Résumé du chapitre 7

Pourquoi certains y sont et d’autres pas

Le travail de préparation de la conférence des directeurs de villages d’enfants débute au seuil de l’année 1948. L’Unesco, puissance invitante, fait feu de tout bois pour avoir le plus de monde possible et tenter de n’oublier personne. Elle contacte aussi bien des organisations internationales que nationales, des experts de l’enfance et des acteurs de terrain, des représentants ministériels et de simples observateurs. Dans ce va-et-vient entre invitations et réponses s’esquisse un aréopage hétéroclite de personnages aux parcours et statuts très divers. Tous animés d’une même volonté de réparer l’enfance victime de la guerre, leurs expériences et conceptions singulières risquent pourtant d’entraîner un dialogue de sourds. La palette des professions et des pays représentés dessine une première géopolitique des communautés d’enfants mais révèle d’autant mieux de grands absents. Malgré l’existence de plusieurs communautés déjà constituées avec leurs petits maires, ni les enfants ni leur représentant ne sont invités.

Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens

Mis en avant

Trois regards sur un village d’enfants des États-Unis

à l’heure du soft power (1948-1950)

Samuel BOUSSION

Après 1945, les villages d’enfants font l’actualité en Europe, où ils essaiment à la fois dans les pays libérés, notamment en France, Belgique et Hongrie, et dans les pays dits “anciennement ennemis”, en Allemagne et en Italie, afin de rééduquer les enfants victimes de la guerre. Même la Suisse, dont le sol est resté immaculé pendant le conflit, compte le sien et non des moindres : le Village international d’enfants Pestalozzi de Trogen.

Pourtant, dans ce concert des nations, à l’heure de la reconstruction et du Plan Marshall, où sont les États-Unis ? Continuer la lecture

Sommaire d’un livre à paraître

L’internationale des républiques d’enfants en Europe (1939-1953)

Première partie. Un renouveau pédagogique au cœur de l’humanitaire

Chapitre 1. Comment un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire.

Chapitre 2. Comment un prêtre irlandais rêve de sauver les gamins des rues italiens grâce à un « village d’enfants ».

Chapitre 3. Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell.

Chapitre 4. Comment un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Chapitre 5. Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

Chapitre 6. Comment la Suisse « immaculée » devient le creuset de formations internationales de cadres pour une Europe pacifiée

Seconde partie : Une utopie pédagogique à l’épreuve de l’international

Chapitre 7. Pourquoi certains y sont et d’autres pas

Chapitre 8. Pourquoi il est si difficile de s’entendre sur une définition de la « communauté d’enfants »

Chapitre 9. Pourquoi le camp international des enfants s’avère être un fiasco

Chapitre 10. Pourquoi l’internationalisme ne peut résister aux enjeux nationaux.

Chapitre 11. Pourquoi certains enfants sont pris en otage dans la guerre froide

Chapitre 12. Pourquoi la formule des communautés d’enfants n’est pas transposable aux « enfants inadaptés »

Résumé du chapitre 2

Comment un prêtre irlandais rêve de sauver les gamins des rues italiens grâce à un « village d’enfants »

Avec la guerre, le Vatican charge en 1943 un prêtre irlandais d’organiser l’aide aux populations civiles dans les zones de combats en Italie. Il découvre alors l’ampleur du dénuement des enfants des rues et mène des actions d’accueil. Il s’aperçoit que ceux-ci refusent d’aller dans des structures traditionnelles, de type orphelinat, et décide de créer avec eux un village d’enfants à Civitavecchia s’inspirant du modèle américain de Boy’s town du père Flanagan. C’est cette expérience que deux déléguées suisses de l’Uise, vont soutenir, en 1945, en Italie. Elles mettent en place un parrainage d’enfants avec la collaboration d’une antenne de l’Uise en Amérique latine. Le Don suisse et l’American Relief for Italy viendront compléter cette aide. Le cas italien met ainsi en exergue une filiation catholique des villages d’enfants, mais aussi la nouvelle géopolitique des secours qui, dans une surenchère d’entr’aide, redistribue la carte diplomatique de l’après-guerre.

Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Mis en avant

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption. Continuer la lecture

Résumé du chapitre 5

Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe tout d’abord avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission pédagogique doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux. Sous l’impulsion de l’Américain, qui rallie les instances de la New education Fellowship à Londres, l’éducation nouvelle prend un second souffle. Sa revue New Era fait des communautés d’enfants un fer de lance de sa nouvelle politique de développement.

