Archives 12

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter l’allocution du juge Jean Chazal au second congrès de la FICE organisé du 11 au 13 octobre 1949 à la Cité de l’enfance à Marcinelle près de Charleroi en Belgique, archives de l’Unesco, citée, pages 407-408, cliquer ici

2) Pour consulter l’intervention de Lucien Brams au second congrès de la FICE organisé du 11 au 13 octobre 1949 à la Cité de l’enfance à Marcinelle près de Charleroi en Belgique,, archives de l’Unesco, citée page 409, cliquer ici

3) Pour consulter les articles de Fernand Deligny publiés dans le Bulletin intérieur d’information du Comité d’étude et d’action pour la diminution du crime, n°55 de juillet-août 1944 et n°56 de septembre-décembre 1944,  cités page 409, cliquer ici

4) Pour consulter l’article de Fernand Deligny publié dans la revue Enfance n°5, tome 2, 1949. pp. 506-509,  cité pages 409-410, cliquer ici

5) Pour consulter l’article de Henri Joubrel publié dans la revue Rééducation, n°28, janvier 1951, cité pages 411-412, 414-415 et 425-426, cliquer ici

6) Pour consulter l’introduction de Henri Wallon dans la revue Enfance, n°5, tome 2, 1949. pp. 373-375, citée page 416, cliquer ici

7) Pour consulter l’article d’Alfred Brauner publié dans la revue Enfance,n°5, tome 2, 1949, pp. 414-423,  cité pages 416-417, cliquer ici

8) Pour consulter l’article de Daniel Goens publié dans la revue Rééducation n°21, de février 1950, cité pages 417-418, cliquer ici

9) Pour consulter la première version de la « Lettre à une grande personne » publiée par l’Unesco en 1949 dans l’ouvrage du photographe David Seymour (Chim), Enfants d’Europe, citée page 419, cliquer ici

10) Pour consulter la seconde version de la « Lettre à une grande personne » publiée par la revue Ufoval, n°13, février 1950, citée page 419, cliquer ici

11) Pour consulter l’entretien effectué avec Bernard Drzewieski dans la revue Ufoval, n°13, février 1950, cité pages 419 et 421, cliquer ici

12) Pour consulter l’article de Daniel Q.R. Mulock Houwer publié dans la revue Les Cahiers de l’enfance, n°107, septembre 1964, cité pages 430-431, cliquer ici

13) Pour consulter l’article de Daniel Q.R. Mulock Houwer publié dans la revue Tribune de l’enfance, n°44, juin-juillet 1967, cité pages 430-431, cliquer ici

Archives 8

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter le compte-rendu des débats de la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cliquer ici

2) Pour consulter l’exposé de Antonio Rivolta à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité pages 270 et 273, cliquer ici

3) Pour consulter l’exposé de Robert Préaut à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité pages 273-274, cliquer ici

4) Pour consulter l’exposé de Zsigmond Adam sur Gaudiopolis à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité pages 274-275, cliquer ici

5) Pour consulter l’exposé de Fritz Wesel à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité page 276, cliquer ici

8) Pour consulter l’exposé de Georges Bourguet à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité pages 276-277, cliquer ici

6) Pour consulter l’exposé de Hans Zacharias Hoxter à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité page 287, cliquer ici

7) Pour consulter l’exposé de Carleton Wolsey Washburne à la conférence des directeurs de villages d’enfants qui s’est tenue à Trogen du 5 au 10 juillet 1948, archives de l’Unesco, cité pages 288-289, cliquer ici

Résumé du chapitre 5

Un pionnier américain venu défasciser le système scolaire italien s’enthousiasme pour une « École-cité »

En 1943, un pédagogue américain est contacté par l’armée de son pays pour une mission de décontamination idéologique des manuels scolaires et de défascisation des enseignants en Italie. Pour cela, il utilise son réseau de l’éducation nouvelle et s’associe avec un militant communiste. Ensemble, ils proposent un programme et un livre de textes qui, à peine publiés, sont pilonnés sous la pression du Vatican. Une nouvelle commission doit alors être mise sur pied en 1944 avec la collaboration cette fois-ci d’un pédagogue italien, qui avait été pendant un certain temps séduit par le fascisme. De cette rencontre émerge l’idée de créer une « École-cité » à Florence et un réseau de contacts entre les communautés d’enfants partageant les mêmes idéaux.

