Résume du chapitre 1

Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants (UISE) envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Éducation nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une République en miniature.

Archives 1

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation pour chaque chapitre des documents d’archives dans leur intégralité, d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter le dernier rapport envoyé le 11 juin 1939 par l’Anglaise Georgina Margaret Petter, déléguée de l’UISE en Espagne, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 007 92.16.7 (3)cité page 29, cliquer ici

2) Pour consulter le numéro 2 de la revue Niños de juillet 1939 publié par la section provençale du Comité français de secours aux enfants, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 33, cliquer ici

3) Pour consulter les premières pages du rapport de voyage dans le sud de la France effectué par Jeanne-Marie de Morsier fin juillet 1940, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 011 92.18.2 (1), cité pages 38-39, cliquer ici

4) Pour consulter le rapport de Mme Olivar gérante de la colonie de Saint-Rémy de Provence du 28 mai 1941, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 42, cliquer ici

5) Pour consulter le rapport envoyé par Henriette Julien à Georges Thélin le 8 juin 1941, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 43, cliquer ici

6) Pour consulter l’exposé effectué par Henriette Julien au siège de l’UISE à Genève le 13 octobre 1942, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 44, cliquer ici

7) Pour consulter la conférence effectuée par Henri Julien à l’école des cadres des moniteurs des centres scolaires, intitulée « La discipline dans la maison d’enfants », le 9 novembre 1944, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, citée page 49, cliquer ici

8) Pour consulter la lettre envoyée par Georges Thélin aux Julien le 25 septembre 1945, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, citée page 52, cliquer ici

9) Pour consulter le rapport envoyé par Henriette Julien à Georges Thélin le 18 septembre 1946, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 53, cliquer ici

10) Pour consulter le conte de Noël envoyé par Henri et Henriette Julien à Georges Thélin le 26 décembre 1947, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21,  cité page 54, cliquer ici

Republican school colonies. Spain, 1936-1939

Mis en avant

par Cristina Escrivá Moscardó

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Started the civil war in Spain in July 1936 and until its conclusion in April 1939, both the Government of the Republic as anti-fascist organizations, had the mission of saving children from increasingly more continuous bombing of open cities. Objectively, the work of seeking the welfare of children during the civil war was formidable. In addition to preserving the children of military aggressions, their training needs were met. One of the formulas used was through « The permanent school Colonies », offered, in a pleasant environment, a dual purpose, on the one hand, educate and the other hand, protect children, the future of the country.

Continuer la lecture

Georges THELIN (1890-1963)

Un protestant influent à la croisée des réseaux

Par Mathias Gardet

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (12)

Né le 30 octobre 1890 à Morrens, dans le canton de Vaud, Georges Thélin est le fils du pasteur Henri Thélin. Après des études secondaires à Lausanne, il entreprend une licence de sociologie puis des études de droit à Genève. En 1917, il soutient une thèse intitulée La liberté de conscience : étude de science et d’histoire du droit. A partir de cette date, il entame une collaboration avec l’Institut Jean-Jacques Rousseau participant à une section « qui doit préparer des agents intelligents pour les services de solidarité sociale qui s’occupent de l’enfance » et assure dorénavant régulièrement les sessions juridiques concernant « la protection de l’enfance ». Il devient par la suite président du conseil d’administration de l’Institut. Continuer la lecture

Le fonds de l’UISE aux archives d’Etat de Genève

Mis en avant

Une culture suisse en acte

Par Mathias Gardet

L’Union internationale de secours aux enfants, UISE est fondée le 6 janvier 1920. Le 20 septembre 1946, elle prend le nom d’Union internationale de protection de l’enfance, UIPE, suite à la refonte de leurs structures ainsi que l’absorption de l’Association internationale de protection de l’enfance. Avant sa disparition en 1986, ses archives sont déposées partiellement aux Archives d’Etat de Genève dans l’annexe rue de la Terrassière. Continuer la lecture

