Livre paru chez Anamosa et disponible en librairie depuis le 27 août 2020

Mis en avant

Cet ouvrage est le résultat d’une découverte faite au détour de nos recherches respectives dans le domaine de l’enfance dite irrégulière : la mise en place pendant la Seconde Guerre mondiale de communautés pédagogiques exceptionnelles créées pour accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés et pour un temps indéterminé de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se baptisent du drôle d’épithète de « Républiques d’enfants ». Elles sont en effet administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment, avec l’élection de jeunes maires, de gouvernements (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), parfois aussi la mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, d’un système de coopératives avec magasin vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal.

Le phénomène des républiques et autres communautés d’enfants, dans l’après-guerre, prend d’autant plus d’ampleur qu’elles finissent par faire réseau. Dans les dix années suivant la guerre, sont ainsi recensées plus d’une centaine d’initiatives de ce type dans toute l’Europe. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco convoque l’ensemble des directeurs de communautés d’enfants à une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. 14 directeurs et directrices de villages d’enfants, 11 experts et douze observateurs, originaires de douze pays différents répondent à l’appel. Le 10 juillet, en clôture, une Fédération internationale des communautés d’enfants (FICE) est fondée, censée promouvoir et réaliser cette idée, en assurant notamment les contacts internationaux entre éducateurs ainsi qu’entre les enfants.

En interpellant les expériences menées dans plusieurs pays, nous souhaitons analyser les ambiguïtés de cet apprentissage à la citoyenneté et à l’utopie de l’entente internationale qui se fait par mimétisme ou délégation de responsabilité et est réalisé paradoxalement en monde clos, coupé des contingences extérieures. Il s’agira ainsi d’examiner si ces communautés sont parvenues à dépasser la tension voire la contradiction entre l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre et la réalité concrète de celles-ci. Ces communautés se présentent, en effet, moins comme des prototypes d’une forme éducative à vocation universelle, que comme des isolats micro-sociaux, nés de circonstances et de contextes nationaux qui les conditionnent.

Les communautés d’enfants constituent, à ce jour, un « angle mort » aussi bien de l’histoire de l’éducation que de la réflexion éducative en termes d’autonomie de l’enfant ou d’autorité des éducateurs. L’histoire de l’éducation a, en effet, négligé jusqu’à présent ces expériences éducatives pour deux raisons. Premièrement, celles-ci ont eu lieu en marge de l’institution scolaire et des systèmes d’enseignement officiels.

Les nombreux travaux – relevant généralement de la philosophie ou de la sociologie de l’éducation – concernant ces « questions vives » que sont l’autonomie et l’autorité dans le domaine éducatif, ont eu, jusqu’à présent, le défaut de négliger les expériences historiques au cours desquelles une nouvelle conception de l’autonomie et un nouveau rapport à l’autorité ont été mis à l’essai. La mise au jour des communautés d’enfants devrait être un apport significatif à la réflexion sur l’autonomie et l’autorité. Celle-ci pourrait ainsi descendre du « ciel des idées » et intégrer, dans sa critique, des éléments de réalité du passé dont la confrontation avec des manifestations actuelles (établissements autogérés, institution du conseil en pédagogie institutionnelle) pourrait se révéler instructive.

Le communiqué de presse est consultable ici

 

Sommaire

Introduction. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ?

Chapitre 1. Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

Chapitre 2. Un village d’enfants italiens fondé par un prêtre irlandais et promu par la Suisse

Chapitre 3. Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

Chapitre 4. Un psychiatre français utilise le selfgovernment à des fins curatives

Chapitre 5. Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

Chapitre 6. La Suisse « immaculée » devient un creuset de formations pour une Europe pacifiée

Chapitre 7. Pourquoi certains sont à la conférence de Trogen et d’autres pas

Chapitre 8. « République », « communauté », « village », « maison » : la difficile recherche d’une définition commune

Chapitre 9. Les camps internationaux d’enfants s’avèrent être un feu de paille

Chapitre 10. L’internationalisme ne résiste pas aux enjeux nationaux.

Chapitre 11. Des enfants pris en otage dans la guerre froide

Chapitre 12. Les communautés d’enfants sont-elles transposables aux « enfants inadaptés » ?

Le tour d’Europe médico-pédagogique des SEPEG

Mis en avant

ou former les professionnels de l’enfance victime de la guerre par-delà les frontières

(1944-1951)

par Samuel BOUSSION

 

Après six années d’une guerre féroce, vous voici réunis, accourus des quatre coins de notre Europe ensanglantée, encore pantelants et meurtris, poignée de survivants de quinze pays qui avez répondu à l’appel, au mot d’ordre : Reconstruire ! […]
De ces visions apocalyptiques, retenons, soutenons le regard de l’Enfance victime de la guerre, chargé de terreur et d’espoir, chargé de tout ce qui remplit le cœur humain, nous qui sommes ici pour reconstruire. Regards d’enfants, planez sur nous, pendant nos travaux et toujours, afin qu’ils nous inspirent dans nos recherches, qu’ils nous soutiennent dans nos efforts.
Nous sommes réunis, comme des médecins au chevet d’un grand malade, pour dresser l’inventaire du désastre, pour préciser le diagnostic et fixer ensemble les remèdes à appliquer. Assez du chaos, des discussions académiques et des passions aveugles ; ce qui importe c’est une doctrine.

Oscar Forel, discours d’inauguration, conférence internationale des SEPEG, Zurich, septembre 1945

Guerres et sorties de guerres sont des événements transnationaux par excellence, organisant d’intenses circulations, notamment de scientifiques et de spécialistes, d’un pays l’autre, d’une profession l’autre. Nées en 1944, les Semaines internationales pour l’enfance victime de la guerre, très vite réduites à leur acronyme de SEPEG, relèvent de ce processus de globalisation et entourent l’enfant, particulièrement « l’enfant-problème », de leur expertise dans les champs de la pédagogie, de la psychiatrie de l’enfant, de la psychologie ou encore du droit. Un travail « humanitaire-expert » en somme, afin de réformer les systèmes médico-pédagogiques, à coup de « grands événements » internationaux – des conférences – et de formations de professionnels, en Suisse certes, mais également dans les pays touchés par la guerre.

Tout un itinéraire se déploie alors.  Continuer la lecture