Les communautés d’enfants à l’épreuve de la “question allemande” (1946-1951)

Mis en avant

Entre rééducation et décontamination de la jeunesse :

les villages d’enfants en Allemagne 

par Samuel BOUSSION

Enfants jouant dans les ruines, Berlin 1946 (© Werner Bischof)

Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, la reconstruction est souvent associée à un nouveau départ, une année zéro, telle une page blanche d’où il faudrait repartir. Elle est aussi bien souvent perçue à travers le regard des forces occupantes, alliées ou soviétiques. Mais ceci ne saurait occulter la possibilité d’entrevoir également cette période comme une ère de possibles, de laquelle aurait germé une gamme d’expériences pédagogiques, née du contexte spécifique de cette période parfois dite “de transition”, en direction des enfants victimes de la guerre. C’est ainsi le cas des villages d’enfants pour orphelins, déplacés et apatrides, que l’on voit poindre dans le pays dès 1947, soit peu de temps après que s’est ouvert le plus emblématique d’entre eux en Europe, le village international Pestalozzi, à Trogen, en Suisse alémanique, au moment où d’autres sont également fondés en France, en Italie ou encore en Hongrie.

Après la guerre, les idéaux portés par de tels villages d’enfants, à savoir reconstruire l’éducation par l’apprentissage des procédés démocratiques et contribuer à une paix durable en misant sur la compréhension internationale, paraissent entrer dans le registre de la dénazification et de la reconstruction de l’Allemagne. C’est un pays où l’on compte en effet de très nombreuses personnes déplacées, originaires de différents pays. Selon Corinne Defrance et Ulrich Pfeil, plus de dix millions de personnes, qui ont fui l’Armée rouge dès les premiers mois de 1945, également des expulsés et des personnes déplacées, se retrouvaient souvent dans le plus grand dénuement, dans les quatre zones d’occupation, et parmi eux de nombreux enfants. Effectivement, un article de la Revue de l’Éducation surveillée de novembre 1946 sur les “Unaccompanied Children” en Allemagne occupée, se fondant sur l’acte d’accusation du procès de Nuremberg, estime que 40 à 50.000 enfants de 10 à 14 ans auraient ainsi été arrachés à leur foyer et emmenés de force en Allemagne pour y faire office de main d’œuvre dans les usines de guerre, s’ajoutant au nombre considérable d’adolescents incorporés dans les SS ainsi que des enfants de familles installées en Allemagne par les autorités nazies et dispersées par la suite : Ukrainiens déportés pour participer à l’économie de guerre ; Baltes évacués lors de l’avancée de l’Armée rouge ; Polonais expulsés pour permettre l’installation de “colons de race germanique”… S’il est difficile de connaître les chiffres avec précision, d’après l’historienne Tara Zahra, les bombardements, le service militaire, la déportation, le travail forcé, le nettoyage ethnique ou les meurtres ont entraîné un nombre sans précédent d’enfants à être séparés de leurs parents et livrés à eux-mêmes ; la Croix-Rouge allemande aurait ainsi reçu plus de 300.000 requêtes pour retrouver la trace d’enfants ou de parents disparus entre 1945 et 1958 alors que le Service international de recherche (ITS, International Tracing Service) piste 343.057 enfants perdus entre 1945 et 1956. En 1950, dans son étude sur l’enfance victime de la guerre en Europe pour le compte de l’Unesco, Thérèse Brosse évaluera quant à elle, à partir de différentes sources de terrain, à un tiers le nombre d’enfants réfugiés de l’Est dans les écoles allemandes de la campagne et des petites villes tandis qu’un tiers des enfants allemands auraient été de leur côté orphelins de père en 1947. Et l’on pourrait sans doute poursuivre le constat accablant…

Enfants de Staffelstein ayant reçu les secours de la Croix-Rouge, 1949 (Berne, Archives fédérales : https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/les-secours-aux-refugies-allemands-de-lapres-guerre.html#group-content-23)

