L’internationale des Républiques d’enfants (1939-1955)

Mis en avant

Ce carnet accompagne un projet de recherche et une publication en cours chez Anamosa (sortie programmée à la rentrée 2020) autour de l’histoire des Républiques d’enfants en Europe de 1939 à 1955. Il met en exergue les communautés pédagogiques exceptionnelles créées pendant et après la Seconde Guerre mondiale afin d’accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant brutalement séparés, pour un temps indéterminé, de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se sont alors baptisées du drôle d’épithète de « républiques d’enfants » pour mieux signifier qu’elles seraient largement administrées par les enfants eux-mêmes, qui y occupent des fonctions de maire, de policier, de juge, etc., et y légifèrent, gèrent ou encore organisent le travail. A la fin des années 1940, ces expériences européennes pour l’enfance victime de la guerre commencent à faire réseau, se regroupant sous l’égide de l’Unesco pour incarner la reconstruction éducative et proposer sur le plus long terme une réforme pédagogique dans la mouvance de l’Éducation nouvelle. Le carnet souhaite fonctionner comme un complément à une publication à venir en proposant plusieurs entrées, permettant de mieux saisir l’histoire de ces républiques d’enfants, par les acteurs notamment, et des plongées dans l’iconographie et les archives souvent inédites et foisonnantes glanées au cours de notre parcours de recherche. Il s’adresse autant au grand public, intéressé par l’histoire de l’éducation et de ces utopies pédagogiques, aux professionnels, qu’aux chercheurs, jeunes et confirmés, de toutes disciplines.

Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat

Juliette PARY (née Julia Gourfinkel, 1903-1950)

Une militante kaléidoscope

par Samuel BOUSSION

 

Juliette Pary, s.d.
Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch

Juliette Pary est un personnage complexe à saisir dans son ensemble alors même qu’elle paraît bien connue dans différents milieux. Elle est par exemple une figure importante des milieux de la traduction, notamment de l’allemand au français. Elle est également une journaliste majeure sous le Front populaire, ayant incarné en quelque sorte ce genre naissant qu’est le reportage dans les années 1930. Plus tard également, elle est un vecteur de la connaissance de la Palestine en France, qu’elle a suivie dans un ouvrage sur Israël de 1948. Et puis, comment ne pas voir en Juliette Pary un personnage important de l’histoire des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, là aussi au temps du Front populaire ? Elle est encore largement connue aujourd’hui, semble-t-il, comme une figure de l’éducation nouvelle des années 1930-1940. Et puis pour nous, elle a également, au cœur de cette activité multiformes, joué un rôle majeur dans la diffusion du modèle des communautés d’enfants, à travers la formation de moniteurs de homes d’enfants au début des années 1940.
Continuer la lecture

Résumé du chapitre 8

« République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Les rapports présentés par les directeurs et les experts lors de la conférence des directeurs de communautés d’enfants victimes de la guerre au Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les discussions qui en découlent montrent les différences de conception du placement et de l’accueil des enfants. Ils dévoilent également les limites d’un modèle communautaire (village ou République) et de sa portée (nationale ou internationale). De même, l’idéal d’un gouvernement collectif des enfants (le selfgovernment) alimenté par des concepts d’une nouvelle éducation est souvent amoindri dans les récits d’expérience par une vision traditionnelle du rôle des adultes, de la famille et de l’école. Ainsi ce qui devait être un tremplin pour la compréhension internationale se révèle au cours de la conférence une illusion pédagogique.

Le tableau de Tadeusz Sas

Entretien réalisé avec Tadeusz Sas, par Renata Latala, Aldorf, le 14 décembre 2018. 

Mis en forme par Martine Ruchat

Tadeusz ou Thaddäus Sas, est né en 1935. Lorsque l’occupation allemande commence, il a 4 ans. Peut-être a-t-il fait l’école clandestine ou alors à la maison, mais aujourd’hui, il ne se souvient pas. Quoiqu’il en soit, il savait lire et écrire. Il vivait alors avec sa mère chez ses grands-parents maternels, dans le quartier Czerniakow en plein Ghetto de Varsovie, son père étant mort lors de l’insurrection de la ville en 1944. Du côté paternel, le grand-père était propriétaire de char à banc, puis après la guerre de taxi. Il était chauffeur privé du ministre de l’intérieur qui sera tué par les nationalistes ukrainiens. Continuer la lecture

Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des « Ruines politiques » qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Continuer la lecture

Elisabeth ROTTEN (1882-1964)

Une militante frénétique de la cause humanitaire et pédagogique et citoyenne du monde

par Martine Ruchat

 

Pour ses 70 ans, en 1952, Walter Robert Corti écrit un article dans la Neue Zürcher Zeitung du 15 février pour l’anniversaire d’Elisabeth Rotten, décrivant cette réunion qui regroupe les fidèles de la « province pédagogique » – clin d’œil à Goethe et son ouvrage La vie de Wilhelm Meister – soit : John Dewey, Maria Montessori, Martin Buber, Adolphe Ferrière et Bernard Drzewieski.
 D’entrée, il fait le portait d’une combattante, d’une courageuse, qui tient le « flambeau de cette pédagogie », mais aussi d’une âme modeste, tendre et fragile de cette « citoyenne de la liberté et de l’esprit ». Il faut donc expliquer son cheminement, ses alliances, ses soutiens (et ils sont bien présents ce jour-là), ses peines également. Au travers de sa correspondance, c’est également une femme active voire une activiste qui se révèle, grande épistolière qui ne passe pas un jour sans écrire des lettres sinon des articles (tôt le matin jusqu’à passé minuit) au risque de perturber son sommeil comme elle le confie souvent à son ami Corti. Dans une lettre du 30 août 1946 à Corti elle parle d’elle comme étant hektisch, un mot qu’on pourrait traduire par trépidante, survoltée, frénétique voire fébrile.

