Résumé du chapitre 5

Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe tout d’abord avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission pédagogique doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux. Sous l’impulsion de l’Américain, qui rallie les instances de la New education Fellowship à Londres, l’éducation nouvelle prend un second souffle. Sa revue New Era fait des communautés d’enfants un fer de lance de sa nouvelle politique de développement.

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Continuer la lecture