Si l’Allemagne semble donc être, dans cette période de transition, le carrefour des souffrances juvéniles européennes, sa spécificité est également d’être un pays où non seulement nombre d’enfants et d’adolescents ont vécu plusieurs années dans une atmosphère violente et guerrière, mais où ils ont pu subir avec force l’embrigadement le plus puissant, depuis l’école jusqu’aux Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), éléments détaillés très précisément à partir du vécu des enfants par l’historien Nicholas Stargardt. Ainsi, pays ennemi et pays vaincu, l’Allemagne continue de hanter les esprits par sa jeunesse. L’enjeu est de taille, dans un pays où les enfants, comme le reste, sont en ruines.

Continuer la lecture

Les coulisses de l’histoire

Notre point de démarrage pour cette recherche a été la rencontre internationale des directeurs de villages d’enfants de juillet 1948 à Trogen en Suisse, sous l’égide de l’Unesco, qui donne naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE). Celle-ci permet pour la première fois de mettre en réseau des expériences éparses menées pour la plupart d’entre elles durant la seconde guerre. Mais l’histoire des républiques d’enfants ne commence pas là et nombre d’acteurs et d’associations qui entrent dans cette aventure ont eu de longs cheminements antérieurs. En tirant les fils de cette histoire nous avons été confrontés à d’autres récits qui, sans concerner directement le développement de cette “internationale des républiques d’enfants”, sont autant de clés de compréhension de son émergence.

Republican school colonies. Spain, 1936-1939

Mis en avant

par Cristina Escrivá Moscardó

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Started the civil war in Spain in July 1936 and until its conclusion in April 1939, both the Government of the Republic as anti-fascist organizations, had the mission of saving children from increasingly more continuous bombing of open cities. Objectively, the work of seeking the welfare of children during the civil war was formidable. In addition to preserving the children of military aggressions, their training needs were met. One of the formulas used was through “The permanent school Colonies”, offered, in a pleasant environment, a dual purpose, on the one hand, educate and the other hand, protect children, the future of the country.

Continuer la lecture

Freeville et Boys town : de la fascination à l’oubli

Mis en avant

Les deux modèles américains précurseurs des républiques d’enfants

par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du symposium organisé par l’ISCHE en 2012 à l’université de Genève)

Le point de départ de cette réflexion a été le symposium organisé à l’AREF 2010 dans lequel notre petit groupe de recherche s’était penché sur la rencontre internationale de directeurs de villages d’enfants organisée au village d’enfants de Trogen, dans l’Appenzell Suisse, sous l’égide de l’Unesco, du 5 au 10 juillet 1948. Cette réunion, qui avait réuni 14 délégués appartenant à 6 pays, 11 experts, 12 observateurs et 4 participants à titre divers, avait donné naissance à la Fédération internationale des communautés d’enfants et à une définition commune des dites communautés : « les organisations éducatives ou rééducatives à caractère permanent, fondé sur la participation active des enfants ou adolescents à la vie de la communauté, dans le cadre des méthodes d’éducation et d’instruction modernes – et dans lesquelles la vie de famille se combine de diverses façons aux modalités de la vie de collectivité ». Continuer la lecture

Une neutralité d’intervention aux prises avec les réalités locales Les missions de l’Union internationale de secours aux enfants en Espagne 1920-1939

Citation

Par Mathias Gardet

(contribution donnée lors du Colloque organisé à l’occasion du 80ème anniversaire du début de la Guerre civile espagnole Le troisième combattant L’action humanitaire durant la Guerre civile espagnole et l’exil républicain à Genève les 27-28 octobre 2016)

Le lien entre l’UISE et l’Espagne ne démarre pas en 1936 avec le début de la guerre civile. Le premier envoi d’un délégué, un certain Gérald B. Hamilton (un Anglais, qui s’avèrera être un homme d’affaire assez douteux) a lieu en février-mars 1920, juste après la naissance de l’organisation internationale. Continuer la lecture