Continuer la lecture

Walter CORTI (1910-1990)

Un idéaliste, pacifiste et visionnaire

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un Suisse, né à Zurich le 11 septembre 1910, un dimanche. Il a passé son enfance à Dübendorf. Ses ancêtres, originaires du nord de l’Italie, se sont installés à Stabio au Tessin. Son grand-père a quitté le Tessin pour s’installer en Suisse allemande, à Winterthur, au milieu du XIXe siècle où il avait une entreprise de construction. Son père Arnold est chimiste et naturaliste ; il est directeur de la fabrique Flora à Dübendorf tout en poursuivant des recherches en entomologie. Sa mère Helene Corti-Stamm est une Allemande de la région de Westphalie qui a été formée en tant que « Bethelschwester », soit diaconesse, par le célèbre pasteur évangélique Friedrich von Bodelschwingh, pratiquant pendant sa vie dans ce même esprit de « mission intérieure ». Walter est le cadet de trois frères. La vie familiale est libérale, laissant à chacun sa pensée en fonction des preuves obtenues sans jamais abandonner son libre-arbitre. Il se dit lui-même un enfant sensible et insatiablement curieux avec un désir précoce de devenir médecin.

Continuer la lecture

Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Mis en avant

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption. Continuer la lecture

Le deuxième cercle

En 1949, la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) qui s’était constituée l’année antérieure à Trogen en Suisse, lors de la première rencontre internationale convoquée par l’Unesco, se réunit à la Cité de l’enfance de Marcinelle, à Charleroi, en Belgique du 10 au 14 octobre. C’est l’occasion de faire le point sur son influence dans la diffusion du modèle de communautés pour enfants victimes de la guerre qu’elle avait prôné. Plusieurs listes sont dressées qui recensent à la fois les demandes d’adhésions émanant de plusieurs institutions d’accueil et les communautés déjà affiliées ou reconnues comme correspondant à la définition retenue. Aux quinze expériences initiales qui s’étaient retrouvées à Trogen (en rouge sur la carte), s’en ajoutent plus de 70 autres qui se revendiquent de cette lignée (en vert sur la carte). Elles constituent en quelque sorte le deuxième cercle de rayonnement de la FICE. Parmi ces dernières, les plus nombreuses figurent en Allemagne, encore unifiée malgré les tensions entre les zones d’occupation et surtout entre blocs, illustrant les velléités très volontaristes des puissances alliées de procéder à une dénazification de la jeunesse en leur offrant en contrepoint un modèle éducatif fort, plus démocratique, et une formation à la citoyenneté et à la compréhension internationale. Viennent ensuite la vingtaine de « nouvelles » communautés françaises et la douzaine d’italiennes, reflétant le dynamisme de ces deux réseaux nationaux. 

Peggy VOLKOV (née Webb, 1899-1973)

Une femme discrète au cœur des réseaux éducation nouvelle

Par Mathias Gardet

A partir des souvenirs personnels rédigés à notre attention par sa fille Sophie Annetts et quelques bribes d’archives

J’ai croisé Peggy Volkov dans les archives de la conférence internationale des directeurs de village d’enfants tenue à Trogen en 1948. Elle y participe en tant qu’experte et représentante de la New Education Fellowship, étant rédactrice en chef de sa revue : The new era in home and school. Elle prend à plusieurs reprises la parole durant les débats et interpelle même avec vigueur les participants à ces journées sur le sens de leur action. Le texte de son intervention figure ainsi parmi les documents dactylographiés diffusés par l’Unesco. Je suis alors parti sur ses traces, convaincu que sa biographie ne serait pas difficile à reconstituer. C’était peu la connaître !

Continuer la lecture

Bernard Drzewieski (1888-1953)

Un Polonais engagé dans la reconstruction éducative

par Mathias Gardet

                

Rien ne prédisposait Bernard Drzewieski à travailler à l’Unesco ni à s’intéresser aux villages d’enfants. Né le 2 août 1888 en Pologne dans la ville de Lublin au sud-est du pays, il y il fait sa scolarité jusqu’en 1905.

Continuer la lecture

Isaac POUGATCH (1897-1988)

Un pédagogue juif au service de l’éducation internationale

 par Samuel Boussion

 

Isaac Pougatch, années 1940
Archives Alliance israélite universelle, fonds Pougatch

Cet article est une version remaniée et enrichie de : Samuel Boussion, « La part suisse du pédagogue juif Isaac Pougatch. Une contribution à l’éducation internationale », Rémi Baudouï, Landry Charrier, Thomas Nicklas (dir.), L’émigration politique en Suisse au XXe siècle (1930-1990). Pratiques, réseaux, résonances, Reims, EPURE (Editions et Presses universitaires de Reims), coll. Etudes suisses, 2017.

Isaac Pougatch est né à Kiev, en Ukraine, en 1897. Sa famille vit alors dans le quartier de Podol. La région est pauvre et marquée par une ségrégation à l’égard des Juifs, dont une grande partie n’a pas le droit de travailler. La prime enfance d’Isaac est vécue entre la maison familiale et l’oratoire, sans trop s’éloigner du quartier juif. Son père, pour sa part, travaille sur des chantiers. Continuer la lecture

Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898. Continuer la lecture

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Continuer la lecture