Livre à paraître chez Anamosa à la rentrée 2020

Mis en avant

Cet ouvrage est le résultat d’une découverte faite au détour de nos recherches respectives dans le domaine de l’enfance dite irrégulière : la mise en place pendant la Seconde Guerre mondiale de communautés pédagogiques exceptionnelles créées pour accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés et pour un temps indéterminé de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se baptisent du drôle d’épithète de « Républiques d’enfants ». Elles sont en effet administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment, avec l’élection de jeunes maires, de gouvernements (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), parfois aussi la mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, d’un système de coopératives avec magasin vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal.

Le phénomène des républiques et autres communautés d’enfants, dans l’après-guerre, prend d’autant plus d’ampleur qu’elles finissent par faire réseau. Dans les dix années suivant la guerre, sont ainsi recensées plus d’une centaine d’initiatives de ce type dans toute l’Europe. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. 14 directeurs et directrices de villages d’enfants, 11 experts et douze observateurs, originaires de douze pays différents répondent à l’appel. Le 10 juillet, en clôture, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, censée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants.

En interpellant les expériences menées dans plusieurs pays, nous souhaitons analyser les ambiguïtés de cet apprentissage à la citoyenneté et à l’utopie de l’entente internationale qui se fait par mimétisme ou délégation de responsabilité et est réalisé paradoxalement en monde clos, coupé des contingences extérieures. Il s’agira ainsi d’examiner si ces communautés sont parvenues à dépasser la tension voire la contradiction entre l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre et la réalité concrète de celles-ci. Ces communautés se présentent, en effet, moins comme des prototypes d’une forme éducative à vocation universelle, que comme des isolats micro-sociaux, nés de circonstances et de contextes nationaux qui les conditionnent.

Les communautés d’enfants constituent, à ce jour, un « angle mort » aussi bien de l’histoire de l’éducation que de la réflexion éducative en termes d’autonomie de l’enfant ou d’autorité des éducateurs. L’histoire de l’éducation a, en effet, négligé jusqu’à présent ces expériences éducatives pour deux raisons. Premièrement, celles-ci ont eu lieu en marge de l’institution scolaire et des systèmes d’enseignement officiels.

Les nombreux travaux – relevant généralement de la philosophie ou de la sociologie de l’éducation – concernant ces « questions vives » que sont l’autonomie et l’autorité dans le domaine éducatif, ont eu, jusqu’à présent, le défaut de négliger les expériences historiques au cours desquelles une nouvelle conception de l’autonomie et un nouveau rapport à l’autorité ont été mis à l’essai. La mise au jour des communautés d’enfants devrait être un apport significatif à la réflexion sur l’autonomie et l’autorité. Celle-ci pourrait ainsi descendre du « ciel des idées » et intégrer, dans sa critique, des éléments de réalité du passé dont la confrontation avec des manifestations actuelles (établissements autogérés, institution du conseil en pédagogie institutionnelle) pourrait se révéler instructive.

Le communiqué de presse est consultable ici

 

Sommaire

Introduction. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ?

Chapitre 1. Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

Chapitre 2. Un village d’enfants italiens fondé par un prêtre irlandais et promu par la Suisse

Chapitre 3. Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

Chapitre 4. Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Chapitre 5. Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

Chapitre 6. La Suisse « immaculée » devient un creuset de formations pour une Europe pacifiée

Chapitre 7. Pourquoi certains sont à la conférence de Trogen et d’autres pas

Chapitre 8. « République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Chapitre 9. Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

Chapitre 10. L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux.

Chapitre 11. Des enfants pris en otage dans la guerre froide

Chapitre 12. Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

L’internationale des Républiques d’enfants (1939-1955)

Mis en avant

Ce carnet accompagne un projet de recherche et une publication en cours chez Anamosa (sortie programmée à la rentrée 2020) autour de l’histoire des Républiques d’enfants en Europe de 1939 à 1955. Il met en exergue les communautés pédagogiques exceptionnelles créées pendant et après la Seconde Guerre mondiale afin d’accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant brutalement séparés, pour un temps indéterminé, de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se sont alors baptisées du drôle d’épithète de « républiques d’enfants » pour mieux signifier qu’elles seraient largement administrées par les enfants eux-mêmes, qui y occupent des fonctions de maire, de policier, de juge, etc., et y légifèrent, gèrent ou encore organisent le travail. A la fin des années 1940, ces expériences européennes pour l’enfance victime de la guerre commencent à faire réseau, se regroupant sous l’égide de l’Unesco pour incarner la reconstruction éducative et proposer sur le plus long terme une réforme pédagogique dans la mouvance de l’Éducation nouvelle. Le carnet souhaite fonctionner comme un complément à une publication à venir en proposant plusieurs entrées, permettant de mieux saisir l’histoire de ces républiques d’enfants, par les acteurs notamment, et des plongées dans l’iconographie et les archives souvent inédites et foisonnantes glanées au cours de notre parcours de recherche. Il s’adresse autant au grand public, intéressé par l’histoire de l’éducation et de ces utopies pédagogiques, aux professionnels, qu’aux chercheurs, jeunes et confirmés, de toutes disciplines.

Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat

Résumé du chapitre 12

Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

En 1949, à Charleroi, l’enfance vagabonde est à l’ordre du jour de la seconde conférence de la FICE. La question des bandes errantes et de leur délinquance est analysée pour la première fois comme un moyen de survie et un levier pédagogique, mais tous ne partagent pas la même manière de concevoir leur prise en charge. Ceux qui se sont spécialisés dans la délinquance et l’inadaptation juvéniles mènent une véritable fronde contre les méthodes utilisées au sein des républiques d’enfants. Ils affichent leur scepticisme devant l’artifice que peut représenter le selfgovernment réduit à un jeu de rôle, le coût et le luxe des installations et le caractère factice de cet apprentissage de responsabilités (juges, maires, banquiers) qui détonnent avec celles que les jeunes seront appelés à occuper plus tard (ouvriers, artisans). Ils sont paradoxalement rejoints dans leurs critiques par des partisans de la première heure. Par ailleurs les enfants victimes de la guerre ont grandi, les communautés sont appelées à se vider. Vont-elles fermer ou se reconvertir en accueillant d’autres publics qui sont devenus le problème du moment, ceux qu’on appelle les « inadaptés » ? La définition initiale des communautés d’enfants risque dès lors de se réduire à portion congrue ne laissant place qu’à une formule traditionnelle d’accueil familial en villages mais dont toute forme de participation des enfants est laissée de côté.

Résumé du chapitre 11

Des enfants pris en otage de la guerre froide

Dès la fin de la guerre, la reconstruction signifie également le rapatriement des enfants qui, pendant la guerre, ont été soumis à des déplacements et placements à l’étranger. Il s’agit, dans un monde divisé par la guerre froide, de résoudre cette nouvelle question de politique humanitaire. Chaque nation s’appuie sur les forces nécessaires et les enfants orphelins ou réfugiés à l’étranger représentent symboliquement l’avenir des pays. Ils deviennent source de légitimation idéologique. L’exemple des enfants polonais envoyés au Village Pestalozzi de Trogen, puis rapatriés par le gouvernement en décembre 1949 illustre bien la façon dont des enfants sont pris dans les tensions Est-Ouest. Il en va de même à l’inverse pour l’affaire des enfants grecs évacués – enlevés diront certains – durant la guerre civile par les combattants communistes vers les pays voisins de même obédience et dont le rapatriement est réclamé à cor et à cri par le gouvernement royal. Les tensions politiques s’expriment jusqu’au sein de la FICE, prenant le pas sur les raisons humanitaires et pédagogiques : sauvetage ou kidnapping, anticommunisme ou politique de la chaise vide ; les points de vue s’opposent, souvent, sans aucun accord possible.

Résumé du chapitre 10

L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux

Dès 1949, à l’image de l’Unesco qui a institué des commissions nationales, la FICE promeut des associations nationales de communautés d’enfants. Le but est d’obtenir de nouvelles affiliations, d’améliorer le contact entre les différentes expériences repérées et de recevoir de nouveaux financements notamment au niveau des États. Apparaissent ainsi successivement une association française, italienne et suisse. Si cela contribue en partie à renforcer le rayonnement de la FICE, l’esprit internationaliste en sort paradoxalement affaibli. Les différentes associations se retrouvent aux prises avec des enjeux et des configurations particulières qui vont rapidement orienter leurs stratégies de recrutement et de positionnement plutôt dans un cadre national. Le village symbole du rêve internationaliste qu’était Trogen perd de sa substance, le siège du comité de direction de la FICE lui-même déménage à Paris et la maison de l’Unesco qui y est inaugurée au village Pestalozzi en 1951 est finalement délaissée par la FICE.

Résumé du chapitre 8

« République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Les rapports présentés par les directeurs et les experts lors de la conférence des directeurs de communautés d’enfants victimes de la guerre au Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les discussions qui en découlent montrent les différences de conception du placement et de l’accueil des enfants. Ils dévoilent également les limites d’un modèle communautaire (village ou République) et de sa portée (nationale ou internationale). De même, l’idéal d’un gouvernement collectif des enfants (le selfgovernment) alimenté par des concepts d’une nouvelle éducation est souvent amoindri dans les récits d’expérience par une vision traditionnelle du rôle des adultes, de la famille et de l’école. Ainsi ce qui devait être un tremplin pour la compréhension internationale se révèle au cours de la conférence une illusion pédagogique.

