Résumé du chapitre 12

Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

En 1949, à Charleroi, l’enfance vagabonde est à l’ordre du jour de la seconde conférence de la FICE. La question des bandes errantes et de leur délinquance est analysée pour la première fois comme un moyen de survie et un levier pédagogique, mais tous ne partagent pas la même manière de concevoir leur prise en charge. Ceux qui se sont spécialisés dans la délinquance et l’inadaptation juvéniles mènent une véritable fronde contre les méthodes utilisées au sein des républiques d’enfants. Ils affichent leur scepticisme devant l’artifice que peut représenter le selfgovernment réduit à un jeu de rôle, le coût et le luxe des installations et le caractère factice de cet apprentissage de responsabilités (juges, maires, banquiers) qui détonnent avec celles que les jeunes seront appelés à occuper plus tard (ouvriers, artisans). Ils sont paradoxalement rejoints dans leurs critiques par des partisans de la première heure. Par ailleurs les enfants victimes de la guerre ont grandi, les communautés sont appelées à se vider. Vont-elles fermer ou se reconvertir en accueillant d’autres publics qui sont devenus le problème du moment, ceux qu’on appelle les « inadaptés » ? La définition initiale des communautés d’enfants risque dès lors de se réduire à portion congrue ne laissant place qu’à une formule traditionnelle d’accueil familial en villages mais dont toute forme de participation des enfants est laissée de côté.

Résumé du chapitre 11

Des enfants pris en otage de la guerre froide

Dès la fin de la guerre, la reconstruction signifie également le rapatriement des enfants qui, pendant la guerre, ont été soumis à des déplacements et placements à l’étranger. Il s’agit, dans un monde divisé par la guerre froide, de résoudre cette nouvelle question de politique humanitaire. Chaque nation s’appuie sur les forces nécessaires et les enfants orphelins ou réfugiés à l’étranger représentent symboliquement l’avenir des pays. Ils deviennent source de légitimation idéologique. L’exemple des enfants polonais envoyés au Village Pestalozzi de Trogen, puis rapatriés par le gouvernement en décembre 1949 illustre bien la façon dont des enfants sont pris dans les tensions Est-Ouest. Il en va de même à l’inverse pour l’affaire des enfants grecs évacués – enlevés diront certains – durant la guerre civile par les combattants communistes vers les pays voisins de même obédience et dont le rapatriement est réclamé à cor et à cri par le gouvernement royal. Les tensions politiques s’expriment jusqu’au sein de la FICE, prenant le pas sur les raisons humanitaires et pédagogiques : sauvetage ou kidnapping, anticommunisme ou politique de la chaise vide ; les points de vue s’opposent, souvent, sans aucun accord possible.

Résumé du chapitre 10

L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux

Dès 1949, à l’image de l’Unesco qui a institué des commissions nationales, la FICE promeut des associations nationales de communautés d’enfants. Le but est d’obtenir de nouvelles affiliations, d’améliorer le contact entre les différentes expériences repérées et de recevoir de nouveaux financements notamment au niveau des États. Apparaissent ainsi successivement une association française, italienne et suisse. Si cela contribue en partie à renforcer le rayonnement de la FICE, l’esprit internationaliste en sort paradoxalement affaibli. Les différentes associations se retrouvent aux prises avec des enjeux et des configurations particulières qui vont rapidement orienter leurs stratégies de recrutement et de positionnement plutôt dans un cadre national. Le village symbole du rêve internationaliste qu’était Trogen perd de sa substance, le siège du comité de direction de la FICE lui-même déménage à Paris et la maison de l’Unesco qui y est inaugurée au village Pestalozzi en 1951 est finalement délaissée par la FICE.

Résumé du chapitre 8

« République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Les rapports présentés par les directeurs et les experts lors de la conférence des directeurs de communautés d’enfants victimes de la guerre au Village Pestalozzi de Trogen ainsi que les discussions qui en découlent montrent les différences de conception du placement et de l’accueil des enfants. Ils dévoilent également les limites d’un modèle communautaire (village ou République) et de sa portée (nationale ou internationale). De même, l’idéal d’un gouvernement collectif des enfants (le selfgovernment) alimenté par des concepts d’une nouvelle éducation est souvent amoindri dans les récits d’expérience par une vision traditionnelle du rôle des adultes, de la famille et de l’école. Ainsi ce qui devait être un tremplin pour la compréhension internationale se révèle au cours de la conférence une illusion pédagogique.

Résumé du chapitre 4

Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Dans l’entre-deux-guerres, un psychiatre français ouvre un collège médical privé qui reçoit des enfants caractériels de la bourgeoise parisienne dans le château d’Annel, près de Compiègne, agréé par l’Éducation nationale. Cette institution à dominante psychiatrique introduit des pratiques pédagogiques innovantes comme le théâtre. Dès le début de l’occupation, cette première expérience subit un coup d’arrêt. Le psychiatre est mobilisé avant d’être nommé au ministère de la Santé du gouvernement de Vichy comme secrétaire général du Conseil technique pour l’enfance déficiente et en danger moral. Au lendemain de la guerre, aidé notamment par le Don suisse, il réinvestit le château d’Annel, mais cette fois-ci pour créer un « hameau-école » – sorte de « République d’enfants » – destiné à accueillir des adolescents déficients de milieu plutôt populaire. Il y emploie des méthodes d’éducation nouvelle, dont le selfgovernment, mais dans une optique de pédagogie curative en milieu médico-psychologique.

Résumé du chapitre 9

Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

En août 1949, un premier camp international d’enfants est initié à la République d’enfants de Moulin-Vieux, dans l’Isère. Malgré l’enthousiasme initial, le bilan est mitigé et ne fait que renforcer les dissensions autour du modèle du selfgovernment. Outre les problèmes de différences d’âge entre les enfants et de compréhension linguistique, certains rapporteurs de l’expérience pointent le caractère fermé de la République d’enfants, qui admettrait difficilement la venue d’étrangers. Ils critiquent par ailleurs le collectivisme à outrance ou bien, lors de l’arbitrage des débats, les dérapages autoritaires exercés par le couple de directeurs. Une seconde expérience est néanmoins tentée l’année suivante au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, qui tente de prendre en compte les critiques du camp précédent. Si cet événement apparaît comme un succès du point de vue de la participation et semble un temps faire oublier Moulin-Vieux, le suivant en 1951, à Jugenheim, en Allemagne, constitue la dernière expérience du genre.