Résumé du chapitre 6

Comment la Suisse « immaculée » devient le creuset de formations internationales de cadres pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de juifs apatrides d’origine russe, pédagogues depuis la fin des années 1930, arrive clandestinement en Suisse, depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. Ils participent en 1943 à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans un esprit d’éducation nouvelle. En février 1944, se déroule une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants qui préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, lieu de l’Ecole internationale de Genève. Ces cours sont alors dirigés par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. A partir de 1946, sont instituées des cours de formation d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.

Résumé du chapitre 3

Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell

En 1943, un groupe d’idéalistes suisses projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de les éduquer ensemble en une fédération – sur le modèle du fédéralisme suisse – visant à pacifier l’Europe. Ce projet ambitieux demande une recherche de fonds pour construire le village selon des plans originaux. Des campagnes financières et publicitaires, menées notamment par l’association philanthropique Pro Juventute, font du Village Pestalozzi un modèle international de communauté d’enfants. Or, rapidement des tensions apparaissent entre le groupe fondateur d’idéalistes et celui des philanthropes, membres pour certains de Pro Juventute. Ce succès et l’ampleur des fonds récoltés vont entraîner une mainmise de Pro Juventute et du Conseil fédéral sur le village qui aura raison du projet pédagogique idéaliste de « Petite Europe », tout en promouvant un modèle permettant de réhabiliter l’image de la Suisse, épargnée par la guerre mais écornée par sa neutralité ambiguë.

Résume du chapitre 1

Comment un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Education nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une république en miniature.

Republican school colonies. Spain, 1936-1939

Mis en avant

par Cristina Escrivá Moscardó

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Started the civil war in Spain in July 1936 and until its conclusion in April 1939, both the Government of the Republic as anti-fascist organizations, had the mission of saving children from increasingly more continuous bombing of open cities. Objectively, the work of seeking the welfare of children during the civil war was formidable. In addition to preserving the children of military aggressions, their training needs were met. One of the formulas used was through “The permanent school Colonies”, offered, in a pleasant environment, a dual purpose, on the one hand, educate and the other hand, protect children, the future of the country.

Continuer la lecture

Isaac POUGATCH (1897-1988)

Un pédagogue juif au service de l’éducation internationale

 par Samuel Boussion

 

Isaac Pougatch, années 1940
Archives Alliance israélite universelle, fonds Pougatch

Cet article est une version remaniée et enrichie de : Samuel Boussion, “La part suisse du pédagogue juif Isaac Pougatch. Une contribution à l’éducation internationale”, Rémi Baudouï, Landry Charrier, Thomas Nicklas (dir.), L’émigration politique en Suisse au XXe siècle (1930-1990). Pratiques, réseaux, résonances, Reims, EPURE (Editions et Presses universitaires de Reims), coll. Etudes suisses, 2017.

Isaac Pougatch est né à Kiev, en Ukraine, en 1897. Sa famille vit alors dans le quartier de Podol. La région est pauvre et marquée par une ségrégation à l’égard des Juifs, dont une grande partie n’a pas le droit de travailler. La prime enfance d’Isaac est vécue entre la maison familiale et l’oratoire, sans trop s’éloigner du quartier juif. Son père, pour sa part, travaille sur des chantiers. Continuer la lecture

Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898. Continuer la lecture

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Continuer la lecture

Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli

Mis en avant

Les deux modèles américains précurseurs des républiques d’enfants

par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Le point de départ de cette réflexion a été le symposium organisé à l’AREF 2010 dans lequel notre petit groupe de recherche s’était penché sur la rencontre internationale de directeurs de villages d’enfants organisée au village d’enfants de Trogen, dans l’Appenzell Suisse, sous l’égide de l’Unesco, du 5 au 10 juillet 1948. Cette réunion, qui avait réuni 14 délégués appartenant à 6 pays, 11 experts, 12 observateurs et 4 participants à titre divers, avait donné naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants et à une définition commune des dites communautés : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ». Continuer la lecture

Georges THELIN (1890-1963)

Un protestant influent à la croisée des réseaux

Par Mathias Gardet

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (12)

Né le 30 octobre 1890 à Morrens, dans le canton de Vaud, Georges Thélin est le fils du pasteur Henri Thélin. Après des études secondaires à Lausanne, il entreprend une licence de sociologie puis des études de droit à Genève. En 1917, il soutient une thèse intitulée La liberté de conscience : étude de science et d’histoire du droit. A partir de cette date, il entame une collaboration avec l’Institut Jean-Jacques Rousseau participant à une section « qui doit préparer des agents intelligents pour les services de solidarité sociale qui s’occupent de l’enfance » et assure dorénavant régulièrement les sessions juridiques concernant « la protection de l’enfance ». Il devient par la suite président du conseil d’administration de l’Institut. Continuer la lecture