La République d’enfants de Moulin Vieux en bande dessinée

Mis en avant

Episode 1

Une communauté de destins ou la naissance d’une république

 par Mathias Gardet

A partir de l’été 1946, le couple Henri et Henriette Julien, tous deux anciens instituteurs et directeurs de l’école primaire de la Treille près de Marseille, se dédient à plein temps, avec la bénédiction de leur inspecteur d’Académie, à l’organisation de leur projet de centre d’éducation nouvelle. Le modèle de communauté d’enfants qu’ils préconisent fonctionne sous le régime de l’internat et du self government. En attendant de pouvoir lui donner plus de visibilité dans une implantation mieux adaptée à proximité de la ville de Marseille, ils s’installent à demeure, dans une propriété près de Lavaldens dans l’Isère. Ce qui n’est au départ qu’un camp de vacances devient sur le plus long terme un lieu d’accueil permanent pour les enfants qui n’ont pas retrouvé leur foyer à la fin de la guerre. La communauté d’enfants ainsi formée, vit presque en autarcie et ne tarde pas s’auto-baptiser « République d’enfants de Moulin-Vieux », du nom du lieu-dit où elle prend ses quartiers. Adeptes depuis le début de leur carrière des techniques pédagogiques initiées par Célestin Freinet, en particulier du système d’imprimerie artisanale fabriquée et utilisée par les enfants, les Julien vont rapidement mener une propagande très efficace pour donner à connaître leur République. Continuer la lecture

Frédérique SMALL ( née Freund, 1902-1939)

Une hongroise formée à l’international

Par Mathias Gardet

Photo non datée classée dans un dossier de l’UISE dossier de personnalités 92.104.1 (2)

Née à Salonique, de parents hongrois, Frédérique Freund, surnommée Fritzi, elle fait toute sa scolarité à Budapest. Elle se serait engagée dès 1919, à l’âge de 17 ans, comme bénévole auprès de la délégation de la Croix-Rouge de Budapest, une ville très marquée par les affres de la première guerre où elle est en train de suivre ses examens de maturité (Baccalauréat). Au départ petite main fournissant un travail de secrétariat administratif dans les bureaux, elle s’avère très vite incontournable par son zèle et sa parfaite connaissance des dossiers, ainsi qu’en témoigne le trésorier général de l’UISE, William Andrew Mac Kenzie venu visiter le 8 mai 1920 l’antenne hongroise du CICR qui abrite encore la délégation de la toute jeune union ; il s’agit d’une mission diplomatique délicate pour dessiner les paysages d’une collaboration qui se veut aussi un partage des tâches. Or, Mac Kenzie se souvient encore des années plus tard de sa surprise tandis qu’il est en pourparlers avec le responsable local du CICR de voir arriver comme assistante de ce dernier, « une toute jeune écolière avec deux nattes dans le dos » qui lui fournit avec une grande précision les informations requises. Devant l’étendue des dégâts provoqués par la conflagration mondiale, le travail du CICR et par délégation de la jeune UISE est de grande ampleur, rien qu’en Hongrie, une des premières tâches est d’organiser des cantines pour quelques 25.000 enfants, des ouvroirs et des homes, de distribuer des vêtements et des layettes, de remettre des subsides aux œuvres nationales. Continuer la lecture

Une neutralité d’intervention aux prises avec les réalités locales Les missions de l’Union internationale de secours aux enfants en Espagne 1920-1939

Citation

Par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du Colloque organisé à l’occasion du 80ème anniversaire du début de la Guerre civile espagnole Le troisième combattant L’action humanitaire durant la Guerre civile espagnole et l’exil républicain à Genève les 27-28 octobre 2016)

Le lien entre l’UISE et l’Espagne ne démarre pas en 1936 avec le début de la guerre civile. Le premier envoi d’un délégué, un certain Gérald B. Hamilton (un Anglais, qui s’avèrera être un homme d’affaire assez douteux) a lieu en février-mars 1920, juste après la naissance de l’organisation internationale. Continuer la lecture