Résumé du chapitre 2

Un village d’enfants italiens fondé par un prêtre irlandais et promu par la Suisse

Avec la guerre, le Vatican charge en 1943 un prêtre irlandais d’organiser l’aide aux populations civiles dans les zones de combats en Italie. Il découvre alors l’ampleur du dénuement des enfants des rues et mène des actions d’accueil. Il s’aperçoit que ceux-ci refusent d’aller dans des structures traditionnelles, de type orphelinat, et décide de créer avec eux un village d’enfants à Civitavecchia près de Rome s’inspirant du modèle américain de Boy’s town du père Flanagan. C’est cette expérience que deux déléguées suisses de l’UISE, vont soutenir, en 1945, en Italie. Elles mettent en place un parrainage d’enfants avec la collaboration d’une antenne de l’UISE en Amérique latine. Le Don suisse et l’American Relief for Italy viendront compléter cette aide. Le cas italien met ainsi en exergue une filiation catholique des villages d’enfants, mais aussi la nouvelle géopolitique des secours qui, dans une surenchère d’entr’aide, redistribue la carte diplomatique de l’après-guerre.

Archives 2

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter la note d’Ariane Flournoy, déléguée de l’UISE en Italie, intitulée, « Détresse de l’Italie et de ses enfants », d’octobre 1945, envoyée à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, citée page 62, cliquer ici

2) Pour consulter l’article de la journaliste et militante antifasciste Anna Garofalo, pour le périodique La Capitale, le 26 novembre 1945, après sa visite au dépôt de l’UISE de Rome, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 68, cliquer ici

3) Pour consulter la lettre d’Ariane Flournoy, déléguée de l’UISE en Italie, du 15 novembre 1945, envoyée à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 69, cliquer ici

4) Pour consulter le bilan récapitulatif envoyé le 8 septembre 1946 par d’Ariane Flournoy,  à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.2, cité page 73, cliquer ici

5) Pour consulter le rapport envoyé par Claire Wenner à Georges Thélin le 3 décembre 1945, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité pages 74-75, cliquer ici

6) Pour consulter l’anecdote du le 22 décembre 1944, relatée par Patrick Carrol-Abbing dans son livre de mémoires intitulé, Les Enfants perdus de Rome, Paris, éditions France- Empire, 1968, cité page 77, cliquer ici

7) Pour consulter la « révélation » relatée par Patrick Carrol-Abbing dans son livre de mémoires intitulé, Les Enfants perdus de Rome, Paris, éditions France- Empire, 1968, citée page 81, cliquer ici

8) Pour consulter le témoignage d’Armando Paternosto, un garçon de 11 ans vivant du trafic de cigarettes avec les soldats américains, racontant sa désillusion à son arrivée à Civitavecchia en août 1945, Archives de l’Istituto internazionale per lo studio dei problemi della gioventu contemporanea, Città dei bambini, Rome, dossier « 1945 Fondazione del villaggio del fanciullo di Civitavecchia »,  cité page 82, cliquer ici

9) Pour consulter le témoignage de Roco Paternosto, jeune apprenti boulanger qui, après sa rencontre avec don Rivolta, décide à son tour d’embarquer sur un camion pour le village en octobre 1945, Archives de l’Istituto internazionale per lo studio dei problemi della gioventu contemporanea, Città dei bambini, Rome, dossier « 1945 Fondazione del villaggio del fanciullo di Civitavecchia », cité page 83, cliquer ici

10) Pour consulter les articles du père Daniel Goens publié dans La Tribune de Genève en 1946, Archives de l’Institut Jean-Jacques Rousseau, fonds Adolphe Ferrière, cote: AdF/A/41/3. E. V.15, cité pages 86-87, cliquer ici

11) Pour consulter les extraits du cahier des débats de l’assemblée des citoyens de Civitavecchia, datés d’avril 1947, Archives privées de la Repubblica dei ragazzi, Civitavecchia, « Verbali della assemblea dei cittadini »cité pages 89-90cliquer ici

12) Pour consulter le rapport envoyé par Claire Wenner à l’UIPE le 26 décembre 1948, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 90, cliquer ici

Les albums photographiques de Patrick Carroll-Abbing

Mis en avant

Chronique en images d’une rédemption

Par Mathias Gardet

Les archives de monseigneur Patrick Carroll-Abbing fondateur de la Repubblica dei ragazzi de Civitavecchia puis de la Città dei ragazzi près de Rome sont étonnantes de par leur classement, réalisé semble-t-il par Carroll-Abbing lui-même peu avant son décès en 2001. Elles se présentent sous forme d’une quinzaine de gros classeurs bleus, rassemblant de façon plus ou moins chronologique les documents concernant les activités de Carroll-Abbing pendant la seconde guerre, puis la mise en place de son œuvre pour les enfants des rues, fondée à la Libération, et enfin la naissance et le développement de ses républiques d’enfants, d’abord celle de Civitavecchia puis celle dans la banlieue de Rome. Ce fonds est conservé aujourd’hui dans les archives de l’Istituto Internazionale per lo studio dei problemi della gioventù (IISPGC) qui se trouve au sein de la Città dei ragazzi près de Rome

Le plus surprenant est la nature des documents ainsi collectés et ordonnés par le fondateur. Si l’on retrouve quelques lettres manuscrites ou dactylographiées d’époque, quelques coupures de presse et quelques témoignages d’anciens, ils sont plutôt rares. Ce qui constitue la trame principale du récit déroulé à travers les albums est une collection extraordinaire de photographies en noir et blanc légendées la plupart du temps en italien et en anglais. Le fonds d’archives se présente ainsi sous la forme d’un roman photo qui nous transporte tout d’abord dans les ruines de la guerre pour nous rendre les spectateurs d’une rédemption. Continuer la lecture

Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli

Mis en avant

Les deux modèles américains précurseurs des républiques d’enfants

par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Le point de départ de cette réflexion a été le symposium organisé à l’AREF 2010 dans lequel notre petit groupe de recherche s’était penché sur la rencontre internationale de directeurs de villages d’enfants organisée au village d’enfants de Trogen, dans l’Appenzell Suisse, sous l’égide de l’Unesco, du 5 au 10 juillet 1948. Cette réunion, qui avait réuni 14 délégués appartenant à 6 pays, 11 experts, 12 observateurs et 4 participants à titre divers, avait donné naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants et à une définition commune des dites communautés : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ». Continuer la lecture