou reconnues comme correspondant à la définition retenue. Aux quinze expériences initiales qui s’étaient retrouvées à Trogen (en rouge sur la carte), s’en ajoutent plus de 70 autres qui se revendiquent de cette lignée (en vert sur la carte). Elles constituent en quelque sorte le deuxième cercle de rayonnement de la FICE. Parmi ces dernières, les plus nombreuses figurent en Allemagne, encore unifiée malgré les tensions entre les zones d’occupation et surtout entre blocs, illustrant les velléités très volontaristes des puissances alliées de procéder à une dénazification de la jeunesse en leur offrant en contrepoint un modèle éducatif fort, plus démocratique, et une formation à la citoyenneté et à la compréhension internationale. Viennent ensuite la vingtaine de « nouvelles » communautés françaises et la douzaine d’italiennes, reflétant le dynamisme de ces deux réseaux nationaux. 

Peggy VOLKOV (née Webb, 1899-1973)

Une femme discrète au cœur des réseaux éducation nouvelle

Par Mathias Gardet

A partir des souvenirs personnels rédigés à notre attention par sa fille Sophie Annetts et quelques bribes d’archives

J’ai croisé Peggy Volkov dans les archives de la conférence internationale des directeurs de village d’enfants tenue à Trogen en 1948. Elle y participe en tant qu’experte et représentante de la New Education Fellowship, étant rédactrice en chef de sa revue : The new era in home and school. Elle prend à plusieurs reprises la parole durant les débats et interpelle même avec vigueur les participants à ces journées sur le sens de leur action. Le texte de son intervention figure ainsi parmi les documents dactylographiés diffusés par l’Unesco. Je suis alors parti sur ses traces, convaincu que sa biographie ne serait pas difficile à reconstituer. C’était peu la connaître !

Lire la suite

Bernard Drzewieski (1888-1953)

Un Polonais engagé dans la reconstruction éducative

par Mathias Gardet

                

Rien ne prédisposait Bernard Drzewieski à travailler à l’Unesco ni à s’intéresser aux villages d’enfants. Né le 2 août 1888 en Pologne dans la ville de Lublin au sud-est du pays, il y il fait sa scolarité jusqu’en 1905.

Lire la suite

Republican school colonies. Spain, 1936-1939

Mis en avant

par Cristina Escrivá Moscardó

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Started the civil war in Spain in July 1936 and until its conclusion in April 1939, both the Government of the Republic as anti-fascist organizations, had the mission of saving children from increasingly more continuous bombing of open cities. Objectively, the work of seeking the welfare of children during the civil war was formidable. In addition to preserving the children of military aggressions, their training needs were met. One of the formulas used was through « The permanent school Colonies », offered, in a pleasant environment, a dual purpose, on the one hand, educate and the other hand, protect children, the future of the country.

Lire la suite

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Lire la suite

Le goût de l’archive

Cette recherche sur les républiques d’enfants a été une véritable aventure d’archives non seulement du fait de nos déplacements à Bem Posta, Berne, Bruxelles, Civitavecchia, Florence, Genève, Londres, Paris, Pise, Rome, Trogen, Zurich, mais aussi par la découverte de fonds surprenants et le jeu de pistes avec les héritiers dépositaires de fragments d’information. Des villas perdus au milieu de grands parcs, des palais, des caves, l’antre de l’Unesco ou des centres d’archives aux trésors encore méconnus… Cette rubrique cherche à vous en faire partager le plaisir.