Livre à paraître chez Anamosa à la rentrée 2020

Mis en avant

Cet ouvrage est le résultat d’une découverte faite au détour de nos recherches respectives dans le domaine de l’enfance dite irrégulière : la mise en place pendant la Seconde Guerre mondiale de communautés pédagogiques exceptionnelles créées pour accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés et pour un temps indéterminé de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se baptisent du drôle d’épithète de « Républiques d’enfants ». Elles sont en effet administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment, avec l’élection de jeunes maires, de gouvernements (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), parfois aussi la mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, d’un système de coopératives avec magasin vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal.

Le phénomène des républiques et autres communautés d’enfants, dans l’après-guerre, prend d’autant plus d’ampleur qu’elles finissent par faire réseau. Dans les dix années suivant la guerre, sont ainsi recensées plus d’une centaine d’initiatives de ce type dans toute l’Europe. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. 14 directeurs et directrices de villages d’enfants, 11 experts et douze observateurs, originaires de douze pays différents répondent à l’appel. Le 10 juillet, en clôture, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, censée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants.

En interpellant les expériences menées dans plusieurs pays, nous souhaitons analyser les ambiguïtés de cet apprentissage à la citoyenneté et à l’utopie de l’entente internationale qui se fait par mimétisme ou délégation de responsabilité et est réalisé paradoxalement en monde clos, coupé des contingences extérieures. Il s’agira ainsi d’examiner si ces communautés sont parvenues à dépasser la tension voire la contradiction entre l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre et la réalité concrète de celles-ci. Ces communautés se présentent, en effet, moins comme des prototypes d’une forme éducative à vocation universelle, que comme des isolats micro-sociaux, nés de circonstances et de contextes nationaux qui les conditionnent.

Les communautés d’enfants constituent, à ce jour, un « angle mort » aussi bien de l’histoire de l’éducation que de la réflexion éducative en termes d’autonomie de l’enfant ou d’autorité des éducateurs. L’histoire de l’éducation a, en effet, négligé jusqu’à présent ces expériences éducatives pour deux raisons. Premièrement, celles-ci ont eu lieu en marge de l’institution scolaire et des systèmes d’enseignement officiels.

Les nombreux travaux – relevant généralement de la philosophie ou de la sociologie de l’éducation – concernant ces « questions vives » que sont l’autonomie et l’autorité dans le domaine éducatif, ont eu, jusqu’à présent, le défaut de négliger les expériences historiques au cours desquelles une nouvelle conception de l’autonomie et un nouveau rapport à l’autorité ont été mis à l’essai. La mise au jour des communautés d’enfants devrait être un apport significatif à la réflexion sur l’autonomie et l’autorité. Celle-ci pourrait ainsi descendre du « ciel des idées » et intégrer, dans sa critique, des éléments de réalité du passé dont la confrontation avec des manifestations actuelles (établissements autogérés, institution du conseil en pédagogie institutionnelle) pourrait se révéler instructive.

Le communiqué de presse est consultable ici

 

Sommaire

Introduction. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ?

Chapitre 1. Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

Chapitre 2. Un village d’enfants italiens fondé par un prêtre irlandais et promu par la Suisse

Chapitre 3. Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

Chapitre 4. Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Chapitre 5. Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

Chapitre 6. La Suisse « immaculée » devient un creuset de formations pour une Europe pacifiée

Chapitre 7. Pourquoi certains sont à la conférence de Trogen et d’autres pas

Chapitre 8. « République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Chapitre 9. Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

Chapitre 10. L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux.

Chapitre 11. Des enfants pris en otage dans la guerre froide

Chapitre 12. Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

Le tour d’Europe médico-pédagogique des SEPEG

Mis en avant

ou former les professionnels de l’enfance victime de la guerre par-delà les frontières

(1944-1951)

par Samuel BOUSSION

 

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […]
De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts.
Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine.

Oscar Forel, discours d’inauguration, conférence internationale des SEPEG, Zurich, septembre 1945

Guerres et sorties de guerres sont des événements transnationaux par excellence, organisant d’intenses circulations, notamment de scientifiques et de spécialistes, d’un pays l’autre, d’une profession l’autre. Nées en 1944, les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre, très vite réduites à leur acronyme de SEPEG, relèvent de ce processus de globalisation et entourent l’enfant, particulièrement « l’enfant-problème », de leur expertise dans les champs de la pédagogie, de la psychiatrie de l’enfant, de la psychologie ou encore du droit. Un travail « humanitaire-expert » en somme, afin de réformer les systèmes médico-pédagogiques, à coup de « grands événements » internationaux – des conférences – et de formations de professionnels, en Suisse certes, mais également dans les pays touchés par la guerre.