Archives 5

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter la lettre de Carleton Washburne à Ernesto Codignola du 25 juin 1947, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, dossier « correspondance avec Wasburne », citée page 179, cliquer ici

2) Pour consulter dans les premiers annuaires d’élèves de la Scuola-cita Pestalozzi la liste des étudiants qualifiés de « poverissimi » (très pauvres), archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, cote 9.2.d, citée page 180, cliquer ici

3) Pour consulter l’annotation laissée par une maîtresse, sur le carnet de bord de la Scuola-Cita Pestalozzi, le 1er août 1946 et la réponse de la direction de cette même, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, cote : 9.2 « Vita interna di SP », citées pages 185 et 188 cliquer ici

4) Pour consulter la Une tout premier journal de l’école, Scuola-citta Pestalozzi, numero unico della colonia estiva 1945, édité le 23 septembre 1945 sur la ronéotypeuse maison, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola, citée pages 188-189, cliquer ici

5) Pour consulter l’article publié dans le tout premier journal de l’école, Scuola-citta Pestalozzi, numero unico della colonia estiva 1945,  édité le 23 septembre 1945 sur la ronéotypeuse maison, par Giuseppe Iacucci, un des premiers enseignants de l’école, nous racontant par le menu détail le déroulement d’une séance de procès, archives de la Scuola normale superiore de Pise, fonds Codignola,  cité page 190, cliquer ici

Résumé du chapitre 2

Un village d’enfants italiens fondé par un prêtre irlandais et promu par la Suisse

Avec la guerre, le Vatican charge en 1943 un prêtre irlandais d’organiser l’aide aux populations civiles dans les zones de combats en Italie. Il découvre alors l’ampleur du dénuement des enfants des rues et mène des actions d’accueil. Il s’aperçoit que ceux-ci refusent d’aller dans des structures traditionnelles, de type orphelinat, et décide de créer avec eux un village d’enfants à Civitavecchia près de Rome s’inspirant du modèle américain de Boy’s town du père Flanagan. C’est cette expérience que deux déléguées suisses de l’UISE, vont soutenir, en 1945, en Italie. Elles mettent en place un parrainage d’enfants avec la collaboration d’une antenne de l’UISE en Amérique latine. Le Don suisse et l’American Relief for Italy viendront compléter cette aide. Le cas italien met ainsi en exergue une filiation catholique des villages d’enfants, mais aussi la nouvelle géopolitique des secours qui, dans une surenchère d’entr’aide, redistribue la carte diplomatique de l’après-guerre.

Résumé du chapitre 3

Un groupe d’idéalistes suisses décident de créer une « Petite Europe »

En 1943, un groupe d’amis projette de créer un village qui accueillerait des enfants victimes de la guerre provenant de différentes nations avec l’idée de contribuer à pacifier l’Europe par une éducation à la compréhension internationale sur le modèle du fédéralisme suisse. Projet ambitieux à la fois humanitaire, pédagogique et architectural, le Village d’enfants Pestalozzi nécessite des recherches de fonds et des campagnes financières pour sa construction. Soutenu par la fondation Pro Juventute, s’y mêleront assez rapidement des questions de politique d’accueil en Suisse. Rapidement promu en modèle international d’éducation, il se double d’une entreprise de promotion de l’aide suisse à la reconstruction de l’après-guerre, réhabilitant l’image de ce pays épargné par la guerre mais écorné par l’ambiguïté de sa neutralité politique. Des tensions apparaissent, reposant sur des conceptions différentes du rôle de cette communauté d’enfants se voulant une « Petite Europe » ; elles auront raison du projet pédagogique idéaliste des fondateurs pour une fonction de politique humanitaire et philanthropique.

Résume du chapitre 1

Un couple d’instituteurs français a une révélation pédagogique en faisant du militantisme humanitaire

En 1939, l’Union internationale de secours aux enfants (UISE) envoie sa secrétaire générale dans le sud de la France pour aider les nombreux enfants faisant partie du flot de réfugiés fuyant la répression des troupes franquistes. Elle découvre les maisons d’accueil fondées par le Comité français de secours aux enfants, organisation partenaire de l’UISE. Ces maisons sont dirigées par des institutrices espagnoles sous la coordination d’un couple d’instituteurs français et d’une ancienne inspectrice de l’Éducation nationale, partageant la même conviction pour les méthodes d’éducation nouvelle. Rattrapées par le contexte de guerre mondiale, les maisons accueillent petit à petit des enfants réfugiés d’autres pays et des petits Marseillais. En 1941, l’UISE accepte de les financer à la condition que soit mis en place parallèlement un parrainage d’enfants dans leurs propres familles. Face à l’urgence, deux conceptions de l’aide s’opposent : l’humanitaire pour l’UISE est avant tout une distribution de secours à court terme ; pour la section locale du Comité français de secours aux enfants, l’accueil en maison sur la longue durée est la priorité et s’exprime à travers le modèle pédagogique d’une République en miniature.

