Communautés

Avec la création de la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) en juillet 1948, un travail de recensement de toutes les expériences jusqu’alors isolées est entrepris. Le Courrier de l’UNESCO se fait l’écho de ces initiatives et à chaque réunion de la FICE la liste des communautés, recensées et « adoubées » comme telles, s’allonge. De premières cartes apparaissent qui donne une idée de l’ampleur du phénomène au niveau européen, voire même au-delà. Cette rubrique tentera d’en donner un aperçu le plus complet à partir des données recueillies dans les différents fonds d’archive. Si vous avez vécu dans une de ces communautés ou si avez travaillé sur l’une d’entre-elles ou encore si avez connaissance de documents d’archives encore inédits n’hésitez pas à vous manifester !

Le premier cercle

Lors de la rencontre internationale organisée par l’Unesco du 5 au 10 juillet 1948 au village Pestalozzi de Trogen-Heiden en Suisse, quinze communautés d’enfants sont présentes ou représentées et livrent un récit d’expérience depuis leur création pendant ou juste au lendemain de la seconde guerre. Elles constituent en quelque sorte le premier cercle qui va donner naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) à l’issue de la conférence de Trogen. A ce noyau initial s’ajouteront petit à petit d’autres communautés, recensées sous forme de listes ou repérées de façon plus informelle par les fondateurs de la FICE.

Ce premier cercle est composé de 5 expériences italiennes, 4 françaises, 2 hongroises, 2 belges, 1 suisse et 1 hollandaise

Lire la suite

Le deuxième cercle

En 1949, la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) qui s’était constituée l’année antérieure à Trogen en Suisse, lors de la première rencontre internationale convoquée par l’Unesco, se réunit à la Cité de l’enfance de Marcinelle, à Charleroi, en Belgique du 10 au 14 octobre. C’est l’occasion de faire le point sur son influence dans la diffusion du modèle de communautés pour enfants victimes de la guerre qu’elle avait prôné. Plusieurs listes sont dressées qui recensent à la fois les demandes d’adhésions émanant de plusieurs institutions d’accueil et les communautés déjà affiliées ou reconnues comme correspondant à la définition retenue. Aux quinze expériences initiales qui s’étaient retrouvées à Trogen (en rouge sur la carte), s’en ajoutent plus de 70 autres qui se revendiquent de cette lignée (en vert sur la carte). Elles constituent en quelque sorte le deuxième cercle de rayonnement de la FICE. Parmi ces dernières, les plus nombreuses figurent en Allemagne, encore unifiée malgré les tensions entre les zones d’occupation et surtout entre blocs, illustrant les velléités très volontaristes des puissances alliées de procéder à une dénazification de la jeunesse en leur offrant en contrepoint un modèle éducatif fort, plus démocratique, et une formation à la citoyenneté et à la compréhension internationale. Viennent ensuite la vingtaine de « nouvelles » communautés françaises et la douzaine d’italiennes, reflétant le dynamisme de ces deux réseaux nationaux.