Résumé du chapitre 12

Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

En 1949, à Charleroi, l’enfance vagabonde est à l’ordre du jour de la seconde conférence de la FICE. La question des bandes errantes et de leur délinquance est analysée pour la première fois comme un moyen de survie et un levier pédagogique, mais tous ne partagent pas la même manière de concevoir leur prise en charge. Ceux qui se sont spécialisés dans la délinquance et l’inadaptation juvéniles mènent une véritable fronde contre les méthodes utilisées au sein des républiques d’enfants. Ils affichent leur scepticisme devant l’artifice que peut représenter le selfgovernment réduit à un jeu de rôle, le coût et le luxe des installations et le caractère factice de cet apprentissage de responsabilités (juges, maires, banquiers) qui détonnent avec celles que les jeunes seront appelés à occuper plus tard (ouvriers, artisans). Ils sont paradoxalement rejoints dans leurs critiques par des partisans de la première heure. Par ailleurs les enfants victimes de la guerre ont grandi, les communautés sont appelées à se vider. Vont-elles fermer ou se reconvertir en accueillant d’autres publics qui sont devenus le problème du moment, ceux qu’on appelle les « inadaptés » ? La définition initiale des communautés d’enfants risque dès lors de se réduire à portion congrue ne laissant place qu’à une formule traditionnelle d’accueil familial en villages mais dont toute forme de participation des enfants est laissée de côté.