Le tour d’Europe médico-pédagogique des SEPEG

Mis en avant

ou former les professionnels de l’enfance victime de la guerre par-delà les frontières

(1944-1951)

par Samuel BOUSSION

 

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […]
De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts.
Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine.

Oscar Forel, discours d’inauguration, conférence internationale des SEPEG, Zurich, septembre 1945

Guerres et sorties de guerres sont des événements transnationaux par excellence, organisant d’intenses circulations, notamment de scientifiques et de spécialistes, d’un pays l’autre, d’une profession l’autre. Nées en 1944, les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre, très vite réduites à leur acronyme de SEPEG, relèvent de ce processus de globalisation et entourent l’enfant, particulièrement « l’enfant-problème », de leur expertise dans les champs de la pédagogie, de la psychiatrie de l’enfant, de la psychologie ou encore du droit. Un travail « humanitaire-expert » en somme, afin de réformer les systèmes médico-pédagogiques, à coup de « grands événements » internationaux – des conférences – et de formations de professionnels, en Suisse certes, mais également dans les pays touchés par la guerre.

Tout un itinéraire se déploie alors.  Continuer la lecture

Juliette PARY (née Julia Gourfinkel, 1903-1950)

Une militante kaléidoscope

par Samuel BOUSSION

 

Juliette Pary, s.d.
Archives Alliance israélite universelle, fonds Isaac Pougatch

Juliette Pary est un personnage complexe à saisir dans son ensemble alors même qu’elle paraît bien connue dans différents milieux. Elle est par exemple une figure importante des milieux de la traduction, notamment de l’allemand au français. Elle est également une journaliste majeure sous le Front populaire, ayant incarné en quelque sorte ce genre naissant qu’est le reportage dans les années 1930. Plus tard également, elle est un vecteur de la connaissance de la Palestine en France, qu’elle a suivie dans un ouvrage sur Israël de 1948. Et puis, comment ne pas voir en Juliette Pary un personnage important de l’histoire des colonies de vacances et des auberges de jeunesse, là aussi au temps du Front populaire ? Elle est encore largement connue aujourd’hui, semble-t-il, comme une figure de l’éducation nouvelle des années 1930-1940. Et puis pour nous, elle a également, au cœur de cette activité multiformes, joué un rôle majeur dans la diffusion du modèle des communautés d’enfants, à travers la formation de moniteurs de homes d’enfants au début des années 1940.
Continuer la lecture

Résumé du chapitre 6

La Suisse « immaculée » devient le creuset de formations  pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de pédagogues juifs apatrides d’origine russe arrive clandestinement en Suisse depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut des sciences de l’éducation de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. En 1943, ils participent à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans l’esprit de l’éducation nouvelle. En février 1944, une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, où se trouve déjà l’École internationale de Genève. Ces sessions sont dirigées par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. Sont ainsi institués des cours de perfectionnement d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.

Isaac POUGATCH (1897-1988)

Un pédagogue juif au service de l’éducation internationale

 par Samuel Boussion

 

Isaac Pougatch, années 1940
Archives Alliance israélite universelle, fonds Pougatch

Cet article est une version remaniée et enrichie de : Samuel Boussion, « La part suisse du pédagogue juif Isaac Pougatch. Une contribution à l’éducation internationale », Rémi Baudouï, Landry Charrier, Thomas Nicklas (dir.), L’émigration politique en Suisse au XXe siècle (1930-1990). Pratiques, réseaux, résonances, Reims, EPURE (Editions et Presses universitaires de Reims), coll. Etudes suisses, 2017.

Isaac Pougatch est né à Kiev, en Ukraine, en 1897. Sa famille vit alors dans le quartier de Podol. La région est pauvre et marquée par une ségrégation à l’égard des Juifs, dont une grande partie n’a pas le droit de travailler. La prime enfance d’Isaac est vécue entre la maison familiale et l’oratoire, sans trop s’éloigner du quartier juif. Son père, pour sa part, travaille sur des chantiers. Continuer la lecture

Oscar FOREL (1891-1982)

De la clinique privée au secours aux enfants

Par Samuel BOUSSION

 

Oscar Forel, début années 1950
Extrait d’une photographie tirée d’Etienne Francey, 150 ans. Histoire de la Métairie, brochure http://fr.calameo.com/read/0004025861847068d6e45

Né en 1891 à Zurich, Oscar Louis Forel est le fils d’une illustre personnalité suisse, le psychiatre Auguste Forel, si connu qu’il aura les honneurs d’un timbre à son effigie et que son portrait orne les billets de mille francs mis en circulation en 1978 et retirés en 2000. L’ascendance d’Oscar lui vaut de passer le début de son enfance dans les murs austères de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le Burghölzli, avant de partir vivre avec sa famille dans le canton de Vaud en 1898. Continuer la lecture