Résumé du chapitre 5

Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien, qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux.

Archives 5

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter la lettre de Carleton Washburne à Ernesto Codignola du 25 juin 1947, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, dossier « correspondance avec Wasburne », citée page 179, cliquer ici

2) Pour consulter dans les premiers annuaires d’élèves de la Scuola-cita Pestalozzi la liste des étudiants qualifiés de « poverissimi » (très pauvres), archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, cote 9.2.d, citée page 180, cliquer ici

3) Pour consulter l’annotation laissée par une maîtresse, sur le carnet de bord de la Scuola-Cita Pestalozzi, le 1er août 1946 et la réponse de la direction de cette même, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, cote : 9.2 « Vita interna di SP », citées pages 185 et 188 cliquer ici

4) Pour consulter la Une tout premier journal de l’école, Scuola-citta Pestalozzi, numero unico della colonia estiva 1945, édité le 23 septembre 1945 sur la ronéotypeuse maison, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, citée pages 188-189, cliquer ici

5) Pour consulter l’article publié dans le tout premier journal de l’école, Scuola-citta Pestalozzi, numero unico della colonia estiva 1945,  édité le 23 septembre 1945 sur la ronéotypeuse maison, par Giuseppe Iacucci, un des premiers enseignants de l’école, nous racontant par le menu détail le déroulement d’une séance de procès, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola,  cité page 190, cliquer ici

Les communautés d’enfants à l’épreuve de la « question allemande » (1946-1951)

Mis en avant

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite « de transition », en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les « Unaccompanied Children » en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de « colons de race germanique »… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

Continuer la lecture

Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des « Ruines politiques » qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Continuer la lecture

Carleton Wolsey WASHBURNE (1889-1968)

Un pédagogue américain à la pointe de la Progressive education

Par Mathias Gardet

Carleton Washburne est né le 2 décembre 1889 à Chicago d’un père médecin obstétricien et homéopathe, Georges Foote Washburne et de Marion Foster, fille de Richard Norman Foster, président du Chicago Homœopathic Medical College, par l’intermédiaire duquel elle rencontre son premier mari qu’elle épouse en 1886 à l’âge de 23 ans. Elle a avec lui successivement quatre enfants : Norman en 1887, Carleton en 1889, Dorothea en 1891, puis John Noble en 1893. Cependant, comme le racontera plus tard Carleton Washburne dans un récit autobiographique, Marion Foster-Washburne n’était pas femme à se contenter de son rôle d’épouse de médecin et de mère au foyer. Continuer la lecture