Archives 2

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans trop de cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation des documents d’archives dans leur intégralité d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter la note d’Ariane Flournoy, déléguée de l’UISE en Italie, intitulée, « Détresse de l’Italie et de ses enfants », d’octobre 1945, envoyée à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, citée page 62, cliquer ici

2) Pour consulter l’article de la journaliste et militante antifasciste Anna Garofalo, pour le périodique La Capitale, le 26 novembre 1945, après sa visite au dépôt de l’UISE de Rome, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 68, cliquer ici

3) Pour consulter la lettre d’Ariane Flournoy, déléguée de l’UISE en Italie, du 15 novembre 1945, envoyée à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 69, cliquer ici

4) Pour consulter le bilan récapitulatif envoyé le 8 septembre 1946 par d’Ariane Flournoy,  à Georges Thélin, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.2, cité page 73, cliquer ici

5) Pour consulter le rapport envoyé par Claire Wenner à Georges Thélin le 3 décembre 1945, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité pages 74-75, cliquer ici

6) Pour consulter l’anecdote du le 22 décembre 1944, relatée par Patrick Carrol-Abbing dans son livre de mémoires intitulé, Les Enfants perdus de Rome, Paris, éditions France- Empire, 1968, cité page 77, cliquer ici

7) Pour consulter la « révélation » relatée par Patrick Carrol-Abbing dans son livre de mémoires intitulé, Les Enfants perdus de Rome, Paris, éditions France- Empire, 1968, citée page 81, cliquer ici

8) Pour consulter le témoignage d’Armando Paternosto, un garçon de 11 ans vivant du trafic de cigarettes avec les soldats américains, racontant sa désillusion à son arrivée à Civitavecchia en août 1945, Archives de l’Istituto internazionale per lo studio dei problemi della gioventu contemporanea, Città dei bambini, Rome, dossier « 1945 Fondazione del villaggio del fanciullo di Civitavecchia »,  cité page 82, cliquer ici

9) Pour consulter le témoignage de Roco Paternosto, jeune apprenti boulanger qui, après sa rencontre avec don Rivolta, décide à son tour d’embarquer sur un camion pour le village en octobre 1945, Archives de l’Istituto internazionale per lo studio dei problemi della gioventu contemporanea, Città dei bambini, Rome, dossier « 1945 Fondazione del villaggio del fanciullo di Civitavecchia », cité page 83, cliquer ici

10) Pour consulter les articles du père Daniel Goens publié dans La Tribune de Genève en 1946, Archives de l’Institut Jean-Jacques Rousseau, fonds Adolphe Ferrière, cote: AdF/A/41/3. E. V.15, cité pages 86-87, cliquer ici

11) Pour consulter les extraits du cahier des débats de l’assemblée des citoyens de Civitavecchia, datés d’avril 1947, Archives privées de la Repubblica dei ragazzi, Civitavecchia, « Verbali della assemblea dei cittadini »cité pages 89-90cliquer ici

12) Pour consulter le rapport envoyé par Claire Wenner à l’UIPE le 26 décembre 1948, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote A.P. 92.23.8.1, cité page 90, cliquer ici

Archives 1

Notre parti pris dans la rédaction de l’ouvrage a été celui d’une écriture de l’histoire qui soit la plus narrative possible, sans cassures de rythme, préférant aux notes de bas de page une présentation pour chaque chapitre des documents d’archives dans leur intégralité, d’où sont tirées les principales citations et que vous pouvez consulter ici dans leur version originale.

1) Pour consulter le dernier rapport envoyé le 11 juin 1939 par l’Anglaise Georgina Margaret Petter, déléguée de l’UISE en Espagne, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 007 92.16.7 (3)cité page 29, cliquer ici

2) Pour consulter le numéro 2 de la revue Niños de juillet 1939 publié par la section provençale du Comité français de secours aux enfants, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 33, cliquer ici

3) Pour consulter les premières pages du rapport de voyage dans le sud de la France effectué par Jeanne-Marie de Morsier fin juillet 1940, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 011 92.18.2 (1), cité pages 38-39, cliquer ici

4) Pour consulter le rapport de Mme Olivar gérante de la colonie de Saint-Rémy de Provence du 28 mai 1941, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 42, cliquer ici

5) Pour consulter le rapport envoyé par Henriette Julien à Georges Thélin le 8 juin 1941, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 43, cliquer ici

6) Pour consulter l’exposé effectué par Henriette Julien au siège de l’UISE à Genève le 13 octobre 1942, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 44, cliquer ici

7) Pour consulter la conférence effectuée par Henri Julien à l’école des cadres des moniteurs des centres scolaires, intitulée « La discipline dans la maison d’enfants », le 9 novembre 1944, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, citée page 49, cliquer ici

8) Pour consulter la lettre envoyée par Georges Thélin aux Julien le 25 septembre 1945, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, citée page 52, cliquer ici

9) Pour consulter le rapport envoyé par Henriette Julien à Georges Thélin le 18 septembre 1946, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21, cité page 53, cliquer ici

10) Pour consulter le conte de Noël envoyé par Henri et Henriette Julien à Georges Thélin le 26 décembre 1947, archives d’Etat de Genève, fonds UISE, cote: 92.18.21,  cité page 54, cliquer ici