Le Children’s Village de Dobbs Ferry raconté aux Européens

Mis en avant

Trois regards sur un village d’enfants des États-Unis

à l’heure du soft power (1948-1950)

Samuel BOUSSION

Après 1945, les villages d’enfants font l’actualité en Europe, où ils essaiment à la fois dans les pays libérés, notamment en France, Belgique et Hongrie, et dans les pays dits « anciennement ennemis », en Allemagne et en Italie, afin de rééduquer les enfants victimes de la guerre. Même la Suisse, dont le sol est resté immaculé pendant le conflit, compte le sien et non des moindres : le Village international d’enfants Pestalozzi de Trogen.

Pourtant, dans ce concert des nations, à l’heure de la reconstruction et du Plan Marshall, où sont les États-Unis ? Continuer la lecture

Thérèse Brosse (1902-1991)

Une cardiologue théosophe

par Mathias Gardet

Thérèse Brosse, album de l’internat de l’Hôpital Broussais, 1931

Thérèse, Irma, Marie Brosse est née le 1er avril 1902 à dix heures du soir à La Fère dans l’Aisne. Son père Gaston a 27 ans et demi, il est lieutenant au 17e régiment d’artillerie ; sa mère Marie (née Décarspes) a 30 ans, elle est déclarée sans profession. Continuer la lecture

Simone MARCUS (1911-2012)

Une psychiatre devenue experte internationale de l’enfance victime de la guerre

par Samuel Boussion

 

Simone Marcus et sa fille Hélène, début années 1950 (archives privées)

« J’ai toujours été considérée comme bavarde ». C’est ainsi que dans les années 1980, Simone Marcus lance le récit de ses souvenirs, rédigeant une autobiographie sous le titre Si je ne me trompe (la vie derrière soi). Au final, plus de deux cent feuillets tapés à la machine, souvent raturés et parfois repris et annotés, dans un équilibre instable qui montre un travail resté à l’état de projet. Ces pages racontent néanmoins tout un parcours de vie, en tant que femme, médecin, en tant que psychiatre et psychanalyste. Le manuscrit inédit, retrouvé dans ses archives personnelles à l’étage de la grande maison familiale grâce à sa fille Hélène, croisé avec d’autres sources, de l’Unesco notamment, éclaire une trajectoire qui à plusieurs reprises dans l’immédiat après-guerre rencontre l’histoire des villages et républiques d’enfants.

Continuer la lecture

Mais que fait donc Walter Rober Corti à New-York en 1948 ?

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un personnage important de notre histoire.

Corti en visite au village de Trogen. Rapport d’activité de 1947

 

D’abord parce qu’il est un des fondateurs, sinon LE fondateur du Village d’enfants Pestalozzi de Trogen comme modèle international (sur le plan idéologique indéniablement), mais aussi parce qu’il est en lien avec presque tous les acteurs et actrices de cette histoire. Il est porteur d’un projet qui lui tient à cœur et pour lequel il donnera beaucoup de son temps et de sa personne, entre 1944 et 1948, et même après cette date. Or, cette année, alors qu’en juillet a lieu la rencontre des directeurs et experts à Trogen réunis par l’UNESCO et que le village Pestalozzi sera désigné comme le centre de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) créée à ce moment-là, Corti n’y est pas : il est aux Etats-Unis. Continuer la lecture

Bernard Drzewieski (1888-1953)

Un Polonais engagé dans la reconstruction éducative

par Mathias Gardet

                

Rien ne prédisposait Bernard Drzewieski à travailler à l’Unesco ni à s’intéresser aux villages d’enfants. Né le 2 août 1888 en Pologne dans la ville de Lublin au sud-est du pays, il y il fait sa scolarité jusqu’en 1905.

Continuer la lecture