Le tour d’Europe médico-pédagogique des SEPEG

Mis en avant

ou former les professionnels de l’enfance victime de la guerre par-delà les frontières

(1944-1951)

par Samuel BOUSSION

 

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […]
De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts.
Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine.

Oscar Forel, discours d’inauguration, conférence internationale des SEPEG, Zurich, septembre 1945

Guerres et sorties de guerres sont des événements transnationaux par excellence, organisant d’intenses circulations, notamment de scientifiques et de spécialistes, d’un pays l’autre, d’une profession l’autre. Nées en 1944, les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre, très vite réduites à leur acronyme de SEPEG, relèvent de ce processus de globalisation et entourent l’enfant, particulièrement « l’enfant-problème », de leur expertise dans les champs de la pédagogie, de la psychiatrie de l’enfant, de la psychologie ou encore du droit. Un travail « humanitaire-expert » en somme, afin de réformer les systèmes médico-pédagogiques, à coup de « grands événements » internationaux – des conférences – et de formations de professionnels, en Suisse certes, mais également dans les pays touchés par la guerre.

Tout un itinéraire se déploie alors.  Continuer la lecture

Juliette PARY (née Julia Gourfinkel, 1903-1950)

Une militante kaléidoscope

par Samuel BOUSSION

 

Juliette Pary, s.d.
Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch

Juliette Pary est un personnage complexe à saisir dans son ensemble alors même qu’elle paraît bien connue dans différents milieux. Elle est par exemple une figure importante des milieux de la traduction, notamment de l’allemand au français. Elle est également une journaliste majeure sous le Front populaire, ayant incarné en quelque sorte ce genre naissant qu’est le reportage dans les années 1930. Plus tard également, elle est un vecteur de la connaissance de la Palestine en France, qu’elle a suivie dans un ouvrage sur Israël de 1948. Et puis, comment ne pas voir en Juliette Pary un personnage important de l’histoire des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, là aussi au temps du Front populaire ? Elle est encore largement connue aujourd’hui, semble-t-il, comme une figure de l’éducation nouvelle des années 1930-1940. Et puis pour nous, elle a également, au cœur de cette activité multiformes, joué un rôle majeur dans la diffusion du modèle des communautés d’enfants, à travers la formation de moniteurs de homes d’enfants au début des années 1940.
Continuer la lecture

Les communautés d’enfants à l’épreuve de la « question allemande » (1946-1951)

Mis en avant

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite « de transition », en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les « Unaccompanied Children » en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de « colons de race germanique »… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

Continuer la lecture

Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens

Mis en avant

Trois regards sur un village d’enfants des États-Unis

à l’heure du soft power (1948-1950)

Samuel BOUSSION

Après 1945, les villages d’enfants font l’actualité en Europe, où ils essaiment à la fois dans les pays libérés, notamment en France, Belgique et Hongrie, et dans les pays dits « anciennement ennemis », en Allemagne et en Italie, afin de rééduquer les enfants victimes de la guerre. Même la Suisse, dont le sol est resté immaculé pendant le conflit, compte le sien et non des moindres : le Village international d’enfants Pestalozzi de Trogen.

Pourtant, dans ce concert des nations, à l’heure de la reconstruction et du Plan Marshall, où sont les États-Unis ? Continuer la lecture

Simone MARCUS (1911-2012)

Une psychiatre devenue experte internationale de l’enfance victime de la guerre

par Samuel Boussion

 

Simone Marcus et sa fille Hélène, début années 1950 (archives privées)

« J’ai toujours été considérée comme bavarde ». C’est ainsi que dans les années 1980, Simone Marcus lance le récit de ses souvenirs, rédigeant une autobiographie sous le titre Si je ne me trompe (la vie derrière soi). Au final, plus de deux cent feuillets tapés à la machine, souvent raturés et parfois repris et annotés, dans un équilibre instable qui montre un travail resté à l’état de projet. Ces pages racontent néanmoins tout un parcours de vie, en tant que femme, médecin, en tant que psychiatre et psychanalyste. Le manuscrit inédit, retrouvé dans ses archives personnelles à l’étage de la grande maison familiale grâce à sa fille Hélène, croisé avec d’autres sources, de l’Unesco notamment, éclaire une trajectoire qui à plusieurs reprises dans l’immédiat après-guerre rencontre l’histoire des villages et républiques d’enfants.

Continuer la lecture

Isaac POUGATCH (1897-1988)

Un pédagogue juif au service de l’éducation internationale

 par Samuel Boussion

 

Isaac Pougatch, années 1940
Archives Alliance israélite universelle, fonds Pougatch

Cet article est une version remaniée et enrichie de : Samuel Boussion, « La part suisse du pédagogue juif Isaac Pougatch. Une contribution à l’éducation internationale », Rémi Baudouï, Landry Charrier, Thomas Nicklas (dir.), L’émigration politique en Suisse au XXe siècle (1930-1990). Pratiques, réseaux, résonances, Reims, EPURE (Editions et Presses universitaires de Reims), coll. Etudes suisses, 2017.

Isaac Pougatch est né à Kiev, en Ukraine, en 1897. Sa famille vit alors dans le quartier de Podol. La région est pauvre et marquée par une ségrégation à l’égard des Juifs, dont une grande partie n’a pas le droit de travailler. La prime enfance d’Isaac est vécue entre la maison familiale et l’oratoire, sans trop s’éloigner du quartier juif. Son père, pour sa part, travaille sur des chantiers. Continuer la lecture

Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898. Continuer la lecture