Les communautés d’enfants à l’épreuve de la “question allemande” (1946-1951)

Mis en avant

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite “de transition”, en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les “Unaccompanied Children” en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de “colons de race germanique”… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

Continuer la lecture

Marie Meierhofer (1909-1988)

Une vie au service des enfants

par Bernard Walter

Quel destin étonnant que celui de Marie Meierhofer ! On pourrait dire qu’elle a passé sa vie sous un régime de liberté conditionnelle. En effet, les drames qui se sont succédé au cours des vingt-cinq premières années de sa vie ont profondément déterminé le cours de toute son existence.

Marie Meierhofer est née le 21 juin 1909 à Turgi, entre Baden et Brugg, dans le canton d’Argovie, au bord de la Limmat. La région est baignée de rivières, c’est là que la Limmat et la Reuss rejoignent l’Aar, laquelle va se jeter un peu plus loin dans le Rhin. C’est aussi un nœud ferroviaire important de Suisse. « Ma vie et mes fantaisies ont été fortement inspirées par ce paysage », dit Marie Meierhofer. L’eau va d’ailleurs jouer un rôle particulier dans les drames qui ont marqué sa vie. Le train aussi a son importance, car aux frontières il y a la guerre, les trains transportent des blessés, dont certains seront nourris ou hébergés un temps dans sa famille, et cela, la petite Marie ne peut pas l’oublier.

Continuer la lecture

L’internationale des Républiques d’enfants (1944-1954)

Mis en avant

Ce carnet accompagne un projet de recherche et une publication en cours autour de l’histoire des Républiques d’enfants en Europe de 1944 à 1954. Il met en exergue les communautés pédagogiques exceptionnelles créées pendant et après la seconde guerre mondiale afin d’accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant brutalement séparés, pour un temps indéterminé, de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se sont alors baptisées du drôle d’épithète de « républiques d’enfants » pour mieux signifier qu’elles seraient largement administrées par les enfants eux-mêmes, qui y occupent des fonctions de maire, de policier, de juge, etc., et y légifèrent, gèrent ou encore organisent le travail. A la fin des années 1940, ces expériences européennes pour l’enfance victime de la guerre commencent à faire réseau, se regroupant sous l’égide de l’Unesco pour incarner la reconstruction éducative et proposer sur le plus long terme une réforme pédagogique dans la mouvance de l’Education nouvelle. Le carnet souhaite fonctionner comme un complément à la publication à venir aux éditions Belin, collection « Contemporaines », en proposant plusieurs entrées, permettant de mieux saisir l’histoire de ces républiques d’enfants, par les acteurs notamment, et des plongées dans l’iconographie et les archives souvent inédites et foisonnantes glanées au cours de notre parcours de recherche. Il s’adresse autant au grand public, intéressé par l’histoire de l’éducation et de ces utopies pédagogiques, aux professionnels, qu’aux chercheurs, jeunes et confirmés, de toutes disciplines.

Résumé du chapitre 7

Pourquoi certains y sont et d’autres pas

Le travail de préparation de la conférence des directeurs de villages d’enfants débute au seuil de l’année 1948. L’Unesco, puissance invitante, fait feu de tout bois pour avoir le plus de monde possible et tenter de n’oublier personne. Elle contacte aussi bien des organisations internationales que nationales, des experts de l’enfance et des acteurs de terrain, des représentants ministériels et de simples observateurs. Dans ce va-et-vient entre invitations et réponses s’esquisse un aréopage hétéroclite de personnages aux parcours et statuts très divers. Tous animés d’une même volonté de réparer l’enfance victime de la guerre, leurs expériences et conceptions singulières risquent pourtant d’entraîner un dialogue de sourds. La palette des professions et des pays représentés dessine une première géopolitique des communautés d’enfants mais révèle d’autant mieux de grands absents. Malgré l’existence de plusieurs communautés déjà constituées avec leurs petits maires, ni les enfants ni leur représentant ne sont invités.

Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens

Mis en avant

Trois regards sur un village d’enfants des États-Unis

à l’heure du soft power (1948-1950)

Samuel BOUSSION

Après 1945, les villages d’enfants font l’actualité en Europe, où ils essaiment à la fois dans les pays libérés, notamment en France, Belgique et Hongrie, et dans les pays dits “anciennement ennemis”, en Allemagne et en Italie, afin de rééduquer les enfants victimes de la guerre. Même la Suisse, dont le sol est resté immaculé pendant le conflit, compte le sien et non des moindres : le Village international d’enfants Pestalozzi de Trogen.

Pourtant, dans ce concert des nations, à l’heure de la reconstruction et du Plan Marshall, où sont les États-Unis ? Continuer la lecture

Sommaire d’un livre à paraître

L’internationale des républiques d’enfants en Europe (1939-1953)

Première partie. Un renouveau pédagogique au cœur de l’humanitaire

Chapitre 1. Comment un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire.

Chapitre 2. Comment un prêtre irlandais rêve de sauver les gamins des rues italiens grâce à un « village d’enfants ».

Chapitre 3. Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell.

