Résumé du chapitre 3

Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell

En 1943, un groupe d’idéalistes suisses projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de les éduquer ensemble en une fédération – sur le modèle du fédéralisme suisse – visant à pacifier l’Europe. Ce projet ambitieux demande une recherche de fonds pour construire le village selon des plans originaux. Des campagnes financières et publicitaires, menées notamment par l’association philanthropique Pro Juventute, font du Village Pestalozzi un modèle international de communauté d’enfants. Or, rapidement des tensions apparaissent entre le groupe fondateur d’idéalistes et celui des philanthropes, membres pour certains de Pro Juventute. Ce succès et l’ampleur des fonds récoltés vont entraîner une mainmise de Pro Juventute et du Conseil fédéral sur le village qui aura raison du projet pédagogique idéaliste de « Petite Europe », tout en promouvant un modèle permettant de réhabiliter l’image de la Suisse, épargnée par la guerre mais écornée par sa neutralité ambiguë.