Simone MARCUS (1911-2012)

Une psychiatre devenue experte internationale de l’enfance victime de la guerre

par Samuel Boussion

 

Simone Marcus et sa fille Hélène, début années 1950 (archives privées)

« J’ai toujours été considérée comme bavarde ». C’est ainsi que dans les années 1980, Simone Marcus lance le récit de ses souvenirs, rédigeant une autobiographie sous le titre Si je ne me trompe (la vie derrière soi). Au final, plus de deux cent feuillets tapés à la machine, souvent raturés et parfois repris et annotés, dans un équilibre instable qui montre un travail resté à l’état de projet. Ces pages racontent néanmoins tout un parcours de vie, en tant que femme, médecin, en tant que psychiatre et psychanalyste. Le manuscrit inédit, retrouvé dans ses archives personnelles à l’étage de la grande maison familiale grâce à sa fille Hélène, croisé avec d’autres sources, de l’Unesco notamment, éclaire une trajectoire qui à plusieurs reprises dans l’immédiat après-guerre rencontre l’histoire des villages et républiques d’enfants.

Continuer la lecture

Peggy VOLKOV (née Webb, 1899-1973)

Une femme discrète au cœur des réseaux éducation nouvelle

Par Mathias Gardet

A partir des souvenirs personnels rédigés à notre attention par sa fille Sophie Annetts et quelques bribes d’archives

J’ai croisé Peggy Volkov dans les archives de la conférence internationale des directeurs de village d’enfants tenue à Trogen en 1948. Elle y participe en tant qu’experte et représentante de la New Education Fellowship, étant rédactrice en chef de sa revue : The new era in home and school. Elle prend à plusieurs reprises la parole durant les débats et interpelle même avec vigueur les participants à ces journées sur le sens de leur action. Le texte de son intervention figure ainsi parmi les documents dactylographiés diffusés par l’Unesco. Je suis alors parti sur ses traces, convaincu que sa biographie ne serait pas difficile à reconstituer. C’était peu la connaître !

Continuer la lecture

Résumé du chapitre 5

Comment un pionnier américain débarque en Italie pour défasciser le système scolaire et s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe tout d’abord avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission pédagogique doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux. Sous l’impulsion de l’Américain, qui rallie les instances de la New education Fellowship à Londres, l’éducation nouvelle prend un second souffle. Sa revue New Era fait des communautés d’enfants un fer de lance de sa nouvelle politique de développement.

Résumé du chapitre 6

Comment la Suisse « immaculée » devient le creuset de formations internationales de cadres pour une Europe pacifiée

Fin 1942, un couple de juifs apatrides d’origine russe, pédagogues depuis la fin des années 1930, arrive clandestinement en Suisse, depuis la France. Grâce au soutien de personnalités de l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève, ils sont autorisés à travailler pour des organisations humanitaires. On leur confie la direction pédagogique de homes d’enfants réfugiés. Ils participent en 1943 à un groupe de travail pour préparer la prise en charge des enfants dans l’après-guerre et réfléchissent à une formation internationale pour les cadres éducatifs dans un esprit d’éducation nouvelle. En février 1944, se déroule une première session de formation pour moniteurs de homes d’enfants qui préfigure le cours international qui s’installera en 1946 à la Grande Boissière, lieu de l’Ecole internationale de Genève. Ces cours sont alors dirigés par un enseignant suisse, qui organise notamment des voyages pédagogiques et fait venir comme conférenciers des directeurs de maisons d’enfants de différents pays. En parallèle, à Zurich, se réunissent des experts médico-psychologiques suisses pour créer les Semaines internationales d’étude pour l’enfance victime de la guerre (SEPEG), dédiées elles-aussi au relèvement par la formation des cadres. A partir de 1946, sont instituées des cours de formation d’équipes médico-pédagogiques, à Lausanne, et de courtes sessions de formation dans différents pays européens.

Résumé du chapitre 3

Comment un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe » dans les montagnes du canton d’Appenzell

En 1943, un groupe d’idéalistes suisses projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de les éduquer ensemble en une fédération – sur le modèle du fédéralisme suisse – visant à pacifier l’Europe. Ce projet ambitieux demande une recherche de fonds pour construire le village selon des plans originaux. Des campagnes financières et publicitaires, menées notamment par l’association philanthropique Pro Juventute, font du Village Pestalozzi un modèle international de communauté d’enfants. Or, rapidement des tensions apparaissent entre le groupe fondateur d’idéalistes et celui des philanthropes, membres pour certains de Pro Juventute. Ce succès et l’ampleur des fonds récoltés vont entraîner une mainmise de Pro Juventute et du Conseil fédéral sur le village qui aura raison du projet pédagogique idéaliste de « Petite Europe », tout en promouvant un modèle permettant de réhabiliter l’image de la Suisse, épargnée par la guerre mais écornée par sa neutralité ambiguë.

Bernard Drzewieski (1888-1953)

Un Polonais engagé dans la reconstruction éducative

par Mathias Gardet

                

Rien ne prédisposait Bernard Drzewieski à travailler à l’Unesco ni à s’intéresser aux villages d’enfants. Né le 2 août 1888 en Pologne dans la ville de Lublin au sud-est du pays, il y il fait sa scolarité jusqu’en 1905.

Continuer la lecture

Résume du chapitre 1

Comment un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Education nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une république en miniature.