Tout un itinéraire se déploie alors.  Continuer la lecture

Juliette PARY (née Julia Gourfinkel, 1903-1950)

Une militante kaléidoscope

par Samuel BOUSSION

 

Juliette Pary, s.d.
Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch

Juliette Pary est un personnage complexe à saisir dans son ensemble alors même qu’elle paraît bien connue dans différents milieux. Elle est par exemple une figure importante des milieux de la traduction, notamment de l’allemand au français. Elle est également une journaliste majeure sous le Front populaire, ayant incarné en quelque sorte ce genre naissant qu’est le reportage dans les années 1930. Plus tard également, elle est un vecteur de la connaissance de la Palestine en France, qu’elle a suivie dans un ouvrage sur Israël de 1948. Et puis, comment ne pas voir en Juliette Pary un personnage important de l’histoire des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, là aussi au temps du Front populaire ? Elle est encore largement connue aujourd’hui, semble-t-il, comme une figure de l’éducation nouvelle des années 1930-1940. Et puis pour nous, elle a également, au cœur de cette activité multiformes, joué un rôle majeur dans la diffusion du modèle des communautés d’enfants, à travers la formation de moniteurs de homes d’enfants au début des années 1940.
Continuer la lecture

Résumé du chapitre 12

Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

En 1949, à Charleroi, l’enfance vagabonde est à l’ordre du jour de la seconde conférence de la FICE. La question des bandes errantes et de leur délinquance est analysée pour la première fois comme un moyen de survie et un levier pédagogique, mais tous ne partagent pas la même manière de concevoir leur prise en charge. Ceux qui se sont spécialisés dans la délinquance et l’inadaptation juvéniles mènent une véritable fronde contre les méthodes utilisées au sein des républiques d’enfants. Ils affichent leur scepticisme devant l’artifice que peut représenter le selfgovernment réduit à un jeu de rôle, le coût et le luxe des installations et le caractère factice de cet apprentissage de responsabilités (juges, maires, banquiers) qui détonnent avec celles que les jeunes seront appelés à occuper plus tard (ouvriers, artisans). Ils sont paradoxalement rejoints dans leurs critiques par des partisans de la première heure. Par ailleurs les enfants victimes de la guerre ont grandi, les communautés sont appelées à se vider. Vont-elles fermer ou se reconvertir en accueillant d’autres publics qui sont devenus le problème du moment, ceux qu’on appelle les « inadaptés » ? La définition initiale des communautés d’enfants risque dès lors de se réduire à portion congrue ne laissant place qu’à une formule traditionnelle d’accueil familial en villages mais dont toute forme de participation des enfants est laissée de côté.

Résumé du chapitre 11

Des enfants pris en otage de la guerre froide

Dès la fin de la guerre, la reconstruction signifie également le rapatriement des enfants qui, pendant la guerre, ont été soumis à des déplacements et placements à l’étranger. Il s’agit, dans un monde divisé par la guerre froide, de résoudre cette nouvelle question de politique humanitaire. Chaque nation s’appuie sur les forces nécessaires et les enfants orphelins ou réfugiés à l’étranger représentent symboliquement l’avenir des pays. Ils deviennent source de légitimation idéologique. L’exemple des enfants polonais envoyés au Village Pestalozzi de Trogen, puis rapatriés par le gouvernement en décembre 1949 illustre bien la façon dont des enfants sont pris dans les tensions Est-Ouest. Il en va de même à l’inverse pour l’affaire des enfants grecs évacués – enlevés diront certains – durant la guerre civile par les combattants communistes vers les pays voisins de même obédience et dont le rapatriement est réclamé à cor et à cri par le gouvernement royal. Les tensions politiques s’expriment jusqu’au sein de la FICE, prenant le pas sur les raisons humanitaires et pédagogiques : sauvetage ou kidnapping, anticommunisme ou politique de la chaise vide ; les points de vue s’opposent, souvent, sans aucun accord possible.