Résumé du chapitre 4

Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Dans l’entre-deux-guerres, un psychiatre français ouvre un collège médical privé qui reçoit des enfants caractériels de la bourgeoise parisienne dans le château d’Annel, près de Compiègne, agréé par l’Éducation nationale. Cette institution à dominante psychiatrique introduit des pratiques pédagogiques innovantes comme le théâtre. Dès le début de l’occupation, cette première expérience subit un coup d’arrêt. Le psychiatre est mobilisé avant d’être nommé au ministère de la Santé du gouvernement de Vichy comme secrétaire général du Conseil technique pour l’enfance déficiente et en danger moral. Au lendemain de la guerre, aidé notamment par le Don suisse, il réinvestit le château d’Annel, mais cette fois-ci pour créer un « hameau-école » – sorte de « République d’enfants » – destiné à accueillir des adolescents déficients de milieu plutôt populaire. Il y emploie des méthodes d’éducation nouvelle, dont le selfgovernment, mais dans une optique de pédagogie curative en milieu médico-psychologique.

Résumé du chapitre 9

Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

En août 1949, un premier camp international d’enfants est initié à la République d’enfants de Moulin-Vieux, dans l’Isère. Malgré l’enthousiasme initial, le bilan est mitigé et ne fait que renforcer les dissensions autour du modèle du selfgovernment. Outre les problèmes de différences d’âge entre les enfants et de compréhension linguistique, certains rapporteurs de l’expérience pointent le caractère fermé de la République d’enfants, qui admettrait difficilement la venue d’étrangers. Ils critiquent par ailleurs le collectivisme à outrance ou bien, lors de l’arbitrage des débats, les dérapages autoritaires exercés par le couple de directeurs. Une seconde expérience est néanmoins tentée l’année suivante au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, qui tente de prendre en compte les critiques du camp précédent. Si cet événement apparaît comme un succès du point de vue de la participation et semble un temps faire oublier Moulin-Vieux, le suivant en 1951, à Jugenheim, en Allemagne, constitue la dernière expérience du genre.

Résumé du chapitre 7

Pourquoi certains sont à la conférence Trogen et d’autres pas

Le travail de préparation de la conférence des directeurs de villages d’enfants débute au seuil de l’année 1948. L’Unesco, puissance invitante, fait feu de tout bois pour avoir le plus de monde possible et tenter de n’oublier personne. Elle contacte aussi bien des organisations internationales que nationales, des experts de l’enfance et des acteurs de terrain, des représentants ministériels et de simples observateurs. Dans ce va-et-vient entre invitations et réponses s’esquisse un aréopage hétéroclite de personnages aux parcours et statuts très divers. Tous animés d’une même volonté de réparer l’enfance victime de la guerre, leurs expériences et conceptions singulières risquent pourtant d’entraîner un dialogue de sourds. La palette des professions et des pays représentés dessine une première géopolitique des communautés d’enfants mais révèle d’autant mieux de grands absents. Et malgré l’existence de plusieurs communautés déjà constituées avec leurs petits maires, ni les enfants ni leurs représentants ne sont invités.

Résumé du chapitre 5

Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien, qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux.

Résumé du chapitre 6

La Suisse « immaculée » devient le creuset de formations  pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de pédagogues juifs apatrides d’origine russe arrive clandestinement en Suisse depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut des sciences de l’éducation de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. En 1943, ils participent à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans l’esprit de l’éducation nouvelle. En février 1944, une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, où se trouve déjà l’École internationale de Genève. Ces sessions sont dirigées par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. Sont ainsi institués des cours de perfectionnement d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.

Résumé du chapitre 3

Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

En 1943, un groupe d’amis projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de contribuer à pacifier l’Europe par une éducation à la compréhension internationale sur le modèle du fédéralisme suisse. Projet ambitieux à la fois humanitaire, pédagogique et architectural, le Village d’enfants Pestalozzi nécessite des recherches de fonds et des campagnes financières pour sa construction. Soutenu par la fondation Pro Juventute, s’y mêleront assez rapidement des questions de politique d’accueil en Suisse. Rapidement promu en modèle international d’éducation, il se double d’une entreprise de promotion de l’aide suisse à la reconstruction de l’après-guerre, réhabilitant l’image de ce pays épargné par la guerre mais écorné par l’ambiguïté de sa neutralité politique. Des tensions apparaissent, reposant sur des conceptions différentes du rôle de cette communauté d’enfants se voulant une « Petite Europe » ; elles auront raison du projet pédagogique idéaliste des fondateurs pour une fonction de politique humanitaire et philanthropique.

Résume du chapitre 1

Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants (UISE) envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Éducation nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une République en miniature.

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Continuer la lecture

Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli

Mis en avant

Les deux modèles américains précurseurs des républiques d’enfants

par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Le point de départ de cette réflexion a été le symposium organisé à l’AREF 2010 dans lequel notre petit groupe de recherche s’était penché sur la rencontre internationale de directeurs de villages d’enfants organisée au village d’enfants de Trogen, dans l’Appenzell Suisse, sous l’égide de l’Unesco, du 5 au 10 juillet 1948. Cette réunion, qui avait réuni 14 délégués appartenant à 6 pays, 11 experts, 12 observateurs et 4 participants à titre divers, avait donné naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants et à une définition commune des dites communautés : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ». Continuer la lecture