Enfants parmi les ruines de la Seconde guerre

Mis en avant

Jeux de contrastes et reconstruction

Par Samuel Boussion et Mathias Gardet

L’enfant, la vraie victime de la guerre, bien que le temps passe, se trouve encore, dans beaucoup de pays, appauvri dans son corps et blessé dans son esprit. L’image de nombreux enfants ensevelis sous les décombres des maisons détruites par les bombardements, pauvres petits corps déchiquetés, parfois même parmi les bancs des écoles ou parmi les petits lits des Salles d’Asile, n’est que le symbole d’autres et de plus graves destructions pitoyables opérées dans le tissu délicat de la vie morale, dans le monde secret et essentiel de la psychologie en formation […]. De ces ruines surgirent les garçons de la rue, adolescents sans plus personne au monde, orphelins, mutilés, sans abri, dans un état d’abandon physique et moral. 

(Antonio Rivolta, « Art et science dans l’organisation d’un village d’enfants », conférence à la réunion de directeurs de villages d’enfants organisée par l’Unesco à Trogen, 5 juillet 1948)

Lors d’un colloque sur la question des « Ruines politiques » qui a eu lieu à Rome en février 2016, nous avons interrogé la mise en scène des ruines et l’usage politique qui peut en être fait. À travers notre recherche sur les communautés, républiques et villages d’enfants organisés dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale nous avons été frappés par les innombrables discours, rapports, dessins, photographies et films qui représentent pour la première fois de façon aussi systématique les enfants et adolescents parmi les ruines.

La guerre civile en Espagne : groupe d’enfants devant une maison en ruines, Agence Meurisse, 1937

Continuer la lecture

Résumé du chapitre 7

Pourquoi certains sont à la conférence Trogen et d’autres pas

Le travail de préparation de la conférence des directeurs de villages d’enfants débute au seuil de l’année 1948. L’Unesco, puissance invitante, fait feu de tout bois pour avoir le plus de monde possible et tenter de n’oublier personne. Elle contacte aussi bien des organisations internationales que nationales, des experts de l’enfance et des acteurs de terrain, des représentants ministériels et de simples observateurs. Dans ce va-et-vient entre invitations et réponses s’esquisse un aréopage hétéroclite de personnages aux parcours et statuts très divers. Tous animés d’une même volonté de réparer l’enfance victime de la guerre, leurs expériences et conceptions singulières risquent pourtant d’entraîner un dialogue de sourds. La palette des professions et des pays représentés dessine une première géopolitique des communautés d’enfants mais révèle d’autant mieux de grands absents. Et malgré l’existence de plusieurs communautés déjà constituées avec leurs petits maires, ni les enfants ni leurs représentants ne sont invités.

Elisabeth ROTTEN (1882-1964)

Une militante frénétique de la cause humanitaire et pédagogique et citoyenne du monde

par Martine Ruchat

 

Pour ses 70 ans, en 1952, Walter Robert Corti écrit un article dans la Neue Zürcher Zeitung du 15 février pour l’anniversaire d’Elisabeth Rotten, décrivant cette réunion qui regroupe les fidèles de la « province pédagogique » – clin d’œil à Goethe et son ouvrage La vie de Wilhelm Meister – soit : John Dewey, Maria Montessori, Martin Buber, Adolphe Ferrière et Bernard Drzewieski.
 D’entrée, il fait le portait d’une combattante, d’une courageuse, qui tient le « flambeau de cette pédagogie », mais aussi d’une âme modeste, tendre et fragile de cette « citoyenne de la liberté et de l’esprit ». Il faut donc expliquer son cheminement, ses alliances, ses soutiens (et ils sont bien présents ce jour-là), ses peines également. Au travers de sa correspondance, c’est également une femme active voire une activiste qui se révèle, grande épistolière qui ne passe pas un jour sans écrire des lettres sinon des articles (tôt le matin jusqu’à passé minuit) au risque de perturber son sommeil comme elle le confie souvent à son ami Corti. Dans une lettre du 30 août 1946 à Corti elle parle d’elle comme étant hektisch, un mot qu’on pourrait traduire par trépidante, survoltée, frénétique voire fébrile.

Continuer la lecture

Walter CORTI (1910-1990)

Un idéaliste, pacifiste et visionnaire

par Martine Ruchat

Walter Robert Corti est un Suisse, né à Zurich le 11 septembre 1910, un dimanche. Il a passé son enfance à Dübendorf. Ses ancêtres, originaires du nord de l’Italie, se sont installés à Stabio au Tessin. Son grand-père a quitté le Tessin pour s’installer en Suisse allemande, à Winterthur, au milieu du XIXe siècle où il avait une entreprise de construction. Son père Arnold est chimiste et naturaliste ; il est directeur de la fabrique Flora à Dübendorf tout en poursuivant des recherches en entomologie. Sa mère Helene Corti-Stamm est une Allemande de la région de Westphalie qui a été formée en tant que « Bethelschwester », soit diaconesse, par le célèbre pasteur évangélique Friedrich von Bodelschwingh, pratiquant pendant sa vie dans ce même esprit de « mission intérieure ». Walter est le cadet de trois frères. La vie familiale est libérale, laissant à chacun sa pensée en fonction des preuves obtenues sans jamais abandonner son libre-arbitre. Il se dit lui-même un enfant sensible et insatiablement curieux avec un désir précoce de devenir médecin.

Continuer la lecture