Marie MEIERHOFER (1909-1988)

Une vie au service des enfants

par Bernard Walter

Quel destin étonnant que celui de Marie Meierhofer ! On pourrait dire qu’elle a passé sa vie sous un régime de liberté conditionnelle. En effet, les drames qui se sont succédé au cours des vingt-cinq premières années de sa vie ont profondément déterminé le cours de toute son existence.

Marie Meierhofer est née le 21 juin 1909 à Turgi, entre Baden et Brugg, dans le canton d’Argovie, au bord de la Limmat. La région est baignée de rivières, c’est là que la Limmat et la Reuss rejoignent l’Aar, laquelle va se jeter un peu plus loin dans le Rhin. C’est aussi un nœud ferroviaire important de Suisse. « Ma vie et mes fantaisies ont été fortement inspirées par ce paysage », dit Marie Meierhofer. L’eau va d’ailleurs jouer un rôle particulier dans les drames qui ont marqué sa vie. Le train aussi a son importance, car aux frontières il y a la guerre, les trains transportent des blessés, dont certains seront nourris ou hébergés un temps dans sa famille, et cela, la petite Marie ne peut pas l’oublier.

Continuer la lecture

Elisabeth ROTTEN (1882-1964)

Une militante frénétique de la cause humanitaire et pédagogique et citoyenne du monde

par Martine Ruchat

 

Pour ses 70 ans, en 1952, Walter Robert Corti écrit un article dans la Neue Zürcher Zeitung du 15 février pour l’anniversaire d’Elisabeth Rotten, décrivant cette réunion qui regroupe les fidèles de la « province pédagogique » – clin d’œil à Goethe et son ouvrage La vie de Wilhelm Meister – soit : John Dewey, Maria Montessori, Martin Buber, Adolphe Ferrière et Bernard Drzewieski.
 D’entrée, il fait le portait d’une combattante, d’une courageuse, qui tient le « flambeau de cette pédagogie », mais aussi d’une âme modeste, tendre et fragile de cette « citoyenne de la liberté et de l’esprit ». Il faut donc expliquer son cheminement, ses alliances, ses soutiens (et ils sont bien présents ce jour-là), ses peines également. Au travers de sa correspondance, c’est également une femme active voire une activiste qui se révèle, grande épistolière qui ne passe pas un jour sans écrire des lettres sinon des articles (tôt le matin jusqu’à passé minuit) au risque de perturber son sommeil comme elle le confie souvent à son ami Corti. Dans une lettre du 30 août 1946 à Corti elle parle d’elle comme étant hektisch, un mot qu’on pourrait traduire par trépidante, survoltée, frénétique voire fébrile.

Continuer la lecture

Walter CORTI (1910-1990)

Un idéaliste, pacifiste et visionnaire

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un Suisse, né à Zurich le 11 septembre 1910, un dimanche. Il a passé son enfance à Dübendorf. Ses ancêtres, originaires du nord de l’Italie, se sont installés à Stabio au Tessin. Son grand-père a quitté le Tessin pour s’installer en Suisse allemande, à Winterthur, au milieu du XIXe siècle où il avait une entreprise de construction. Son père Arnold est chimiste et naturaliste ; il est directeur de la fabrique Flora à Dübendorf tout en poursuivant des recherches en entomologie. Sa mère Helene Corti-Stamm est une Allemande de la région de Westphalie qui a été formée en tant que « Bethelschwester », soit diaconesse, par le célèbre pasteur évangélique Friedrich von Bodelschwingh, pratiquant pendant sa vie dans ce même esprit de « mission intérieure ». Walter est le cadet de trois frères. La vie familiale est libérale, laissant à chacun sa pensée en fonction des preuves obtenues sans jamais abandonner son libre-arbitre. Il se dit lui-même un enfant sensible et insatiablement curieux avec un désir précoce de devenir médecin.

Continuer la lecture

Résumé du chapitre 3

Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

En 1943, un groupe d’amis projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de contribuer à pacifier l’Europe par une éducation à la compréhension internationale sur le modèle du fédéralisme suisse. Projet ambitieux à la fois humanitaire, pédagogique et architectural, le Village d’enfants Pestalozzi nécessite des recherches de fonds et des campagnes financières pour sa construction. Soutenu par la fondation Pro Juventute, s’y mêleront assez rapidement des questions de politique d’accueil en Suisse. Rapidement promu en modèle international d’éducation, il se double d’une entreprise de promotion de l’aide suisse à la reconstruction de l’après-guerre, réhabilitant l’image de ce pays épargné par la guerre mais écorné par l’ambiguïté de sa neutralité politique. Des tensions apparaissent, reposant sur des conceptions différentes du rôle de cette communauté d’enfants se voulant une « Petite Europe » ; elles auront raison du projet pédagogique idéaliste des fondateurs pour une fonction de politique humanitaire et philanthropique.