Chapitre 4. Comment un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Chapitre 5. Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

Chapitre 6. Comment la Suisse « immaculée » devient le creuset de formations internationales de cadres pour une Europe pacifiée

Seconde partie : Une utopie pédagogique à l’épreuve de l’international

Chapitre 7. Pourquoi certains y sont et d’autres pas

Chapitre 8. Pourquoi il est si difficile de s’entendre sur une définition de la « communauté d’enfants »

Chapitre 9. Pourquoi le camp international des enfants s’avère être un fiasco

Chapitre 10. Pourquoi l’internationalisme ne peut résister aux enjeux nationaux.

Chapitre 11. Pourquoi certains enfants sont pris en otage dans la guerre froide

Chapitre 12. Pourquoi la formule des communautés d’enfants n’est pas transposable aux « enfants inadaptés »

Simone MARCUS (1911-2012)

Une psychiatre devenue experte internationale de l’enfance victime de la guerre

par Samuel Boussion

 

Simone Marcus et sa fille Hélène, début années 1950 (archives privées)

« J’ai toujours été considérée comme bavarde ». C’est ainsi que dans les années 1980, Simone Marcus lance le récit de ses souvenirs, rédigeant une autobiographie sous le titre Si je ne me trompe (la vie derrière soi). Au final, plus de deux cent feuillets tapés à la machine, souvent raturés et parfois repris et annotés, dans un équilibre instable qui montre un travail resté à l’état de projet. Ces pages racontent néanmoins tout un parcours de vie, en tant que femme, médecin, en tant que psychiatre et psychanalyste. Le manuscrit inédit, retrouvé dans ses archives personnelles à l’étage de la grande maison familiale grâce à sa fille Hélène, croisé avec d’autres sources, de l’Unesco notamment, éclaire une trajectoire qui à plusieurs reprises dans l’immédiat après-guerre rencontre l’histoire des villages et républiques d’enfants.

Continuer la lecture

Résumé du chapitre 5

Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe tout d’abord avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission pédagogique doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux. Sous l’impulsion de l’Américain, qui rallie les instances de la New education Fellowship à Londres, l’éducation nouvelle prend un second souffle. Sa revue New Era fait des communautés d’enfants un fer de lance de sa nouvelle politique de développement.

Résumé du chapitre 6

Comment la Suisse « immaculée » devient le creuset de formations internationales de cadres pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de juifs apatrides d’origine russe, pédagogues depuis la fin des années 1930, arrive clandestinement en Suisse, depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. Ils participent en 1943 à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans un esprit d’éducation nouvelle. En février 1944, se déroule une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants qui préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, lieu de l’Ecole internationale de Genève. Ces cours sont alors dirigés par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. A partir de 1946, sont instituées des cours de formation d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.

Résumé du chapitre 3

Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell

En 1943, un groupe d’idéalistes suisses projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de les éduquer ensemble en une fédération – sur le modèle du fédéralisme suisse – visant à pacifier l’Europe. Ce projet ambitieux demande une recherche de fonds pour construire le village selon des plans originaux. Des campagnes financières et publicitaires, menées notamment par l’association philanthropique Pro Juventute, font du Village Pestalozzi un modèle international de communauté d’enfants. Or, rapidement des tensions apparaissent entre le groupe fondateur d’idéalistes et celui des philanthropes, membres pour certains de Pro Juventute. Ce succès et l’ampleur des fonds récoltés vont entraîner une mainmise de Pro Juventute et du Conseil fédéral sur le village qui aura raison du projet pédagogique idéaliste de « Petite Europe », tout en promouvant un modèle permettant de réhabiliter l’image de la Suisse, épargnée par la guerre mais écornée par sa neutralité ambiguë.

Résume du chapitre 1

Comment un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Education nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une république en miniature.

Isaac POUGATCH (1897-1988)

Un pédagogue juif au service de l’éducation internationale

 par Samuel Boussion

 

Isaac Pougatch, années 1940
Archives Alliance israélite universelle, fonds Pougatch

Cet article est une version remaniée et enrichie de : Samuel Boussion, “La part suisse du pédagogue juif Isaac Pougatch. Une contribution à l’éducation internationale”, Rémi Baudouï, Landry Charrier, Thomas Nicklas (dir.), L’émigration politique en Suisse au XXe siècle (1930-1990). Pratiques, réseaux, résonances, Reims, EPURE (Editions et Presses universitaires de Reims), coll. Etudes suisses, 2017.

Isaac Pougatch est né à Kiev, en Ukraine, en 1897. Sa famille vit alors dans le quartier de Podol. La région est pauvre et marquée par une ségrégation à l’égard des Juifs, dont une grande partie n’a pas le droit de travailler. La prime enfance d’Isaac est vécue entre la maison familiale et l’oratoire, sans trop s’éloigner du quartier juif. Son père, pour sa part, travaille sur des chantiers. Continuer la lecture

Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898. Continuer la lecture

Républiques, villages et communautés d’enfants, un idéal concerté de l’après seconde guerre mondiale

Présentation effectuée lors d’un symposium au colloque de l’AREF, Genève, 2010

Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen-Heiden (fondé par Walter Robert Corti en 1946 dans le canton d’Appenzell, Ausserhoden, Suisse). 14 délégués appartenant à 6 pays différents, 11 experts, originaires également de six pays, 4 participants à titre divers et douze observateurs répondent à l’appel. Après échange sur les différentes expériences menées pour la plupart d’entre elles durant le conflit mondial et en faveur des enfants sans foyer, une définition est retenue pour qualifier la nation de communautés d’enfants : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ». Continuer la lecture