Résumé du chapitre 10

L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux

Dès 1949, à l’image de l’Unesco qui a institué des commissions nationales, la FICE promeut des associations nationales de communautés d’enfants. Le but est d’obtenir de nouvelles affiliations, d’améliorer le contact entre les différentes expériences repérées et de recevoir de nouveaux financements notamment au niveau des États. Apparaissent ainsi successivement une association française, italienne et suisse. Si cela contribue en partie à renforcer le rayonnement de la FICE, l’esprit internationaliste en sort paradoxalement affaibli. Les différentes associations se retrouvent aux prises avec des enjeux et des configurations particulières qui vont rapidement orienter leurs stratégies de recrutement et de positionnement plutôt dans un cadre national. Le village symbole du rêve internationaliste qu’était Trogen perd de sa substance, le siège du comité de direction de la FICE lui-même déménage à Paris et la maison de l’Unesco qui y est inaugurée au village Pestalozzi en 1951 est finalement délaissée par la FICE.

Résumé du chapitre 8

« République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Les rapports présentés par les directeurs et les experts lors de la conférence des directeurs de communautés d’enfants victimes de la guerre au Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les discussions qui en découlent montrent les différences de conception du placement et de l’accueil des enfants. Ils dévoilent également les limites d’un modèle communautaire (village ou République) et de sa portée (nationale ou internationale). De même, l’idéal d’un gouvernement collectif des enfants (le selfgovernment) alimenté par des concepts d’une nouvelle éducation est souvent amoindri dans les récits d’expérience par une vision traditionnelle du rôle des adultes, de la famille et de l’école. Ainsi ce qui devait être un tremplin pour la compréhension internationale se révèle au cours de la conférence une illusion pédagogique.

Résumé du chapitre 4

Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Dans l’entre-deux-guerres, un psychiatre français ouvre un collège médical privé qui reçoit des enfants caractériels de la bourgeoise parisienne dans le château d’Annel, près de Compiègne, agréé par l’Éducation nationale. Cette institution à dominante psychiatrique introduit des pratiques pédagogiques innovantes comme le théâtre. Dès le début de l’occupation, cette première expérience subit un coup d’arrêt. Le psychiatre est mobilisé avant d’être nommé au ministère de la Santé du gouvernement de Vichy comme secrétaire général du Conseil technique pour l’enfance déficiente et en danger moral. Au lendemain de la guerre, aidé notamment par le Don suisse, il réinvestit le château d’Annel, mais cette fois-ci pour créer un « hameau-école » – sorte de « République d’enfants » – destiné à accueillir des adolescents déficients de milieu plutôt populaire. Il y emploie des méthodes d’éducation nouvelle, dont le selfgovernment, mais dans une optique de pédagogie curative en milieu médico-psychologique.

Résumé du chapitre 9

Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

En août 1949, un premier camp international d’enfants est initié à la République d’enfants de Moulin-Vieux, dans l’Isère. Malgré l’enthousiasme initial, le bilan est mitigé et ne fait que renforcer les dissensions autour du modèle du selfgovernment. Outre les problèmes de différences d’âge entre les enfants et de compréhension linguistique, certains rapporteurs de l’expérience pointent le caractère fermé de la République d’enfants, qui admettrait difficilement la venue d’étrangers. Ils critiquent par ailleurs le collectivisme à outrance ou bien, lors de l’arbitrage des débats, les dérapages autoritaires exercés par le couple de directeurs. Une seconde expérience est néanmoins tentée l’année suivante au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, qui tente de prendre en compte les critiques du camp précédent. Si cet événement apparaît comme un succès du point de vue de la participation et semble un temps faire oublier Moulin-Vieux, le suivant en 1951, à Jugenheim, en Allemagne, constitue la dernière expérience du genre.

Le tableau de Tadeusz Sas

Entretien réalisé avec Tadeusz Sas, par Renata Latala, Aldorf, le 14 décembre 2018. 

