Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des “Ruines politiques” qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Continuer la lecture

Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens

Mis en avant

Trois regards sur un village d’enfants des États-Unis

à l’heure du soft power (1948-1950)

Samuel BOUSSION

Après 1945, les villages d’enfants font l’actualité en Europe, où ils essaiment à la fois dans les pays libérés, notamment en France, Belgique et Hongrie, et dans les pays dits “anciennement ennemis”, en Allemagne et en Italie, afin de rééduquer les enfants victimes de la guerre. Même la Suisse, dont le sol est resté immaculé pendant le conflit, compte le sien et non des moindres : le Village international d’enfants Pestalozzi de Trogen.

Pourtant, dans ce concert des nations, à l’heure de la reconstruction et du Plan Marshall, où sont les États-Unis ? Continuer la lecture

Arrêt sur images

Les archives que nous avons découvertes durant notre recherche ont recelé une abondante iconographie du fait de l’intense propagande effectuée au niveau national et international autour des républiques et villages d’enfants mais aussi des talents de photographes reconnus ou d’amateurs ainsi que des enfants souvent mis à contribution dans un esprit éducation nouvelle. Cette rubrique vous propose quelques arrêts sur les documents les plus exemplaires.

Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Mis en avant

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption. Continuer la lecture

La République d’enfants de Moulin Vieux en bande dessinée

Mis en avant

Episode 1

Une communauté de destins ou la naissance d’une république

 par Mathias Gardet

A partir de l’été 1946, le couple Henri et Henriette Julien, tous deux anciens instituteurs et directeurs de l’école primaire de la Treille près de Marseille, se dédient à plein temps, avec la bénédiction de leur inspecteur d’Académie, à l’organisation de leur projet de centre d’éducation nouvelle. Le modèle de communauté d’enfants qu’ils préconisent fonctionne sous le régime de l’internat et du self government. En attendant de pouvoir lui donner plus de visibilité dans une implantation mieux adaptée à proximité de la ville de Marseille, ils s’installent à demeure, dans une propriété près de Lavaldens dans l’Isère. Ce qui n’est au départ qu’un camp de vacances devient sur le plus long terme un lieu d’accueil permanent pour les enfants qui n’ont pas retrouvé leur foyer à la fin de la guerre. La communauté d’enfants ainsi formée, vit presque en autarcie et ne tarde pas s’auto-baptiser « République d’enfants de Moulin-Vieux », du nom du lieu-dit où elle prend ses quartiers. Adeptes depuis le début de leur carrière des techniques pédagogiques initiées par Célestin Freinet, en particulier du système d’imprimerie artisanale fabriquée et utilisée par les enfants, les Julien vont rapidement mener une propagande très efficace pour donner à connaître leur République. Continuer la lecture