Mis en forme par Martine Ruchat

Tadeusz ou Thaddäus Sas, est né en 1935. Lorsque l’occupation allemande commence, il a 4 ans. Peut-être a-t-il fait l’école clandestine ou alors à la maison, mais aujourd’hui, il ne se souvient pas. Quoiqu’il en soit, il savait lire et écrire. Il vivait alors avec sa mère chez ses grands-parents maternels, dans le quartier Czerniakow en plein Ghetto de Varsovie, son père étant mort lors de l’insurrection de la ville en 1944. Du côté paternel, le grand-père était propriétaire de char à banc, puis après la guerre de taxi. Il était chauffeur privé du ministre de l’intérieur qui sera tué par les nationalistes ukrainiens. Continuer la lecture

Les communautés d’enfants à l’épreuve de la « question allemande » (1946-1951)

Mis en avant

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite « de transition », en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les « Unaccompanied Children » en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de « colons de race germanique »… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

Continuer la lecture

Marie MEIERHOFER (1909-1988)

Une vie au service des enfants

par Bernard Walter

Quel destin étonnant que celui de Marie Meierhofer ! On pourrait dire qu’elle a passé sa vie sous un régime de liberté conditionnelle. En effet, les drames qui se sont succédé au cours des vingt-cinq premières années de sa vie ont profondément déterminé le cours de toute son existence.

Marie Meierhofer est née le 21 juin 1909 à Turgi, entre Baden et Brugg, dans le canton d’Argovie, au bord de la Limmat. La région est baignée de rivières, c’est là que la Limmat et la Reuss rejoignent l’Aar, laquelle va se jeter un peu plus loin dans le Rhin. C’est aussi un nœud ferroviaire important de Suisse. « Ma vie et mes fantaisies ont été fortement inspirées par ce paysage », dit Marie Meierhofer. L’eau va d’ailleurs jouer un rôle particulier dans les drames qui ont marqué sa vie. Le train aussi a son importance, car aux frontières il y a la guerre, les trains transportent des blessés, dont certains seront nourris ou hébergés un temps dans sa famille, et cela, la petite Marie ne peut pas l’oublier.

Continuer la lecture

Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des « Ruines politiques » qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Continuer la lecture

Résumé du chapitre 7

Pourquoi certains sont à la conférence Trogen et d’autres pas

Le travail de préparation de la conférence des directeurs de villages d’enfants débute au seuil de l’année 1948. L’Unesco, puissance invitante, fait feu de tout bois pour avoir le plus de monde possible et tenter de n’oublier personne. Elle contacte aussi bien des organisations internationales que nationales, des experts de l’enfance et des acteurs de terrain, des représentants ministériels et de simples observateurs. Dans ce va-et-vient entre invitations et réponses s’esquisse un aréopage hétéroclite de personnages aux parcours et statuts très divers. Tous animés d’une même volonté de réparer l’enfance victime de la guerre, leurs expériences et conceptions singulières risquent pourtant d’entraîner un dialogue de sourds. La palette des professions et des pays représentés dessine une première géopolitique des communautés d’enfants mais révèle d’autant mieux de grands absents. Et malgré l’existence de plusieurs communautés déjà constituées avec leurs petits maires, ni les enfants ni leurs représentants ne sont invités.

Elisabeth ROTTEN (1882-1964)

Une militante frénétique de la cause humanitaire et pédagogique et citoyenne du monde

par Martine Ruchat

 

Pour ses 70 ans, en 1952, Walter Robert Corti écrit un article dans la Neue Zürcher Zeitung du 15 février pour l’anniversaire d’Elisabeth Rotten, décrivant cette réunion qui regroupe les fidèles de la « province pédagogique » – clin d’œil à Goethe et son ouvrage La vie de Wilhelm Meister – soit : John Dewey, Maria Montessori, Martin Buber, Adolphe Ferrière et Bernard Drzewieski.
 D’entrée, il fait le portait d’une combattante, d’une courageuse, qui tient le « flambeau de cette pédagogie », mais aussi d’une âme modeste, tendre et fragile de cette « citoyenne de la liberté et de l’esprit ». Il faut donc expliquer son cheminement, ses alliances, ses soutiens (et ils sont bien présents ce jour-là), ses peines également. Au travers de sa correspondance, c’est également une femme active voire une activiste qui se révèle, grande épistolière qui ne passe pas un jour sans écrire des lettres sinon des articles (tôt le matin jusqu’à passé minuit) au risque de perturber son sommeil comme elle le confie souvent à son ami Corti. Dans une lettre du 30 août 1946 à Corti elle parle d’elle comme étant hektisch, un mot qu’on pourrait traduire par trépidante, survoltée, frénétique voire fébrile.

Continuer la lecture